Vous lisez actuellement les articles publié en mai 2021

Page 1 de 1

Stop ou encore…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’étymologie et du soufflé au fromage réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 07 Mai 2021, 18è jour de Floréal dédié à la Corbeille d’or. Sans doute eut-il fallu que je consacrasse (imparfait du subjonctif mon n’veu) ce billet aux derniers soubresauts de l’actualité mais, considérant que vos gazettes habituelles allaient le faire mieux que moi, je vous invite à fêter avec moi la parution du 5000è billet de ce blog modeste et génial comme disait l’autre.

 

Il fallait de l’original, et bien, en voila.

 

Hold Your Horses! est un orchestre fichtrement atypique de par chez nous. Ce groupe de jeunes érudits franco-américano-belge est animé d’une fougue orchestrale luxuriante (le violoncelle, le tuba, la clarinette ou la trompette font partie de leurs joujoux préférés). Bon d’accord, on aime ou pas mais moi, j’aime ce coté « néo-baroque », cette douce folie, ce mélange détonant entre les Beatles et Ray Ventura, ce groupe composé de 7 membres d’origines diverses est basé à Paris. Dans le clip j’ai essayé d’identifier les sources, voici ce que j’ai cru découvrir: La dernière cène de Léonard de Vinci – La naissance de Vénus de Botticelli -La leçon d’anatomie de Rembrandt – La jeune fille à la perle de Vermeer – Le radeau de la Méduse de Géricault – La mort de Marat de David – La création d’Adam de Michel-Ange- Le fils de l’homme de Magritte – Un autoportrait de Frida Kahlo, je crois – Le cri de Munch – Autoportrait à l’oreille coupée de Van Gogh – Marilyn de Warhol – Salomé et la tête de Saint Jean Baptiste par le Caravage -La liberté guidant le peuple de Delacroix – Les tournesols de Van Gogh. A vous pour la suite…

 

Quand à la suite de ce blog, j’attends un tsunami plébiscitaire avant de poursuivre. En attendant, portez vous bien.

 

Demain le 5000è…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

relache-628x250 Aujourd’hui relâche mais demain, c’est le 5000è billet des cénobites tranquilles !

Laisant et les autres…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des jardins à l’anglaise et des champignons à la grecque réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 05 mai 2021, 16è jour de floréal dédié à la consoude, plante que les anciens nommaient la bonne à tout faire. Utilisée depuis l’antiquité comme cicatrisant, la consoude sert consoudeaussi à la consolidation des fractures. On consomme ses racines crues ou cuites, les feuilles servent dans les soupes, à la façon du tapioca. On confectionne des beignets avec ses feuilles, qui rappellent le goût du filet de sole. Bon, n’exagérez pas car elle renferme des alcaloïdes dangereux pour le foie ! Autrefois, les nourrices utilisaient les racines des « toutes-bonnes » pour soigner les gerçures de leurs mamelons. Elle est maintenant appréciée comme engrais sous forme de purin. Profitez en avant que cela ne soit interdit par l’Europe. Il parait qu’on peut même teindre la laine grâce à une teinture brune qu’on obtient à partir de ses racines. Alors, qui dit mieux ?

Le 05 mai 1920, décès de Charles-Ange LAISANT, il était né à La Basse-Indre le 1er novembre 1841, département de la Loire-Atlantique. Militaire, mathématicien, député d’extrême-gauche, franc-maçon, il devient ensuite anarchiste, pédagogue rationaliste, libre-penseur, espérantiste. Parcours atypique que celui d’Ange Laisant, après de brillantes études au lycée de Nantes, il intègre l’Ecole Polytechnique. laisant-droiteCapitaine du génie lorsque éclate la guerre de 1870, il assurera durant le siège de Paris la défense du Fort d’Issy jusqu’en janvier 1871. Après la chute de l’Empire, il se présente en février 1871 aux élections sur une liste républicaine (il sera battu) mais, en octobre de la même année, il devient Conseiller Général du canton de Nantes. Il se trouve en garnison à Tours lorsque la Commune de Paris est proclamée, mais ses opinions avancées lui vaudront d’être muté en Corse puis en Algérie. Il quitte ensuite la carrière militaire pour se consacrer à la politique et sera élu député de Nantes le 20 février 1876, il siégera alors sur les rangs de l’extrême-gauche (mandat qui sera renouvelé cinq fois).

