Vous lisez actuellement les articles publié en décembre 2012

Page 2 de 4

O Gehl an Heu !

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

Amis de la polémique et du waterzoï réunis, bonjour !

Nous sommes le 21 décembre 2012 et si l’on en croit les survivalistes, il vous reste peu de temps pour préparer la fin du Monde. Quand au calendrier républicain, il est dédié ce jour, premier de Nivôse, à la tourbe (voir mon billet du 21/12/2009).

Nivôse qui nous vient tout droit du latin Nivosus, riche en neige… C’est bien tout ce qu’il reste de riche par les temps qui courent ; mis à part quelques spéculateurs véreux qui se repaissent sur le dos des peuples qui n’en peuvent mais. Quelques évadés fiscaux qui trouvent que l’herbe est plus verte chez le voisin. Quelques patrons du CAC 40 qui continuent de se verser des salaires indécents. Quelques prévaricateurs de basse extraction. Quelques golden boys endimanchés. Quelques concussionnaires avides. Quelques traders perfides et quelques gougnafiers sans étiquettes… Merde, ça commence à faire du monde !

C‘est aussi le Solstice d’hiver. L’année celto-druidique commence au solstice d’hiver avec la cérémonie de la Modra Necht, fête qui est marquée par la « cueillette du gui ». A chaque fois que le druide officiant coupe une touffe de gui, il s’écrie : « O Gehl an Heu ! » qui signifie « Le Blé lève ! ». Cet usage maintenu tout le Moyen-âge fut mal compris de la foule qui traduisit par « Au Gui l’An neuf ! », amusant, non ?

Lors du solstice d’hiver, les druides contemporains ne fêtent pas Yule comme dans les pays nordiques, mais Alban Arthan (la lumière de l’ours). Ce nom est tiré des écrits de Iolo Morganwg qui produisit plusieurs textes néo-druidiques au 18ème siècle et les fit passer pour des textes ayant une origine authentique.

Bon, c’est l’occasion ou jamais de vous dire, portez vous bien et à demain… Peut-être.

 

Un chasseur sachant chasser…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la solidarité internationale et du carpaccio parmesan réunis, bonjour !

Nous sommes le 20 décembre 2012 qui correspond au dernier jour de Frimaire qui était, dans le calendrier républicain, dédié à la pelle. Ceci devrait mettre un terme définitif à la polémique qui voudrait que le jour de la pelle soit le 18 juin.

Quel bonheur hier matin de voir que le froid avait aussi amené dans ses bagages une magnifique bécasse qui en profitait pour faire le tour du propriétaire. Malheureusement, la bécasse me fait immanquablement penser à un triste individu que 
les vicissitudes professionnelles m’ont obligé à fréquenter et qui a consacré une grande partie de son temps à essayer de pourrir le mien. Un chasseur de bécasse… J’imagine que vous l’aviez deviné, je n’aime pas les chasseurs, sauf de jupons, et celui-là représentait pour moi tout ce qui est détestable chez cette engeance. Je balançais donc entre le plaisir d’admirer cette merveille de la nature et le souvenir désagréable de ce triste sire. La vie est ainsi faite qu’elle équilibre toujours les choses et nous laisse la responsabilité de faire pencher la balance d’un coté ou de l’autre. Entre le tireur et l’oiseau, je n’ai guère d’hésitation. 

A l’heure où notre président se rend en Algérie, voici une belle chanson qui va encore me faire plein de copains:

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

La gauche Carambar…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis du Crétacé supérieur et de la lutte des glaces réunis, bonjour !

Nous sommes le mercredi 19 décembre 2012, 29è jour de Frimaire dédié à l’Olive.

A l’extérieur de l’ermitage, dans les restes du monde quoi, la grande comédie continue. A l’UMP bien sûr où l’on a fini par se mettre d’accord sur le fait qu’on n’était pas d’accord. A Matignon aussi où l’on s’excuse de demander pardon mais, « on » n’a jamais dit que Depardieu était minable. Aux USA encore où, pendant les fêtes, la tuerie continue. En Egypte, où les cocus de la révolution sont dans la rue, en Corée du Nord où le docteur Folamour à un nouveau jouet inter-continental, au Japon qui vient de se choisir un premier ministre nationaliste, pro nucléaire et va-t-en-guerre, chez madame Michu qui vient de voir son salaire de smicarde augmenter de 0,3%; soit trois centimes de l’heure. Il lui faudra donc travailler cinq heures supplémentaires pour s’acheter un Carambar. Et puis les 500 salariés de Texas-Instruments à Villeneuve-Loubet qui vont rejoindre le club des surnuméraires et découvrir les méandres de Pôle Emploi.  Merci patron !

