Vous lisez actuellement la catégorieHUMEUR

Page 2 de 40

Equitable…ou pas !

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la Grèce antique et du jambon-macédoine réunis, bonjour ! orme-de-chine-1_cliff.jNous sommes le Mardi 02 mars 2021, douzième jour de ventôse dédié à l’Orme. Très bel arbre de haute futaie en voie de disparition à cause de la graphiose qui a dévasté cette essence depuis 1925 environ dans tout l’hémisphère Nord. A Paris on comptait 30 000 ormes avant l’épidémie; il en reste à peine quelques centaines mais vous pouvez vous exercer à la culture en bonsaï, il s’y prête très bien.

Le 2 mars 1820, naissance d’ Edouard Douwes Dekker, dit Multatuli, à Amsterdam où il a sa statue (voir photo). Je ne prends pas beaucoup de risques en affirmant que vous n’avez jamais entendu parler de lui et pourtant… Écrivain anarchiste néerlandais, il a donné naissance à un multatuli statuepersonnage que beaucoup côtoient sans le savoir. Il s’agit de Max Havelaar ! D‘abord fonctionnaire en Indonésie (Colonie Hollandaise), il démissionne, écœuré par le traitement réservé aux indigènes. Il se consacre à la littérature et publie avec succès en 1859 Max Havelaar, œuvre anti-colonialiste et anti-esclavagiste. Le roman dont l’action se déroule à Java est très autobiographique et décrit notamment la difficulté de garantir des prix « raisonnables » aux petits producteurs locaux de café. C’est ainsi que depuis est née l’association Max Havelaar et le label garantissant les produits issus du commerce équitable.

Multatuli, pourfendeur du conformisme bourgeois, mettra en pratique son idéal libertaire et scandalisera ses contemporains, vivant en harmonie avec ses deux compagnes et ses deux enfants. Ses écrits anti-étatiques et anti-parlementaires, et ses combats contre la religion, max Havelaarla famille, les préjugés de toutes sortes: racistes, sexistes ou sexuels auront une grande influence dans le milieu socialiste et libertaire. Il mourra en Allemagne le 19 février 1887. En 1942, Henry Poulaille préfacera une version française de Max Havelaar : « Iconoclaste, Multatuli n’avait aucun respect des usages sacrés, (…) il avait la haine de l’hypocrisie et le mépris de toute abdication de l’individu. Loi, religion, morale, propriété, étaient autant de masques à arracher. ». On boirait du p’tit lait si, les choses n’étaient en train d’évoluer et, pas forcément du bon côté comme nous le rappelait cet article de la revue Politis (2014)

Et voila, amis lecteurs, pour cette livraison du mardi. J’espère qu’elle vous trouvera en pleine forme, continuez à bien vous portez et, à bientôt peut-être.

On voit d’ces trucs…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’éthologie et de la terrine de lièvre réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 13 février 2021, 25è jour de pluviôse dédié au lièvre. Bel animal qui a tendance à se faire rare dans nos contrées.

Pourtant, il est très présent dans l’imagination populaire de nombreuses civilisations : En Europe de l’Est, c’est le Wolpertinger, aux États-Unis d’Amérique, le Jackalope ou lievre-cornu-1789-300x255encore, Leuk le lièvre au Sénégal… Animal improbable et souvent cornu, il animait les soirées un peu comme le Dahu. La légende le dit très farouche et difficile à observer, d’ailleurs on n’a jamais pu capturer de spécimen vivant. En revanche on peut l’entendre, puisqu’il imite la voix humaine à la perfection. Les cowboys avaient parfois la surprise, le soir autour du feu, d’entendre leurs chants répétés fidèlement par une voix aux alentours. Ah, on voit d’ces trucs madame Michu et pas seulement des éléphants roses après maintes libations. Au train où va le réchauffement climatique on ne devrait pas tarder à voir un oranger sur le sol irlandais. Allez, une petite ballade de Bourvil pour nous faire oublier la température ambiante.

 

Chez nous on a des poules tout aussi improbables commepoule-charrue le démontre cette photo. Les mauvaises langues y verront surement le résultat d’une alimentation à base de maïs transgénique.

