Vous lisez actuellement les articles publié en janvier 2013

Page 2 de 4

Down by the riverside…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

, ,

Amis de la guitare sèche et de la potée Léonarde réunies, bonjour !

Ce lundi 21 janvier 2013 correspond au 2è jour de pluviôse dans notre calendrier républicain. C’était un jour dédié à la mousse, je vais donc, de ce pas tranquille qui caractérise les cénobites, m’en faire couler une petite…

Il y a quelques années de cela, dans un coffret consacré aux « Légendes du Blues », j’ai découvert Snooks EAGLIN. Il était en très bonne compagnie, entouré de John Lee imagesHooker, Bessie Smith, Sonny Terry, Sonny Boy Williamson et autres géants. Depuis, je ne m’en lasse pas. Il fut découvert par un musicologue à la fin des années cinquante, alors qu’il se produisait au coin des rues de la Nouvelle-Orléans dans un pur style de Blues rural.

Devenu aveugle à dix neuf mois, des suites d’une opération, Snooks EAGLIN apprend très jeune à jouer de la guitare, en reproduisant les accords et les tempos qu’il entend dans les rues et à la radio.  A l’âge de seize ans il se produit dans les églises puis dans des groupes locaux, comme  celui du pianiste Rhythm’n Blues, James « Sugar Boy » CRAWFORD, les Hawketts. Mais bien que ses chansons et son style soient reconnus localement, Snooks EAGLIN est obligé de continuer à chanter dans les rues pour gagner sa vie.

Après avoir enregistré un premier disque en 1953, sous le nom de Blind Guitar Ferd, Snooks EAGLIN est découvert par le musicologue Harry OSTER, qui le fera enregistrer DownloadedFile-2tout un ensemble d’airs traditionnels en vogue à l’époque. De valeur inégale, ses séances d’enregistrements, récèlent pourtant quelques pépites, comme «Alberta» , «Every day i have the blues» ou «Hight society».

Mais malgré ses incursions dans un Rhythm’n Blues plus contemporain, le public continue à apprécier Snooks EAGLIN pour ses interprétations de blues rural   désespéré de la première heure. La pauvreté qu’il a cotoyée durant ses jeunes années, donne une telle intensité à ses premiers titres, que Snooks EAGLIN n’est toujours pas parvenu à se stade de sa carrière à se faire reconnaitre dans un autre style.

Je partage le sentiment de NPO qui écrivait dans ABC Blues & Soul en mars 2009: « les périodes Folways, Bluesville et Heritage, où Snooks EAGLIN chante et joue seul à la guitare sèche, représente la plus belle période artistique de sa carrière discographique. ». A l’âge de 72 ans, Snooks EAGLIN est décédé à la Nouvelle-Orléans le 18 février 2009, il était né un 21 janvier en 1936.

Bon, voilà pour la galerie de nos Bluesmen préférés.Je vous souhaite une bonne journée, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Il pleut, il pleut, il pleut…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la valse à trois temps et du temps des cerises réunis, bonjour !

Nous sommes donc dimanche 20 janvier 2013, dans le calendrier républicain, c’est le premier jour de Pluviôse, dédié au Lauréole encore nommé le Daphné lauréole ou images-2Laurier des bois. Rien à voir avec l’auréole de sainteté que chantait Glenmor. Tiens, à ce propos, je constate qu’aujourd’hui c’est la saint Tarieg (oui je sais, y’en a pas beaucoup par ici). Il naquit en Bretagne (Vè siècle) il en devint évêque après avoir suivi
l’enseignement de Gweltaz. Il est le patron de la commune de Lannilis (29) et a laissé son nom à l’île Tariec. Enfin, c’est une île à la mode de Bretagne, on s’y rend à pied à marée basse. A l’Ouest de l’île, on remarque un petit menhir, sans doute vestige d’un culte solaire. Lorsqu’on pose le menton sur le menhir, on peut voir le soleil se lever le matin du solstice d’été  exactement entre les pieds du dolmen de Guernevez, situé sur le continent. Tronçonnée dans la seconde moitié du 19ème siècle à la suite de causes naturelles (aidées par l’extraction du sable par l’homme ?) on distingue aujourd’hui la grande et la petite Tariec. Cette statue qui se trouvait autrefois sur l’île est aujourd’hui visible dans l’église St Congar de Landéda.

