Vous lisez actuellement les articles publié en décembre 2020

Page 2 de 3

Le songe de Poliphile…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’Hypnérotomachie* et de la galette au lait ribot réunies, bonjour !  Nous sommes le Vendredi 18 Décembre 2020, 28è jour de Frimaire dédié à la truffe. Après tout, puisque Noël n’est plus très loin, voici en cadeau de fin d’année ce magnifique croquis de Kupka, peintre Kupka-G--300x231Tchèque né en Bohème, intitulé « La vérité ». Il est dédié à Malato, écrivain anarchiste qui accompagna Louise Michel en Nouvelle Calédonie. Kupka est considéré comme un des pères de l’abstraction avec Kandinsky et Mondrian. Le fait qu’il ait longtemps fréquenté les anarchistes explique peut-être que sa notoriété soit moindre que celle des deux autres. Il est mort en France, à Puteaux, en 1957 et c’est en France qu’il a vécu une grande partie de sa vie. Bien qu’antimilitariste, il a participé à la grande boucherie de 14/18, a fini capitaine et a même reçu la légion d’honneur. Ce qui n’enlève rien à son talent. *Dès que vous aurez quelques années devant vous, lancez vous dans la lecture de: « Hypnérotomachie ou le songe de Poliphile ».

Allez tiens, histoire de respecter la parité, en mémoire d’une militante pour l’égalité des sexes avant l’heure. Le 18 décembre 1922, mort de Nelly ROUSSEL, née le 5 janvier 1878. Qui se souvient de cette femme, Libre penseuse, anarchiste, féministe? Elle fut la compagne du sculpteur Henri Godet libre penseur et Franc-Maçon. Elle même suivra les traces nellyroussel05-179x300de Maria Deraismes (qui créa « Le droit humain ») et Madeleine Pelletier ou Louise Michel en fréquentant « La Grande Loge Symbolique Ecossaise ». Elle milita avec Paul Robin à la diffusion des idées néo-malthusiennes, contre l’idéologie nataliste du pouvoir et la loi de 1920 qui réprimait la contraception et sa propagande. Oratrice de talent, elle donnait des conférences, à travers la France, exaltant la maternité consciente, pourfendant le machisme des hommes (militants compris). Elle réclamait l’indépendance complète pour les femmes, fondée sur de nouveaux rapports entre les sexes. l’une des premières femmes en Europe à revendiquer publiquement le droit des femmes à disposer de leurs corps et à prôner une politique de contrôle des naissances en autorisant le recours aux contraceptifs et à l’avortement.

Voilà pour ce jour. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Alphonse Barbe, militant pacifiste…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la planète enchantée et du bacalao réunis, bonjour! Nous sommes le Jeudi 17 décembre 2020, c’est le récolte chêne-liège27è jour de frimaire dédié au Liège. Notez dans un coin qu’à la vérité, Nous sommes aujourd’hui le Mardi 17 Sable 148 St Moyen, français fête suprême quarte si l’on en croit les pataphysiciens. Je me souviens avoir marché dans les grandes forêts de chêne-liège au Portugal du côté de Setubal… En ces temps là, les œillets fleurissaient les canons, les jeunes capitaines faisaient danser les filles, le fado résonnait dans l’Alfama, tous les espoirs étaient permis. C’était avant, bien avant…

Tiens, encore un anniversaire.

Né à Vannes, en Bretagne, (17 décembre 1885) titulaire du seul certificat d’études primaires, ouvrier meunier, puis représentant pour la vente à crédit, Alphonse Barbé part en 1912 à Paris travailler comme triporteur. C’est là qu’il les-anars-cas-de-conscienceembrasse l’idée anarchiste, après avoir entendu Sébastien Faure parler à la tribune d’un meeting. Entre-temps devenu marchand ambulant en Bretagne, il est de retour à Paris en 1914, à l’approche de la guerre, convaincu que la classe ouvrière organisée déclenchera une grève générale insurrectionnelle contre l’imminent fratricide. Ses espoirs, comme ceux de tant de ses camarades, sont déçus par la trahison des leaders socialistes et syndicalistes, et il n’échappe pas à la mobilisation. Blessé au front en septembre 1915, il déserte un an plus tard et se cache à Paris où, sous une fausse identité, il milite contre la guerre et pour l’anarchisme.