Sans juger nous jugeons, estant notre raison
Là-haut dedans la teste, où, selon la saison
Qui règne en nostre humeur, les brouillars nous embrouillent
Et de lièvres cornus le cerveau nous barbouillent .

Allez, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Chez Sanofi, y-a pas de vaccin mais…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la transmutation et de la froment-beurre réunies, Thymèlebonjour ! Nous sommes le Mercredi 10 février 2021, 22è jour de pluviôse que nos amis républicains, dans leur petit calendrier et leur grande imagination avaient dédié à la Thymèle; jolie plante qui donne une très belle floraison par grappes. Dans certaines régions, elle porte le nom de Daphné-Garou ou Saint-bois… Le Garou est un arbuste des garrigues méditerranéennes et des sables atlantiques.

Y-a pas de petits profits…

Sanofi enregistre en 2020 un bénéfice record de 12,3 milliards d’euros. Le groupe va verser quatre milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires, de quoi relancer la polémique après l’annonce de la suppression d’un millier de postes en France dont 400 dans la recherche et le développement. Pourtant, en Juin 2020, lors d’une visite symbolique sur le site de recherche et de production de vaccins de Sanofi, à Marcy-l’Etoile (Rhône), Emmanuel 1er avait annoncé le déblocage de 200 millions d’euros pourlieux de culte accélérer la mise au point d’un vaccin et de traitements contre le coronavirus. Aujourd’hui le groupe va se contenter d’embouteiller les vaccins de Pfizer. Pour mémoire, rappelons que Sanofi, fondée en 1973, n’était à ses débuts qu’une « start-up » de dix salariés, filiale du groupe pétrolier Elf Aquitaine. Or donc le virus continue de circuler librement de-ci de-là mais attention; il choisit ses lieux de prédilection. Et curieusement, un an après le début de la catastrophe nous en sommes toujours à nous demander sur quelles bases scientifiques le coronavirus circule dans les bars, les restaurants, les musées, les salles de concert et de cinéma, les transports en commun, les festivals en plein air et pas dans les églises. L’opération du saint esprit sans nul doute. Réclamons donc l’ouverture de nos lieux de culte à nous.

Allez, je fais court, je dois déneiger devant ma porte. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

Il pleut sur Brest ! Si, si…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la botanique à deux balles et du pot au feu réunis, bonjour ! Or donc nous voici le Mardi 02 février 2021, ère du vrai confinement, quatorzième jour de pluviôse dédié à l’avelinier, ou si vous préférez, le coudrier noisetier_mb1007-d0014-300x225qui est l’ancien nom du noisetier…C’est la Chandeleur, ar goulou vras , la grande lumière, comme disent les brittophones. A la Chandeleur, Quéré fait des crêpes jusqu’à pas d’heure, se plaisait à nous dire mon aïeule, sûre qu’elle était de nous épater. Savez vous que le noisetier se prête tout à fait à la culture du bonsaï comme le montre cette photo. Oui mais, pourquoi Avelinier ? Et bien, petit scarabée, parce que il s’agit en vérité du Corylus avellana. Avellana se rapporterait à la ville italienne d’Avella, dans la province d’Avellino, dont les noisettes étaient réputées. Voilà pourquoi, une « aveline » est une grosse noisette presque ronde et « avelinier » le nom ancien de cette sorte de noisetier. Merci qui ? Merci papy Erwan…

Vous surprendrai-je si je vous dis qu’il pleut sur Brest ! En vérité, cela fait trois mois qu’il pleut; un temps à ne pas mettre un chien de ma chienne dehors. Un temps si gris qu’un virus s’est pendu. Un temps à avoir le moral dans les chaussettes et le covid dans les narines. Un temps à s’auto confiner avant que les gougnafiers qui nous gouvernent en finissent avec les libertés individuelles qui nous restent… Mais que s’est-il passé pour que nous en soyons arrivés à cela. Toujours plus d’interdits, toujours plus de contrôles. Un Etat d’urgence qui devient la norme, des comités Théodules en lieu et place des institutions démocratiques. Une gestion de crise digne des pieds nickelés. Mais on va où là ? Allez, musique ! Ecoutons Stanley Gayetzsky, plus connu sous le nom de Stan Getz, né le 2 février 1927 à Philadelphie en Pennsylvanie.