 

Ce qu’il y a de rassurant avec le climat de la région Brestoise, c’est qu’il DownloadedFileest sans surprise. il pleut depuis l’été dernier. peut-être bien depuis le siècle dernier. Il pleut, il pleut, il pleut. Moi qui voulait faire de Keramoal un sanctuaire pour la faune locale, je me retrouve avec l’arche de Noë à la recherche du mont Ararat (Menez Hom en Breton). Résultats de cette humidité ambiante, vla-ti-pas que je fais une rechute madame Michu. Nez qui coule, yeux qui piquent, une toux d’homme des cavernes bref, c’est reparti comme en quatorze ou en quarante, à vous de voir. C’est sûr, ma réserve de rhum agricole ne passera pas l’hiver; le bonhomme je ne sais pas…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Les fleurs du mal…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la poésie et du merlan frit réunis, bonjour!

Nous sommes le samedi 19 janvier 2013, 30è et dernier jour de nivôse dans le calendrier républicain, officiellement dédié au Crible. Demain débute pluviôse mais, images-1sans attendre, il pleut sur Brest… Et qui mieux que Baudelaire aurait pu illustrer cette période au coeur de l’hiver, de la mort. Spleen LXXV - Les fleurs du mal. Ce livre a accompagné mes errances adolescentes; c’est vous dire que cela ne date pas d’hier. Je trouve qu’il n’a pas perdu une miette de sa modernité. Sa préface déjà était prémonitoire : « Malgré les secours que quelques cuistres célèbres ont apportés à la sottise naturelle de l’homme… Ce monde a acquis une épaisseur de vulgarité qui donne au mépris de l’homme spirituel la violence d’une passion. » On y voit le portrait de Patrick Le Lay vendant à Coca Cola du temps de cerveau disponible.

Pluviôse, irrité contre la ville entière,
De son urne à grands flots verse un froid ténébreux images
Aux pâles habitants du voisin cimetière
Et la mortalité sur les faubourgs brumeux.

Mon chat sur le carreau cherchant une litière
Agite sans repos son corps maigre et galeux ;
L’âme d’un vieux poète erre dans la gouttière
Avec la triste voix d’un fantôme frileux.

Le bourdon se lamente, et la bûche enfumée
Accompagne en fausset la pendule enrhumée,
Cependant qu’en un jeu plein de sales parfums,

Héritage fatal d’une vieille hydropique,
Le beau valet de coeur et la dame de pique
Causent sinistrement de leurs amours défunts.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Maréchal, nous voilà…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, PORTRAIT

, ,

Amis de la libre pensée et de la caille aux raisins réunies, bonjour!

Nous sommes le vendredi 18 janvier 2013, 29è jour de nivôse dédié au Mercure.

Pierre Sylvain Maréchal est mort un 18 janvier 1803 ce qui me donne le prétexte pour vous en toucher un mot. C’est un écrivain, poète, pamphlétaire français, précurseur de 48695576_pl’anarchisme. Admirateur de Rousseau, Voltaire, Helvétius, Diderot, il fréquente un cercle d’auteurs incroyants et développe une philosophie basée sur un socialisme agraire où les biens seraient mis en commun. Belle utopie non ?

Très vite, ses critiques du pouvoir absolu et son athéisme lui font perdre son emploi. Sylvain Maréchal est alors obligé de vivre modestement de ses œuvres littéraires. Il est condamné à quatre mois de prison pour son Almanach des Honnêtes Gens (1788) où il substitue aux saints des personnages célèbres, annonçant ainsi le futur calendrier révolutionnaire.

