Je suis un mécréant…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la libre pensée et du corned beef réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 1er juillet 2015 c’est à dire le 13 de Messidor, jour habituellement consacré à la giroflée et non pas au clou de girofle comme voudrait nous le faire croire quelques arracheurs de dent. D’autres voudraient nous faire croire à la guerre de civilisations avec d’un côté des blancs occidentaux, propres sur eux, cultivés et plein de savoir-vivre et de l’autre des barbares barbus qui tuent qui décapitent et qui violent. Oyez donc cette petite histoire…

Le 1er juillet 1766,   à Abbeville (dép.de la Somme). Jean-François LEFEBVRE, Chevalier DE LA BARRE, est supplicié   (langue coupée, puis décapité) à   l’âge de 19 ans, crbst_La_20Barrepour avoir refusé de saluer une   procession religieuse. C’est le bourreau Sanson qui lui coupera la tête. Il deviendra un symbole de la « Libre  Pensée ». Enfin, il est condamné à être brulé avec « le dictionnaire philosophique » de Voltaire accroché à sa poitrine. Voltaire qui écrira à ce sujet « le cri d’un sang innocent ». Cela m’a fait penser à cette magnifique chanson de Reggiani: Ma liberté.

C‘est en 1897 qu’un collectif de libres penseurs obtiendra l’érection d’une statue à Montmartre. Un autre à Abbeville rappelle son   martyre. Financé sou par sou par une souscription de 100 000 billets de tombola à 25 centimes, le MONUMENT LA BARRE, fut inauguré le 7 juillet 1907, par 15 statue000 manifestants, venus à Abbeville par trains entiers. A noter que la première statue parisienne ayant   été fondue par les nazis durant la guerre 39-45, une nouvelle statue, différente de la première, a  été inaugurée récemment. Si vous vous promenez à Paris vous découvrirez une petite rue Chevalier De La Barre qui jouxte le Sacré-Coeur à Montmartre. Amusant non ! Le chevalier De La Barre reste un symbole pour tous les libres penseurs, athées, anticléricaux et autres mécréants amoureux de la liberté de penser dont votre serviteur se réclame.

En souvenir de Giordano Bruno ou du chevalier de la Barre, je revendique le droit à railler, moquer, éreinter, critiquer, vilipender, toutes les religions. le cénobite, libre penseur, wolinathée, anticlérical, bref, mécréant; revendique le droit au blasphème comme inaliénable et constitutif de son état de citoyen libre. Que tous ces bigots retournent dans leurs églises, mosquées, synagogues et autres temples et arrêtent de nous les briser menu avec leurs fatwas, leurs excommunications, et leur terrorisme anti-républicain. Au nom de la liberté de conscience, je ne me sens pas concerné par la notion de blasphème et je demande aux intégristes de remettre leur fatwa dans leur turban et de me foutre une paix royale…

Voilà, portez vous bien et à demain peut-être; je dis peut-être car la maison va fermer pour cause de vacances et ne rouvrira ses colonnes qu’une semaine plus tard, le 09 ou le 10 juillet.

8 commentaires

  1. babelouest

    En France le blasphème n’existe pas. Ceux qui voudraient le brandir doivent se cacher bien vire avec leur calotte « Hou la calotte ! » et autres attributs vestimentaires. Bonnes vacances à un cénobite qui va subitement jaillir de sa tanière en direction du soleil !

  2. Sceptique

    Vous avez raison de rappeler nos propres temps barbares et d’obscurantisme, renvoyés à l’histoire par la Révolution. Même la terreur blanche n’a pu revenir sur cette page tournée. Mais le problème actuel est que ces nouveaux fanatiques ne se considèrent pas concernés par notre laïcité. Ils sont prêts à s’en prendre physiquement à ceux qui leur font horreur par leur impiété. Leur dieu les inciterait au nettoyage. Il ne suffira pas de leur intimer de retourner à leur mosquée.

  3. Rem*

    Je te souhaite de rencontrer de rondelettes anticléricales catalanes, telle celle de l’image, en prime de recueillir des échos d’Orwell, si tu vas à Barcelone quelques jours prochains…

  4. Anne-Marie

    On ne lui a pas coupé la langue, on ne l’a pas décapitée, on s’est contenté de lui faire perdre son emploi : http://www.lalibre.be/regions/bruxelles/une-ecole-catholique-de-schaerbeek-se-separe-d-une-institutrice-non-baptisee-5593b0993570c6858515d00d

  5. Marco

    Et paffff, c’est bien envoyé…

Répondre à erwandekeramoal Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).