Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Vallée des saints”

Page 1 de 2

Ecoutez Jeanne Humbert…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis de la petite histoire et du céleri rémoulade réunis, bonjour ! Nous sommes le Dimanche 24 janvier 2016, 5è jour de Pluviôse dédié au ile_stcado13-300x197taureau. Pour les pataphysiciens, ce jour est en réalité le Vendredi 27 Décervelage 143 Sts Chemins de fer, assassins, fête suprême quarte alors que pour les armoricains c’est la saint Kadeg, ou Kadoc, ou Cadou qui a laissé son nom à une magnifique petite île du golfe du Morbihan dans la ria d’Etel, l’île de saint Cado; et non pas sac-à-dos. Bien évidemment ce saint là à rapidement trouvé sa place dans la vallée des saints à Carnoët (22).

Le 24 janvier est aussi la date anniversaire de la naissance de Jeanne HUMBERT (1890-1986), née Jeanne Rigaudin, c’est une écrivaine, journaliste, militante anarchiste et pacifiste française. rappelons l’action de cette militante infatigable. Elle a œuvré pour la liberté sexuelle, ainsi que pour la liberté de la contraception et de l’avortement. Elle appartient au mouvement néo-Malthusien. En 1924, elle devient la femme de l’intellectuel militant Eugène Humbert, avec lequel elle a eu menuune fille en 1913. Jeanne Humbert est une pionnière de la lutte pour la contraception. Le 29 octobre 1910 ils invitèrent leurs amis au « diner des joyeux condoms » dont on voit ici reproduit le menu. Elle collabore entre autres aux journaux créés par son mari (Génération consciente puis La Grande Réforme). Comme son mari, elle est condamnée à plusieurs reprises à des peines de prison, en particulier pour ses propos et ses actions en faveur de l’avortement, interdit en France depuis 1920. Dans les années 1930, elle parcourt la France pour y donner plus d’un centaine de conférences en faveur du contrôle des naissances et du pacifisme. En 1981, Bernard Baissat a réalisé un film documentaire sur sa vie, intitulé « Ecoutez Jeanne Humbert » http://www.dailymotion.com/video/xwjap2_ecoutez-jeanne-humbert_news

Et bien voila pour aujourd’hui, en attendant le prochain numéro, portez vous bien et, à demain peut-être

A Malo, Malo et demi…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, ,

Amis de la propédeutique et du calamar à l’armoricaine réunis, bonjour morale_p1_q19! Nous sommes le Dimanche 15 novembre 2015, 25è jour de brumaire dédié au faisan. A ce propos, mes pensées vont vers les smicards, les retraités, les fonctionnaires, les petits paysans, les hôtesses de caisse (à temps partiel), les intérimaires, les précaires, qui sont en train de se faire faisander grave par les banksters de la finance internationale sous le regard complice des socialos de pacotille qui s’évertuent à brader nos derniers acquis avant la fin des travaux du quinquennat. Or donc, avant d’ériger une statue à Goldman-Sachs, par chez nous, on en a élevé une à St-Malo car c’est le jour où on le célèbre.

Dans les années 480, un 29 mars, aux environs de trois heure vingt quatre, naissance de celui qui allait devenir Saint-Malo ou Saint-Maclou si vous préférez mais ça fait un peu moquette. C’est l’un des sept saints fondateurs de la Bretagne. Vous vous souvenez, c’était le trophée Jules Verne de l’époque. Les skippers étaient tous des saints, Ils arrivaient d’Irlande ou du pays de Galles sur leurs multicoques en granite de vallée saintsLandéda pour évangéliser les armoricains, ces maudits Celtes qui continuaient à vénérer le grand Cornu au fond de forêts mystérieuses et à confectionner des drôles de mixtures à peine légales dans des chaudrons d’occasion… Malo lui, il a débarqué à Cézembre. Vous connaissez Cézembre ? Une petite ile en face de Saint-Servan, c’est la seule plage de la côte nord exposée au sud. Ah, les pique-niques à Cézembre avec… Oui bon, c’est une autre histoire!