https://youtu.be/gRcjy2W3w_w

Arrêté en juin 1917 avec d’autres camarades pour avoir publié un numéro clandestin du Libertaire, il est condamné à trois ans de prison ; libérable avec l’amnistie d’octobre 1919, il est arrêté à sa sortie de prison et replonge un an Anarchites-emblématiquespour désertion. À sa libération, il rejoint sa compagne à Caen, et retourne faire les marchés. La Révolution russe le décide un temps à participer aux activités du parti communiste, mais il revient très vite sur cette erreur. En 1923, Barbé fonde Le Semeur de Normandie, organe de libre discussion, qui est alors l’un des rares journaux à prendre parti pour les objecteurs de conscience, qui commencent à s’organiser en France à cette époque. Rebaptisé en 1925 Le Semeur contre tous les tyrans, organe bi-mensuel de culture individuelle, il paraîtra jusqu’en novembre 1936. plus de détail sur: Dictionnaire des militants anarchistes

Voila pour aujourd’hui, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Judikaël, roi & moine…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’art universel et de la matelote d’anguille réunis, bonjour ! Nous voici le Mercredi 16 décembre 2020 et, si tout se passe comme prévu, c’est bientôt Noël… Ce jour correspond au 26 de frimaire consacré au pignon produit par le pin parasol.

Aujourd’hui nous fêtons les Judicaël un des principaux rois de Bretagne, fils aîné de Judael, roi du Trégor-Goëlo. Il régna à la suite de son frère Haeloc puis renonça à la couronne et devint moine. Notre Judicaël , n’aurait sans doute pas les honneurs du calendrier si son nom n’était pas revenu à la mode, notamment sous les formes francisées Delwenn_da_Yezekael_DomnoneaGaël et Gaëlle. Il est également connu en Bretagne sous les formes Jézéquel, Jezekel, Jezekael, Jekel, Jezekelig, Jikael, Jikel et enfin Giquel. Il naquit vers l’an 590. Fils aîné de Judhaël, roi de Domnonée (en gros, de la rade de Brest jusqu’à Dol) et de la reine Pritelle, fille aînée d’Ausoche, prince au Comté de Leon. Il était l’aîné de quinze frères et une sœur, dont plusieurs font partie de la longue liste des saints bretons, notamment Josse et Winoc. A la mort de Judhaël vers 605, pourtant aîné et héritier, il préféra se retirer au monastère Saint-Jean de Gaël que Saint Méen venait d’ériger. Il quitta cependant le monastère pour prendre la direction du royaume de Domnonée. Vingt ans, il gouverna le royaume avec autorité et sagesse. Il aurait été couronné en 632 et serait avec Saint Éloi à l’origine du traité de 636 signé à Clichy donnant carte-armoriqueau roi Dagobert Ier la suzeraineté de la Bretagne aux Francs; soit quasiment un millénaire avant qu’Anne, ma sœur Anne, ne voyant rien venir, fit de même avec Charles VIII puis louis XII. Vers 640, il se serait ensuite retiré dans un monastère à Gaël (certains disent au monastère de Paimpont qu’il avait fondé), et serait mort dans la nuit du 16 au 17 décembre 658. Il fut enseveli à côté de son maître Saint Méen. Ses héritiers naturels : Judoc son frère et Winoc son neveu s’étant eux aussi désistés du pouvoir pour se retirer dans des monastères on ne sait pas qui prit ensuite la tête du royaume de Domnonée. Certains prétendent que ce fut Alexis Gourvennec mais, ni l’histoire ni Le Télégramme de Brest n’en ont gardé traces.

Et voila, il y a ceux qui ont piscine, nous, on a histoire… Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le grillon du foyer…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE, PORTRAIT

,

Amis de la litote et du baeckeoffe réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 15 décembre 2020, il vous reste 15 jours pour préparer le réveillon des confinés, et c’est le 25è jour de frimaire dédié au grillon…

Vous vous souvenez de ce conte de Dickens le grillon du foyer; moi, oui ! J’ai en mémoire un maître d’école, oui, le grillonc’est comme cela que l’on disait à l’époque, qui ne jurait que par cet auteur. Je crois bien avoir fait des dictées de tous les contes de Noël que Dickens écrivait chaque année pour ses enfants.Charles Dickens naquit le 7 février 1812, à Portsmouth en Angleterre. Jusqu’à 12 ans, il eut une enfance heureuse nous dit son biographe. Quand il eut 12 ans, il subit un traumatisme qui devait le hanter pour le reste de sa vie. Son père fut jeté en prison pour dettes, Charles connut l’horreur de la pauvreté, découvrit le sort terrible des enfants qui travaillaient dans les fabriques en devenant lui même ouvrier dans une usine de cirage.

