La gavotte romaine…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

Amis de l’Amérique profonde et du Breizh Cola light réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 30 avril 2021, onzième jour de Floréal dédié à lescenobitestranquilles carte postalela rhubarbe. Autant dire que c’est la fin du mois. C’est donc en ce mercredi 11 Palotin 148- Explosion du Palotin-vacuation qu’apparaît aux yeux du monde, béat d’admiration, cela va sans dire même si ça va mieux en l’écrivant, ce 4994è billet des « cénobites tranquilles » que l’univers blogosphérique dans son entier nous envie. En Bretagne armoricaine, certains vont célébrer (ou pas) santez Onenn.

Onenne était la fille du roi de Domnonée (Armorique septentrionale) Hoël le troisième qui, marié à Pritelle, lui fit seize garçons et six filles. Elle fut canonisée par le peuple et devint patronne de la paroisse de Tréhorenteuc. Connaissez vous l’histoire du recteur de Tréhorenteuc ? Henri Gillard est nommé en 1942 et entreprend de restaurer l’église à  1024px-Tréhorenteuc,_ancienne_egliseses frais, et au prix de nombreuses privations. Moins qu’un lieu de culte, l’église devient un centre culturel, « faute d’habitants ». En 1945, l’abbé est aidé par deux prisonniers allemands.Sur le chemin de croix, l’abbé fait représenter les maisons du village, ses habitants, le Graal. A cela s’ajoutent, deux petites mosaïques qui représentent une queue de poisson d’une part et un fer à cheval d’autre part représentent en fait des lettres de l’alphabet grecque l’Alpha & l’Oméga.

Mais, revenons à Onenn. Considérée comme une « sainte celtique », elle provient vraisemblablement d’une déesse-oiseau comparable à la déesse Ana, d’où son lien avec les canes et les oies. Jean Markale rapprochait son nom d’origine celtique de celui du « frêne » mais bon, il n’a pas dit que des bêtises… Il en écrit aussi. Vivant à la fin du sixième siécle et au début du septième, elle connut un destin extrêmement SteOnnennmodeste en dépit de ses origines. Elle fit vœu de pauvreté et devint gardienne d’oies. Ce sont d’ailleurs ses oies qui, par leurs cris, alertèrent la population et la sauvèrent des agissements d’un agresseur. Aujourd’hui, elle est encore honorée dans le Morbihan, à Tréhorenteuc (canton de Mauron) où l’église et une fontaine sont placées sous son vocable. Les pèlerins se rendent dans l’église construite à l’emplacement du lieu de sa sépulture. Ils demandent guérison de leurs maladies d’yeux. La fontaine, située sur un terrain privé, n’est accessible que deux fois l’an, lors de pèlerinages organisés. Autrefois, la procession vers la fontaine guérisseuse champêtre était précédée d’un petit groupe d’oies. Cet usage tendrait à reprendre de nos jours. Elle est aussi invoquée contre l’Hydropisie, maladie très fréquente chez les poissons rouges et, apparemment chez les saintes. Étonnant, non !

Allez, merci encore pour vos visites fréquentes, déconfinez gaiement et à bientôt peut-être.

2 commentaires

  1. nivobode

    bonjour,
    bientôt le 5000° que j’attends avec impatience dans une semaine!
    quelle légende, quel anarchiste, quel musicien allez-vous nous faire découvrir?

Répondre à nivobode Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).