Il grandit puis il devint grand, travailleur et intelligent, il fait le petit séminaire et il devient l’évêque d’Aleth. Plus tard, beaucoup plus tard, pour améliorer les recettes de la paroisse et face à la baisse inquiétante du denier du culte, il donnera son nom à une marque de yaourt ; il neuf-candidats-pour-la-vallee-des-saintsvenait d’inventer le sponsoring. Avec son copain Aaron, plus cénobites qu’anachorètes, il partage une vie érémitique du coté de la cité d’Aleth. C’est à dire qu’ils vivaient du RMI que leur versaient les paroissiens sous forme de dons en nature. Mais le gouvernement libéral de l’époque décida de mettre un terme au scandale de l’assistanat et nos saints rejoignirent les resto du cœur pour essayer de multiplier les pains… Il serait décédé pieusement un 15 novembre vers 620 à moins que ce ne soit 640; on ne sait pas exactement mais, il est mort depuis longtemps. Aujourd’hui sa statue a rejoint  l’armée des saints de Bretagne dans la vallée éponyme de Carnoët. (ci-dessus, Patrice Le Guen à l’œuvre autour de St Malo). Avouez qu’il y a fort longtemps que je n’en avais pas parlé…

Voila pour aujourd’hui (je fais court, j’ai pas trop l’esprit à bloguer), portez vous bien et à demain peut-être.

Contre les coliques, votez saint Yvi…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, ,

Amis de l’épigramme* et du veau marengo réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 06 octobre 2014 qui correspond au 15è jour de Vendémiaire dédié à l’âne… *Ex :

« Ils sont à table
 Ils ne mangent pas
 Ils ne sont pas dans leur assiette
 Et leur assiette se tient toute droite
 Verticalement derrière leur tête. »
(Jacques Prévert / 1900-1977 / Paroles – La Cène)

En Bretagne on célèbre saint Yvi ce qui, bien évidemment, n’a rien à voir. En effet, la tradition désigne le moine breton Ivi comme le fondateur de Pontivy. Venu du monastère écossais de Lindisfarne au 7e siècle, il aurait édifié un oratoire sur les bords du Blavet. C’était, nous dit-on, un grand voyageur ce qui explique qu’on en fit le patron des touristes… De son petit monastère et du pont construits par ses soins naquit une modeste bourgade qui devint une 300px-StIvi1-185x300ville lorsque les vicomtes de Rohan la choisirent pour être la capitale de leur fief : « Pont Ivi ». Fils de Branon et d’Egida, de lignée noble, il refuse le métier des armes. Fait diacre par
l’évêque Cuthbert de Lindisfarme (Holy Island, sur la côte de Nothumberland), il se retire au monastère de Lindisfarme. La vie érémitique le tente et il s’embarque pour la Bretagne. Il serait mort vers l’an 700 à Saint-Yvi (29). Ses reliques seront ramenées en Angleterre et placées dans l’église du monastère de Wilton (comté de Wilts). Ce serait l’un des derniers saints d’origine insulaire à avoir émigré en Bretagne. Son culte était bien répandu si l’on en juge par le nombre de lieux dont il est l’éponyme, comme Pontivy (56), Loquivy en Lannion (22), Loguivy-Plougras (22), Saint-Divy (29).

Dans le Trégor on l’invoquait contre les coliques des jeunes enfants : « leur chemise était jetée dans l’eau de sa fontaine, au bord du Léguer ; si les manches flottaient, la guérison était assurée. » Dans le Finistère, une chapelle et une fontaine sont dédiées à  fontaine-saint-ivy-lannionSaint Evy (avatar probable de Saint Ivy) dans le village de Saint Evy en Saint-Jean-Trolimon (canton de Pont-Labbé). On peut raisonnablement penser que la chapelle a été construite sur une source reconnue « guérisseuse » antérieurement à l’ère chrétienne. Son eau est en effet censée détenir des vertus dont celle d’améliorer le sort des rhumatisants. Mais il faut respecter la coutume. Le pèlerin doit d’abord effectuer trois fois le tour du sanctuaire. Ensuite, il consomme de l’eau et s’en jette sur les membres atteints. Le jour du pardon, le 15 août, nombreux étaient ceux qui suivaient le rituel.  En voilà un qui ne devrait pas tarder à rejoindre ses potes du côté de Carnoët dans la désormais fameuse « vallées des saints ». Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Dans la vallée de l’Oklaoma…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, , , , ,