Le 29 novembre 1877, à Paris, il soutiendra avec succès deux thèses pour un doctorat ès sciences mathématiques. En 1885 il est élu député de la Seine, puis en 1889 à Paris (18ème) sous l’étiquette Boulangiste (il avait fait ses études avec Boulanger). Mais, dégoûté de la carrière politique, il y renonce en 1893 pour se consacrer à l’enseignement. laisant_c_a-192x300C’est par son fils Albert, devenu anarchiste, qu’il rallie à son tour les libertaires. Il sera un des responsables de la « Ligue internationale pour l’éducation rationnelle de l’Enfance » fondée par Francisco Ferrer. Néo-malthusien, libre-penseur et franc-maçon, il écrit des textes éducatifs pour les enfants, en mathématique, physique, etc., et se passionne pour l’espéranto. Il collabore aux journaux « La Bataille syndicaliste », « l’Ecole rénovée », « l’Ecole émancipée »,  » l’Idée Libre », et écrit également des brochures ou des essais théoriques comme « La barbarie moderne » (1912). Durant la première guerre mondiale, dans le sillage de Jean Grave et Pierre Kropotkine, il signera le « Manifeste des seize » favorable à l’intervention contre l’Allemagne. A noter que son fils Albert (qui l’aidera dans ses travaux) aura deux fils qui deviendront à leur tour des militants connus, Maurice et Charles Laisant. Pourtant, ce grand mathématicien et philosophe est pratiquement inconnu en France, offrons lui la place qui lui revient dans notre galerie de portraits. Sources.

Allez, portez vous bien, à bientôt peut-être et vive le p’tit commerce.

Comme on fait son lit…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

Amis de l’humour noir et du blanc-manger réunis, bonjour ! Ce Mardi O4 mai 2021 correspond au 15è jour de floréal dédié au ver à soie, à ne pas confondre avec cette sale bête qui est le ver à soi… En Bretagne on célèbre les menhirEneour, Enewyr en gallois, qui était, nous dit la chronique, un supposé saint homme venu d’outre manche sur une barque de granite aux alentours du VIè siècle. Il fait partie de cette cohorte de saints que les évangélisateurs de la Bretagne ont imposé pour christianiser à marche forcée cette terre de païens. Un certain nombre de communes lui doivent leur nom à l’instar de Ploneour-Menez, Ploneour-Trez ou Ploneour-Lanvern, toutes dans le Finistère.

La légende le fait débarquer en pays Bigouden, ce qui n’est pas le plus court chemin quand on vient du pays de galles vous en conviendrez. Mais bon, les paysans du Léon n’avaient pas encore inventé la Brittany Ferries… Il aurait été accompagné de sa sœur Thumette, on n’est jamais trop prudent. Thumette donc, Tunvezh en breton, qui était il n’y pas si longtemps un prénom très porté en pays thumetteegliseplomeur-135x300bigouden, est aujourd’hui encore la patronne des marins au long cours, des Cap-horniers. L’église de Nevez regorgeait d’ex-votos de trois-mats et autres navires. Mais, revenons à son frangin Eneour. La légende toujours, le veut enterré dans l’église de Ploneour-Menez. Là, on prend de la hauteur. Dans les monts d’Arrée, à quelques pas de Roc’h Trevezel se trouve une pierre remarquable que les autochtones nomment le lit de Eneour. On y voit, par temps clair et avec beaucoup de bonne volonté, l’empreinte du chapeau, du livre et des sandales de Eneour ainsi que la marque de son corps (photo de droite en haut). A propos de saints, si l’on en croit l’almanach des PTT (oui, je sais, je date un peu) c’est aujourd’hui la St Sylvain qui faisait dire à mon aïeule: c’est à la St Sylvain que vend son vin le malin… Bonne fête donc à Sylvain qui se reconnaîtra.

Et voilà, c’est fini pour aujourd’hui. Repassez quand vous voulez, c’est ouvert tous les jours.

