Vous lisez actuellement les articles publié le février 8th, 2015

Page 1 de 1

Le parti d’en rire…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’hypothypose et des spaghetti alle vongole réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 08 février 2015, 20è jour de pluviôse dédié à la serpette. Ici, en Finistère, ce serait plutôt le jour de la serpillère, histoire de limiter un peu les effets du coup de tabac des jours passés.

Je vous invite, avec un jour d’avance, à vous joindre à moi pour saluer comme il se doit, l’homme du jour, du mois, du siècle: Pierre DAC. En effet, comment ne pas marquer pierre Dacl’anniversaire de la mort de ce maître à penser, disparu un 9 février en 1975. Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir. Ses citations sont devenues quasi proverbiales et, personnellement, je ne m’en lasse pas.
Après avoir débuté en 1922 à La vache enragée, à Montmartre, Pierre Dac se fait connaître dans les années 1930 à la radio sur le Poste Parisien et anime dès 1936 La Course au trésor : il s’agit de trouver un objet dans des conditions rocambolesques. Sur Radio-cité, l’émission légendaire La Société des loufoques sera reprise dans son journal L’ Os à moelle.

Il s’engage par la suite dans la résistance, se réfugiant à Londres, il va devenir « la voix de la France » en 1943-1944, dans l’émission sur la BBC Les Français parlent aux Français. Ses émissions sont un prélude à la carrière qu’il fera avec Francis Blanche. Il crée alors le Parti d’en rire (1949) puis le MOU mouvement ondulatoire unifié avec Jean Yanne et Goscinny l'os à moelledont le slogan était: Les temps sont durs, vive le MOU. ces initiatives le conduisent à être candidat à la présidence de la République quelques années avant Coluche. Il s’est également lancé dans l’écriture de romans parodiques comme Du côté d’ailleurs … (1953), Les Pédicures de l’âme en 1974. Information méconnue du public, Pierre Dac s’avère être le précurseur du faux journal télévisé. A la libération, il est reçu Franc maçon à la grande loge de France, il y restera jusqu’en 1952. Plus tard, il rédigera une parodie sur les rites maçonnique.

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.