Amis de la liberté d’expression et de la saucisse de Molène réunies, bonjour ! Nous sommes le jeudi 12 décembre 2013, 22è jour de frimaire dédié à la bruyère. On célèbre la 70913866_psaint Kaourintin (Corentin), patron de la ville de Quimper… Il est un des sept saints fondateurs de la Bretagne et trône déjà en la fameuse vallée des Saints de Carnoët où, si  j’en crois mes informateurs, le prochain bloc de granit est destiné à St Émilion, qui, rappelons le, était breton ainsi que je l’ai raconté dans un de mes billets ICI. La masse brute de granit rose, dans laquelle il est sculpté (l’artiste David Puech en est l’auteur) provient de Perros-Guirec. Maintenant, place à Saint-Pourçain, Saint-Joseph, Saint-Estèphe, et bien entendu Saint-Marc (de Bourgogne). Naaaan, j’rigole.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Il y a d’ores et déjà une quarantaine de ces géants de pierre qui veillent sur la vallée, juchés sur cette ancienne motte féodale de St Gweltaz en Carnoët (22). Je suis surpris qu’un AER 18petit malin n’est pas encore pensé à les coiffer d’un bonnet rouge, on n’est pas loin de Carhaix.. Et les derniers à avoir rejoint la cohorte sont donc: Émilion, Caduan, Tugen, Cornély, Riom, Gwenn, Ronan, Lunaire et Cado. A cette allure là, les Moaï de l’île de Pâque peuvent aller se rhabiller, la sainte armée bretonne va leur voler la vedette. C’est pas encore Stonehenge ni la vallée des rois mais, ça commence à avoir de la gueule. (Photo de Eric Morency sur le site de la vallée) Allez: Yech’ed mat d’an holl, hemañ zo vont da goll.

Un saint peut en cacher un autre…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, , , ,

Amis de la côte des légendes et de la côte de bœuf réunies, bonjour ! Nous voici donc le jeudii 10 octobre 2013, 19è jour de vendémiaire dédié au tournesol. J’évoque aujourd’hui la vie de saint Kler disparu un 10 octobre. On ne sait pas grand chose de ce brave saint, sauf qu’il fut sans doute le premier évêque de Nantes. La possession de ses reliques a Kler valléedonné lieu à de rudes batailles entre Nantes et Reguiny, petit village du Morbihan. Voici ce que l’on trouve à l’Ordinaire de 1263, éphéméride tenu par le grand chantre de la cathédrale, sous la date du 10 octobre : « Fête du bienheureux Kler, évêque et confesseur. Ce saint fut le premier évêque de l’église de Nantes, qui, envoyé par le Pontife romain à cette même église, apporta avec lui le clou que saint Pierre avait à la main droite durant son martyre, et que nous avons en grande vénération ». Evidemment, les nantais disent saint Clair, histoire de se démarquer des bas-bretons… Inutile de vous préciser que sa statue trône déjà à Carnoêt (22) dans la vallée des saints comme le montre la photo de droite.

Réguiny (commune du canton de Rohan, entre Pontivy et Josselin) montre le tombeau et la fontaine de saint Kler ; le village de Kerbellec (mot à mot : la maison du prêtre) est encore indiqué comme le lieu où il résida. C’est Fontaine Klerdonc le moment de laisser la place à la légende: il y aurait eu, à une époque non désignée, un combat acharné entre les Nantais et les habitants de Réguiny, pour la possession du corps de l’abbé.  De tels faits se sont souvent produit, aux siècles de foi, ainsi que les vols de reliques ; et saint Convoyon lui même a bien soustrait, au neuvième siècle, pour l’emporter à son abbaye de Redon, le corps de saint Apothème, évêque d’Angers, comme les moines de Vertou enlevèrent à leurs frères de Durivum celui de leur père commun, saint Martin. Les corps saints disputés les armes à la main, on ne les compte plus.(à gauche: fontaine st Kler à Reguiny)

Or donc, les Nantais, demeurés vainqueurs, auraient chargé les reliques sur un chariot et réussi à sortir du cimetière qui entoure la chapelle. Arrivés à un chemin creux qui borde ce cimetière au midi, voilà les boeufs qui traînaient le chariot, arrêtés net au beau milieu d’un bourbier ! Le combat recommence, sans que, malgré cris et coups, les boeufs puissent faire avancer le véhicule ; ils font, tant qu’on le veut, des pas en arrière ; en avant, pas un seul. Ce que voyant, et de guerre lasse, les Nantais coupent l’index de la main droite du saint et regagnent leur pays. C’est ainsi quemenhir l’anneau se retrouva à Nantes et le chef à Réguiny. (à droite,toujours à Réguiny, un menhir christianisé). L’église catholique, apostolique et romaine a toujours été championne de la récupération et, les sources sacrées de la vieille tradition celtique, tout comme les pierres levées, se sont vite retrouvées ornées de croix. Si l’on en croit Albert Le Grand, dominicain de Morlaix, saint Kler disparu aux environs de l’an 96. C’est ce que l’on peut lire dans sa « vie des saints » dont la première édition date de 1636. Mais notre Albert, dans sa volonté d’éclairer les pauvres âmes bretonnes, a écrit tellement de contes et sornettes qu’il est difficile de lui accorder crédit..

