Résultat de recherche pour “Munch”

Page 1 de 1

Stop ou encore…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’étymologie et du soufflé au fromage réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 07 Mai 2021, 18è jour de Floréal dédié à la Corbeille d’or. Sans doute eut-il fallu que je consacrasse (imparfait du subjonctif mon n’veu) ce billet aux derniers soubresauts de l’actualité mais, considérant que vos gazettes habituelles allaient le faire mieux que moi, je vous invite à fêter avec moi la parution du 5000è billet de ce blog modeste et génial comme disait l’autre.

 

Il fallait de l’original, et bien, en voila.

 

Hold Your Horses! est un orchestre fichtrement atypique de par chez nous. Ce groupe de jeunes érudits franco-américano-belge est animé d’une fougue orchestrale luxuriante (le violoncelle, le tuba, la clarinette ou la trompette font partie de leurs joujoux préférés). Bon d’accord, on aime ou pas mais moi, j’aime ce coté « néo-baroque », cette douce folie, ce mélange détonant entre les Beatles et Ray Ventura, ce groupe composé de 7 membres d’origines diverses est basé à Paris. Dans le clip j’ai essayé d’identifier les sources, voici ce que j’ai cru découvrir: La dernière cène de Léonard de Vinci – La naissance de Vénus de Botticelli -La leçon d’anatomie de Rembrandt – La jeune fille à la perle de Vermeer – Le radeau de la Méduse de Géricault – La mort de Marat de David – La création d’Adam de Michel-Ange- Le fils de l’homme de Magritte – Un autoportrait de Frida Kahlo, je crois – Le cri de Munch – Autoportrait à l’oreille coupée de Van Gogh – Marilyn de Warhol – Salomé et la tête de Saint Jean Baptiste par le Caravage -La liberté guidant le peuple de Delacroix – Les tournesols de Van Gogh. A vous pour la suite…

 

Quand à la suite de ce blog, j’attends un tsunami plébiscitaire avant de poursuivre. En attendant, portez vous bien.

 

A qui profite the scream ?

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis de l’expressionnisme et du ragout de hérisson réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 23 janvier 2016, quatrième jour de Pluviôse, dédié au Perce-neige, les puristes de l’orthographe ne manqueront pas perce-neigede relever qu’il faudrait dire LA perce-neige. Et je ne vous parle même pas du pluriel, un truc à épater maître Capello lui même. Entre ceux qui en font un invariable et ceux qui mettent un S à neige. Personnellement je m’en soucie comme de ma première pipe en terre. Cela me fait penser que dans les jardins de Keramoal, les jonquilles montrent déjà le bout de leur nez (alors que dans les jardin de mon père, les lilas sont fleuris) et que je suis loin d’avoir terminé mes tailles d’hortensias… Travaillez, prenez de la peine, aurait dit mon aïeule, toujours en mal de citation.

EDVARD MUNCH, L’ANARCHISTE.

Le 23 Janvier 1944, décès d’Edvard MUNCH à Løten (Norvège). Il naît dans une famille modeste qui sera frappée par la maladie (tuberculose) et la mort (de sa mère alors qu’il n’a que cinq ans puis ensuite d’une soeur et d’un frère). Il abandonne en 1881 des études d’ingénieur pour suivre des cours de dessins. Sa première exposition a lieu en 1883. The_ScreamVers 1885, il commence à fréquenter à Kristiania le groupe anarchiste de Hans Jaeger, dont il réalisera le portrait, et effectue un premier séjour à Paris. En 1889 il est de retour en France où il est un moment élève de Léon Bonnat. A l’automne 1892, à l’invitation du club artistique de Berlin, il expose ses peintures dans la capitale allemande, mais l’exposition est contrainte à la fermeture après avoir provoquée un scandale retentissant, la « bonne société » y voyant une provocation anarchiste. S’y étant fait un nom, il se fixe à Berlin où il fréquente intelligentsia littéraire et artistique, collabore à des revues et des cercles d’avant-garde et se lie en particulier avec le dramaturge suédois August Strindberg, et réalise une nouvelle exposition en 1893, année où il peint son célèbre tableau considéré comme le manifeste expressionniste du désespoir et de la souffrance: « Le Cri ». Mais il est de plus en plus sujet à des crises dépressives, alternant séjours à l’hôpital et voyages. Dans les années trente les nazis pourfendant « l’art dégénéré » s’en prendront à ses tableaux exposés dans les musées allemands. Il meurt à Ekely près d’Oslo, le 23 janvier 1944 après avoir légué de nombreux tableaux et dessins à la ville d’Oslo, qui construira un musée en son honneur, je l’ai visité, ça vaut le détour.

Allez, quand faut y aller, faut y aller. Portez vous bien et à demain peut-être.

8 février

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

, , , ,

Amis de l’amour libre et du non-mariage pour tous réunis, bonjour !

