Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Pauvreté”

Page 1 de 1

MISERE, MISERE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

 

Amis de la statistique et du merlan frit réunis, bonjour !

Puisque nous voici au 31 du mois d’août, on serait tenté d’entonner cette fameuse chanson de marin qui fut écrite à la gloire de Surcouf après sa victoire sur l’anglais « le Kent » lui qui commandait la frégate « la confiance ». Mais je dois avouer que l’actualité me pousse davantage à chanter « la carmagnole » si j’en crois les dernières livraisons de l’INSEE. En France, les pauvres sont de plus en plus pauvres … mais les riches sont de plus en plus riches.

La pauvreté a culminé en France en 2009, selon l’Insee.

C’est le résultat de la dernière enquête Insee : si la crise née en 2008 a affecté la France entière, elle a touché de plein fouet les plus modestes. Plongeant sous le seuil de pauvreté près d’un Français sur sept. En 2009, la proportion de pauvres a augmenté, mais encore leur pauvreté s’est accrue. Alors même que le niveau de vie des plus riches continuait de s’améliorer.

Et cette situation perdure, selon les associations de terrain…Le seuil de pauvreté en France est établi à 954 euros par mois. En 2008, 13% de Français vivaient sous ce seuil. En 2009, 13,5%, soit 400.000 personnes de plus, plus d’un actif sur 10. C’est le niveau le plus élevé depuis 2000, précise l’Insee dans sa dernière enquête qui porte sur l’année 2009. Des pauvres plus nombreux et encore plus pauvres. La moitié de ces 8,2 millions de personnes vit avec moins de 773 euros par mois.

Et pourtant, dans le même temps, entre 2008 et 2009, le niveau de vie médian des Français a progressé de 0,4%. Une progression moindre cependant qu’en 2008 (+1,7%) ou 2007 (+2,1%). Les plus aisés eux par contre se sont franchement enrichis. Les 10% de Français qui vivent avec plus de 35.840 euros par an ont vu leur niveau de vie progresser de 0,7%. Ces inégalités mises en lumière par cette enquête statistique n’étonnent surtout pas les associations de terrain. « Ca fait des mois qu’on tire la sonnette d’alarme parce que l’on voit arriver de nouveaux publics victimes de la crise, des jeunes sans emploi ou des chômeurs en fin de droit », déplore Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre.

Mais cela n’entame en rien le cynisme de Balkany,grand représentant de la sarkosphère, piègé par les « yes men »,qui nous explique dans cette vidéo qu’il n’y a pas de pauvres en France…



Et bien voila, je vous invite à conserver cette vidéo jusqu’aux prochaines élections.

En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.

REMANIER N’EST PAS JOUER…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la continuité sans le changement et de la daube de boeuf réunies, bonjour !

Remanier c’est, arranger, changer, corriger, modifier, refondre, renouveler, reprendre, retoucher, réviser, revoir, transformer… C’est vous dire si l’on était en droit d’attendre des bouleversements de cette nouvelle mouture du gouvernement. Et bien, comme le disait avec beaucoup d’à propos mon aïeule: « On change tout mais on touche à rien !« . (A gauche, dessin de Miassu, il date un peu mais est toujours d’actualité.)

On voit bien que Borloo n’est plus dans le coup, lui, aurait attendu jeudi pour que l’annonce du nouveau gouvernement coïncide avec la sortie du Beaujolais nouveau.

