1, 350 milliard de petits chinois et moi et moi…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la dérision et du civet de lapin réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 1er octobre 2016, 10è jour de vendémiaire dédié à la cuve… Allez savoir ce qui s’est passé dans la tête de Fabre d’Eglantine, il avait peut-être mal aux cheveux ce jour là.

C‘était il y a 67 ans, le 1er octobre 1949 , Mao ZEDONG (à l’époque on disait Mao Tsé Toung) proclamait la naissance de la république populaire de Chine. Il lance sa proclamation du balcon de la Porte de la Paix céleste, qui donne sur la grande place Tien An Men, non loin de la Cité interdite des anciens empereurs.  Aujourd’hui, elle (la Chine) joue Le_Petit_Livre_rougedans la cour des grands et les grands lui font la cour… Quelques années après, son petit livre rouge innondait la planète. J’en ai encore un exemplaire au fond d’un carton. Et c’est vrai que son best seller avait cartonné. Depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts de Pékin et le vieux Deng Xiao Ping a amorcé le grand virage vers l’économie de marché. Du coup, nos marchés à nous sont innondés de produits made in China. Nos « Mao » Franco-Français sont devenus ministres ou hauts fonctionnaires, éditorialistes ou éleveurs de chèvres dans le Larzac. Le pays s’apprète à célébrer avec faste cet anniversaire et la soupe aux nouilles va couler à flot.

Allez savoir pourquoi, je préfère me souvenir que cette année là, Miles DAVIS inaugurait le style Jazz cool qui allait devenir sa marque de fabrique. A choisir entre le livre du premier et un disque du deuxième pour une soirée automnale, je n’hésite pas l’ombre d’une seconde.

Portez vous bien et à bientôt peut-être.

2 commentaires

  1. Hobo-Lullaby

    « La soupe aux nouilles va couler à flot »
    Si c’est une contrepèterie, je donne ma langue au chat !

    Quand Dutronc chantait sa chanson (en 1966) les chinois étaient déjà 700 millions,
    le petit livre rouge ne pouvait donc être qu’un best seller !

    Beau Samedi

    Serge

  2. Sceptique

    Vous avez bien raison de préférer un bon disque de Miles Davis à l’emblème de l’illusion humaine. L’homme véritable lui échappe irrésistiblement. Parfois au prix fort, mais toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).