Le 8 février correspond au 20è jour de Pluviôse qui était dédié à la serpette. C’est aussi un 08 février, en 1910, qu’est mort Hans Henrik JAEGER, à Oslo.

Ecrivain et philosophe anarchiste et amour-libriste norvégien. Fils d’un officier de police,images-1
il est né à Drammen, le 2 septembre 1854. Orphelin à l’âge de 14 ans et livré à lui-même, il s’embarque dans la marine où il deviendra ensuite officier. En 1875, il commence des études de philosophie et fréquente la bohème de Kristiania (ancien nom d’Oslo). Au début des années 1880 il crée un groupe militant où de jeunes intellectuels et des peintres comme Edvard Munch se retrouvent et se mobilisent notamment pour prôner l’amour libre et remettre en question le mariage.

Après avoir écrit un essai sur Kant et deux pièces de théâtre, il publie en 1885 un roman naturaliste « Scènes de la Bohême de Kristiania », mais le livre qui choque « la bonne société » est aussitôt saisi et interdit (jusqu’en Suède) pour outrage aux bonnes images-2moeurs. Cela lui vaut d’être condamné en 1886 à 60 jours de prison assortie d’une amende. A gauche: Bedri BaykamLa Bohème de Christiania (Hans Jaeger et les autres) Hommage à Munch. Il quitte alors pour un temps la Norvège et arrive en France, il y résidera deux années durant travaillant comme journaliste correspondant pour un journal social-démocrate, avant de rentrer à Kristiania où il est en relation avec l’anarchiste danois I.Ipsen (celui qui lui a fait découvrir l’anarchisme) et le Dr Rolf Hammer. En 1906 il publie à Copenhague le livre « Anarkiets Bibel » (La Bible de l’Anarchisme), véritable plaidoyer où les préoccupations sociales et la grève générale expropriatrice se joignent au besoin de libération individuelle et sexuelle. En 1907, il éditera avec Ipsen le journal de combat social « Kosaren » (Le Corsaire) puis la même année « Skorpionen » (Le Scorpion) qui deviendra ensuite « Revolten » (La Révolte). Mais atteint d’un cancer, il meurt à l’hôpital le 8 février 1910. Sources:

Allez, bonne fin de semaine, portez vous bien, revenez quand vous voulez et à demain peut-être.

 

HOLD YOUR HORSES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Hold Your Horses! est un orchestre fichtrement atypique de par chez nous. Entraînés par une fougue orchestrale luxuriante (le violoncelle, le tuba, la clarinette ou la trompette font partie de leurs joujoux préférés), ces Français évoquent plus une nouvelle étoile sise en pleine constellation montréalaise qu’un énième avatar de musette franchouillarde.

Bon d’accord, on aime ou pas mais moi, j’aime ce coté « néo-baroque », cette douce folie, ce mélange détonant entre les Beattles et Ray Ventura, ce groupe composé de 7 membres d’origines diverses est basé à Paris. Dans le clip j’ai essayé d’identifier les sources, voici ce que j’ai cru découvrir:

La dernière cène de Léonard de Vinci – La naissance de Vénus de Botticelli -La leçon d’anatomie de Rembrandt – La jeune fille à la perle de Vermeer – Le radeau de la Méduse de Géricault – La mort de Marat de David – La création d’Adam de Michel-Ange- Le fils de l’homme de Magritte – Un autoportrait de Frida Kahlo, je crois – Le cri de Munch – Autoportrait à l’oreille coupée de Van Gogh – Marilyn de Warhol – Salomé et la tête de Saint Jean Baptiste par le Caravage -La liberté guidant le peuple de Delacroix – Les tournesols de Van Gogh.

A vous pour la suite…

Tout à fait autre chose et qui n’a rien à voir.

La rosette arrosée.

Les moins jeunes d’entre vous se souviennent sans doute de l’affaire Markovic. On retrouva son corps enveloppé dans une toile à matelas en octobre 68. Cela aurait pu rester un fait divers si ce n’était la personnalité du macchabée… En effet, celui-ci n’était autre que le garde du corps des époux Delon. L’affaire pris une tournure politique lorsque l’on découvrit des photos prises lors de « soirées fines » organisée par Markovic où se mélangeaient allègrement représentants de la jet-set, du milieu politique et du milieu tout court. L’une de ces photos mettait directement en scène Mme Pompidou, la femme de l’ancien 1er ministre et futur président…Une lettre adressée à la PJ mettait en cause les époux Delon et un certain Marcantoni. Or, la rumeur voudrait que ce sympathique pèlerin fut incessamment décoré de la légion d’honneur par Nicolas 1er en personne. Le personnage est haut en couleur et à longtemps fait figure du grand banditisme et, même s’il est avéré qu’il ait participé à la résistance, il n’est pas prouvé qu’il n’ait pas fricoté aussi avec la gestapo. « Monsieur François » a aujourd’hui 90 printemps et coule une paisible retraite en région parisienne. Mais, comme le dit François Moréas dans son blog:  « 15 mois de résistance peuvent-ils effacer une vie de truand ? » Décidément, les mœurs de la République ressemblent de plus en plus à ceux d’une fille publique.


