Vous lisez actuellement les articles publié en octobre 2012

Page 2 de 4

Elle est épatante cette petite femme là…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’Internationale prolétarienne et des rillettes de maquereaux réunies, bonjour !

Vous le savez, vous qui suivez assidument les rebondissements de ce blogue, j’ai une tendresse particulière pour ces personnages que l’on dirait tout droit sortis de l’imagination d’un romancier. Les brefs portraits que je vous propose d’accrocher à notre galerie n’ont pas la prétention de faire oeuvre de biographe. Il s’agit simplement de vous mettre l’eau à la bouche pour vous inviter à aller plus avant dans la découverte de cette personnalité. Aujourd’hui, profitant de ce dimanche 21 octobre, dernier jour de vendémiaire que nos amis Républicains avaient dédié au tonneau, évoquons ensemble la vie et l’oeuvre de Isabelle EBERHARDT.

Elle est née « illégitime » en 1877 à Genève. Sa mère était mariée avec le général Paul de Moerder mais s’enticha du précepteur de ses enfants Alexandre Trophimowsky. Leur idylle donna naissance à une fille Isabelle. Philosophe, érudit, polyglotte, on présume qu’il a joué un rôle dans le mouvement révolutionnaire Russe. Le vieux général va mourir en laissant à sa veuve une fortune considérable et celle-ci accompagnée de Trophimowsky va voyager à travers l’Europe. Celui-ci est un anarchiste et c’est comme tel qu’il va éduquer la petite Isabelle. Elle ne fréquentera pas l’école mais découvrira avec lui, l’histoire, la géographie, la chimie et les langues qu’il maîtrise, le grec, l’italien, l’arabe, le russe, le latin et le turc.

A 20 ans elle quitte Genève pour le Constantinois et découvre une culture, un pays et une religion, l’islam qui vont l’imprégner excessivement. Elle va dès lors mener une vie de nomade en Afrique du nord, se faisant passer pour un homme sous l’identité de Mahmoud Saadi. Elle se convertit à l’Islam et rencontre Slimane Ehnni musulman de nationalité française sous-officier dans les spahis. Elle l’épousera en 1901 ce qui lui permet d’obtenir la nationalité française à son tour. Elle va croiser Lyautey qui dira d’elle: « Elle était ce qui m’attire le plus au monde, une réfractaire…Je l’aimais pour ce qu’elle était et ce prodigieux tempérament d’artiste, tout ce qui en elle faisait tressauter les notaires, les caporaux, les mandarins de tout poils. » Elle sera victime d’une tentative d’assassinat le 29 janvier 1901 alors qu’elle accompagne Si El Hachemi, chef religieux de la confrérie des Kadiryas.

Revenue en Algérie, elle collabore au journal Akbar et couvre les troubles près de la frontière marocaine.Il y a sans conteste un côté Alexandra David Neel chez ce personnage. Le 21 octobre 1904, sa maison est emportée par un torrent qui transforme l’oued en piège mortel, elle ne survivra pas. Elle avait 27 ans.

Son histoire a été portée à l’écran par Ian Pringle en 1992, dans un film éponyme dans lequel Mathilda May jouait son rôle et Tcheky Karyo celui de Slimane. Vous pouvez peut-être vous procurer quelques uns de ses livres, Amara le forçat, l’anarchiste publié en 1923, au pays des sables chez Losfeld éditeur. Edmonde Charles-Roux lui a consacré une biographie chez Grasset en 1995. Ce petit bout de femme était un sacré bonhomme !

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Orphelins d’Emmanuelle…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis du septième art et du pop-corn réunis, bonjour !

