Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Virginia Woolf”

Page 1 de 1

Qui a peur de Virginia Woolf…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE, PORTRAIT

,

Amis des sciences occultes et des coups de pied au cul réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 25 janvier 2015, sixième laurier tinjour de Pluviôse dédié au Laurier tin et non au laurier-thym comme on le rencontre parfois orthographié. On le nomme aussi, Viorne-tin voire lauretin. On rencontre parfois l’orthographe « laurier-thym », qui est illogique, cette plante n’ayant aucun rapport avec le thym.

Tout à fait autre chose.

Née Adeline Virginia Stephen à Londres, au 22, Hyde Park Gate, le 25 janvier 1882. Virginia Woolf grandit et fut éduquée dans une famille victorienne classique où la figure du père autoritaire domine mais où la curiosité intellectuelle est fortement encouragée, En 1895, suite à la mort de sa mère, elle souffrit de la première dépression nerveuse d’une longue série. Elle indiqua plus tard dans un récit autobiographique que ses demi-frères George et Gerald Duckworth avait Virginia_Woolf_1927fréquemment abusé d’elle et de sa sœur Vanessa Bell. Suite à la mort de son père (Sir Leslie Stephen, rédacteur et critique littéraire) en 1904, elle déménagea avec sa sœur Vanessa dans une maison à Bloomsbury, formant le noyau du Bloomsbury Group, un cercle intellectuel. Le « Cercle de Bloomsbury » est alors fréquenté par les plus grands noms intellectuels et artistiques de l’époque et notamment Leonard Woolf. Les idées qui y circulent défendent le pacifisme, les contacts humains et le culte de la beauté contre les inhibitions et l’étroitesse des valeurs bourgeoises de la société victorienne. Ils peignent, ils écrivent, ils dissertent, ils seront en tout cas à l’origine de tout un mouvement qui influencera la vie artistique en Angleterre.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Elle commença l’écriture comme activité professionnelle en 1905, initialement pour le supplément littéraire du Times. En 1912, elle épousa Leonard Woolf, fonctionnaire et théoricien politique. En 1917, alors quelle a quitté Londres pour s’installer à Richmond avec son mari, ils fondent ensemble leur propre maison d’édition, « The Hogarth Press », qui constituera un prestigieux catalogue avec des noms tels que Freud, Dostoïevski, Mansfield et Woolf elle-même. Son premier virginia-woolfroman, La Traversée des apparences (The Voyage Out), fut publié en 1915. Elle continua à publier des romans et des essais en tant qu’intellectuelle, qui rencontrèrent un succès aussi bien auprès de la critique que du grand public. La plupart de ses œuvres furent publiées à compte d’auteur aux presses Hogarth. Elle est sans doute l’une des plus grandes romancières du XXe siècle et l’une des meilleures Modernistes. En 1941, Virginia Woolf se suicida. Elle remplit ses poches de pierres et se jeta dans la Ouse, près de sa maison de Rodmell. Elle laissa une note à son mari: «J’ai la certitude que je vais devenir folle: je sens que nous ne pourrons pas supporter encore une de ces périodes terribles. Je sens que je ne m’en remettrai pas cette fois-ci. Je commence à entendre des voix et ne peux pas me concentrer. Alors je fais ce qui semble être la bonne chose à faire. Tu m’as donné le plus grand bonheur possible… Je ne peux plus lutter, je sais que je gâche ta vie, que sans moi tu pourrais travailler

Voilà, voilà, allez, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.