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Des idées de sorties…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis des saintes écritures et des romans de gare réunis, bonjour !

Nous sommes le mardi 10 avril, 21è jour de germinal dédié au Gainier. Rien à voir avec le bon culottier de la chanson ; c’est un arbuste encore nommé arbre de Judée au motif que le traitre Judas l’aurait choisit pour s’y pendre… Si tous les renégats l’imitaient, les promenades au bois de Keroual ressembleraient vite à la ballade des pendus que j’évoquais il y a quelques jours à propos de François Villon…

Puisque l’on parle des saints, des anges et de tous les élus… Vous vous souvenez que dans très bientôt il y a des élections pour désigner celui (ou celle) qui succédera à Nicolas 1er. Premier tour le 22 avril, jour où l’on célèbre les Konvarc’h. On sait peu de choses sur lui sinon qu’il serait le fils de Meirchion Gul et père du roi Urien de Rheged. Le saint est l’éponyme de Saint-Gonvarc’h en Landunvez (29), attesté sous la forme Conmarch, comme témoins de plusieurs chartes de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, le nom se compose des termes vieux bretons con « guerrier » et march « cheval ». Si je vous raconte cela c’est pour vous donner des nouvelles de la fameuses vallée des saints de Carnoët. Les vingt sculptures déjà taillées trouveront leur emplacement définitif ce mois-ci et huit autres composeront le prochain chantier dont : Conogan, Tujen, Millau, Derrien, Efflam,Trémeur, Coupaïa et Brigitte. Voilà une idée de sortie pendant les vacances.

Tiens, à propos de sortie, ne ratez pas le festival de BD de Perros-Guirec (22) qui va célébrer sa 19è édition. Cette année l’invité d’honneur est BARU : Honoré d’un Grand Prix de la Ville pour l’ensemble de son oeuvre au dernier festival d’Angoulème, Hervé Barulea (dit « Baru ») fait dorénavant partie des incontournables de la BD francophone. Pour les Lorrains, il reste l’artiste qui a le mieux raconté la classe ouvrière et la vie du Pays-Haut des années 50-60, un univers qu’il a bien connu…

Si vous préférez le vélo à la BD et que vous avez raté le Paris-Roubaix, vous pourrez vous consoler avec le Tro-Bro Léon qui aura lieu dimanche prochain sur les « ribinou » du Nord-Finistère.

Bon, j’ai fait ma B.A. pour l’office du tourisme, je peux reprendre une activité normale. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Le changement…En plein dedans…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, ,

Amis de la concorde universelle et de la pince du même nom réunies, bonjour!

Nous sommes le jeudi 29 mars, 9è jour de germinal dédié à l’Aulne. Pas la rivière mais l’arbre qui peuple ses berges. Autant vous l’avouer, je n’ai guère eu le loisir de caresser le clavier car j’étais en formation chez mes coachs à moi que j’ai. Puisque comme le dit Marco tous les jours: le changement c’est maintenant…Le cénobite va abandonner le PC pour Mac. Ajouter à cela le remplacement de l’ordi par un cousin un peu plus gros et vous comprendrez que l’analphabète en informatique que je suis a du pain sur la planche. Tout ceci pour vous expliquer pourquoi je poste un ancien billet.

 

Tiens, dans les années 480, un 29 mars, naissance de celui qui allait devenir Saint Malo ou Saint Maclou si vous préférez mais ça fait un peu moquette.

C‘est un des septs saints fondateurs de la Bretagne. Vous vous souvenez, c’était le trophée Jules Vernes de l’époque. Ils arrivaient d’Irlande ou du pays de Galles sur leurs multicoques en granite de Landéda pour évangéliser les armoricains.