Cette expérience personnelle lui permit d’écrire sur les pauvres et les malheureux avec tant de vérité que ses récits dramatiques touchèrent le cœur de millions de lecteurs. Grâce à cela, Dickens, le romancier le plus populaire de son temps, eu une influence déterminante sur les réformes sociales qui furent accomplies dans Dickens_Gurney_headl’Angleterre victorienne. On l’oublie souvent mais, Charles Dickens a été un infatigable défenseur du droit des enfants, de l’éducation pour tous, de la condition féminine et de nombreuses autres causes, dont celle des prostituées. De 1846 à 1858, en collaboration avec Angela Burdett-Coutts, il crée Urania Cottage, établissement destiné à recueillir les femmes dites « perdues », réalisation qui, au cours des douze années de sa gestion, permet à une centaine de pensionnaires de se réinsérer dans la société. Contrairement aux autres institutions de ce type fondées sur la répression, il choisit d’éduquer par la lecture, l’écriture, la gestion du foyer et surtout un métier.

C’est pas magnifique ça, mes body boys ? Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Vous en connaissez vous des Odiern…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis du patrimoine et des ormeaux poêlés réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 14 décembre 2020, 24è jour de frimaire dédié à l’oseille…

Savez vous qu’aujourd’hui, le prénom qui est à la fête est celui d’ Audierne. Certes il n’est plus guère usité mais, il fut un temps… Notre petit port de pêche du Sud-Finistère tient en effet son nom d’un audierneprénom. Oyez donc son histoire. Il y a fort longtemps, bien avant le brexit, débarquent les Bretons d’ Angleterre : en témoignent encore les « plou » et les « tre » si nombreux de nos toponymes actuels. Au XI e siècle, la tempête normande passée, un terme nouveau se répand en Bretagne : le « Ker » ou « Kar » venus du Gallois « Kaer », la forteresse. Il désigne une petite agglomération. A la même époque, un prénom féminin fait un véritable succès : Audierne (primitivement Hodierna). En l’an 1050, la première abbesse de Locmaria porte le nom d’ Hodiern.(A gauche, le marché aux poissons du temps de mon aïeule) « Kaer Hodiern » apparaît par écrit à Esquibien en 1294.

Désormais le « Treff an Goezien » du VII è siècle affronte la nouvelle appellation « Audierne ». C’est là le signe d’une certaine mésentente entre agriculteurs de la paroisse mère d’ Esquibien et tréviens, tenants de la vie et de l’activité portuaire. En 1410, Dom Morice écrit  « Enquête faite sur les chartes de coutume ou d’imposition du port de Goezian que d’aucuns appellent Odierne ». Dès 1321, on relève avec surprise dans l’Atlas du Vénitien Pétrus Vesconte « le-Goyen-Odierna » et sur une le-Goyencarte hollandaise de 1580 « Odjern ». Les voyageurs étrangers semblent ignorer le terme « Goazien ». La Révolution mettra un terme aux difficultés en 1793 en séparant Audierne de sa mère, Esquibien, comme Tréboul de Poullan ou bien d’autres trêves encore de leur paroisse-mère. Sources: Amédée Guiard. L’étymologie est la même pour Alderney (Aurigny) ile anglo-normande. A Audierne s’achève les méandres du Goyen qui donna son nom à la ville en breton Gwaien et sa magnifique ria, fameuse pour ses huitres, aussi goûtées que celles du Belon quoique fort méconnues. En breton stêr Gwaien, c’est à dire, la rivière d’Audierne. Photo de droite.

