Vous lisez actuellement les articles publié le août 3rd, 2012

Page 1 de 1

La conjoncture, madame Michu…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , ,

Amis de l’herboristerie et du bar de ligne réunis, bonjour !

Nous sommes le vendredi 03 août 2012 et, si j’en crois mon calendrier républicain, il s’agit bien du seizième jour de thermidor, dédié à la guimauve. Autrefois on utilisait la racine de cette plante pour produire la fameuse pâte à guimauve. Aujourd’hui tout cela est remplacé par du collagène à base de peau et d’os d’animaux… Beurk ! Mon aïeule, qui ne reculait devant aucune expérience, surtout quand nous en étions les cobayes, nous faisait mâchouiller de la racine de guimauve épluchée ; c’est bon pour les dents, disait elle… Nous on préférait le bâton de réglisse et le coco Boer.

Tout à fait autre chose.

Je sais que vous êtes nombreux à attendre le changement… Du coup, je scrute les déclarations des experts de l’expertise pour être parmi les premiers à vous annoncer la bonne nouvelle. « On est dans un processus à plusieurs étapes : dans un premier temps, on annonce un peu plus d’austérité ; et puis on dit : “Ah! c’est pas de chance ! Il y aura moins de croissance que prévu ; il faut donc que l’on soit un peu plus dur ; et ainsi de suite… On est dans un processus où l’objectif s’éloigne au fur et à mesure que l’on cherche à s’en rapprocher”. C’est la logique à l’œuvre au niveau français, comme elle l’est au niveau européen », explique Xavier Timbeau (OFCE). L’économiste prévient que nous entrons « dans cette décennie perdue pour l’Europe dont nous allons payer très cher les conséquences ».

Selon l’OFCE (observatoire français des conjonctures économiques), « la stratégie du gouvernement français consistant à gagner 1,5 point de PIB de dette publique coûtera 160 000 emplois en cinq ans. Pas si certain que les électeurs du « changement » apprécient le choix de l’équipe Hollande (en faveur du Marché contre l’emploi) à la fin du quinquennat, si déjà nous y parvenions. » Sources:L.I.E.S.I.

Faut pas que cela vous gâche vos vacances. Quoi, pas de vacances ! Bon, allez, portez vous bien et à demain peut-être.