Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Zelium”

Page 1 de 1

C’EST PAS D’LA TARTE ! MAIS SI…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis des révolutions tranquilles et
des cabanes bambou réunies, bonjour !


Si le compte est bon, nous sommes le 12
février de l’an de grâce 2011. Savez vous que pour nos amis
républicains ce 24è jour de pluviôse était dédié à la
traînasse ? Mais non, ce n’est pas du tout celle à qui vous pensez
mais cette plante envahissante dont je vous livre la photo en prime.

On l’appelle aussi, la renouée des oiseaux ou encore, l’herbe aux
cent noeuds. Quand je vous aurais dit qu’elle appartient à la
famille des polygonacées, vous serez armé pour briller dans les
diners en ville.


Dans la catégorie nouveautés, je
viens de feuilleter le premier numéro du tout nouveau périodique
satirique ZELIUM. Trois euros mais, on en a pour ses sous. C’est
copieux, touffu, dense, irrespectueux à souhait, dans la lignée de
Hara-Kiri. Le format n’est pas très pratique c’est celui du Canard
enchainé. On y retrouve Noël  Godin, Hénin-Liétard, Etienne
Liébig, Sergio et plein d’autres signatures. Beaucoup de dessins et
une tonne d’articles sur le cinéma, la musique, la B.D., et même le
foot… sans oublier l’actualité des malades qui nous gouvernent.
Affaire à suivre.


Hier soir la télévision nous offrait
deux spectacles comme elle seule sait le faire. Deux présidents face
à leurs peuples respectifs sinon respectueux. Le premier sur TF1 face
à un panel sensé nous représenter pour un one man show dont il a
le secret. Brochette choisie avec soin par l’inénarrable Pernaud, sans ressort, polis comme des galets,propres sur eux, s’excusant de demander pardon. Une chef d’entreprise, une pharmacienne qui-s’est-fait-cambrioler-plusieurs-fois, un vieux monsieur qui n’en peut mais, un étudiant qui veut voir plus d’entreprises dans les universités et moins de musulmans dans les rues, un soudeur de St Nazaire qui n’arrive pas à faire la soudure en fin de mois, bref la machine à faire du sous Le Pen est en marche. Alors que,lLes magistrats sont dans la rue, les dockers en grève,
les enseignants trainent des pieds, le gas-oil est à 1,30 euro, les
ministres voyagent aux frais de la princesse mais… Tout cela c’est
la faute aux 35 heures.

Le second en direct du Caire, alors que la
foule était rassemblée sur la place Tahrir dans l’espoir de
l’entendre annoncer son départ, nous a joué « ne me poussez
pas ou je fais un malheur ».

Espoir déçu donc, le Raïs délègue une partie de ses pouvoirs mais reste en place. En clair, c’est l’armée qui va
veiller au grain et Obama peut aller se rhabiller. Bon, et bien cela m’apprendra à écrire trop vite. Alors que je terminais ce billet, les médias annoncent la démission de Moubarak. Ca va vite, ça va vite…


Heureusement dans cette atmosphère
délétère, une bonne nouvelle: les brigades « gloup-gloup »
de l’entarteur en chef Noël Godin ont enfin réussi à épingler à
leur tableau de chasse le sinistre Eric Zemmour. Il y a des jours
comme ça ou la vie vous semble plus légère. Etant donné que cette
une vidéo qui ne fera pas la une des zappings sur vos petits écrans,
la voici en presque exclu sur « les cénobites tranquilles »
.


Zemmour entarté



voilà pour ce vendredi, bonne fin de
semaine, portez vous bien, à demain peut-être et n’oubliez pas:
Indignez vous !

PEUT-ON RIRE DE TOUT ? OUI DA…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis
de la presse satirique et (forcément) du canard laqué réunis,
bonjour !


Ce 29
janvier ressemble comme deux gouttes d’eau à un 10 de pluviôse, jour
dédié à la cognée. Rassurez vous, je n’évoque pas ici les
violences conjugales mais ce bel outil qui, nous dit-on, ne doit pas
être jeté ni avant ni après le manche. Allusion à l’apologue du bûcheron qui, ayant laissé tomber dans un gouffre le fer de sa cognée, et désespérant de l’en retirer, y jeta le manche dont il pouvait encore faire usage. En clair, il ne faut jamais baisser les bras. C’est apparemment ce qu’ont compris quelques impertinents Franco-Belges qui vont donner un héritier à Hara-Kiri, journal bête et méchant et qui répondra au drôle de nom de ZELIUM.



Orphelins
de Hara-Kiri, Siné Hebdo, La Mèche & Bakchich, retenez votre
souffle ! « Zélium« , le nouveau mensuel satirique, vous
promet de l’oxygène et de l’hélium à compter du 11 février 2011.

Logo de Zélium

Le logo
de Zélium, « savant mélange du monde de Jules Vernes, à la
fois animal et machine, et bercé par une alchimie rétro-futuriste
« .

Il ne faut jamais
désespérer de rire. Après la fin récente de La Mèche et
Bakchich, la presse satirique remet le couvert.  « Zélium« ,
mensuel à paraitre dès février en France et en Belgique, promet
« d’explorer des frontières, des limites [...], sans étiquette
politique, sans censure, sans ostracisme », nous prévient son
site internet.
« Le modèle économique du journal est odieusement novateur. Pas
d’actionnaires, pas de pubs, pas d’emprunts bancaires, conclut-il. Tout
ça avec l’envie d’un prépubère acnéique, les reins robustes d’une
Tabatha Cash et le regard décalé d’un Joe Dassin ».


Autour de journalistes (entre autres, Jérôme
Bonnet
, Siné Hebdo, L’écho des savanes ; Anaëlle
Verzeaux
, Bakchich), de chroniqueurs (Didier Porte,
ex-France Inter ; Etienne Liebig, Les grandes
gueules
, Siné Hebdo, La Mèche ; etc.) et de
dessinateurs (Berth, Decressac, Sergio, Large,
Chimulus…), Zélium entend « dynamiter ce glissement
inconscient et général vers l’auto-censure [...] quitte à finir au
tribunal pour défendre cette utopie ».

De l’info
sérieuse, dénonciatrice et sourcée (reportages, enquêtes) ou
inventée (fictions), mixant international et local, alliée au
satirique et à l’art (maquette simple mais graphique, photo,
illustrations, bédés, dessins de presse, etc.), saupoudrée d’un
ton décalé, de billets d’humeur et de chroniques. »

Disponible
à 70 000 exemplaires en kiosque dès le 11 février, Zélium, le
« laboratoire expérimental » de la presse satirique, a de
l’ambition, du cran, mais, surtout : du propane à flamber, façon
Zeppelin… ça va gazer ! Encore un numéro collector à ne pas manquer en espérant que les dieux de l’humour lui prêtent longue vie.

En attendant la sortie, portez vous bien, à demain peut-être et, n’oubliez pas: indignez vous !