 

Merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La rose et le lapin…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis du cinématographe et du pop-corn réunis, bonjour ! Nous voici le Samedi 30 janvier de l’an 2021 et nos amis républicains dans leur grande sagesse et leur petit calendrier avaient dédié ce jour à rose de Noëll’hellébore. L’helléborus niger, encore nommée « rose de Noël » tient son appellation d’une jolie légende que je m’en vais vous conter ici. Nous voici au cœur de la nuit qui vit la naissance du petit Jésus. Madelon, une bergère gardant ses moutons, voit une caravane de bergers et Rois Mages traverser son champ enneigé pour aller offrir leurs cadeaux au nouveau-né. La pauvrette se dit in petto: Tiens, le Paris-Dakar est plus tôt cette année… N’ayant rien à offrir, elle se met à pleurer. Un ange qui appartenait au comité de course voit ses larmes sur la neige, les effleure et fait éclore son cadeau, une fleur blanche ombrée de rose : la rose de Noël. C’est pas beautiful ça !

Au Moyen-Âge encore, la plante se nommait aussi Aliboron, terme de l’ancien français issu lui-même du grec elleboros, folie. L’ellébore porte le nom d’anticyricón, notamment chez  Dioscoride. Dans la Rome antique,Boronali le proverbe mettre le cap sur Antycire signifiait montrer des signes de folie; on retrouve ce proverbe chez Horace. Considérée comme un remède universel contre la folie dès l’Antiquité, aliboron a pu être associé au nom de maistre pour désigner le médecin, puis le savant et enfin l’âne ou le « maître Aliboron », personnage ridicule car se mêlant de tout. Aliboron a aussi donné son nom, par anagramme interposé, à un peintre qui défraya la chronique: Boronali fut célèbre au début du XXe siècle, bien que n’ayant jamais peint qu’une seule toile… Mais auparavant, un tour à Montmartre avec Georges Chelon.

 


Au salon des Indépendants de 1910 figure la toile Coucher de soleil sur l’Adriatique. Le catalogue en donne pour auteur « JR. Boronali, peintre né à Gênes ». En raison du caractère abstrait de cette peinture, les critiques s’enthousiasment et l’affaire fait grand bruit, jusqu’au jour où lapin-à-Gille journal Le Matin reçoit la visite de l’écrivain Roland Dorgelès qui révèle, constat d’huissier à l’appui, que l’auteur se nomme en fait « Lolo », et qu’il est l’âne du patron du Lapin Agile, célèbre cabaret de la butte Montmartre. Sur la photo à droite, le « Père Frédé » et son âne Lolo. Boronali est l’anagramme d’Aliboron, le nom donné à l’âne par Jean de La Fontaine. Dorgelès, avec deux amis peintres, André Warnod et Jules Depaquit, avait attaché un pinceau à la queue de l’animal qui devint ainsi la vedette du Salon. Et la toile s’est vendue 400 francs… Le fameux cabaret lui, il doit son nom au caricaturiste André Gill qui imagina comme enseigne, un lapin bondissant hors de la casserole. Par jeux de mots, le lapin à Gill devint le lapin agile. L’original de l’enseigne est conservé au musée de Montmartre.

Et voilà, on cause, on cause et on ne sait plus très bien où cela nous entraîne. En tous cas, c’est sympa à vous d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Destins croisés…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la chirurgie ambulatoire et du pouce-pied mayonnaise réunis, bonjour ! Ce Jeudi 21 janvier 2021 correspond au deuxième jour de sant-erwannPluviôse dans notre calendrier républicain. C’était le jour dédié à la mousse, ce qui, en temps ordinaire, m’aurait conduit à m’en faire couler une petite. Pourquoi pas une Sant Erwann tiens; c’est une bière de haute fermentation produite par la Brasserie de Bretagne. C’est une bière de caractère, assez alcoolisée, composée de sept céréales : orge, blé, avoine, blé noir, épeautre, millet et seigle (cela est souligné par le slogan sur l’étiquette : 7 siècles, 7 céréales, 7 degrés).