Nous sommes le samedi 20 octobre 2012, 29è jour de Vendémiaire dédié à l’orge. Je reprogramme un billet déjà paru ici même pour marquer la disparition d’une actrice néerlandaise au souvenir impérissable. A soixante balais, Emmanuelle nous a quitté…

C‘est en 1974 que paraît le film EMMANUELLE de Just Jaeckin (c’est Just son prénom !) qui va propulser Sylvia Kristel au rang de star internationale. J’en parle aujourd’hui car elle vient de nous quitter à l’issue d’une longue maladie comme on dit quand on ne veut pas prononcer le mot de cancer. C’était une petite fille très intelligente, il paraît qu’elle avait un QI de 165, ce qui lui a permis de sauter (déjà) plusieurs classes. Nous étions quelques années après 68, la libération des moeurs avait fait son chemin, l’érotisme cherchait le sien, et moi le mien dans le socio-cul! C’était avant que Canal+ n’installe le porno sur ses écrans le samedi à minuit…

 

Elle parle couramment le néerlandais, le français, l’italien et l’anglais ce qui l’aide à débuter sa carrière de mannequin à 17 ans et de devenir Miss TV Europe… Quand bien même, ce rôle va lui coller à la peau toute sa vie, elle va aussi tourner dans des films de Mocky Un cercueil n’a pas de poches, de Chabrol Alice ou la dernière fugue, de Roger Vadim Une femme fidèle et même dans René la canne de Francis Girod.

J‘ai vraiment un faible pour les années 70, du point de vue cinématographique. Imaginez: Tristana de Bunuel en 70 – Duel de Spielberg en 71 – en 72: L’attentat de Boisset, Cabaret de Bob Fosse, Fellini’s Roma. 73: Mean streets de Scorcese, Etat de siège de Costa-Gavras, Les noces rouges de Chabrol. 74: Dupont-Lajoie, Les valseuses. 76: Un après midi de chien de Lumet. 79: Apocalypse now de Coppola… Et je pourrai rallonger la liste tant cette décennie fut féconde en chefs- d’oeuvre. J’ajouterais, autres magnifiques créations, que mes deux gars sont nés dans les années 70 et ça, c’était pas du cinéma…

Pour en revenir à notre Emmanuelle, après une vie compliquée où elle sera confrontée à la maladie, l’alcool, la drogue et la tromperie de son deuxième mari qui va la dépouiller entièrement, elle se consacre  à la peinture aux Pays-Bas et connaît semble t-il, un certain succès. En 2006 elle a publié son autobiographie sous le titre de Nue dans lequel elle raconte son calvaire. Photo de gauche, l’inoubliable et exceptionnel Alain Cuny qui lui donne la réplique dans Emmanuelle. Si vous avez l’occasion, ne ratez pas Le maître et la Marguerite d’après le roman de Boulgakov mis en scène par Petrovic. Peut-être dans une salle art et essai si il en reste..

 

Merci d’être passé par ici, je me dépêche car le samedi c’est champignons, allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

BPI: JOUYET à la barre…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis des sciences occultes et du boudin aux pommes réunis, bonjour !

Nous sommes le vendredi 19 octobre 2012, 28è jour de Vendémiaire dédié à la tomate, oui, la tomate…

Je sais que certains d’entre vous émettent quelques doutes mais, si, je vous l’assure, nous avons un gouvernement de gôche qui prépare assidument le-changement-c’est-maintenant. D’ailleurs, pour vous en convaincre, ne vient-il pas de créer une banque publique ! Une banque publique c’est une banque qui est à nous autres citoyens de la République. Et qui c’est le citoyen qui va diriger la manoeuvre ? Assurément pensez vous, un homme de gauche et qui a derrière lui un long passé d’humaniste soucieux de l’intérêt général ! L’intéressé se nomme Jean-Pierre JOUYET. En 2007, il milite en faveur d’un rapprochement entre le PS et le parti de BAYROU.  Il fut, doit-on le préciser, président de la banque Barclays en 2005 puis nommé au poste d’ambassadeur chargé des questions économiques par Sarkozy et enfin, secrétaire d’Etat aux affaires européennes sous les gouvernements 1 & 2 de Fillon. Ah oui, j’oublie de préciser qu’il est copain comme cochon avec François Hollande depuis qu’ils ont partagé les bancs de l’ENA, promotion Voltaire…

Après la République des coquins, voici la république des copains. Une banque publique d’investissement, l’idée était pourtant fort séduisante: aider les entreprises sans passer par les fourches caudines d’un capitalisme prédateur et développer une politique au service de tous. Alors, pourquoi y mettre au commande un zélé serviteur de cette finance dont on ne veut plus ?  On va encore me taxer de mauvais esprit. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Amusons nous, faisons les fous…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis des banquets républicains et du fromage de tête réunis, bonjour !