« Il faut avoir vécu dans cet isoloir qu’on appelle Assemblée nationale, pour concevoir comment les hommes qui ignorent le plus complètement l’état d’un pays sont presque toujours ceux qui le représentent. »
Pierre Joseph Proudhon – 1809-1865 – Confession d’un révolutionnaire

A méditer, allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Elle était une fois…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , , ,

Amis de la macrobiotique et du filet de merlan réunis, bonjour !

Nous sommes le mardi 18 décembre 2012, 28è jour de Frimaire dédié à la Truffe.

Il y a 90 ans, le 18 décembre 1922, nous quittait Nelly ROUSSEL, née le 5 janvier 1878.

Qui se souvient de cette femme, Libre penseuse, anarchiste, féministe. Elle fut la compagne du sculpteur Henri Godet, libre penseur et Franc-Maçon. Elle même suivra les traces de Maria Deraismes (qui créa « Le droit humain ») et Madeleine Pelletier ou Louise Michel en fréquentant « La Grande Loge Symbolique Ecossaise ». Elle milita avec Paul Robin à la diffusion des idées néo-malthusiennes, contre l’idéologie nataliste du pouvoir et la loi de 1920 qui réprimait la contraception et sa propagande. Oratrice de talent, elle donnait des conférences, à travers la France, exaltant la maternité consciente, pourfendant le machisme des hommes (militants compris). Elle réclamait l’indépendance complète pour les femmes, fondée sur de nouveaux rapports entre les sexes.

Elle est militante antinataliste. Comme Madeleine Pelletier, elle est l’une des premières femmes en Europe à revendiquer publiquement le droit des femmes à disposer de leurs corps et à prôner une politique de contrôle des naissances en autorisant le recours aux contraceptifs et à l’avortement. Elle adhère au mouvement néo-malthusianiste de Paul Robin qui soutient que le contrôle des naissances, la « prudence parentale », est un moyen d’émancipation des classes sociales les plus pauvres.

Elle lutte pour modifier l’image traditionnelle de la femme. C’est ainsi que l’« action, la vie et la pensée de Nelly Roussel s’insurgent bien sûr contre ce modèle, développant au contraire celui de la « nouvelle femme », bien représenté aux États-Unis : une femme sportive, active, investie dans une profession valorisante. Roussel oppose à « l’éternel féminin » ce qu’elle nomme « l’éternelle sacrifiée » – c’est le titre de l’un de ses livres. La femme, écrit-elle, est en effet sacrifiée non seulement par Dieu et par la Nature mais aussi par la société républicaine elle-même. »

Parmi ses écrits: « Paroles de combat et d’espoir » (1919) – « Quelques lances rompues pour vos libertés » – « Trois conférences », etc.

Allez, une militante de plus pour notre galerie de portraits. Portez vous bien et à demain peut-être.

 

 

Ecoutez voir…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la rhétorique et de la bière bretonne réunies, bonjour !

Nous sommes le lundi 17 décembre 2012, 27è jour de Frimaire dédié au liège. Ce matin je suis énormément en retard sur mon tableau de marche. Pour ne rien vous cacher, je rentre à peine d’une escapade parisienne et j’ai encore les 600 bornes dans les reins. Oui, comme disait mon aïeule que le ridicule n’effarouchait pas: pour un finistérien, Paris c’est loin de tout… Ajoutez à cela les déambulations urbaines inhérentes à ce genre de sortie, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année, et vous aurez l’explication de ce léger décalage horaire que j’essaie de combler.

Du coup et puisque ces fêtes sont aussi le moment de penser à l’autre, je vous propose une vidéo qui fait réfléchir. Merci à l’ami Jean-Yves qui a attiré mon attention sur cette initiative.

Il s’agit d’un spot du Groupe Démosthène, de l’APF de Loire-Atlantique.
Le Groupe Démosthène, en référence au célèbre orateur grec, s’adresse à ceux qui ont des difficultés d’élocution et à ceux qui veulent plus aisément communiquer avec eux en dépit de ce handicap.
Vous pouvez commander le DVD (6€) sur leur blog:http://dd44.blogs.apf.asso.fr/

Voilà donc pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

Dernières volontés de Bob Siné…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis de la franche rigolade et du Beaujolais réunis, bonjour !

