Aaron, Aaron, petit patapon…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, , , ,

Amis de l’utopie galopante et de la chicorée Leroux réunies, bonjour ! Nous sommes le lundi 22 juin 2015 c’est à dire que les jours vont commencer à diminuer. Ce quatrième jour de véroniqueMessidor était dédié à la Véronique, jolie petite fleur qui doit son nom à sainte Véronique (bien connue dans son immeuble) qui aurait recueilli un linge portant les traits du Christ et aurait, grâce à ce linge, guéri l’empereur Tibère  de la lèpre. Il est vrai que la véronique officinale était utilisée autrefois en application sur les plaies des lépreux (d’où son nom familier d’herbe-aux-ladres).

Tiens, restons dans le domaine du miraculeux; vous ai-je déjà parlé de Aaron ? Non pas le frangin de Moïse mais un breton armoricain garanti grand teint; c’est aujourd’hui sa fête. Oyez ce qu’en dit Albert Le Grand:

« Environ l’an 507, saint Aaron vivoit en grande sainteté & gouvernoit nombre de Moynes en un Monastere qui estoit en une Isle dans la Mer, vis-à-vis de la Ville d’Aleth (aujourd’hui St-Servan près de St-Malo). Il estoit Breton Armoricain ; &, ayant receu l’Ordre sacré de Prestrise, Cézembrese retira, avec quelques autres jeunes Clercs, dans cette Isle, où ils construisirent un petit Monastere, dans lequel ils se logerent & se soûmirent à la direction de saint Aaron. La vie que menoient ces saints Personnages estoit si parfaite, que saint Malo, ayant quitté son pays, fut averti par un Ange d’aller trouver le saint Abbé Aaron, lequel, pour lors, s’estoit retiré en l’Isle de Cesembre, (vous connaissez Cézembre ? En face de Saint Servan, c’est la seule plage de la côte nord exposée au sud, avec les Ebihens peut-être. Enfin, c’est ce que me disait à chaque fois le père La rouille quand il m’emmenait aux homards de ce côté là) plus avant en la Mer, pour s’adonner plus spécialement à la solitude.

Le Vaisseau de saint Malo, guidé du Ciel, aborda en cette Isle ; les deux Saints s’entresaluent, & le bon vieillard Aaron receut saint Malo, comme celuy que Dieu luy envoyoit pour luy succeder en sa charge d’Abbé. Ils allerent tous au Monastere, où, peu de jours aprés, Dieu appella à soy saint Aaron, au chapellegrand regret de ses Religieux, qui l’ensevelirent en son Eglise Abbatiale, & éleurent en son lieu saint Malo, lequel, ayant esté sacré Evesque d’Aleth, fit lever de terre les Reliques de S. Aaron & mettre dans un Sepulchre élevé en sa Cathedrale. Depuis, son Chef & son Bras droit, richement enchassez, furent mis parmy les autres Reliques de la Cathedrale de saint Malo. ». A St-Malo intra muros, se trouve encore la chapelle St-Aaron que l’on découvre ici en photo.

Et voila pourquoi aujourd’hui, les enfants dans les cours des écoles chantent Aaron, Aaron, petit patapon et Malo est devenu une marque de yaourt. Mais, à quel saint se vouer, madame Michu… Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

6 commentaires

  1. Sceptique

    Votre catéchisme est bouleversifiant! Vous lire est un bonheur.

  2. Sceptique

    J’ajoute, puisque vous les citez, que les laitages Malo sont si bons, que les estivants qui les découvrent ne les oublient jamais, et les réclament à leurs fournisseurs. On en trouve en continu dans ma grande surface voisine, en Picardie.

  3. babelouest

    Passer de la bergère et ses moutons au yaourt sanctifié par son vénéré patron, seule la cénobiterie la plus assumée peut se le permettre. C’est là où l’Art touche le ciel, à condition que ce soit un ciel de lit. Mais oui, l’Art y chaut, surtout en Bretagne. Kennavo

  4. fabig

    Moi je préfère écouter le groupe AaRON, duo de pop français !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).