Sylvain Maréchal s’enthousiasme pour la Révolution française et défend les pauvres, images-2tout en se montrant un adversaire de l’autoritarisme. Il ne prend pas parti dans le conflit entre les Girondins et les Jacobins et s’inquiète du tour pris par la Révolution. Sa rencontre avec Babeuf et sa conjuration des Égaux, va en faire l’un des précurseurs du mouvement libertaire et l’un des premiers anarchistes. Publiant de manière anonyme après son emprisonnement de 1788, Sylvain Maréchal échappe ainsi aux poursuites judiciaires et peut écrire jusqu’à sa mort. Sylvain Maréchal, « l’homme sans Dieu », est sans doute l’un des plus fervents partisans de l’athéisme durant la Révolution. Bon, il faut bien le reconnaître, c’étaitimages
aussi un sérieux misogyne et on lui doit un projet de loi pour interdire d’apprendre à lire aux femmes !!! Dans Fragments d’un poème moral sur Dieu (1780), il remplace le culte de Dieu par celui de la vertu et la foi par la raison. Il parodie la Bible dans Livre échappé au déluge (1784) et s’attaque à la religion qu’il considère comme un instrument des gouvernements oppressifs et un moyen d’exploitation sociale et économique. Dans le journal « Révolutions de Paris » dont il est rédacteur en chef, Sylvain Maréchal conduit une virulente campagne anticléricale. Athée tolérant, il consacre la fin de sa vie au développement de l’athéisme en lui donnant ses lettres de noblesse avec le Dictionnaire des Athées anciens et modernes (1800).

Voilà pour ce vendredi, vous pouvez éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale; je ne sais pas moi…Bosser un peu par exemple ! Ah, ils sont vraiment pas drôles ces retraités. Allez, portez vous bien et à demain peut-être pour de nouvelles aventures.

 

Qu’allait-il faire dans cette galère ?

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la gastronomie et de la brasse coulée réunies, bonjour !

Nous sommes le jeudi 17 janvier 2013, 28è jour de Nivôse dédié au Zinc (mais pas au bar).

Aujourd’hui, 17 janvier, nous célébrons (ou pas) Saint Antoine. Attention, St Antoine le grand, pas celui de Padoue… C’est un peu le patron de tous les anachorètes et 71941614_pcénobites réunis. On sait tout de lui grâce à Athanase d’Alexandrie qui a bien voulu nous raconter sa vie. Il vécut jusqu’à l’âge canonique de 105 ans et passa une grande partie de sa vie en Thébaïde sur le mont Qolzum. Il est resté célèbre pour avoir résister toute au long de sa vie aux tentations du Malin; les fameuses tentations de Saint Antoine. A l’inverse de votre serviteur qui a su résister à tout sauf aux tentations…

Par exemple, actuellement je ne résiste pas à la tentation de m’interroger sur notre nouvelle croisade du côté de Bamako. A chaque fois que des militaires cirent leurs rangers j’ai une petite lumière rouge qui s’allume au fond de ce qui me sert de cerveau et qui clignote. Les vapeurs de l’alcool consommé durant les fêtes de fin d’année se sont dissipées et pourtant, j’entend des voix. Surtout une qui ironise: vous avez aimé Tintin au Congo, vous allez adorer Flanby au Mali !

Ce qui m’agace davantage encore c’est cette incroyable unanimité pour soutenir l’initiative du Président. L’union sacrée ne m’a jamais fait bander, pardonnez la trivialité images-1du propos, mais je trouve cela suspect lorsque de l’extrème droite à la gauche bobo on est d’accord. L’objectif annoncé est, nous dit-on, d’empêcher les énervés du turban, aux commandes de leur caravane publicitaire pour Toyota, d’instaurer la Charia au Mali et de développer ainsi un Etat Islamiste base potentielle de tous les terrorismes. Regardons ce qui s’est passé en Afghanistan: les occidentaux s’en vont et les Talibans s’apprêtent à reprendre en main les rênes du pouvoir. En Tunisie, Egypte, Libye et sans doute bientôt en Syrie, les frères musulmans sont déjà installés.

Souhaitons que d’ici quelques temps nous n’en soyons pas réduit à nous lamenter: Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? Molière n’en serait guère marri lui qui « empruntât » la scène à Cyrano de Bergerac (l’écrivain) dans sa pièce Le pédant joué. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Ainsi Prague…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , ,

Amis de la vérité historique et du vin de paille réunis, bonjour !

Nous sommes le mercredi 16 janvier 2013, 27è jour de Nivôse, dédié au Plomb.

