Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Wikileaks”

Page 1 de 1

Je m’indigne, tu t’indignes, il ou elle…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , , , ,

Amis de la vertu outragée et du bicarbonate de soude réunis, bonjour !

Nous sommes le jeudi 30 août 2012, treizième jour de Fructidor dédié à l’Épine-vinette. Ses baies séchées sont utilisées en Iran dans les plats de riz.

Vous je ne sais pas, mais pour ce qui me concerne, j’ai quelques difficultés avec les indignations sélectives.

Tenez, prenez le cas de ce monsieur Assange de Wikileaks. Enfermé volontaire dans une ambassade pour éviter d’être extradé vers les États-Unis qui lui cherchent des poux dans la tonsure. En vérité, c’est la Suède qui réclame son témoignage à propos d’une affaire de moeurs. sauf qu’entre la Suède et l’oncle Sam l’extradition est envisageable.

Et bien, qui voyez vous monter au créneau pour prendre la défense de l’infortuné informateur masqué ? Mis à part les réalisateurs Oliver Stone et Michael Moore, ils sont peu nombreux et le silence se fait assourdissant comme dit l’autre. Et pourtant, souvenez vous de Polanski, lui aussi menacé d’extradition vers les États-Unis au motif, là encore, d’une histoire de moeurs, arrêté en mai 2010 alors qu’il se rendait au festival du film de Zurich.

Nous avions assisté à l’époque à un déferlement médiatique des soutiens du réalisateur, depuis le French doctor Kouchner, alors ministre des affaires étrangères, jusqu’à l’ineffable neveu de Tonton Frédéric Mitterand, alors ministre de la culture, en passant par sa granditude BHL ministre clandestin délégué aux printemps arabes…

Or, Julien Assange, le fondateur de Wikileaks, n’est à ce jour formellement accusé d’aucun crime; il est simplement réclamé comme témoin dans une affaire de harcèlement sexuel présumé dont il se serait rendu coupable en 2010. Alors que Roman Polanski était accusé d’avoir drogué puis violé une gamine de treize ans quand bien même, il avait plaidé coupable d’un « simple » délit de relation sexuelle consentie avec une mineure.

Le New York Times a donc publié un appel signé des réalisateurs Oliver Stone et Michael Moore en faveur de Julien Assange: « Comme réalisateurs, nous avons consacré nos carrières à démontrer que les médias de ce pays échouent souvent lorsqu’il s’agit d’informer les américains des actes les plus laids de notre gouvernement. C’est pour cela que nous sommes profondément reconnaissant à Wikileaks et que nous nous félicitons de la décision de l’Equateur d’accorder l’asile politique à son fondateur, Julien Assange, actuellement réfugié à l’ambassade d’Equateur à Londres. »… « Si il était extradé vers les USA, les conséquences s’en feront sentir dans le monde entier pendant des années. Mr Assange n’est pas citoyen américain et aucun de ses actes n’a été commis à partir du sol américain… Un tel précédent devrait inquièter n’importe qui, qu’il soit admirateur de Wikileaks ou pas. » Maintenant, à vous de vous faire votre propre opinion.

Allez, en attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.

HUMEUR…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

Amis de l’égalité des chances et du salami réunis, bonjour !


Le 14 décembre c’est le 24 frimaire de notre calendrier Républicain, jour que nos amis avaient dédié à l’oseille. C’est pas une raison pour penser à se faire du blé sur le dos des services publics.


Pas de quoi se réjouir dans l’actualité si ce n’est la condamnation de « Charlie Hebdo » et donc de son actionnaire P. VAL pour le licenciement abusif de SINE.

Voilà qui me réchauffe le coeur par ces temps de frimas. Mon cher BOB, je vais de ce pas déboucher un P’tit Côtes du Rhône à ta santé.


Plus affligeant c’est la mise en cabane du fondateur de Wikileaks. Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage… Vous allez voir qu’on va lui trouver une tonne de casseroles, de cadavres dans ses placards, de vidéos pédophiles dans ses ordinateurs, et de la coke dans les chaussettes. Pour preuve, la personne qui a porté plainte pour viol contre lui, s’avère être une militante anti Castriste fort connue. Ca pue la CIA à plein nez.