Nous sommes le dimanche 16 décembre 2012, 26è jour de Frimaire dédié au Pignon (de pin). Tout en souhaitant qu’il soit encore des nôtres très longtemps, je vous poste in-extenso les dernières volontés de Siné publiées sur le site de Siné-Mensuel. Lorsque viendra mon tour de faire la bise à la faucheuse, c’est à peu près ce que j’aimerai…

DERNIÈRES VOLONTÉS DE BOB SINÉ: CRÉMATION AU PÈRE-LACHAISE

Tout d’abord, pour la crémation, m’allonger délicatement, vêtu de noir et de rouge, dans un cercueil en carton ondulé acheté chez Leclerc ou tout autre spécialiste des funérailles bon marché, après s’être assuré que je suis bien mort !

Pas la peine de claquer bêtement du grisbi pour partir en fumée !

Sur le cercueil, en revanche, le logo de l’anarchie, tagué à la bombe, en noir, au milieu, sera de la meilleure veine.

N’importe quel copain dessinateur fera ça très bien.

Toutes les fleurs devront être rouges et j’aimerais que tous les amis présents s’habillent en noir, pas par respect des convenances, mais pour évoquer les anars !

Cette cérémonie noire et rouge aura, j’en suis sûr, beaucoup de gueule et satisfera, à la fois, mon sens de l’esthétique et mon goût de la provoc.

Quelques morceaux de musique que je n’ai pas encore eu le temps de choisir mais dans lesquels figurera obligatoirement Try a Little Tenderness chanté par Otis Redding, seront les bienvenus et m’aideront à avaler mon bulletin de naissance et à rejoindre fissa tous les gens que j’aime et qui ont lâché la rampe avant moi ! Après, champ libre ! En général, tout le monde va bouffer et picoler à la mémoire du défunt mais, n’étant plus là pour participer avec vous aux agapes, je préfère ne pas y penser !

Mais, gaffe : même en poudre, j’ai l’oreille fine !

ENTERREMENT AU CIMETIÈRE DE MONTMARTRE

Quelques jours plus tard, selon les possibilités des uns et des autres ( je laisse le soin à Catherine, ma divine veuve, d’organiser tout ça au mieux) j’aimerais une fiesta sympa avec orchestre et buffet campagnard sur tréteaux.

Je recommande un tonnelet de beaujolais, de chez Marie-Lapierre bien sûr, plus convivial que des bouteilles et qui a l’avantage de ne pas laisser de cadavres, superflus dans un cimetière !

Évidemment, il sera servi dans des verres et non dans de sinistres gobelets en carton.

Si certains tiennent à apporter des couronnes de fleurs, de toutes les couleurs cette fois, qu’ils fassent inscrire sur les bandeaux des slogans tels que « Ni Dieu, ni maître », « Mort aux cons ! » ou « On les aura ! » selon leur inspiration et la complicité du fleuriste, pour choquer les familles catholiques éplorées qui viendront les jours suivants pleurer les leurs et liront avec horreur ces incongruités en se signant pour éloigner le démon.

Plus la peine d’être sapés en noir ce jour-là. Au contraire, des fringues couleur pétard sont souhaitées ( je n’ai rien contre les excès ni le mauvais goût).

La musique sera joyeuse, enjouée et plutôt jazzy.  Je fais une parfaite confiance à mon ami Stéphane Maggi pour réunir les musiciens adéquats qui seront payés avec un élastique et qui ne seront là que par amitié et pour boire un coup à ma santé (expression quelque peu maladroite, j’en conviens !).

À la fin, quand tout le monde sera parti, j’irai peut-être alors trinquer avec La Goulue qui a sa tombe tout à côté et il ne me restera plus qu’à attendre patiemment les suivants, car il restera encore 59 places à mes côtés dans cette concession à perpétuité achetée en commun avec Benoît Delépine et conçue pour accueillir 60 zigotos pour l’éternité.

Nous ne sommes, ni l’un ni l’autre, très satisfaits de la statue en  bronze qui ressemble plus à un cactus  qu’à un doigt d’honneur et n’est donc pas assez explicite. Il m’a promis d’y remédier mais, dommage,  je ne verrai la nouvelle version que du dessous. Tant pis !

En revanche, l’épitaphe en lettres d’or : « MOURIR ? PLUTÔT CREVER ! » tient bien la route ! Si un jour vous croisez, au hasard de vos balades, un bonobo qui me ressemble, n’ayez aucun doute, ce sera moi, réincarné ! À plus !