44 ans se sont écoulés depuis ce 16 janvier 1969, lorsque, en haut de la place Venceslas, à Prague, l’étudiant en histoire de la faculté de Lettres, Jan Palach, âgé alors de 21 ans, s’est immolé par le feu en signe de protestation contre l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’armée 60850306_psoviétique. Trois jours plus tard il succombait à ses brûlures. Ses obsèques, le 25 janvier, se transformèrent en une manifestation pour la liberté. Les chars soviétiques avaient envahi Prague pour mettre un terme à la politique de réforme menée par Alexander Dubcëk. Il aura fallu attendre encore vingt ans pour voir s’effondrer un système qui aura trahi ses propres valeurs pour se transformer en dictature bureaucratique. Pour la petite histoire, il est amusant de noter que 1834 Palach est un astéroïde découvert en 1969 par l’astronome Lubös Kohoutëk qui avait fui la Tchécoslovaquie l’année précédente. Ecoutez « Ainsi Prague » texte d’Aragon interprété par Francesca Solleville. Il n’y a pas de rapport; ce texte fut écrit en hommage à Nezval poète surréaliste tchèque.

Il y a quelques jours, au cours d’une soirée des plus sympathiques, 220px-Placa_Jan_PalachStéphanie, plus connue sous le pseudo « Madamedansmacuizine » me rappelait cet événement historique. Les hasards de la vie en effet, ont voulu que je me trouve  à Prague à cette époque et que, un an plus tôt je rencontre ce jeune étudiant. Il s’était évertué à m’éclairer sur la vraie figure du stalinisme et sur la signification de l’expression: socialisme à visage humain. En janvier 1989, le 20e anniversaire de la mort de Jan Palach provoque une semaine d’importantes manifestations contre le régime communiste, appelée « Semaine de Palach ». Le 16 février, l’auteur dramatique Václav Havel, un des dirigeants du mouvement de la Charte 77, est arrêté par la police pour avoir voulu déposer une gerbe de fleurs à la mémoire de Jan Palach. Le 20 février suivant il est condamné pour ce geste à neuf mois de prison ferme. Il deviendra président de la République Tchèque en 1993.

Et oui, le mercredi matin, c’est Histoire-Géo. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

On n’est jamais trop Proudhon…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

, , ,

Amis du mariage pour tous et du célibat pour chacun réunis, bonjour !

En ce mardi 15 janvier 2013, 26è jour de Nivôse dédié à l’Etain; Je ne pouvais pas ne pas saluer l’anniversaire de la naissance de Proudhon.

Le 15 janvier 1809, naissance de Pierre-Joseph PROUDHON, à Besançon. Penseur, économiste, sociologue et révolutionnaire, considéré par certains comme le « Père de l’anarchisme », même si son oeuvre novatrice et variée n’est pas exempte de 48567768_pcontradictions (en particulier sur la place des femmes dans la société, qui sera l’un des principaux griefs retenus contre lui). Après avoir travaillé dans l’imprimerie, un de ses premiers ouvrages voit le jour en 1840 : « Qu’est-ce que la propriété? » (vous connaissez la réponse: La propriété c’est le vol !). Ce livre fait immédiatement scandale. Le dernier « Avertissement aux propriétaires » est saisi. Proudhon, poursuivi, sera finalement acquitté.

Pendant l’hiver 1844, il rencontre, à Paris, Bakounine, Marx, etc. Le 15 octobre 1846, est publié : « Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère ». Il y a rupture avec Marx qui fait paraître, le 15 juin 1847 « La misère de la philosophie »; Proudhon y est traité de petit bourgeois. J’aime bien cette photo, je trouve une ressemblance avec Pierre Dubois notre elfologue breton dont j’insère le portrait plus bas.

Après la révolution de février 1848, Proudhon est élu, le 4 juin, aux élections complémentaire de l’Assemblée Nationale. Le 31 juillet 1848, il y prononce un violent réquisitoire contre la bourgeoisie. Début 1849, il tente la création d’une « Banque du Peuple », mais à la suite d’articles parus dans « Le Peuple », il est condamné à trois ans de prison. Il y restera jusqu’en juin 1852. « La révolution sociale démontrée par le coup d’Etat du 2 décembre » sort en juillet 1852. « De la justice dans la révolution et dans imagesl’église », paru en 1858, lui vaut à nouveau 3 ans de prison, mais il se réfugie en Belgique, où il continue à écrire.