C‘est Machin à la place de Truc et Une telle qui remplace Duchmoll sous la conduite de Fillon qui remplace Fillon. Fadela Amara retourne dans sa HLM d’où elle n’aurait jamais dut sortir, ni pute ni soumise ni ministre. Alliot-Marie à réussi à faire de son compagnon un ministre, c’est plus facile pour la vie de famille. L’oscar du retournement de veste revient sans conteste à Maurice Leroy, il a entamé sa carrière politique au Parti communiste puis est devenu bras
droit du centriste François Bayrou, avant de rallier Nicolas Sarkozy
entre les deux tours de la présidentielle de 2007. Vice-président de l’Assemblée nationale, il avait tout
récemment estimé que Jean-Louis Borloo serait un « bon choix » pour
Matignon. Ca promet ! Et puis Juppé-faites-ce-que-je-dis-pas-ce-que-je-fais, il s’était engagé, juré craché, pas de cumul, tout pour Bordeaux.
La belle Rama Yade va pouvoir se remettre au tricot, Eric Woerth préparer sa défense, Kouchner reprendre ses livraisons de riz et Morin se mettre à rêver à 2012…Si Borloo ne le mange pas. Et bien voila, les pieds nickelés sont en ordre de marche.
Oui mais, Madame Michu, et le chômage, le pouvoir d’achat, la retraite, les salaires, la sécurité…Euh, ah oui mais non, ça c’est autre chose, faut pas tout mélanger, nous on fait un gouvernement pour les présidentielles de 2012 pas pour régler les petits problèmes de la vie quotidienne, ah non, c’est du sérieux un gouvernement. Il nous reste un an pour contrôler, maîtriser, planifier, placer nos hommes aux manettes de la presse écrite, la police, la justice, la radio, la télé, le foot, le tiercé, le loto. Verrouiller internet, bâillonner Médiapart, libérer Taponier et Ghesquière, faire monter Mélenchon dans les sondages…C’est du taf ça, à plein temps qu’ils vont bosser les nouveaux sinistres.

Bon allez, je m’arrête là, on va pas se faire du mal non plus. Fort heureusement il y a des nouvelles beaucoup plus réjouissantes. Tiens, par exemple, le rapport de Dominique Versini, mais si, vous savez c’est la défenseur(e) des enfants. Jusqu’à ce jour autorité indépendante mais plus pour très longtemps.

Et qu’est-ce qu’elle nous dit Dominique-nique-nique ?
Qu’il y aurait dans notre douce France, cher pays de mon enfance, deux millions d’enfants frappés par la situation de pauvreté dans laquelle vivent leurs parents et que cette « précarité massive » à des conséquences extrêmement graves. Alors, c’est qui le ministre des enfants dans le nouveau gouvernement ? (Désolé, je n’ai pas retrouvé l’auteur du dessin.)

Décidément, c’est plus fort que moi, faut que j’y revienne. Allez, merci encore de votre visite, portez vous bien malgré tout et à demain peut-être.

THE SOUL OF A MAN…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

J.B. Lenoir, né à Tilton (Mississippi) le 5 mars 1929 et mort à Champaign (Illinois) le 29 avril 1967, est un bluesman américain comme je les aime et comme j’aime à vous les faire découvrir, guitariste, chanteur et compositeur. Nommé J.B. par ses parents (ces initiales ne signifient rien en particulier. Pour les non-initiés encore moins, pour les autres elles ont une signification particulière et désignent des colonnes du temple mais je doute que ce soit cela qui ait guidé les parents), Lenoir commence à jouer très tôt. Il laboure dans la journée puis joue de la guitare le soir, en apprenant un peu de tout. Dans les années 1940, il travaille avec Sonny Boy Williamson et Elmore James à la Nouvelle Orléans. En 1949, il déménage à Chicago et commence à jouer dans des clubs avec Memphis Minnie, Big Maceo et Muddy Waters. Dans les années 1950, Lenoir enregistre plusieurs chansons sur différents labels. À cette époque, on le connaît surtout pour ses costumes rayés, sa voix féminisée et pour son jeu à la guitare électrique.