Ah oui, nous avons aussi les dégâts de la Marine. La fille de son père se lâche et compare les prières publiques des musulmans à « l’occupation ». Joli pavé dans le marigot où s’ébrouent tous les entichés de l’identité nationale.

Nicolas 1er aura du mal à faire pire lui qui guigne sur les voix du FN. Mais tant qu’à décrier les manifestations publiques religieuses, pourquoi ne pas interdire les processions Jeanne-d’Arquesque dudit Front national, le Tro Breizh des cathos en Bretagne, les chemins de croix à Lourdes et le pardon de sainte Anne la Palud…



Et puis nous avons la pantalonnade hebdomadaire de notre ministre de l’intérieur. Après avoir joué les autistes pendant les intempéries: « La neige, quelle neige ? »; le voilà qui prend fait et cause pour des policiers condamnés à des peines de prison ferme pour avoir bidonné un procès verbal.

Outrageant la tradition Républicaine de la séparation des pouvoirs, il se permet de commenter une décision de justice. Mais jusqu’où iront-ils ?


Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, juste l’humeur du temps qui passe. Mais je vois que vous êtes encore devant votre ordinateur, est-ce bien raisonnable ? Quand à moi, je dois continuer à cultiver l’art d’être grand-père en allant chercher quelques menus cadeaux pour les petits nenfants, en évitant le « tapis-puzzle » et autres cancéro-machins. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

CUI BONO ?

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis
de la comedia dell’arte et du Pina Colada réunis, bonjour !

WIKILEAKS:
La chasse est ouverte !

Les
dirigeants, de quelque bord qu’ils soient, ne supporte pas l’idée
que le citoyen lamda mette le nez dans ce qui le concerne. La
politique, la guerre, la diplomatie, tout cela doit rester entre gens
de bonne compagnie. Alors évidement lorsque Wikileaks entreprend de
diffuser sur le Net des centaines de télégrammes diplomatiques…Ca
s’agite dans les chancelleries.

BESSON,
expulseur de Rroms
et de sans-papiers, veut expulser Wikileaks qu’il
traite de site criminel, demandant qu’il ne soit plus hébergé en
France, chez OVH à Roubaix, depuis jeudi, suite aux pressions de la
Maison blanche sur AMAZON qui était l’hébergeur précédent : »
Cette
situation n’est pas acceptable. La France ne peut héberger des sites
Internet qui violent ainsi le secret des relations diplomatiques et
mettent en danger des personnes protégées par le secret
diplomatique.
 »
Eric Besson justifie cette décision en indiquant que le site a
« violé »
le secret diplomatique en publiant, depuis le 28 novembre, des
centaines de documents confidentiels américains en collaboration
avec le journal « le Monde » et d’autres grands titres de
la presse mondiale. La chasse à Wikileaks est bien internationale et
scandaleuse, tout comme le mandat d’arrêt, international lui aussi,
à l’encontre de son créateur. La meilleure des réponses est de
multiplier la diffusion des textes diplomatiques dévoilés par
Wikileaks. De nombreux sites dans le monde s’y emploient.
 

OVH
saisit le juge en référé
afin qu’il se prononce sur la légalité
ou pas de Wikileaks en territoire français.
 Des
groupes d’internautes à travers le monde se sont mobilisés pour
héberger sur leurs propres serveurs des « sites-miroirs » de
WikiLeaks, c’est-à-dire la copie exacte du site original. Plusieurs
de ces initiatives proviennent de France, comme pour le miroir
Wikileaks.fdn.fr.
 

  

Il
y a pour commencer un enjeu simplement quantitatif : la force des
révélations de WikiLeaks repose sur l’énorme somme de documents
qui peuvent être mis à disposition du public en temps réel. Les
citoyens du monde entier, à condition de disposer d’un
« périphérique » informatique, peuvent tranquillement se
faire leur propre idée en lisant les centaines de milliers de pages
jusqu’alors inaccessibles. « Inaccessibles » car
jalousement (et mal) protégées, et parce que, avant Internet,
presque personne au monde n’auraient été en mesure de « gérer »
logistiquement tous ces dossiers même en les ayant à portée de
main.

En attendant la suite des révélations et comme disait
Cicéron dans une expression restée célèbre: « Cui Bono »
à qui profite le crime ?

Allez,
merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.