Nous sommes le jeudi 18 octobre 2012, vous lisez le 1136 ème billet posté chez « les cénobites tranquilles » ce qui tend à prouver que vous êtes encore devant votre écran d’ordinateur…Est-ce bien raisonnable ?

Nos aïeux Républicains avaient consacré ce 27è jour de vendémiaire au piment. Essayez donc d’en mettre un peu dans votre quotidien, de la fantaisie, de l’impromptu, surprenez vous, osez, sortez des chemins battus et, comme le dit cette vieille chanson libertaire du XIXè siècle: Amusons nous, faisons les fous, la vie passera comme un rêve…

En attendant, me revoici à mon tour, devant mon écran avec autant d’inspiration qu’une poule devant une clef à molette. Parler des grèves, des manifs, des retraites, du prix du gasoil, du traité européen et entretenir ce sentiment diffus et frustrant de prêcher dans le désert, de parler à un mur, de pisser dans un violon, de peigner la girafe bref, de bricoler dans l’incurable.

Le blogueur est comme le pêcheur au bord de l’eau, il lance sa ligne, ses lignes, et il attend que ça morde. Il rêve de la pêche miraculeuse, des milliers de lecteurs qui auront sucombés à la tentation du bon mot, et qui, dans un cri unanime, à travers mille et un commentaires enthousiastes viendront l’encourager à poursuivre sa croisade. 

Mais le voilà tel le chevalier de la Mancha guerroyant contre les moulins à vent, dénonçant l’indicible, fustigeant les nantis, vilipendant les gens de robe, apostrophant ceux qui nous gouvernent sans jamais connaître l’écho de ses prouesses. 

Non vraiment, je le dis à tous ceux qui descendent dans la rue pour protester contre leurs conditions de travail, la retraite n’est pas un long fleuve tranquille, ni une sinécure si vous avez choisi d’abreuver quotidiennement les sillons du web. S’il vous faut chaque jour, sur le métier remettre votre ouvrage. Ah, revienne le temps béni des cadences infernales, des heures sup’,et des journées qui finissaient à pas d’heure…

 


 

Allez, je plaisante bien sûr, mais quand je vous aurais remercié pour votre visite, j’aurai presque mis un point final à ce billet et dès lors, je pourrais écrire: Portez vous bien et à demain peut-être.

 


 

17 octobre 1961…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis des chinoiseries et du thé noir réunis, bonjour !

Nous sommes le mercredi 17 octobre, 26è jour de vendémiaire dédié à l’aubergine. Triste anniversaire mais la montée nauséabonde du sentiment raciste entretenu par un pouvoir aux abois nous oblige à y revenir.

17 Octobre 1961 : à l’Appel de la Fédération FLN de France des milliers d’algériens ont convergé vers le Centre de Paris pour réclamer l’indépendance de leur pays. Selon René Rémondnotre siècle 1918-1968, Paris, Fayard, « la soirée est tragique : des dizaines,

17octobre1961peut-être des centaines d’algériens sont tués, jetés dans la Seine, où l’on repêche leurs corps. Le bilan officiel fait état de 11538 arrestations, mais reste discret sur les atrocités de cette soirée. » le sinistre Maurice Papon, alors préfet de police de paris a déclaré à la télévision française en 1993, selon libération n’avoir « aucun remords, aucun signe d’angoisse. il a regretté son incapacité à n’avoir pu, en quelque sorte, maintenir l’ordre ». son directeur de cabinet avait pourtant confirmé à l’historien Michel Winock que « la seine charriait de plus en plus de cadavres … noyés par balle ». le responsable de cette bévue monumentale, qui relève du terrorisme d’état, sera récompensé par un portefeuille ministériel sous la présidence  de Giscard d’Estaing.