Or donc, si vous confinez loin des remonte-pentes, faites un détour par le Cap-Sizun qui mérite largement votre visite. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Ceci n’est pas une pipe…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’histoire bretonne et de la galette-saucisse réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 12 décembre 2020, 22è jour de Frimaire dédié à la bruyère. Outre le fait que son rhizome soit essentiellement utilisé pour la confection de fourneau de pipe grâce à la grande résistance à la chaleur et au feu de son bois, la bruyère  est un antiseptique de l’appareil urinaire; elle guérit des cystites et infections de la vésicule, et traite calculs rénaux et biliaires. Dépurative et désintoxicante, elle soulageBrugC arthrites et goutte. Mais surtout, la bruyère fait partie de la recette de la bière traditionnelle écossaise Heather Ale, dans laquelle elle joue un rôle d’aromatisation en lieu et place du houblon. Le nom scientifique de la bruyère est Erica et vient du grec ancien ἐρείκη et, étonnante coïncidence, c’est un 12 décembre en 1999 que le pétrolier Erika fit naufrage au large de la Bretagne. En breton on dit Brug. Ce fut d’ailleurs le titre donné par Emile Masson à sa revue mensuelle bilingue en 1913 pour faire pénétrer les idées libertaires dans le milieu paysan. Ne pas confondre avec Bleun-brug (fleur de bruyère) mouvement créé par l’abbé Perrot dès 1905; curé réactionnaire, nationaliste et un tant soit peu collabo. Voila, avec cela, vous pouvez vous présenter à Questions pour un champion sauce armoricaine…

Confinez joyeusement et à bientôt peut-être.

Travaillez, prenez de la peine…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis des grands espaces et du petit salé réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 11 décembre 2020 c’est à dire le 21è jour de frimaire habituellement dédié à l’érable à sucre, tabernacle…

Une légende amérindienne attribue la découverte du sucre d’érable à Nokomis, la grand-mère de Manabush, héros de nombreuses légendes indiennes. Nokomis aurait été la première à percer des trous dans le tronc des érables et à recueillir la sève. Manabush, constatant que cette sève était un sirop prêt à manger, alla trouver sa grand-mère et lui dit : « Grand-mère, il n’est pas bon que les arbres érableproduisent du sucre aussi facilement. Si les hommes peuvent ainsi sans effort recueillir du sucre, ils ne tarderont pas à devenir paresseux. Il faut tâcher de les faire travailler. Avant qu’ils ne puissent déguster ce sirop exquis, il serait bon que les hommes soient obligés de fendre du bois et de passer des nuits à surveiller la cuisson du sirop. ». Il n’en dit pas plus long, mais, craignant que Nokomis ne fût indifférente à ses paroles et qu’elle n’omît de prendre des mesures pour empêcher les hommes de devenir paresseux, il grimpa au haut d’un érable avec un vaisseau rempli d’eau et en versa le contenu à l’intérieur même de l’arbre dissolvant ainsi le sucre qui se trouvait dans l’érable. Fable moraliste inventée par François Lenglet pour faire comprendre à tout un chacun que le revenu universel est une utopie et qu’avant de gouter aux bénéfices, il vous faudra travailler, suer sang et eau, prendre de la peine car c’est le fond qui manque le moins…

 https://youtu.be/6Uk_6ET_CxA

Et voila pour aujourd’hui. En attendant la suite, préparez vous au pire et à bientôt peut-être

Au large d’Ouessant…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, PORTRAIT

,

Amis de la vérité éclairant le monde et du pâté hénaff réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 10 décembre 2020, autant dire que l’année à pratiquement fini sa carrière (Ô lac) et c’est le 20è jour de frimaire dédié à l’Hoyau… « il n’y a d’autre Pomone ni d’autre Vertumne que la bêche et le hoyau du jardinier. » disait Voltaire dans son dictionnaire philosophique…

Connaissez vous André Jeanbon dit Jean-Bon Saint-André ? Le 10 décembre 1813 voit la disparition de Jean-bon Saint-André révolutionnaire et marin émérite. Il participa notamment à cette fameuse jean-bonbataille au large d’Ouessant du 1er juin 1794 face aux anglais. C’était le 13 prairial de l’an II. Il est à bord du vaisseau La Montagne en compagnie de Villaret de Joyeuse. C’est cette bataille de Prairial qui donna naissance à la fameuse légende du Vengeur-du-Peuple, un magnifique 74 canons à double pont qui sombra corps et biens alors que six autres bâtiments étaient capturés. 5 000 morts et blessés côté Français ! Cuisante défaite mais, la propagande républicaine va chercher à la transformer en victoire morale.