Il rentre à Paris fin 1862. « Du principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le parti de la révolution » paraît le 14 février 1863 alors que Proudhon est malade. « De la capacité politique des classes ouvrières » ne sortira qu’après sa mort, survenue à Passy le 19 janvier 1865. Théoricien du fédéralisme et du mutualisme, sa pensée aura une profonde influence sur toute l’histoire sociale des XIXè et XXè siècles.

Voilà pour le salut à ce grand bonhomme et comme le disait un de mes amis anarchistes et néanmoins amateur de calembours à la p’tite semaine: « On n’est jamais assez proudhon ! »

Portez vous bien et à demain peut-être.

Que se vayan todos !

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

, ,

Amis de la péninsule ibérique et du bacalao réunis, bonjour !

Nous sommes le lundi 14 janvier 2013, 25è jour de Nivôse dédié au Chat et, malgré vos bonnes résolutions, vous êtes encore devant votre ordinateur…

Profitant du jour anniversaire de sa disparition, voici le portrait rapide d’une militante que nous allons accrocher aux cimaises de notre galerie. Le 14 janvier 1994, mort de Federica MONTSENY, à Toulouse. C’est une des grandes figures de l’anarchisme et de l’anarcho-syndicalisme espagnol (elle fut l’amie de Durruti), et qui fut un temps ministre de la Santé pendant la guerre civile.

Elle est née le 12 février 1905 à Madrid. Fille des anarchistes Catalans Joan Montseny images(Federico Urales)  et Teresa Mané (Soledad Gustavo) , fondateurs de la « Revista Blanca » (en 1898), Federica milite très jeune à la C.N.T. . Avec son père, elle fait reparaître à partir de 1923 « La Revista Blanca », puis une nouvelle publication qui deviendra mensuelle « La Novela Ideal » (Le roman idéal) : romans de propagande libertaire, parlant d’antimilitarisme, d’entraide, d’amour libre, etc.). En 1930, elle se lie au compagnon Germinal Esgleas (ça ne s’invente pas).

En 1936, elle est au comité régional de la C.N.T., et au comité péninsulaire de la F.A.I.. Elle participera au nouveau gouvernement républicain avec trois autres membres de la C.N.T (cette participation d’anarchistes au gouvernement sera largement controversée).

En tant que Ministre de la santé, elle fera voter une loi légalisant l’avortement.Federica Montseny est donc la première femme ministre d’Europe Occidentale. La militante anarchiste est à l’origine de lieux pour enfants et personnes âgées, de centres de formation pour femmes, notamment pour aider les prostituées à se libérer de leur milieu.

A la fin de la guerre, elle est contrainte à l’exil en France, et connaîtra les prisons françaises avec son compagnon Germinal. En effet, comme des milliers d’autres espagnol(e)s, elle doit fuir en France à la fin de la guerre, où elle est persécutée par la police nazie et franquiste qui réclament son extradition, refusée par les autorités 60820960_pfrançaises. Elle vit en liberté surveillée jusqu’à la libération. Installée à Toulouse, elle continue de travailler pour ses idées, publiant et dirigeant des périodiques anarchistes comme CNT et Espoir, ainsi que des livres (plus de 15 livres politiques et 50 non-politiques) et voyageant en Suisse, au Mexique, au Canada, en Angleterre et en Italie.

On ne dira jamais assez le rôle joué par les anarchistes dans la lutte contre la dictature Franquiste et, il ne faut pas compter sur Pernaud ou Pujadas pour nous rappeler ce genre d’anniversaire.

 

Allez, merci à vous d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Oh my God…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

,

Amis de la Bretagne historique et du pruneau d’Agen réunis, bonjour !

En ce dimanche 13 janvier 2013, 24è jour de nivôse nous célébrons (ou pas) Enogat.  Patron de Dinard, on retrouve sa trace au monastère de Saint-Méen, où il fut abbé, comme à Alet, où il fut évêque au VIIe siècle.