Destins croisés…

La vie s’emploie chaque jour à nous proposer des coïncidences parfois drôles, quelquefois dramatiques et toujours surprenantes. Tenez, à priori, quoi de commun entre ces deux hommes: Vladimir Ilitch OulianovLenine-haranguant qui fut relégué par la police du tsar en Sibérie, au bord de la Léna (d’où le surnom Lénine par lequel il se fera dès lors appeler). Et, Eric Arthur Blair qui se fera appeler George Orwell, né d’un père fonctionnaire en charge du commerce de l’opium aux Indes. Et bien, tous deux sont décédés un 21 Janvier et, plus le premier raffermissait le communisme à la mode soviétique, plus le second s’en éloignait. La « Révolution d’Octobre » débouche sur le pouvoir sans partage des bolcheviques (le nom venant de большинство, bolchinstvo, qui signifie « majorité », par opposition aux mencheviks du russe : меньшинство, menchinstvo, « minorité »). Le Bolchevisme deviendra le Communisme et celui-ci cédera la place au Stalinisme, vous connaissez la suite.

De son côté, le jeune Blair découvre très tôt la nécessité de s’engager. Après des études au collège d’Eton, où il découvre le militantisme, il s’engage comme sergent en Birmanie puis vit de petits boulots à Paris et Londres. Il va se battre en Espagne dès 1936 aux côtés des Orwell-anarchistecommunistes dissidents du POUM, il prend conscience de la nature totalitaire du communisme à une époque où les intellectuels de son espèce préféraient en chanter les louanges. À la veille de la seconde guerre mondiale, il est réformé suite à une blessure à la gorge et devient reporter. C’est ainsi qu’il publie en 1945 un petit roman parodique: la Ferme des Animaux. Il s’agit d’une allégorie satirique du communisme qui raconte la prise de pouvoir des animaux dans une ferme, à l’instigation des cochons, et la manière dont ces derniers s’arrogent un pouvoir dictatorial au nom des grands principes : « Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres…» En 1949, son dernier roman, 1984, décrit une société totalitaire sous le regard d’un chef omniprésent, « Big Brother » et chacun de reconnaître le petit père du peuple dans le grand frère du roman – Staline. L’autorité s’exerce par le contrôle de la langue officielle, la novlangue.

Etonnant, non ! Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Prison 101…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la neige en hiver et du Picon-bière réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 04 Janvier 2020 qui correspond au quinzième jour de Nivôse dédié au lapin. En vérité, j’ai dagobertbien failli vous en poser un car je ne sais fichtrement pas de quoi je vais vous entretenir. Les fêtes sont derrière nous, l’actualité ne m’inspire guère et, rien à glander today au club des métaphores comme le disait Léo Ferré. Ah, le métier d’échotier n’est pas une sinécure madame Michu ! J’en connais qui vont fêter les Madeg. Madeg était un compagnon de Gwenneg. On suppose qu’il était l’un des nombreux frères du roi Judikael (roi des bretons qui fut soumis à l’allégeance par le bon roi Dagobert).

Or donc, amis lecteurs, de quoi donc vais-je « kaoser » ? Une fois que l’on a dit tout le bien que l’on pensait de ceux qui nous gouvernent; pesté contre les augmentations; vitupéré contre les brigands qui sont causes des guerres; accablé les mollahs, les rabbins, les curés, les pasteurs; asticoté les banquiers; étrillé les philosophes bleu cobaltGermanopratins; asticoté les pseudo-socialistes; vilipendé les pollueurs; asticoté les patrons du CAC 40; blasphémé envers Allah, Jésus,Vishnu, leurs prophètes et tous les saints; dénoncé les républiques bananières; pleuré sur la retraite des vieux; récriminé la-justice-de-mon-pays; tergiversé sur le bien fondé du vaccin pour tous; regretté le bon vieux temps d’avant que c’était mieux… Que reste t-il pour alimenter un blogue qui se veut quotidien sinon la poésie. Certains d’entre vous se souviennent peut-être de Annkrist et de son bleu cobalt, artiste d’origine brestoise, qui interprète ici Prison 101. Ce disque a été enregistré en 1975 je crois, c’est du blues à la mode bretonne.

https://youtu.be/4N3aoap785s

Allez, portez vous bien, gardez vos distances et à bientôt peut-être.