Jean-Luc Einaudi a recueilli nombre de témoignages d’appelés du contingent affectés au service sanitaire, d’assistantes sociales et même de certains policiers décrivant la « vision d’horreur » qui les a saisis à l’entrée du Palais des sports ou du Stade de Coubertin. Les sévices sur les détenus se poursuivent jusqu’au 20 octobre où la salle de spectacle doit être libérée pour un concert de Ray Charles. Des centaines de manifestants blessés ont été dirigés sur des hôpitaux. Dans 17_octobre_61cinq hôpitaux seulement, on compte 260 blessés hospitalisés. Jean-Paul Brunet note que sur ces 260 blessés, 88 sont entrés entre le 19 et le 21, ce qui témoignerait de la persistance des brutalités policières bien au-delà de la nuit du 17 octobre.

Parmi les policiers, une dizaine a été conduite à la Maison de santé des gardiens de la paix pour des blessures légères]. Certains des blessés hospitalisés viennent du Palais des sports où les 150 policiers qui assurent la garde des détenus se livrent à des brutalités dont le syndicaliste policier Gérard Monatte dira dans les semaines suivantes « …d’après ce que nous savons, il y a eu une trentaine de cas absolument indéfendables ».


Cela relève peut-être de l’imprécation mais comment ne pas crier: Plus jamais ça ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

De l’intérêt du conflit…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis de la vertu outragée et du boeuf en daube réunis, bonjour !

Nous sommes le mardi 16 octobre, 25è jour de Vendémiaire, aimablement dédié au boeuf. A propos de bonne bouffe, j’ai lu ceci sur le site Rue 89. Je vous le livre tel quel.

« Jeudi 11 octobre, un rapport d’audit de la Cour des comptes européenne montre de graves conflits d’intérêts au sein d’instances communautaires cruciales dans la protection de la santé et de la sécurité alimentaire. La Cour épingle sévèrement quatre agences européennes de régulation pour leur mauvaise gestion des conflits d’intérêts.

Sans surprise, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) est en tête du tableau, en particulier pour les liens étroits que certains de ses experts entretiennent avec l’International Life Science Institute (ILSI), le lobby des géants de l’agroalimentaire (Monsanto, Unilever, Syngenta, Bayer, Nestlé…).

L’ILSI est au cœur de plusieurs scandales de conflits d’intérêts, dont le dernier en date remonte à mai 2012 quand Diana Banati, présidente de l’EFSA, fut contrainte de démissionner en raison de ses liens dévoilés avec le lobby. Elle a depuis officiellement rejoint l’ILSI en tant que directrice exécutive pour l’Europe.

Cette fois la cour des comptes pointe le cas de six autres experts siégeant aux instances de l’EFSA et ayant des liens avec l’ILSI, la cour s’étonnant sobrement de cette « différence de traitement »… Mais l’EFSA n’a rien à envier à ses consœurs de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA), l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) et l’Agence européenne du médicament en charge de l’autorisation des médicaments (EMA).

Dans sa conclusion le rapport établi qu’« aucune agence ne gère les situations de conflit d’intérêts de manière appropriée » et qu’« un certain nombre de lacunes, de gravité variable, ont été relevées dans les politiques et les procédures spécifiques des agences, ainsi que dans leur mise en œuvre ».

Les investigateurs de la Cour ont découvert des lacunes aberrantes comme à l’ECHA, qui joue un rôle majeur dans la régulation des pesticides et autres polluants toxiques, mais où « les déclarations d’intérêts des personnels de l’agence étaient conservées dans des enveloppes scellées, rangées dans les dossiers individuels et n’avaient été ni examinées ni évaluées ».

Autre cas de collusion surprenante, que rapporte l’AFP, un haut fonctionnaire de l’ECHA louait des bureaux dont il est propriétaire à une entreprise sollicitant un grand nombre d’autorisations auprès de cette même agence.