Malo lui, il a débarqué à Cézembre. Vous connaissez Cézembre ? En face de Saint Servan, c’est la seule plage de la côte nord exposée au sud…Il grandit puis il devint grand, travailleur et intelligent, il fait le petit séminaire et il devient l’évèque d’Aleth. Plus tard, beaucoup plus tard, pour améliorer les recettes de la paroisse et face à la baisse inquiètante du denier du culte, il donnera son nom à une marque de yaourt.

Avec son copain Saint Aaron, plus cénobites qu’anachorètes, il partage une vie érémitique du coté de la cité d’Alet. C’est à dire qu’il vivait du RMI que lui versait les paroissiens sous forme de dons en nature.

Il serait décédé pieusement un 15 novembre vers 620 à moins que ce ne soit 640; on ne sait pas exactement mais, il est mort depuis longtemps. Aujourd’hui il a rejoint l’armée des saints de Bretagne dans la vallée éponyme de Carnoët.

Voila, portez vous bien et à demain peut-être.


NI FRANCAIS NI BRETON, MALOUIN SUIS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la propédeutique et du calamar à l’armoricaine réunis, bonjour !

Nous sommes le 15 novembre, 25è jour de brumaire dédié au faisan. Mes pensées vont vers les grecs, les italiens, les portugais, les espagnols qui sont en train de se faire faisander grave par les banksters de la finance internationale sous le regard complice impuissant de leurs politiques.

Avant d’ériger une statue à Goldman-Sachs, par chez nous, c’est le jour où on célèbre St Malo.

Dans les années 480, un 29 mars, aux environs de trois heure vingt, naissance de celui qui allait devenir Saint Malo ou Saint Maclou si vous préférez mais ça fait un peu moquette.

C‘est l’un des septs saints fondateurs de la Bretagne. Vous vous souvenez, c’était le trophée Jules Vernes de l’époque. Les skippers étaient tous des saints, Ils arrivaient d’Irlande ou du pays de Galles sur leurs multicoques en granite de Landéda pour évangéliser les armoricains, ces maudits Celtes qui continuaient à vénérer le grand Cornu au fond de forets mystérieuses et à confectionner des drôles de mixtures à peine légales dans des chaudrons d’occasion…

Malo lui, il a débarqué à Cézembre. Vous connaissez Cézembre ? Une petite ile en face de Saint Servan, c’est la seule plage de la côte nord exposée au sud. Ah, les pique-niques à Cézembre avec… Oui bon, c’est une autre histoire!

Il grandit puis il devint grand, travailleur et intelligent, il fait le petit séminaire et il devient l’évèque d’Aleth. Plus tard, beaucoup plus tard, pour améliorer les recettes de la paroisse et face à la baisse inquiètante du denier du culte, il donnera son nom à une marque de yaourt ; il venait d’inventer le sponsoring.

Avec son copain Saint Aaron, plus cénobites qu’anachorètes, il partage une vie érémitique du coté de la cité d’Aleth. C’est à dire qu’ils vivaient du RSA que leur versait les paroissiens sous forme de dons en nature. Mais le gouvernement libéral de l’époque décida de mettre un terme au scandale de l’assistanat et nos saints s’inscrirent au resto du coeur pour essayer de multiplier les pains…

Il serait décédé pieusement un 15 novembre vers 620 à moins que ce ne soit 640; on ne sait pas exactement mais, il est mort depuis longtemps. Aujourd’hui sa statue a rejoint  l’armée des saints de Bretagne dans la vallée éponyme de Carnoët. Avouez qu’il y a fort longtemps que je n’en avais pas parlé…

Voila pour aujourd’hui (je fais court), portez vous bien et à demain peut-être.



 

LA GUERRE DES BOUFFONS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la musique baroque et des saucisses lentilles réunies, bonjour!

