Errico MALATESTA…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

, , ,

Amis de la comedia del arte et des farfalle alla burina réunis, bonjour ! Aujourd’hui, samedi 14 décembre 2013 c’est le 24ème jour de frimaire dans le calendrier républicain et, figurez vous que c’est le jour de l’oseille… Alors, c’est DownloadedFile-2l’occasion ou jamais de jouer au loto puisque le vendredi treize n’a pas voulu vous sourire, ou alors de vous préparer une bonne soupe (à l’oseille). Pourquoi ont-ils dédié cette journée à l’oseille et pas au blé ou à l’artiche, au flouze, à la fraîche, au pognon, au fric, au grisbi, à la thune, la braise, le pèze, la galette… Les motivations des Républicains (qui avaient pourtant le choix dans la date) pour leur calendrier restent pour moi un grand mystère.

Tout à fait autre chose.                                                         Le 14 décembre 1853, naissance d’Errico MALATESTA, près de Naples. Figure importante de l’anarchisme Italien et international. Il participe, en 1872, au congrès de Saint-Imier, constitutif de l’A.I.T Anti-autoritaire. Ecrivain, orateur et révolutionnaire, il crée de nombreux journaux (« La question Sociale » en 1883, à malatesta_errico2Florence, « L’association » en 1889, « Volonté » en 1913, « Umanita Nova » en 1920, à Milan ; « Pensée et Volonté », 1924).
Il prend part, avec d’autres internationalistes à plusieurs tentatives insurrectionnelles, en 1874 puis 1877 (bande du Matese): ils proclament le communisme libertaire dans divers villages. Arrêtés, ils seront finalement acquittés. En exil à Londres en 1881, il prend part au congrès de l’A.I.T. En 1882, il est en Egypte, où il lutte contre le colonialisme anglais. En 1885-89, il séjourne en Amérique Latine puis retourne en Europe. En 1892, il assiste au congrès de Capolago, en Suisse (création du Parti Anarchiste Socialiste Révolutionnaire). En 1898, il est arrêté suite aux émeutes contre l’augmentation du pain et est mis en résidence surveillée sur l’île Lampedusa. Il s’évade, part aux Etats-Unis, puis s’exile à nouveau à Londres. En 1914, il participe à la « semaine rouge » à Ancône et s’exile encore. La même année, il s’opposera au « manifeste des 16″ de Kropotkine.


En 1919, Malatesta, de retour en Italie, est acclamé par la population et participe à la création de l’Union Anarchiste malatesta_ciraItalienne. Il soutient les occupations d’usine lors d’un meeting qui se terminera en affrontements avec la police. Il sera condamné, avec les autres rédacteurs d’ »Umanita Nova« . En prison, il fait une grève de la faim avec Armando Borghi. Ils seront libérés le 30 juillet 1921.
Son dernier journal « Pensée et Volonté« , crée en 1924, sera interdit par les fascistes, comme tous les autres journaux anarchistes.
Errico Malatesta est mort à Rome, le 22 juillet 1932. Voici ce que l’on pouvait lire dans « La question sociale » en 1899:« Selon nous, tout ce qui tend à détruire l’oppression économique et politique, tout ce qui sert à élever le niveau moral et intellectuel des hommes, à leur donner conscience de leurs droits et de leurs forces et à les persuader d’en faire usage eux-mêmes, tout ce qui provoque la haine contre l’oppression et suscite l’amour entre les hommes, nous approche de notre but (…) » Sources:                                                  Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

 

 

 

7 commentaires

  1. babelouest

    Debout citoyens ! Cet homme-là, « que c’était un dur » ! Curieusement, « les autorités » n’aiment pas ces personnages qui sont du côté du peuple, surtout le peuple affamé. Cela leur donne le mauvais rôle. Mauvais rôle qu’elles jouent avec application, constance et un manque total de contrition. Comme disait Fernand Reynaud, « les gens sont méchants ».

    Bonne journée, en plein 大雪 dàxuě du onzième mois chinois.

  2. lediazec

    Bonjour Cénobite. Sacré bonhomme que cet Errico Malatesta. Propagandiste inlassable et prosélyte hors-paire, il est, en effet, l’inventeur de la formule communiste libertaire, en opposition à la branche marxiste pour qui le communisme devait passer par « une période » dite « dictature du prolétariat » ! On a vu le résultat !

    • erwandekeramoal

      Salut à toi. Evoquer Malatesta le jour de l’oseille, je trouvais cela rigolo…

      • babelouest

        Le jour où disparaîtra le jonc, camarade, les porcs de la finance se sentiront tout nus.

  3. Corsico

    ..artiche, as, aspine, aubert, avoine, balles, beurre, biftons,
    blanquette, blé, boules, braise, bulle, caire, carbure, carme,
    chels, claude, craisbi, douille, fafiots, fifrelins, flouze,
    fourrage, fraîche, fric, galette, galtouse, ganot, gibe,
    graisse, grisbi, japonais, lard, love, maille,monaille,
    mornifle, némo,
    os, osier, pépètes, pèse, picaillons, pimpions,
    plâtre, pognon, radis, rafia, ronds,
    sauce, soudure, talbins, trêfle, thune…
    C’est quand même curieux que d’utiliser l’oseille pour mettre du beurre dans les épinards..
    Un peu comme mettre de l’argent à gauche pour l’avoir devant soi.
    Tiens, du coup je vais aller faire un tour du coté de DansMaCuizine.
    Bonne fin de journée et bon dimanche(de pelle à gateau..pompom pompom)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).