Il a donné son nom à la commune de Saint-Enogat qui était jusqu’en 1858 le centre de la commune actuelle de Dinard. Saint-Énogat est un démembrement de la paroisse 60766869_pprimitive de Pleurtuit et dépendait jadis de l’ancien évêché de Saint-Malo. Dinard, simple village de pêcheurs jusqu’à l’arrivée des Britanniques, doit son nom au légendaire Roi Arthur: Din (colline / fort) – Arz/Ar (ours / Arthur) ; l’ours, dans la mythologie celtique, symbolise la souveraineté. Les Acta Sanctorum prétendent que « Saint Énogat était le cinquième successeur de saint Malo : il fut sacré au commencement de l’année 628, sous le règne d’Hoël III et le pontificat d’Honorius Ier, il mourut le 13 janvier 631, et l’article qui lui est consacré se termine par cette phrase « Nihil de eo aliud comperimus » (Nous ne savons rien de plus à son sujet). Dont acte…

Originellement, Dinard faisait partie de la paroisse de Saint-Énogat. Puis, à la fin du DownloadedFileXIXe siècle, les Britanniques commencèrent à y venir en villégiature et y firent bâtir de somptueuses villas sur la côte. Dinard se développa alors rapidement et devint la station de bord de mer la plus prisée d’Europe. Mais elle connut une désaffection à partir des années 1930, lorsque la haute société partit plutôt sur la Côte d’Azur. Aujourd’hui, Dinard est, sans nul doute, la station balnéaire la plus « british » de France avec ses 407 villas classées. A l’époque où j’y résidais il y avait même un Consul de sa très gracieuse majesté qui y tenait salon. La commune est aussi connue pour son célèbre festival du film britannique.Voilà pour la petite histoire.

Voilà pour ce dimanche, portez vous bien et à demain peut-être.

 

A droite toute…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis des bars-à-vins et du coquelet en sauce réunis, bonjour!

Nous sommes le samedi 12 janvier 2013, 23è jour de Nivôse dédié au fer. Comme n’aurait pas manqué de le faire remarquer Bourvil: il fallait le faire…

Dimanche, à l’appel du collectif « La Manif pour tous », dirigé par Frigide Barjot qui aime se définir comme une « catho branchée et déjantée » ou encore comme images« l’attachée de presse de Jésus », et de l’institut Civitas, mouvement de catholiques intégristes, présidé d’une main de fer par le Belge Alain Escada, une manifestation contre le mariage et l’adoption pour les couples du même sexe se déroulera à Paris. Ne nous y trompons pas, dimanche, c’est l’homophobie et la haine qui, avant tout, défileront dans les rues de la capitale.

Frigide Barjot – de son vrai nom Virginie Tellene, née Virginie Merle – est une « humoriste » et chroniqueuse mondaine. Elle dirige avec son mari, Bruno Tellenne, plus connu sous le nom Basile de Koch, le « groupe d’intervention culturel » Jalons qui utilise des pseudonymes en forme de jeux de mot et publie des pastiches de grands journaux, met en scène des happenings humoristiques et publie des livres ou des disques. Bruno Telenne est le frère de Karl Zéro.

De nombreux ténors de la droite,  ainsi que des représentants des principales religions (christianisme, judaïsme, islam) manifesteront. Une délégation du FN sera également DownloadedFileprésente. Mais n’oublions pas non plus d’autres mouvements d’extrême droite radicaux : l’Action française, le Bloc identitaire, le Renouveau français, l’Œuvre française, les Jeunesses nationalistes, le GUD… Et la liste est loin d’être exhaustive !  Le collectif « La Manif Pour tous » prétend que cette manifestation est « apolitique », « aconfessionnelle » et contre l’homophobie… Ah oui, vraiment ? Et ta soeur, elle bat le beurre… En vérité nous allons voir défiler la France réactionnaire, droitière, dissimulée sous le tailleur Chanel et le carré Hermès. Les garçons portent culottes de velours et les fifilles à maman, jupes plissées et socquettes blanches. Personnellement, l’institution du mariage c’est vraiment pas ma tasse de thé alors, que les églises de quelques religions que se soient se réservent le droit de marier, ou non, qui ils veulent; c’est leur droit le plus strict. Mais de grâce (si j’ose dire) qu’ils ne mêlent pas la République à leurs états d’âme.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.