Oui, c’est le jour de la lentille dans le calendrier républicain, le 23 de thermidor, et pour nous le 10 août. En Bretagne certains vont en profiter pour célébrer la sainte Klervi. Malheureuse qui a vécu dans l’ombre de la célébrité de son frangin qui s’appelait St Gwénolé, fondateur de l’abbaye de Landévennec. L’abbé aurait fondé l’abbaye vers 845 et au début du 10è siècle elle fut pillée et rasée par les vikings. Ce n’est qu’en 1950 qu’une nouvelle abbaye fut reconstruite. Klervi était la fille de Fragan et de Gwenn, tous deux saints devant l’éternel évidemment. C’était comme cela à l’époque; il y avait des familles où tout le monde était saint. Cela me rappelle une fameuse dictée: Cinq pères, sains de corps et d’esprit et ceints de leur écharpe blanche, portaient sur leur sein le seing du saint père. J’ai connu des instits, à l’époque on disait maîtres d’école, dont la perversité n’avait aucune limite…

Tiens, à propos de saints, il y a fort lontemps que je ne vous ai pas donné de nouvelles de la vallée des saints à Carnoët. Et bien dimanche prochain sera organisé pour la première fois une marche de 20km reliant Carhaix à la vallée, baptisée Kan ar vein, le chant des pierres…Il s’agit de marquer l’inauguration de la vingtaine de statues déjà érigées.

La journée s’achèvera par un grand fest-noz à la ferme du Cosquer. En vedette, les frères Morvan, evel just.

Et pendant que les bretons s’en remettent à tous leurs saints (et Dieu sait si il y en a) pour sortir de la crise, les branquignolles qui nous gouvernent décident de créer un nouveau fichier pour lutter contre la fraude sociale. Même un dimanche en plein mois d’août, le gouvernement ne loupe aucune occasion de déployer sa propagande contre les Français les plus démunis, jugés — avec les « immigrés » — responsables de tous nos maux alors qu’ils ne sont que les victimes de la crise et, plus généralement, des politiques néolibérales menées depuis trente ans. Voici ce que déclare Thierry Marianni porte flingue de la « droite populaire » à l’UMP:  «Contre la fraude, je soutiens la création d’un fichier généralisé des allocataires qui recense toutes les prestations sociales perçues. Cela permettra de constater les abus. Une même personne peut toucher indûment le RSA dans plusieurs départements, car aucun d’entre eux ne croise les dossiers. Cette mesure, imaginée par le député Dominique Tian, va dans le sens de la justice».

Selon le rapport de la mission d’évaluation des comptes de la sécu, sur les 20 milliards de fraudes, seuls deux ou trois sont imputables à la fraude aux prestations. Tout le reste, 8 à 16 milliards, est le fait d’employeurs qui, sciemment ou non, ne versent pas à l’Urssaf leurs cotisations patronales et salariales. Donc, il est évident que la création d’un «fichier des allocataires sociaux» — qui existe déjà — ne vise nullement à lutter contre la fraude sociale d’origine patronale, qui est cinq fois plus importante.(L’illustration est due au fabuleux blog C’POLITIC bien entendu.)

Allez, passez de bonnes vacances, portez vous bien et à demain peut-être.

ILLUMINATIONS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Ce n’est pas Noël mais c’est un anniversaire. Il y a un peu plus de 150 ans (20 octobre 1854) naissait Arthur RIMBAUD, à Charleville dans les Ardennes. L’auteur du « bateau ivre » et d’ « une saison en enfer » s’éteindra le 10 novembre 1891 à 37 ans après une vie pour le moins dissolue notamment avec son ami VERLAINE. Il faut se souvenir qu’il soutiendra les insurgés de la Commune en 1871… Rien que pour cela il méritait bien ce clin d’oeil.

Quelques vers tirés d’ »illuminations » justement: « J’ai tendu des cordes de clocher à clocher. Des guirlandes de fenêtre à fenêtre. Des chaines d’or d’étoile à étoile. Et je danse. » Allez, une petit verre d’absinthe en mémoire de tous ceux  qui nous ont accompagné sur les bancs de notre adolescence et plus tard.Verlaine, baudelaire, Appolinaire, Prévert, Desnos, Aragon, Eluard… La liste serait trop longue et je me demande si les ados d’aujourd’hui ont encore au fond de leur sacoche un livre de poche tout annoté de l’un de ceux là qui appartiennent maintenant au cercle des poëtes disparus…

Chassons le spleen et revenons à nos moutons ou plutot à nos saints. Je vous l’avais bien dit que le coup de la vallée du même nom allait faire un buzz. Et bien voila, les pélerins sont déja au rendez-vous par centaines. Alors, n’oubliez pas notre concours intitulé: « Cachez ce saint que je ne saurai voir », parmi les dernières propositions pour donner un nom à toutes ces statues, nous avons: Saint Thure qu’il convient de prier contre les restrictions budgétaires. La rédaction compte sur vous pour la suite. Allez, portez vous bien et, à demain, peut-être.