Quant à l’Agence européenne de la sécurité aérienne, elle ne dispose tout simplement d’aucune « politique ni de procédures spécifiques relatives aux conflits d’intérêts », souligne la Cour.

Pour rappel, le Parlement européen votait en mai 2012 le blocage du budget de trois agences (l’Autorité européenne de sécurité des aliments, l’Agence européenne du médicament et l’Agence européenne de l’environnement) en les sommant de faire le ménage contre ces conflits d’intérêts qui nuisent à la crédibilité des institutions. Une réforme en cours à laquelle la cour des comptes vient de donner un nouveau coup de balai. »

Ah, on vit une drôle d’époque, madame Michu. Allez, portez vous bien (!) et à demain peut-être.

 

Ordo ab Chaos…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la France qui manifeste et du roti de porc au lait réunis, bonjour !

Ce lundi 15 octobre correspond au 24 de Vendémiaire qui est le jour de l’amaryllis, magnifique fleur qui a donné son nom à un bistro Rennais dans lequel nous avons éclusé quelques chopines…

 

L‘économie est en crise, le trou de la sécu est abyssal, les caisses de retraites sont vides, bref, c’est la chienlit. Combien de fois faudra t-il vous le répéter: IL N’Y A PAS D’ARGENT… Enfin, pas pour vous.

Si vous en avez l’occasion, allez voir KHAOS film documentaire de Ana Dumitrescu. Fil conducteur de ce documentaire, Panagiotis Grigoriou, historien, anthropologue et blogueur de guerre économique, nous accompagne et partage sa perception des événements et de la situation.
Dimitris pense peut-être à partir si un jour il y est forcé alors que Demosthène discute sur la politique française. Marcy, elle, a organisé un mode de fonctionnement de crise alors que les agriculteurs ne savent pas encore s’ils pourront continuer à semer. Katherina a vu son salaire se réduire de moitié et Giorgos a vu éclater les acquis sociaux tués par le mémorandum.
A travers ces visages, vous allez découvrir une Grèce loin des clichés véhiculés, loin de l’image qu’on s’en imagine.
Du marin pêcheur au tagueur politique, au rythme du jazz et du rap, sur les routes de Trikala en passant par Athènes et l’île de Kea, c’est un voyage à travers l’âme d’un pays qui vous emmène dans une réflexion sur la situation critique de la crise actuelle. La réalisatrice n’a pas voulu de scénario préalable. Elle a procédé par immersion, voyageant dans la Grèce d’Athènes, de la province et des îles, en compagnie d’un blogueur et ethnologue francophone, Panagiotis Grigoriou. Elle a multiplié les rencontres et les interviews dans tous les milieux sociaux et dans tous les métiers : assez pour penser donner véritablement la parole au peuple grec. (visible jusqu’àu mardi 16 au St Hélier à Rennes)

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Ils ont voté et puis après…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis de la variétoche et de la soupe de congre réunies, bonjour !

Nous sommes le dimanche 14 octobre 2011, 23è jour de vendémiaire dédié au navet.

Aléa jacta est ! Comme disait mon aïeule qui lisait Epicure dans le texte et Ouest-Eclair dans les cabinets.

Le sort en est jeté, les élus ont voté, la démocratie s’est exprimée, et les millions de manifestants peuvent aller se rhabiller, le traité est ratifié. C’est du moins ce que semble dire nos dirigeants qui continuent de faire preuve d’une surdité ahurissante. A moins que…Les djeun’s se mettent de la partie, les cheminots jouent les locomotives, les dockers se fâchent, les enseignants se, heu, comme d’hab, les boulangers nous mettent dans le pétrin, les jardiniers nous envoient sur les roses, les avocats debouts abandonnent leurs assises, et tout ce petit monde décide de renvoyer les élus aux urnes. C’est pas interdit de rêver !

