Bonjour tristesse…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la désolitude, bonjour,

Nous sommes le vendredi 20 avril et, je fais une infidélité à notre calendrier républicain pour décréter qu’aujourd’hui, est le jour dédié à la tristesse.

Un petit homme est mort. En vérité, un petit TOM. Tommy, un mien petit neveu, âgé de dix-huit ans, s’en est allé, frappé à mort en pleine course vers la vie, par une saloperie de maladie comme par un sniper sur les trottoirs de Homs. Alors, comme le veulent les rites mortuaires de notre société, on se retrouve, on se regroupe, le clan se resserre autour des survivants et de cette caisse en bois noyée sous les fleurs et qui défie la vie. Chacun fait semblant de croire que ses pauvres mots y pourront quelque chose. Maladroit et honteux d’être encore là, on ne sait pas quoi dire alors on dit des banalités.

Il y a ce vent du Nord qui semble vouloir empêcher que quoi que ce soit puisse réchauffer l’atmosphère. Et puis il y a les curés, ces marchands du temple, toujours prompts à récupérer la souffrance humaine, pour peu qu’elle leur permette d’agrandir le cheptel de leurs fidèles. Et Jésus par ci et Jésus par là… Et cette bigote sans âge, dans cette église sans chauffage par cet après-midi sans espoir qui s’évertue à nous faire chanter. L’animateur de la cérémonie qui n’arrive pas à se décider: veuillez vous lever, veuillez vous asseoir, veuillez vous lever. Une église noire d’un monde vétu de noir tripotant leurs noires idées…Si au moins il y avait du gospel!

On regarde autour de soi, on peine à reconnaître un ancien copain de classe, lui aussi blanchi sous le harnais. Et soudainement on prend conscience que l’on est vieux, que les élections, la pollution, la retraite complémentaire, la pompe à huile qui fuit; tout cela est tellement dérisoire à côté d’une petite fille qui pleure son grand frère.

Allez, à demain peut-être…

8 commentaires

  1. Marco

    Quel beau billet sur une « banalité » aussi grâve et triste.

  2. fabig

    Bonjour tristesse !
    Je conseille à mon petit blogueur préféré la lecture réjouissante de l’ouvrage d’Olivier de Ladoucette : « Rester jeune, c’est dans la tête ». Et oui quand on travaille dans une maison de retraite, on sait comment se réconforter.

  3. jean-pierre Gault

    ET FUCK LA MORT !

  4. La Feuille

    Une pensée solidaire, de loin, pour essayer d’aider à combattre ce raz-de-marée de tristesse bien compréhensible.
    A part ça je n’ai pas les mots pour exprimer que penser de l’imbécilité de la mort.
    Le meilleur antidote quand on ne se berce pas de l’illusion d’une vie meilleure dans l’au-delà ? Essayer de profiter goulûment de chaque instant qui passe… Une bouteille qu’on boira, un ami qu’on embrassera, un livre que l’on dévorera, un paysage qui nous éblouira… ce sera déjà ça de pris, saleté d’avenir !
    De belles pages d’optimisme chez Claude Tillier, dans les premiers chapitres de « Mon Oncle Benjamin ». Une belle page de philosophie, toujours chez le même mécréant, dans la description du banquet pré-mortem du meilleur ami de Benjamin…

  5. Y.L.

    Acceptez ma sympathie.

  6. eve

    je penses à vous

Répondre à Marco Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).