Lenoir avait la réputation d’être exceptionnellement amical et doux. Il se prit d’amitié et encouragea de nombreux jeunes artistes de blues, noirs et blancs. Certains disaient même qu’il ressemblait à Martin Luther King car ils avaient beaucoup de points communs, dont le fait d’être père et d’avoir eu une fin tragique. Il n’aura pas vécu assez longtemps pour nous dévoiler toute l’étendue de son talent. En effet, Lenoir, à 38 ans, s’éteint le 29 avril 1967 chez lui à Champaign, à la suite d’une hémorragie interne. Cette dernière fait suite à un accident de voiture dans lequel il était impliqué trois semaines plus tôt, l’hôpital n’ayant pas pris au sérieux ses blessures. On lui doit entre-autres: I feel so good que j’ai posté en vidéo, et qui fut repris par James Brown, Alabama, My name is JB LENOIR…

Le documentaire The Soul of a Man (2003) de Wim Wenders, qui fait partie de la série The Blues, a Musical Journey de Martin Scorsese, est consacré en partie à ce bluesman.

En fait, la chanson de John Mayall marqua tellement Wim Wenders, étudiant en cinéma à l’époque, qu’il se demanda qui était J.B. Lenoir. Puis Wim Wenders devient réalisateur et rencontre plusieurs fans de Lenoir. Cependant, ils ne trouvent aucun document filmé sur lui.

Mais un jour, on découvre des images inédites de Lenoir tournées au début des années 1960 par deux étudiants (allemand et suédois) en art à Chicago. En 2002, Wim Wenders rend visite à ces deux anciens étudiants, le couple Seaberg, désormais marié. Ces derniers croient rêver : leurs images étaient restées sur une étagère sans que personne ne les ait jamais vues pendant 35 ans. Ils avaient perdu espoir que le monde (et particulièrement la Suède où ils avaient proposé leur film) s’intéresse à leur musicien préféré, qui était aussi leur ami proche.

Et puis tiens, histoire de vous mettre le blues…


Pour la première fois depuis de nombreuses années le nombre de personnes pauvres de plus de soixante ans augmente (j’ai les boules), et de façon non-négligeable : +100 000 personnes entre 2005 et 2007, selon les données de l’Insee en utilisant le seuil de pauvreté à 50 % du revenu médian . Une progression de 25 %. Le phénomène est plus connu, mais encore plus marqué, chez les jeunes : + 300 000 entre 2001 et 2007, soit une hausse de 27 %.

La pauvreté touche 1,5 millions de moins de 20 ans en France selon l’Insee, si on utilise le seuil de 50 % du revenu médian. Cette pauvreté est la conséquence du bas niveau de revenus de leurs parents dû en particulier au chômage ou à la précarité de leur emploi : un tiers des enfants pauvres vivent dans un couple où aucun parent ne dispose d’un emploi.

La pauvreté touche par ailleurs de plus en plus les jeunes adultes : 800 000 personnes âgées de 20 à 29 ans sont concernées. Le taux de pauvreté est à cet âge à son niveau le plus élevé, avec 11 %. Une partie des jeune adultes qui ne disposent pas d’un soutien familial, se trouvent en grande difficulté car écartés des minima sociaux (il faut avoir 25 ans ou au moins deux ans d’activité pour toucher le RSA).

Chez les plus âgés, le taux de pauvreté est nettement inférieur, entre 3 et 4 %. Ce qui représente tout de même 500 000 personnes, en forte hausse entre 2005 et 2007.

Sources: Louis Morin de l’observatoire des inégalités.

Si cela ne vous redonne pas le moral…C’est à désespérer !

Magie du printemps, notre « Pic-épeiche » a fait sa réapparition. Il trimballe sa livrée chatoyante de souche en souche et choisit celle qui deviendra sa table de travail et sa salle à manger. Je ne sais pas où il passe l’hiver car, à ma connaissance, ce n’est pas un migrateur; où alors..Il hiberne. Allez, en tous cas, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.


Le 6 avril 1871, lors de la Commune de Paris, un bataillon de la Garde Nationale dépose devant la statue de Voltaire deux guillotines qui sont brulées devant une foule en liesse, aux cris de: « A bas la peine de mort »!