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Vanitas, omnia vanitas…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la blogosphère libérée et du poulet frites réunis, bonjour !

Nous sommes le samedi 15 décembre 2012, 25è jour de Frimaire dédié au grillon.

Mais qui dira l’incommensurabilité de l’égo du blogueur ordinaire ? Il est là, guettant son compteur comme l’épicier son tiroir-caisse. Voici la 90 000è visite, flatteuse et flagorneuse qui lui ouvre des horizons littéraires aussi lointains qu’inaccessibles. C’est son Goncourt, son Renaudot et son Molière à la fois. Ah, César, souviens toi que tu es mortel disait le prêtre à l’impérator. Et rappelons nous les premiers mots de l’Ecclésiaste: Vanitas, vanitatum, omnia vanitas… Souviens toi, petit scarabée, que la blogosphère est immense, quasi infinie, et l’infime particule que représente ton apport est quantité négligeable au regard des milliards de données qui transitent chaque minute sur la toile. Garde toi de croire que c’est arrivé. Remercie ces visiteurs qui te font l’honneur de jeter un regard sur tes élucubrations quotidiennes. Ta prose approximative, tes fautes d’orthographe, tes accords désaccordés, tes jugements à l’emporte pièce, tes raccourcis saisissants, ta galerie de portraits qui doit davantage à l’archéologie sociale qu’à l’analyse concrète d’une situation concrète. Laisse tes mots enfourcher les vents de l’Ouest qui balayent Keramoal au rythme des dépressions et qui secouent le ponant depuis de longues semaines. Le calme revenu, ils iront se déposer comme autant de feuilles mortes sur les écrans de ces anonymes visiteurs qui, au hasard d’un moteur de recherche auront échoué sur ton site. Ce sont des bois flottés qui ornent la laisse de basse mer des ordinateurs, leurs écrans depuis longtemps sont devenus leurs estrans, rivages modernes de rêveurs impénitents et les dédales informatiques leurs tiennent lieu de chemin des douaniers. Puisse ce petit journal rester sans prétentions autres que celles qui consistent à taquiner la muse, raviver les mémoires, jouer avec les mots et rassurer mes proches sur mon état de santé (poil au nez).

Allez, merci à vous pour votre fidélité et votre indulgence à l’égard de l’auteur. Portez vous bien et à demain peut-être.

 

Un monde à part…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis de la comedia del arte et des farfalle alla burina réunis, bonjour !

Aujourd’hui, vendredi 14 décembre 2012 c’est le 24ème jour de frimaire dans le calendrier républicain et, figurez vous que c’est le jour de l’oseille… Alors, c’est l’occasion ou jamais de jouer au loto ou de préparer une bonne soupe (à l’oseille). Pourquoi ont-ils dédié cette journée à l’oseille et pas au blé ou à l’artiche, au flouze, à la fraîche, au pognon, au fric, au grisbi, à la thune, la braise, le pèze, la galette… Les motivations des Républicains dans leur calendrier restent pour moi un grand mystère.

Tiens, idée cadeau:

Un nouvel album d’Yvan Dautin. Le titre: Un monde à part.

Auteur, ses textes décortiquent l’humain et les histoires de vie, avec une poésie souvent grivoise, argotique, avec le sens du pittoresque, du calembour finaud, de l’indignation sociale, du récit émouvant. Interprète, sa voix d’une autre époque s’oublie parfois à rouler les R, prend aux tripes dans les graves, amuse à d’autres endroits.

Fort d’un parcours d’artiste intransigeant et volontaire, d’une douzaine d’albums depuis les années 70, Dautin partage avec nous « Un monde à part » (Socadisc), ses idées éveillées et sa douceur caustique, un monde de mélodies qui tantôt bouleversent tantôt chaloupent, s’amusent souvent. Le retour d’une des personnalités les plus sensibles, pudiques et insaisissables de la chanson des années 70-80 dont personne n’a pu oublier les tubes Boulevard des Batignolles ou La MéduseSources

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

L’homme n’est qu’un roseau… Pensant.

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

,

Amis de la pensée Pascalienne et du Vermouth-cassis réunis, bonjour !

Nous sommes le jeudi 13 décembre 2012, 23è jour de Frimaire dédié au roseau.

