Vous lisez actuellement les articles publié le août 2nd, 2012

Page 1 de 1

Un coucou nostalgique…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , ,

Amis de la Breizhitude et du bigorneau poivré réunis, bonjour!

Nous sommes le jeudi 02 août 2012 et c’est le quinzième jour de Thermidor dédié à la brebis… Le monde des blogueurs humanistes est à la peine, en effet,voici un an, à quelques jours près,  le coucou de Claviers nous  quittait. Chacun appréciait ses billets, ses rébus, ses analyses et ses appréciations toujours pleines de sagesse et de subtilité. La blogosphère est trop souvent emplie de néant et de médiocrité pour ne pas regretter ce billetiste de talent. Salut à toi l’artiste. En guise de te Deum, « joli coucou » interprété par les frères Morvan accompagnés par Red Cardell sur une vidéo piratée du côté de Callac.

Tout à fait autre chose.

« Puissent les Olympiades être « un moment d’amitié renouvelée dans laquelle forger la paix«  : ainsi l’archevêque de Westminster (mais qu’est-ce qu’un curé vient faire là dedans ?) a-t-il salué les athlètes venus à Londres du monde entier. C’est justement pour représenter cet esprit que dans la cérémonie d’ouverture le gouvernement de Sa Majesté britannique (mais qu’est-ce qu’une monarchie vient faire là dedans ?) a fait hisser le drapeau olympique aux cinq anneaux, symbole de paix, par un escadron de 16 militaires britanniques (mais qu’est-ce que des militaires viennent faire là dedans ?), choisis parmi ceux qui se sont le plus distingués dans les dernières guerres.

Grave est le fait que le Comité Olympique international ait autorisé un tel choix, qui devrait être interdit dans tout pays où se déroulent les Olympiades. Tout aussi grave qu’il ait été ignoré par la presse internationale, présente à Londres avec des milliers de journalistes. Engagés à décrire la chapeau de Sa Majesté, au moment où le drapeau olympique a été hissé par les militaires qui rénovent les gloires de l’empire britannique. »

Sources: Manlio Dinucci –  Edition de dimanche 29 juillet 2012 de il manifesto

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.