En effet, « La France a ratifié, jeudi 11 octobre, le traité européen qui
introduit la « règle d’or ». La ratification est devenue effective avec le vote favorable du Sénat par 307 voix pour et 32 contre, après celui de l’Assemblée nationale mardi. La France devient ainsi le treizième Etat européen à ratifier ce texte, signé le 2 mars à Bruxelles par vingt-cinq pays de l’Union Européenne, et le neuvième de la zone euro
. » Or donc, devant une politique effroyablement autiste, tournons nous vers la chanson… Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Tous aux champipi…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de Georgette Plana et des vins de Rioja réunis, bonjour !

Nous sommes le samedi 13 octobre 2012, 22è jour de vendémiaire dédié à la pêche, alors, haut les cœurs ! Oui, le samedi en automne, souvent en divine compagnie, il me plaît de batifoler par bois et forêts à la recherche de ce cadeau de la nature que sont les champignons. Rien à voir avec la pêche comme vous pouvez le constater.

Rien de tel qu’une ballade en forêt pour vous réconcilier avec la vie. Trois fougères, une branche de houx pour un bouquet de saison; quelques cèpes deux ou trois girolles un fond de panier de pieds de mouton et, si le sort est avec vous, quelques trompettes. Voilà de quoi vous tenir à l’écart de celles (les trompettes) de l’actualité. Des pipolades de Trierweiler, des roucoulades des pigeons à l’Elysée, des jérémiades de Fillon, des rodomontades de Coppé, des escapades de DSK, des incartades de Eric Raoult, des brandades de morue, des dérobades du gouvernement, des rebuffades de Montebourg, des escouades de Valls, des djihad de quelques décérébrés, des… Mais, cessons là cette foucade, branchez vous sur « Radio Neptune » – à partir de 20h c’est jazz toute la nuit – pas un commentaire superflu, pas une pub, c’est à peine si on vous donne l’heure mais, quel régal. C’est pas obligatoire mais vous pouvez vous laisser tenter par un Lagavulin de seize ans d’âge, un Monte-Cristo N°5 et vous voila proche de la zénitude.

C‘est à ce moment précis, alors que vous méditez sur la chute des feuilles, que vous vous souvenez que vous venez de recevoir la votre, à l’en tête de l’administration fiscale. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Les pigeons font le buzz…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis du pigeonneau laqué et du perdreau de l’année réunis, bonjour !

Nous sommes le 12 vendredi octobre 2012, 21è jour de vendémiaire dédié au chanvre, Cannabis Sativa, comme dirait le petit Nicolas qui connait toutes les plantes par leur nom savant. Savez vous que le mot de Canebière, cher aux marseillais, vient du mot chenevière qui désignait un champ de chanvre.

Vous avez forcément suivi cette abracadabrantesque histoire des malheureux chefs d’entreprises qui se comparaient à des pigeons… Cela m’a remis en mémoire le fameux sketch du regretté Henri Tisot, quand bien même sur la fin il avait un peu viré sa cuti et se prenait pour un prédicateur.

Il faut noter que tandis que les entrepreneurs, partis verser des larmes de crocodile à l’Elysée, obtenaient satisfaction avec un premier recul du gouvernement sur la taxation des cessions d’entreprises, les deux mille ouvriers rassemblés devant l’entrée du Mondial de l’Automobile pour dire non aux licenciements ont eu droit à un tout autre comité d’accueil.

Je préfère en rire même si, comme le dit madame Michu: on est en droit de s’interroger. « S’il y a des mesures qui choquent ou sont de nature à dissuader l’investissment de ces jeunes entreprises innovantes, il faudra y revenir », a déclaré Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie, sur France Inter. Il se se dit prêt à définir « ce que pourraient être des amendements » au budget 2013 « qui reviendraient » sur la modification de l’imposition des plus-values de cessions d’entreprises en France. Et voilà, le changement c’est maintenant avec un gouvernement qui recule devant les réseaux sociaux mais qui reste droit dans ses bottes face aux manifs des salariés.

Allez, je ne vais pas faire de mauvaise esprit, portez vous bien et à demain peut-être.