C’est le joli mois de Mai…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la mère Michel et de la langue de chat réunies, bonjour ! Nous sommes le Lundi 03 mai 2021 c’est à dire le 14 de floréal, jour du calendrier républicain dédié au Chamaerops, encore nommé le palmier nain. C’est une espèce très représentée autour de la Méditerranée mais que l’on retrouve dans nos contrées de plus en plus fréquemment, réchauffement oblige.

Le mois de Mai doit son nom au latin maius en l’honneur de la déesse de la fécondité, Maia. la tradition du mât de Mai remonte à la nuit des temps. Il s’agirait d’un vestige des Celtes qui ont peuplé le Sud de l’Allemagne : venant des steppes orientales, ils vénéraient la nature et célébraient le début de l’été, le 1er mai, en érigeant un arbre autour duquel ils dansaient pour chasser les mauvais esprits. Cette coutume n’a cessé de se perpétuer au fil du temps, malgré l’opposition farouche de l’Église qui y voyait un rite païen célébrant la fécondité. Finalement, comme bon nombre des rites de nos ancêtres, il fut intégré au culte mat-de-Mai-Dchrétien. Depuis le dix-huitième siècle, et encore plus depuis la Seconde Guerre mondiale, le mât de Mai est devenu le symbole des villes et villages de la Bavière du Sud. Il représente l’honneur de la commune et de sa communauté. Il est source de compétition entre les villages bavarois, qui rivalisent d’ingéniosité et d’efforts pour se doter du plus grand et du plus bel arbre. Aussi, des hauteurs de 30 mètres ne sont-elles pas rares… Et jusqu’à ce qu’il soit érigé, le jour de la cérémonie, il fait l’objet de toutes les convoitises et à ce titre, il est jalousement surveillé, jour et nuit, par les hommes de la commune, pour décourager les éventuels ravisseurs… L’enjeu est de taille, car en cas de vol, les victimes se verraient dans l’obligation de verser une rançon en nature (bière et victuailles) et surtout de porter le poids de la honte ! le tronc d’arbre dont on se sert pour ce mât de mai est ensuite peint en bandes blanches et bleues (les couleurs de la Bavière) et le sommet du mât est décoré d’une couronne en branches de sapin. Bien souvent, on retrouve tout le long du mât, des figurines représentant les différents corps de métiers, comme le cordonnier, le ramoneur, le menuisier, le charpentier, etc. Mon aïeule avait coutume de dire: mariages de mai ne fleurissent jamais…Tiens, vous vous souvenez du groupe Malicorne?

 

Le 3 mai 1936 voit la victoire du front populaire et l’immense espoir qu’elle fait naître dans la classe ouvrière. Souvenons nous de Léon congés-payés-GBlum, de Jean Zay, de Salengro, de Léo Lagrange ou encore de Thorez à qui l’on doit cette fameuse phrase: il faut savoir arrêter une grève ! Souvenons nous des congés payés, des conventions collectives, des billets de train avec 40% de réduction pour partir en vacances, la semaine de 40 heures, la retraite des mineurs, les allocations chômage, les nationalisations, les augmentations de salaire, la scolarité à 14 ans, le musée de l’homme, le CNRS, le palais de la découverte…  C’est pas interdit de rêver !

Allez, merci pour la visite, déconfinez urgemment et à bientôt peut-être.

Tous à la manif…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la criticature et du maquereau vin blanc réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 1er mai 2021, douzième jour de Floréal dédié au sainfoin et le 1er mai c’est, métinguerappelons le, la fête des travailleurs et non pas, la fête du travail. Mais c’est aussi, ancrée dans la mémoire collective, la fête de la nature, du renouveau, de la renaissance. Chez les Celtes, c’est Beltan. Lors de la nuit du premier mai, les gens évitaient les lieux « fréquentés » par les fées et autres créatures du Petit Peuple parce que le voile entre leur monde et le nôtre est plus fin lors de la nuit de Beltaine, c’est d’ailleurs la même chose pour la Samain à qui l’on doit sans doute halloween.

Voila, maintenant, tous à la manif et au grand métingue comme disait l’autre. C’est sympa d’être passé un jour férié, portez vous bien et à bientôt peut-être.