NOLWENN LA PAIMPOLAISE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis
de la musique trad’ et du bigorneau marinière réunis, bonjour !


Puisque
nous sommes au dernier jour de nivôse, dédié au crible, cet
instrument qui servait à tamiser la farine, profitons en pour
répondre au courrier des lecteurs comme on dit dans « Notre
temps » journal de la deuxième jeunesse…


Je
n’avais sans doute pas mesuré la popularité de Nolwenn Leroy dans
le lectorat de ce blogue ce qui m’a valu une volée de bois vert pour
l’avoir rangé dans la même catégorie que Lory. Bien, je m’excuse
auprès de ceux qui apprécient cette artiste, j’aurais  du écrire:
dans la même catégorie que Théodore Botrel. Le folklorisme
gnan-gnan de l’une et de l’autre relève à peu de chose près de la
même veine. D’ailleurs voici une photo de Paimpolaise (à droite) qui a
longtemps servi à illustrer la chanson du barde Montmartrois (j’aime
Paimpol et ses fadaises) et le style est évidemment le même que celui qui est utilisé pour l’album de Nolwenn Leroy. On cherche à légitimer de providentielles racines. La ressemblance est troublante. A tel point que l’ingénue a cru nécessaire d’inscrire sur la pochette du disque
Bretonne
, en cas de doute…Mais bon, ça marche bien pour elle.
L’autre jour à Brest, notre « bretonne » dédicaçais
son oeuvre sous chapiteau à l’invitation d’un grand épicier de
Landerneau. Il y avait plus de monde que pour un meeting de
Besancenot, même Fanch Mitt’ au mieux de sa forme n’a jamais fait mieux dans la cité du ponant !

Quand
à la comparaison entre une œuvre originale et une reprise, j’en conviens, elle est
davantage affaire de goûts que d’esthétisme d’autant plus qu’en
l’occurrence, bien malin qui peut dire à qui revient la paternité
de « la jument de Michao » chanson populaire aux multiples versions. Mais, pour qui a
entendu la version de « Women of Ireland » des
Chieftains,  que l’on retrouve sur la bande originale du
merveilleux film de Stanley Kubrick, Barry Lyndon (1976), Y’a
pas photo… Et je pourrais ajouter que la version de Mike Oldfield
est largement plus saisissante, plus profonde, plus « rebelle »
que celle de Nolwenn Leroy. Et quand Stivell s’en empare pour la chanter en irlandais dans son album Brian Boru (1985) on y croit davantage. Maintenant chers lecteurs, vous connaissez ma mauvaise foi légendaire et vous m’autorisez donc à rajouter que même la version de Manau de « tri martolod » (1998) transformée en guerrier de la tribu de Dana était plus convaincante que la gentille application avec laquelle Nolwenn nous la susurre. Quand à la chanson de Miossec « Brest » elle méritait d’être confiée à une voix enfumée et quelque peu embouteillée, peut-être Arno ou les Ramoneurs de menhirs.

Bon, ça c’est fait ! Ceci étant et comme le répétait mon aïeule, toute chose égale par ailleurs, vous savez l’immense océan de tolérance qui m’habite et il va de soi que je reconnais à tout un chacun le droit d’apprécier tel artiste qui ne trouve pas grâce à mes oreilles. (Cette phrase là me permet d’atteindre mon quota de signes). Allez, portez vous bien et à demain peut-être.



6 commentaires

  1. jancyve

    35fa86b8e4de724db1ea72f2c99ca135? « > La version du trio légendaire Nantais, Jossic, Corbineau, Chocun n’est pas mal non plus.D’accord pour dire que la version de Nolwenn Leroy est dénaturée, il reste quand même la voix.Comme tu le dis si bien peut-on comparer Stivell, the chieftains, Manau, Oldfield avec une chanteuse du
    Show Business

  2. La Nantaise

    Si vous préférez, ce sont bientôt les Folles journées de Nantes.

  3. Annie

    068a4a437861e7499f0eb216e3e548db? « > comme la perche a été tendue hier, le mot en question est mis deux fois dans le texte ci-dessus … cela devrait être facile à retrouver … allez un petit indice :
    quant à moi, quand je serai en retraite, j’irai voir d’autres blogs

  4. Breizh Atao

    a0b050c49d135c9ad85be52c2ea9a700? « > toute à fait d’accords avec vous.
    je crois même que l’ami Stivell à dus accepter les interprétations de quelques unes de ses chansons.
    car Alan et un ami proche de Laurent Voulzy et que ce même Voulzy et le parrain de scène et d’album de la dite Nolwen.
    mais en fait elle y gagne la coquine (rire) à 100% car elle nous fait parler de son album son seul et unique but.
    même si pour moi ses versions du font musicale Breton, ne lui vont pas du tout elle à le courage de s’attaquer à des monstre sacrée de la culture Bretonne.
    comme le dis « Alan » « Breizh ato Bevet Breizh »….

  5. oui oui

    054868e7671d82f8ead4b204248cb9bc? « > je n’ai toujours pas vu Barry Lindon…c’est si bien que ca ?
    Nolwenn…eh bien…elle a raison de se faire des tunes. Ca aide.
    Et comme dirait une copine, c’est pas nous qu’on paye puissqu’on n’écoute pas. Donc…

  6. Le cénobite

    Stanley Kubrick a fait des grands films et des chefs d’oeuvre, Barry Lyndon fait partie de la deuxième catégorie. Histoire simple mais…Décor somptueux, lumière naturelle(scènes d’intérieur à la bougie), musique (La sarabande d’Haendel)magnifique,chaque scène est une tableau de Wermeer ou de De la tour, seul bémol à mes yeux, c’est désespérément lent et ça dure, ça dure…Vive la vidéo, on peut faire une pause.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).