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Le 6 avril 1871, lors de la Commune de Paris, un bataillon de la Garde Nationale dépose devant la statue de Voltaire deux guillotines qui sont brulées devant une foule en liesse, aux cris de: « A bas la peine de mort »!

Il faudra attendre un siècle, le mois d’octobre 1981 pour que celle-ci soit définitivement abolie en France. Regrettons que la « grande démocratie » Etatsunienne n’est pas encore franchit le pas et que les couloirs de la mort soient encore trop peuplés.

Bon, c’est pas que ça s’arrose mais, après les abolitionnistes, j’ai trouvé une « réclame » qui va pas faire plaisir aux prohibitionnistes.

C‘est pas réjouissant ça? Une époque où les assistantes maternelles s’appelaient encore des nounous…

Yeched mat !

Et maintenant, un peu de sérieux au fond de la classe.

Je ne résiste pas au « plaisir » de vous communiquer les résultats de cette enquète de l’insee. en titre, une maxime attribuée à Chamfort (maximes et pensées, 1795).

Les pauvres sont toujours aussi pauvres, et les très riches sont de plus en plus riches et nombreux. Dans sa dernière enquête sur Les revenus et le patrimoine des ménages, l’Insee constate que « les inégalités en France s’accroissent par le très haut » : quand le niveau de vie de la grande majorité de la population stagne, celui des plus riches s’est accru de façon spectaculaire entre 2004 et 2007.

Pour cette enquête, l’Insee s’est particulièrement intéressée à deux catégories de population en France : les personnes pauvres, et les très hauts revenus. Analyse des tendances :

Une explosion du nombre de personnes riches

Pour ces derniers, les années 2004 à 2007 ont été fastes. Les « très hauts revenus », ce sont les personnes se situant parmi les 1% les plus riches. Difficile toutefois de tirer des généralités. Car même dans cette tranche, où l’on gagne plus de 84 500 euros annuels, « l’hétérogénéité reste forte », explique l’Insee. Ainsi, parmi les « plus aisés » de ces très riches, 0,01% de la population (soit 5 800 personnes), le revenu s’étend entre 688 000 et 13 millions d’euros par an.

Mais la vue d’ensemble est claire : entre 2004 et 2007, le nombre de personnes dont le niveau de vie dépasse les 100 000 euros annuels a augmenté de 28%, et a gonflé de 70% pour ceux dépassant les 500 000 euros… « une explosion du nombre de personnes riches », constate l’Insee.

… qui s’enrichissent plus vite que les autres

C‘est l’autre enseignement de l’enquête : cet enrichissement est dû en bonne partie au patrimoine à disposition, mais aussi à l’augmentation des revenus d’activité. Alors que la hausse de ces revenus d’activité a été de 9% en trois ans pour 90% de la population – un rythme un peu plus soutenu que l’inflation – elle a atteint près de 30% chez les très aisés, près de 40% chez les plus aisés. En résumé : plus on est riche, plus on a de chances de s’enrichir. Cette augmentation soutenue, sans commune mesure avec les autres tranches de la population, fait dire à l’Insee que « les inégalités augmentent par le très haut ».

Plus de 8 millions de pauvres

A l’autre bout de l’échelle, la pauvreté reste bien ancrée en France. L’Insee remarque qu’elle stagne depuis le début des années 2000, après une longue période de réduction. A la date de 2007, le taux de pauvreté a même légèrement augmenté : il était de 13,4% – dépassant pour la première fois la barre des 8 millions de personnes pauvres – contre 13,1% en 2005.

Les immigrés, 3 fois plus pauvres que les autres

Et, pour la première fois, l’Insee a enquêté sur la pauvreté particulière aux immigrés en France. Pour constater que là encore les inégalités sont très fortes. Plus du tiers d’entre eux sont en situation de pauvreté. Le niveau de vie moyen des ménages immigrés est inférieur d’un tiers à celui des ménages non immigrés.

Et bien voila, c’est un peu copieux, roboratif peut-être, mais les infos c’est comme la bière…C’est nourissant ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.