Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Milgram”

Page 1 de 1

Le moine et le philosophe…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , ,

Amis de l’Eutonologie et du boudin aux pommes réunis, bonjour !  Nous sommes le Mercredi  ( Merc’her e brezonheg) 18 mai 2016, 29è jour de Floréal et c’est le jour du sénevé. On devrait cultiver bien davantage cette plante en Bretagne car on dit que c’est un excellent piège à nitrates. On  voit de plus en plus souvent ses fleurs jaunes en Statue_of_St_Carannog,_Llangrannog,_Walesbordure de champ et, sachez qu’on la nomme aussi la moutarde blanche bien qu’ici elle serve surtout de fourrage. Ce sont ses graines qui sont utilisées pour confectionner le condiment qui est à la galette-saucisse ce que le ketchup est au hamburger… Tiens, on me prie de vous faire savoir qu’on fête les Karanteg. C’était un abbé Gallois, fondateur de l’église de Llangranog, Cardiganshire, Pays de Galles. Carantock a visité l’Irlande en tant que missionnaire et après son retour a fondé une monastère à Cernach, dont il était abbé. On dit qu’il a mené un groupe de moines qui ont évangélisé la Cornouailles centrale, et a émigré de là en Armorique, où il est fortement vénéré sous le nom de Karanteg d’où les communes de Carantec et Tregarantec. On dit que  son père était Corun, le fils du grand Ceredig , qui a donné le nom du comté de Ceredigion.

Or donc, nous sommes le 18 mai, jour anniversaire de la mort de Henri Laborit, décédé en 1995 et né à Hanoi en 1914. J’ai une tendresse particulière pour cet anticonformiste et son regard aiguisé sur le laboritcomportement humain. Suivant les traces de son père, il devient chirurgien de la Marine. Il développe ses propres méthodes et se met bientôt a dos sa hiérarchie. Son audace lui fermera la porte d’une brillante carrière au service de l’Etat, mais lui permettra de s’engager à fond dans la recherche. Ces observations l’amèneront à développer des théories extrêmement importantes relativement au comportement humain. Refusant d’entrer dans le jeu protocolaire de ses confrères français, il sera tenu à l’écart du monde scientifique hexagonal, tandis que les américains lui décerneront leur plus haute distinction scientifique, le prix Albert LASKER.

Il monte, en 1958, son propre laboratoire de recherches et parvient à le financer à travers la vente de brevets relatifs aux travaux qu’il mène avec son équipe. C’est le laboratoire d’Eutonologie (science de l’agression, du stress, de l’inhibition. Voir les expériences de Milgram sur l’autorité et de Laborit sur l’inhibition de l’action) à l’hôpital Boussicaut. Le grand public ne le découvre réellement qu’en 1980, lors oncle d'amériquede sa prestation dans le film d’Alain Resnais Mon oncle d’Amérique film dont il est par ailleurs l’instigateur involontaire. Tout au long de ce film, il donne des « clés » biologiques expliquant le pourquoi du comportement des protagonistes. Bien qu’assez difficiles d’accès, ses livres sont autant de révolutions et de mises en pièces de l’argutie traditionnelle relative à la « nature humaine » et ses déviances. Au fond, le message est simple : Avant de juger ou d’expliquer ou d’excuser, il faut d’abord tenter de comprendre comment l’Homme fonctionne. Avant d’assommer l’enfant avec des lois, des règlements, des contraintes hiérarchiques, il faut lui donner les « clés » de sa propre conscience. Je vous conseille particulièrement « Dieu ne joue pas aux dés »1987 chez Grasset.

Allez, je m’aperçois que c’est un peu long comme billet ; portez vous bien et à demain peut-être.

De la soumission…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis des colonies de vacances et du surimi réunis, bonjour ! Nous sommes le Dimanche 20 décembre 2015, dernier jour de frimaire dédié à la pelle. Ce qui réfute une fois pour toutes l’idée absurde qui voudrait que ce jour corresponde au 18 juin… Tandis qu’en Bretagne on célèbre saint Alar. Enfin, c’est pas une obligation non plus, hein !

C’est un 20 décembre, en 1984, qu’est décédé à New York d’une crise cardiaque, à l’âge de 51ans, Stanley Milgram. Chacun à entendu parler de l’expérience de Stanley MILGRAM à l’université de Yale dans les années soixante et qui était destinée à évaluer la capacité de l’homme à se soumettre à une autorité légitime. (L’expérimentateur (E) amène le sujet (S) à infliger des chocs électriques à un autre participant, milgraml’apprenant (A), qui est en fait un acteur. La majorité des participants continuent à infliger les chocs jusqu’au maximum prévu (450V) en dépit des plaintes de l’acteur). Peut-être avez vous vu le film de Henri Verneuil « I comme Icare » sorti en 1979 avec Yves Montand dans le rôle d’un procureur chargé d’élucider le meurtre d’un chef d’Etat ? On y voit se dérouler l’expérience de Milgram dans le but d’expliquer le comportement du tueur. Tout cela ne date donc pas d’hier. Pourquoi un plombier zingueur Bavarois se transforme t-il en bourreau nazi ? Pourquoi un candidat à un jeu télévisé accepte t-il n’importe quelle débilité ? Pourquoi monsieur et/ou madame un(e) tel(le) ne trouve pas en lui (elle) la force de dire non ?