« L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature; mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser: une vapeur, une goutte d’eau, suffit pour le tuer. Mais, quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt, et l’avantage que l’univers a sur lui, l’univers n’en sait rien. Toute notre dignité consiste donc en la pensée. C’est de là qu’il nous faut relever et non de l’espace et de la durée, que nous ne saurions remplir. Travaillons donc à bien penser: voilà le principe de la morale.«  Pascal, Pensées, (1660)

 

Tout à fait autre chose.

C‘est un 13 décembre en 1983 que se déroula ce formidable concert de soutien à Radio-Libertaire (avec Léo Ferré notamment) dont tout le matériel venait d’être saisi par la maréchaussée aux ordres du pouvoir « socialiste » (un comble). C’est en mai 1981 que le congrès de la Fédération Anarchiste décide la création de cette radio qui à cette époque là n’avait ni nom ni budget ni matériel ni animateurs ni indicatif et, on peut le dire, pas non plus de projet. Mais l’expérience s’est inscrite dans le temps prenant la suite de leurs glorieux ainés. Comme en 1921 à Kronstadt lorsque les insurgés ont lancé leurs messages radio. Comme en 1936 avec Radio FAI-CNT en Espagne. Et plus près de nous avec Radio Trottoir (Toulon) et Radio-Alarme.

Le 28 août 1983, à l’aube, des CRS se sont présenté devant les locaux de Radio-Libertaire, ont défoncé la porte et saisi le matériel. Les animateurs ont été frappés et interpellés, le câble d’antenne sectionné et le pylône détérioré. le 3 septembre, une immense manifestation de soutien eut lieu. A cette époque là, avec quelques autres pionniers, nous nous étions lancé dans l’aventure des radios libres, je me souviens de « Radio-Kaosette » et de nos balbutiements radiophoniques. J’occupais l’antenne deux fois par semaine et le nombre d’auditeurs ne devait guère être supérieur à celui d’un car de touristes Belges.  Quelle époque, madame Michu !

Aujourd’hui l’antenne de Radio-Libertaire est ouverte aux anarcho-syndicalistes, la Libre Pensée, les Espérantistes, la Ligue des droits de l’homme… Et de nombreuses plages sont dédiées aux mouvements sociaux.

Allez, on va pas virer Radio-Nostalgie… Merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Mais c’est quand qu’on va où ?

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la liberté d’expression et de la saucisse de Molène réunies, bonjour !

Nous sommes le 12 décembre, 22è jour de frimaire dédié à la Bruyère. On célèbre la saint Kaourintin (Corentin), patron de la ville de Quimper… Il est un des septs saints fondateurs de la Bretagne et trône déjà en la fameuse vallée des Saints de Carnoët. Si j’en crois « Le télégramme » d’hier, le prochain bloc de granit est destiné à St Emilion, qui, rappelons le, était breton ainsi que je l’ai raconté dans un de mes billets ICIJeudi dernier, la masse brute de granit rose, dans laquelle il sera sculpté par David Puech, a été extraite à Perros-Guirec. Maintenant, place à Saint-Pourçain, Saint-Joseph, Saint-Estèphe, et bien entendu saint-Marc (de Bourgogne) Allez: Yech’ed mat d’an holl, hemañ zo vont da goll.

Or donc, nous sommes le 12 /12 /12… Ca sent la fin du monde ! Je rigole pas, c’est dans le journal. Une bande d’illuminés a décidé que l’apocalypse était pour le 12/12/2012. D’autres ont programmé la venue des cavaliers de l’apocalypse pour le 21. Paco Rabanne nous avait fait le coup avec l’an 2000 mais, nous sommes toujours là. De tous temps les hommes ont désiré ardemment connaître la date qui mettrait fin à leur bail sur cette terre et ,les millénaristes de tous poils en ont tiré profit. Il faut dire que la crédulité est ce qu’il y a de plus partagé en ce bas monde. Le désir, l’envie, le besoin, la nécessité de croire alimentent les fonds de commerces de tous les marchands d’illusions. L’obscurantisme que l’on croyait avoir éradiqué avec le siècle des lumières continue de bien se porter à la satisfaction des marchands du temple. Popes, rabbins, curés, gurus, ayatollahs et autres pasteurs se bousculent pour sauver nos âmes avant le grand soir. J’essaye modestement dans ce blog, à travers ma galerie de portraits, de rendre hommage à ceux qui ont combattu pour l’émancipation de l’homme en promouvant une éducation laïque détachée de toute contingence religieuse. Force est de constater que c’est pas gagné…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.