Je hais le Nouvel An…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR, Non classé

Amis de la charité bien ordonnée et du café-cognac réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 02 janvier 2020, treizième jour de nivôse dédié à l’ardoise, maen-glas en breton. On me dit que notre Préfet à la large caricaturecasquette (Lallement) n’a pas hésité à inscrire une citation de Léon Trotsky, fondateur de l’Armée rouge, sur la carte envoyée à ses relations pour leur souhaiter la bonne année: «Je suis profondément convaincu, et les corbeaux auront beau croasser, que nous créerons par nos efforts communs l’ordre nécessaire. Sachez seulement et souvenez-vous bien que, sans cela, la faillite et le naufrage sont inévitables ». Pour ma part, n’ayant pas trop le cœur à l’ouvrage, j’ai convoqué le camarade Gramsci pour vous parler du nouvel an…

« Chaque matin, à me réveiller encore sous la voûte céleste, je sens que c’est pour moi la nouvelle année. C’est pourquoi je hais ces nouvel an à échéance fixe qui font de la vie et de l’esprit humain une entreprise commerciale avec ses entrées et sorties en bonne et due forme, son bilan et son budget pour l’exercice à venir. Ils font perdre le sens de la continuité de la vie et de l’esprit. On finit par croire sérieusement que d’une année à l’autre existe une solution de continuité et que commence une nouvelle histoire, on fait des résolutions et l’on regrette Gramsci-2-ses erreurs etc. etc. C’est un travers des dates en général. On dit que la chronologie est l’ossature de l’Histoire; on peut l’admettre. Mais il faut admettre aussi qu’il y a quatre ou cinq dates fondamentales que toute personne bien élevée conserve fichée dans un coin de son cerveau et qui ont joué de vilains tours à l’Histoire. Elles aussi sont des nouvel an. Le nouvel an de l’Histoire romaine, ou du Moyen Âge, ou de l’Époque moderne. Et elles sont devenues tellement envahissantes et fossilisantes que nous nous surprenons nous-mêmes à penser gramsci-533x421quelquefois que la vie en Italie a commencé en 752, et que 1490 ou 1492 sont comme des montagnes que l’humanité a franchies d’un seul coup en se retrouvant dans un nouveau monde, en entrant dans une nouvelle vie. Ainsi la  date devient un obstacle, un parapet qui empêche de voir que l’histoire continue de se dérouler avec la même ligne fondamentale et inchangée, sans arrêts brusques, comme lorsque au cinéma la pellicule se déchire et laisse place à un intervalle de lumière éblouissante. Voilà pourquoi je déteste le Gramsci-3-nouvel an. Je veux que chaque matin soit pour moi une année nouvelle. Chaque jour je veux faire les comptes avec moi-même, et me renouveler chaque jour. Aucun jour prévu pour le repos. Les pauses je les choisis moi-même, quand je me sens ivre de vie intense et que je veux faire un plongeon dans l’animalité pour en retirer une vigueur nouvelle. Pas de ronds-de-cuir spirituels. Chaque heure de ma vie je la voudrais neuve, fût-ce en la rattachant à celles déjà parcourues. Pas de jour de jubilation aux rimes obligées collectives, à partager avec des étrangers qui ne m’intéressent pas. Parce qu’ont jubilé les grands-parents de nos grands parents etc., nous devrions nous aussi ressentir le besoin de la jubilation. Tout cela est écœurant. » (Antonio Gramsci, 1er janvier 1916 sur l’Avanti!, édition de Turin, rubrique « Sotto la Mole ») Traduit par Olivier Favier.

Voilà pour débuter l’année. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Sous les pavés…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la métempsycose et du homard à l’armoricaine réunis, bonjour ! Voici donc le dernier jour de la dernière semaine de cette année 2020 qui n’en finit pas de disparaître avec son cortège d’emmerdements… Dans notre calendrier républicain, c’est le 11è jour de Nivôse, dédié au granite. A ne pas confondre avec Le Granit qui est une municipalité régionale du Québec (Canada) dans la région de l’Estrie. Son chef-lieu est Lac-Mégantic; étonnant, non !