Il faut bien l’admettre, notre éducation à tendance à faire de nous de bons petits soldats peu aptes à se rebeller. Il faut se plier aux règles, il faut accepter la loi du chef, du patron, du curé, du père, du mari, du flic, du président…Sous peine d’être isolé, marginalisé, stigmatisé, il faut se soumettre. Or l’être humain ne craint rien davantage que la obedience-to-authoritysolitude; il est grégaire par nature. Son comportement doit donc être compatible avec celui de la meute, de la troupe, de la secte, de la communauté, de la famille, de la nation… Les résultats de ces expériences peuvent paraître stupéfiants, grosso modo 80% des gens sont dans la soumission à l’ordre établi qu’il soit représenté par la Faculté en blouse blanche, l’Autorité en uniforme ou, et c’est sans doute cela le phénomène nouveau, la télé. Voilà pourquoi je m’efforce ici de raviver la mémoire de tous ceux qui se sont battus pour une éducation active, non-directive, Célestin Freinet, Francisco Ferrer, Montessori, Le Bohec, Alexander Sutherland Neill, Freire, Steiner. Une éducation qui consiste à développer le sens critique, la curiosité, la capacité à transgresser, et en définitive, cette aptitude à être minoritaire.

Voilà, voilà, à bon entendeur, salut et, en attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.

MON ONCLE D’AMERIQUE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

 

Amis de l’Eutonologie et du boudin aux pommes réunis, bonjour !

 

Le 29è jour de floréal, dans le calendrier républicain, était généralement dédié à la sénevé. Cette plante que l’on voit de plus en plus souvent en bordure de champ et que l’on nomme aussi la moutarde blanche sert aussi de fourrage.

Ce sont ses graines qui sont utilisées pour confectionner le condiment qui est à la galette-saucisse ce que le ketchup est au hamburger…

 

Or donc, nous sommes le 18 mai, jour anniversaire de la mort de Henri Laborit, décédé en 1995 et né à Hanoi en 1914. J’ai une tendresse particulière pour cet anticonformiste et son regard auguisé sur le comportement humain. J’ai encore dans l’oreille plusieurs des émissions auxquelles il participa sur radio-libertaire.

Suivant les traces de son père, il devient chirurgien de la Marine. Il développe ses propres méthodes et se met bientôt a dos sa hiérarchie. Son audace lui fermera la porte d’une brillante carrière au service de l’Etat, mais lui permettra de s’engager à fond dans la recherche.

Ces observations l’amèneront à développer des théories extrêmement importantes relativement au comportement humain. Refusant d’entrer dans le jeu protocolaire de ses confrères français, il sera tenu à l’écart du monde scientifique hexagonal, tandis que les Américains lui décerneront leur plus haute distinction scientifique, le prix Albert LASKER.

Fuyant diktat et « tradition » de la France scientifique « officielle » engoncée dans ses certitudes, il monte, en 1958, son propre laboratoire de recherches et parvient à le financer à travers la vente de brevets relatifs aux travaux qu’il mène avec son équipe. C’est le laboratoire d’Eutonologie (science de l’agression, du stress, de l’inhibition. Voir les expériences de Milgram sur l’autorité et de Laborit sur l’inhibition de l’action) à l’hôpital Boussicaut. On ne lui pardonnera jamais cette indépendance d’esprit et son décès, le 18 mai 1995, n’a suscité quasi aucun commentaire du monde scientifique et de l’Etat français.

Le grand public ne le découvre réellement qu’en 1980, lors de sa prestation dans le film d’Alain Resnais Mon oncle d’Amérique film dont il est par ailleurs l’instigateur involontaire. Tout au long de ce film, il donne des « clés » biologiques expliquant le pourquoi du comportement des protagonistes.

Bien qu’assez difficiles d’accès, ses livres sont autant de révolutions et de mises en pièces de l’argutie traditionnelle relative à la « nature humaine » et ses déviances. Au fond, le message est simple : Avant de juger ou d’expliquer ou d’excuser, il faut d’abord tenter de comprendre comment l’Homme fonctionne. Avant d’assommer l’enfant avec des lois, des règlements, des contraintes hiérarchiques, il faut lui donner les « clés » de sa propre conscience.

Bref, de nos jours, on dirait qu’il faut responsabiliser l’individu. Ce qui selon Laborit signifie lui expliquer ce qu’il est AVANT TOUTE CHOSE : Un être vivant ayant pour unique but la sauvegarde de sa structure biologique dans son environnement. Je vous conseille particulièrement « Dieu ne joue pas aux dés »1987 chez Grasset.

Loin des honneurs, loin du pouvoir et des feux de la rampe, il a avancé, inexorablement le long du chemin qu’il s’était fixé, jusqu’à son dernier souffle. Une vie vouée à la compréhension de lui-même et de ses semblables. Un bel exemple de dévouement et de désintéressement. Combien de fois a-t-il refusé des ponts d’or qu’on lui proposait (surtout aux USA), préférant l’indépendance de pensée et de travail, au mirage de la fortune. « Ce n’est pas l’Utopie qui est dangereuse, car elle est indispensable à l’évolution. C’est le dogmatisme, que certains utilisent pour maintenir leur pouvoir, leurs prérogatives et leur dominance. »

A noter que l’actrice Emmanuelle Laborit est sa petite fille.

Allez, je m’aperçois que c’est un peu long comme billet ; portez vous bien et à demain peut-être.