Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “tabouret”

Page 1 de 1

LE PARTI D’EN RIRE (2)…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis du journalisme indépendant et du
cuissot de chevreuil réunis, bonjour !


Nous voici donc le 9 février, 21è jour
de pluviôse dédié au tabouret. Non pas l’ustensile qu’utilise
Nicolas 1er pour se hisser à la hauteur de sa fonction mais cette
plante de la famille des brassicacées comme, par exemple, la moutarde des champs.

Les républicains décidément ne manquaient pas
d’imagination…


Le 9 février voit la parution de « la Gazette » ancêtre de notre journal officiel. Dès 1631, récits
de guerre et commentaires sur la vie politique de la nation sont
publiés dans la Gazette de Théophraste Renaudot, le premier journal
français. Cet organe de presse officieux du gouvernement est créé
sous Louis XIII, avec l’appui de Richelieu.
En 1762, un brevet
royal rattache la Gazette de France au ministère des Affaires
étrangères. C’est sous cette nouvelle appellation que Louis XV lui
confère un caractère officiel. La Gazette paraît alors deux fois
par semaine.
Sous la Révolution, en novembre 1789, elle devient
Gazette nationale de France mais reste imprimée par un éditeur
privé, Le libraire lillois Charles Panckoucke. En 1792, la Gazette
devient quotidienne.
A la fin du XVIII ème, deux supports bien
distincts publient les textes officiels. D’une part, le Bulletin des
lois, créé par un décret de janvier 1791, devient par la loi du 14
frimaire de l’an II (4 décembre 1793) le recueil officiel des lois
de la République. Il porte le sceau de l’Etat et la signature du
ministre de la Justice. D’autre part, en 1799, la Gazette nationale
(Moniteur universel en sous-titre) est instituée, quant à elle,
journal officiel publiant les actes du gouvernement et de l’Assemblée
nationale et les nouvelles des armées.
En 1811, la Gazette prend
le nom de Moniteur universel. Organe du gouvernement publiant les
informations officielles, le Moniteur conserve cette fonction et la
conservera malgré les changements de régimes successifs.
En
février 1848 apparaît pour la première fois, en titre de la
publication, la mention Journal officiel de la République français
e.

Tout à fait autre chose.

C‘est aussi la date anniversaire du décès de Pierre DAC, et je ne résiste pas au plaisir de vous faire ce petit cadeau. L’actualité de nos partis-à-nous-qu’on-a n’étant guère reluisante, à défaut de se lamenter, mieux vaut en rire.



Les anciens lecteurs de ce blogue se souviennent d’avoir déjà visionné ce duo mais, abondance de biens ne nuit pas, comme disait mon aïeule qui collectionnait les adages comme d’autres les timbres poste.

Allez, voila pour ce 520è billet de la collection des « cénobites tranquilles » que vous me faites la joie de suivre avec assiduité. En attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.