Vous lisez actuellement les articles publié le août 10th, 2012

Page 1 de 1

L’Occident à ses raisons…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la musique baroque et des saucisses lentilles réunies, bonjour!

Oui, c’est le jour de la lentille dans le calendrier républicain, le 23 de thermidor, et pour nous le 10 août. En Bretagne certains vont en profiter pour célébrer Klervi. Malheureuse qui a vécu dans l’ombre de la célébrité de son frangin qui s’appelait St Gwénolé, fondateur de l’abbaye de Landévennec. L’abbé aurait fondé l’abbaye vers 845 et au début du 10è siècle elle fut pillée et rasée par les vikings. Ce n’est que bien plus tard qu’une nouvelle abbaye fut reconstruite. Klervi était la fille de Fragan et de Gwenn, tous deux saints devant l’éternel évidemment. C’était comme cela à l’époque; il y avait des familles où tout le monde était saint. Cela me rappelle une fameuse dictée: Cinq pères, sains de corps et d’esprit et ceints de leur écharpe blanche, portaient sur leur sein le seing du saint père. J’ai connu des instits, à l’époque on disait maîtres d’école, dont la perversité n’avait aucune limite…

Tout à fait autre chose.

Pendant que la grand’messe Olympique se poursuit, la boucherie reste ouverte en Syrie. Mais, comme le disait Desproges le doute m’habite… Comment en effet ne pas   douter de la présentation des événements par des médias qui dépeignent les insurgés syriens sous les traits des combattants de la liberté, alors que la quasi-totalité d’entre eux ne sont pas Syriens (mais Jordaniens, Irakiens, Libyens, etc.), qu’ils tentent d’imposer la charia par le terrorisme de masse, qu’ils défendent le salafisme façon wahhabite et sa vision obscurantiste de l’Islam, qu’ils massacrent systématiquement tous ceux qui ne partagent pas leur point de vue ou appartiennent aux minorités religieuses, qu’ils répondent à des donneurs d’ordres basés en Turquie, en Arabie saoudite, au Qatar et aux États-Unis et, enfin, qu’ils portent les couleurs d’Al-Qaïda. Sources: Guillaume de Rouville, auteur de La Démocratie ambiguë, Éditions Cheap, juillet 2012

Je partage l’avis de l’auteur et je désespère de voir l’opinion occidentale, engluée dans ses certitudes, se forcer à croire que « sa » démocratie a forcément raison. A l’instar de l’albatros de Baudelaire, ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.