Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “sinécure”

Page 1 de 1

PETIT COUP DE GUEULE…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , ,

Amis des colères homériques et du bouillon de poule réunis, bonjour !
Nous sommes le 16 janvier 2012, 27è jour de nivôse dédié au plomb et vous me faites l’amitié de jeter un œil sur le billet quotidien des « cénobites tranquilles ».
C‘est le 861è de la série et, comme vous, 40 000 autres visiteurs ont bien voulu s’y attarder un moment. Je ne dirais jamais assez l’indicible bonheur que cela me procure. Infime goutte d’eau dans l’océan chimérique d’internet, minuscule bloguinet tentant d’apporter sa pierre à l’édification d’une conscience universelle qui donnerait aux peuples la force de se débarrasser de tous ces malfaisants qui se sont accaparé  notre droit imprescriptible à disposer de nous mêmes…
Voilà pourquoi je continue et continuerai à présenter ma galerie de portraits des Proudhon, Louise Michel, Kropotkine, Bakounine et tant d’autres. Les résistants, les indignés. Ils n’avaient pas Free mais ils avaient tout compris.

Combien de temps encore les damnés de la terre supporteront-ils ce système qui, non content d’engraisser quelques uns avec la sueur des autres, s’ingénie à détruire notre planète ? Ce sont les mêmes qui font monter la menace du terrorisme pour justifier la guerre. Ce sont les mêmes qui exagèrent les risques de pandémie pour vendre leurs vaccins. Ce sont les mêmes qui louent les mérites des OGM pour forcer le commerce de leurs semences. Ce sont les mêmes qui polluent, qui déforestent, qui délocalisent, qui font travailler les mômes en Inde et au Pakistan pour un salaire de misère. Ce sont les mêmes qui laissent crever les habitants de Gaza et qui s’apprêtent à foutre sur la gueule de l’Iran parce que là bas il y a du pétrole qu’on ne peut tout de même pas laisser entre les mains de ces enturbannés.
Ils tiennent popotte à Bilderberg ou aux diners du Siècle, ils pantouflent dans les agences de notation, ils sinécurent dans les conseils d’administration, ils font du gras dans les salons dorés de l’Europe ou de la République, notre République. La leur, celle des copains et des coquins s’est couchée depuis longtemps, comme une vielle catin à la resquille devant sa majesté Le Marché. Marché de dupes bien entendu, qui pratique la théorie du pâté d’alouette ; enrichissement pour les déjà riches, austérité pour les toujours pauvres.
Résultat des courses, je m’emporte, je vitupère, et ça, c’est pas bon pour mes artères. Je m’en vais donc reprendre la taille de mes hortensias comme le sage sur sa montagne en attendant des lendemains qui chantent.
Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

LA RETRAITE AUX FLAMBEAUX…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis des banquets républicains et du
fromage de tête réunis, bonjour !


Nous sommes le lundi 18 octobre, vous
lisez le 406 ème billet posté chez « les cénobites
tranquilles » ce qui tend à prouver que vous êtes encore
devant votre écran d’ordinateur…Est-ce bien raisonnable ?

Nos
aïeux Républicains avaient consacré ce 27è jour de vendémiaire
au piment. Essayez donc d’en mettre un peu dans votre quotidien, de
la fantaisie, de l’impromptu, surprenez vous, osez, sortez des
chemins battus et, comme le dit cette vieille chanson libertaire du
XIXè siècle: Amusons nous, faisons les fous, la vie passera comme
un rêve…


En attendant, me revoici à mon tour,
devant mon écran avec autant d’inspiration qu’une poule devant une
clef à molette. Parler des grèves, des manifs, des retraites, de la
pénurie de gasoil, et entretenir ce sentiment diffus et frustrant
de prêcher dans le désert, de parler à un mur, de pisser dans un
violon, de peigner la girafe bref, de bricoler dans l’incurable.


Le blogueur est comme le pêcheur au
bord de l’eau, il lance sa ligne, ses lignes, et il attend que ça
morde. Il rêve de la pêche miraculeuse, des milliers de lecteurs
qui auront sucombés à la tentation du bon mot, et qui, dans un cri
unanime, à travers mille et un commentaires enthousiastes viendront
l’encourager à poursuivre sa croisade.

Mais le voilà tel le
chevalier de la Mancha guerroyant contre les moulins à vent,
dénonçant l’indicible, fustigeant les nantis, vilipendant les gens
de robe, apostrophant ceux qui nous gouvernent sans jamais connaître
l’écho de ses prouesses.


Non vraiment, je le dis à tous ceux
qui descendent dans la rue pour protester contre cette réforme, la
retraite n’est pas un long fleuve tranquille, ni une sinécure si
vous avez choisi d’abreuver quotidiennement les sillons du web. S’il vous faut chaque jour, sur le métier remettre votre ouvrage. Ah, revienne le temps béni des cadences infernales, des heures sup’,et des journées qui finissaient à pas d’heure…


Allez, je plaisante bien sûr, mais
quand je vous aurais remercié pour votre visite, j’aurai presque mis
un point final à ce billet et dès lors, je pourrais écrire: Portez
vous bien et à demain peut-être.