C’est Barère, rapporteur du Comité de Salut Public, qui se chargera de présenter l’épisode à la tribune de la Convention. Il va prétendre que les marins du Vengeur ont refusé de se rendre à l’ennemi et sont morts en criant « Vive la République… » La vérité éclatera au retour des survivants de l’Angleterre. Entre temps, un mythe était né. Bonaparte le 440px-Jeanbon1nomme commissaire général des trois départements de la rive gauche du Rhin, en décembre 1801, puis préfet du département du Mont-Tonnerre à Mayence en septembre 1802, où il confirme sa réputation d’administrateur exceptionnel. En remerciement de ses services, Napoléon le fait chevalier de la Légion d’honneur en 1804, puis baron d’Empire, baron de Saint-André, en 1809. Le typhus l’emporte en 1813. Il est enterré au cimetière principal du Mayence (photo de droite). Franc-maçon actif, Jean-Bon Saint-André fut le premier Vénérable Maître de la Loge « Les Amis de l’Union » de Mayence, fondée en 1803, et qui existe toujours aujourd’hui dans cette ville sous l’appellation « Die Freunde zur Eintracht ».

Allez, voila pour aujourd’hui, en attendant une suite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les Sabins de Noël…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’éclectisme et du chinchard poêlé réunis, bonjour! Nous sommes le Mercredi 09 décembre 2020, 19è jour de frimaire dédié à la Sabine. C’est une sorte de chancerellegenévrier réputée extrêmement toxique. Rien à voir avec celles que Chancerelle met en boite depuis 1853 à Douarnenez… Les « Sabines à l’huile ». Bon, ben, ça commence mal; voila qu’il nous ressort son humour d’almanach Vermot. Hier monsieur faisait son intéressant en évoquant l’âme des poètes et aujourd’hui, patatras, il retombe dans ses travers en sortant la grosse artillerie, la blague de bout de comptoir, le jeu de mots à cent balles. Ma doue benniget !

Rien à voir non plus avec cette histoire que nous narra Tite-Live et qui est restée dans l’histoire sous le nom de l’enlèvement des sabines; épisode légendaire de l’histoire de Rome au cours duquel la première génération des hommes de Rome se procure des femmes en les enlevantPoussin_RapeSabineLouvre aux autres villes de la région, notamment aux Sabins. L’action se déroule à une époque où Romulus tente d’organiser la ville nouvelle de Rome et peine à y faire venir de nouveaux habitants. Cette histoire a inspiré de nombreuses œuvres d’art et va donner à de grands artistes l’occasion d’étaler leurs talents à l’instar de Nicolas Poussin (ci-dessus) où encore David. Bon, alors là, c’est le moment où le cénobite essaie de se rattraper en étalant sa culture… Vous savez ce machin qui ressemble à la confiture, moins on en a, plus on l’étale… Et voila, ça recommence. Comme disait mon aïeule qui n’était pas bégueule, chassez le naturel, il revient au galop.

Bien, je pense qu’il vaut mieux en rester là pour aujourd’hui, trop de digressions tue le charme de l’éclectisme. En attendant le prochain billet, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les amis de Georges (Perros).

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis des causes désespérées et des cailles aux raisins réunies, bonjour! Nous sommes le Mardi 08 décembre 2020, 18è jour de frimaire dédié au Lierre… Alors que je perros-Dm’efforce de redonner un semblant d’organisation à ma bibliothèque (déménagement oblige) hier soir j’ai ressorti d’un des cartons qui encombrent le couloir, un vieux manuscrit de Georges Perros. Nostalgie peut-être de nos rencontres douarnenistes. Ce sont quelques feuillets griffonnés sur des bristols, dont il fit cadeau à mon aïeule, celle-là même que j’évoque souvent ici, pour la remercier de ses soins attentionnés (la bougresse était infirmière). Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager cet inédit.

« On meurt de rire, on meurt de faim,  
On meurt pour blessure à la guerre,
On meurt au théâtre, à la fin
D’un drame où le ciel est par terre.
Il est cent façons de mourir.
Pour vivre on est beaucoup plus sage,
Il suffit de savoir moisir
Entre l’espoir et le fromage. »

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.