Le Wolpertinger…

Depuis quelques semaines, les talus de Keramoal se creusaient de trous pour le moins peu ordinaires eu égard à la taille des lapins qui peuplent nos contrées.

Après de longues heures à l’affut, dissimulé sous les branchages et en tenue de camouflage tel un documentariste animalier, j’ai enfin pu réaliser une photo du responsable.

Je vous laisse juge de la stupéfaction des éminents chercheurs du muséum d’histoire naturelle à qui j’ai confié cette photographie. Les spécialistes Allemands qui l’ont observé pour la première fois, appellent cette chimère: Le Wolpertinger !

Les pesticides et autres éléments chimiques utilisés sans vergogne dans l’agriculture moderne ne sont surement pas étrangers à cette mutation. Il faudra que j’en parle à l’ami Paul…

C‘était le patchwork du vendredi, jour des crèpes, un peu de tout pour pas grand chose. L’important bien sûr est de ne pas se prendre au sérieux. Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

EDVARD MUNCH, L’ANARCHISTE.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

 

C’EST QUAND QU’ON VAS OU ?

Nous sommes le 12 /12 /2009… Il ne nous reste que deux ans avant la fin du monde ! Je rigole pas, c’est dans le journal. Une bande d’illuminés a décidé que l’apocalypse était pour le 12/12/2012. Paco Rabanne nous avait fait le coup avec l’an 2000 mais, nous sommes toujours là. De tous temps les hommes ont désiré ardemment connaître la date qui mettrait fin à leur bail sur cette terre et ,les millénaristes de tous poils en ont tiré profit. Il faut dire que la crédulité est ce qu’il y a de plus partagé en ce bas monde. Le désir, l’envie, le besoin, la nécessité de croire alimentent les fonds de commerces de tous les marchands d’illusions. L’obscurantisme que l’on croyait avoir éradiqué avec le siècle des lumières continue de bien se porter à la satisfaction des marchands du temple. Popes, rabbins, curés, ayatollahs et autres pasteurs se bousculent pour sauver nos âmes avant le grand soir. J’essaye modestement dans ce blog, à travers ma galerie de portraits, de rendre hommage à ceux qui ont combattu pour l’émancipation de l’homme en promouvant une éducation laïque détachée de toute contingence religieuse. Force est de constater que c’est pas gagné…

EDVARD MUNCH, L’ANARCHISTE.

Le 12 décembre 1863, naissance d’Edvard MUNCH à Løten (Norvège).
Ce célèbre peintre et graphiste norvégien, pionnier de l’école expressionniste scandinave et allemande, fréquentait aussi les anarchistes de Kristiania (Oslo).
Il naît dans une famille modeste qui sera frappée par la maladie (tuberculose) et la mort (de sa mère alors qu’il n’a que cinq ans puis ensuite d’une soeur et d’un frère). Il abandonne en 1881 des études d’ingénieur pour suivre des cours de dessins. Sa première exposition a lieu en 1883. Vers 1885, il commence à fréquenter à Kristiania le groupe anarchiste de Hans Jaeger, dont il réalisera le portrait, et effectue un premier séjour à Paris. En 1889 il est de retour en France où il est un moment élève de Léon Bonnat.
A l’automne 1892, à l’invitation du club artistique de Berlin, il expose ses peintures dans la capitale allemande, mais l’exposition est contrainte à la fermeture après avoir provoquée un scandale retentissant, la « bonne société » y voyant une provocation anarchiste.
S’y étant fait un nom, il se fixe à Berlin où il fréquente intelligentsialittéraire et artistique, collabore à des revues et des cercles d’avant-garde et se lie en particulier avec le dramaturge suédois August Strindberg, et réalise une nouvelle exposition en 1893, année où il peint son célèbre tableau considéré comme le manifeste expressionniste du désespoir et de la souffrance: « Le Cri ». Mais il est de plus en plus sujet à des crises dépressives, alternant séjours à l’hôpital et voyages. Dans les années trente les nazis pourfendant « l’art dégénéré » s’en prendront à ses tableaux exposés dans les musées allemands.
Il meurt à Ekely près d’Oslo, le 23 janvier 1944 après avoir légué de nombreux tableaux et dessins à la ville d’Oslo, qui construira un musée en son honneur, je l’ai visité, ça vaut le détour.

Voila pour ce samedi qui s’annonce frisquet, couvrez vous bien et, à demain peut-être.