Ah, je vous vois venir, pointilleux que vous êtes. Granit (e) ! Non, il ne s’agit pas d’une faute d’orthographe ; le mot « granite » existe bel et bien. Mais il n’a pas la même signification que son homologue sans « e ». Le terme « granite » est issu de la géologie. Il s’agit d’une roche pavé-68-300x204volcanique (ou magmatique – plutonique ) qui a une composition chimique et minéralogique très précise. Le mot « granit », quant à lui, vient de l’italien « granito », signifiant « grenu » (ou granuleux). Granit est donc un terme commercial qui reprend l’ensemble des roches dures, grenues et non poreuses, quelques soient leurs natures minéralogiques. Des granites, calcaires, grès, gneiss, brèches et conglomérats sont donc repris sous l’appellation générique de granit. Malgré leurs différences géologiques, tous les granits sont reconnaissables grâce à la présence de grains de cristaux mais aussi à leurs effets pervers sur le casque d’un pandore. A gauche (si j’ose dire) sur cette photo de Jean Pottier il s’agit des pavés de Mai 68 sous lesquels aurait du se trouver la plage…

https://youtu.be/NJDkUJD54N4

Je ne vous étonnerai pas en vous disant que ma préférence va au granite de Kersanton de la rade de Brest, très fin et très dur – Gris bleuté. D’autres vont préférer le granite de Le Saint (56) plutôt blond; Site naturel protegealors que certains vont apprécier Le gris de Moulin-Mer gris blanc. Et que dire du granite rose: La côte de Granit(e) rose s’étend de Trébeurden au sémaphore de Ploumanac’h. Vieux de 300 millions d’années, ce massif tire sa couleur du fort pourcentage de feldspath potassique qu’il contient. Heureusement pour l’office de tourisme, Ploumanac’h a rejoint Perros-Guirec lors de la création de la municipalité, en 1790. Toutes ces nuances se retrouvent dans les œuvres de nos sculpteurs qui peuplent aujourd’hui la vallée des saints sur la colline de Quenequillec à 230 m d’altitude, dans la commune de Carnoët (Côtes-d’Armor). Car en effet, comme le dit Emile Vaillant, lui même sculpteur sur granite: «  La Bretagne a vallée-02-300x156taillé dans le granite ses calvaires et ses saints et ceux-ci sont immortels ainsi que les dieux de l’Egypte antique. Ce n’est ni sur la pierre commune, ni sur l’airain, ni même sur le marbre, que les peuples doivent écrire leurs noms s’ils veulent le faire en caractères ineffaçables : c’est sur le granite, qui ne prend les empreintes que lentement et à force de peine, mais qui les garde.»

Et voila, Bloavez mad ha yech’ed mad d’an holl. Portez vous bien et à l’année prochaine peut-être.

Toubib or not toubib…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la pyrotechnie à l’italienne et des ortolans à la provençale réunis, bonjour ! En ce Mardi 29 décembre salpetre12020, outre le fait que nous approchons du moment fatidique où nous allons basculer vers 2021, nous honorons le 9è jour de nivôse du calendrier Républicain, jour consacré au Salpêtre (du latin Sal Petrae -le sel de la pierre). Le salpêtre, vous le mélangez à un peu de souffre et du charbon de bois et vous obtenez la poudre à canon. Ensuite, chacun fait ce qu’il veut…

Par exemple, se vacciner…ou pas !

Or donc, le vaccin de chez Pfizer et consorts n’en serait pas un. Serait-ce possible madame Michu ? On ne nous dit pas tout ! Si j’en crois quelques sources, généralement bien informées comme on dit à la DGSI, il s’agirait en fait de thérapie génique… J’explique. On va vous injecter un ARN messager (molécule fabriquée en laboratoire) qui va demander à vos cellules de produire une protéine appeléeplusieurs-vaccins «spicule» et qui se trouve à la surface du virus. C’est contre ces protéines que votre système va synthétiser des anticorps. Oups ! Génétique, modification, les dés sont jetés; agitez fortement et laissez faire les rézosossio. D’autant plus que les autorités anglo-saxonnes ont exonéré Pfizer de toute poursuite légale dans le domaine de la covid; cette immunité s’étendant même aux manufacturiers du produit. C’est pas moi qui le dit mais Nicolas Druz, membre de l’académie de médecine de New-York. C’en est assez pour virer complotiste avant la fin de l’année. Bon, rappelez moi le serment d’Hippocrate avant de sortir: Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion…

Allez, encore un effort et vous êtes en 2021. Merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.