Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “SINE”

Page 1 de 2

100% Saint-Pourçain…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, , , , ,

Amis de la méthode Coué et du risotto de praires réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 24 novembre 2015. Vous n’allez pas me croire mais, dans certains calendriers, ce quatrième jour de frimaire, qui est comme chacun le sait désormais, dédié à la nèfle, est lui, consacré à Pourçain; saint homme qui a légué son nom à une commune qui à son vin-blanc-saint-pourcain-cuisinetour l’a donné à un vin. J’ai une tendresse particulière pour ce vin de pays qui mériterait une meilleure réputation, notamment le rouge. Voilà un vin dont le rapport qualité/prix est imbattable. Le vignoble de St-Pourçain-sur-Sioule est un des plus vieux de France. On dit que les Papes en Avignon en raffolaient déjà. Promu au rang d’AOC, il couvre une vingtaine de communes dans l’Allier. Pour les rouges, ce sont des cépages Gamay et Pinot noir et pour les blancs, Chardonnay et Sauvignon. Il y a aussi le Tressallier, c’est une variété locale qui, à ma connaissance, n’est exploitée nulle part ailleurs qu’à St-Pourçain. On trouve, y compris en grandes surfaces, quelques St-Pourçain VDQS qui font d’excellents vins de table pour trois ou quatre euros. Avec ça et une fourme d’Ambert, vous faites un repas à damner tous les saints.

Pourçain, pour sa part, fut ermite bien entendu. C’est à partir du VIe siècle que l’on trouve des traces de la ville dans l’histoire lorsque Porcianus ou Purcianus ou encore Portien, un ancien porcher dit-on, devint abbé d’un monastère établi à une date inconnue sur cette petite hauteur dominant la rivière. Et puisque nous sommes en période des vins nouveaux, voici l’histoire de «La ficelle».  En l’an 1487, Gaultier, tavernier à Saint-Pourçain, fût à l’origine de la Ficelle. Dans son Ficelleestaminet enfumé et fort sombre, Gaultier servait le vin dans des pichet en terre et en étain. Mais ceux-ci ne lui permettaient pas d’évaluer avec précision la consommation de ses clients, ce qui lui valait toujours des discussions interminables. C’est alors qu’il eut l’idée de plonger un bout de ficelle dans les pichets, en faisant un nœud correspondant aux mesures de l’époque, la demi et la pinte. Ainsi, naissait la légende de la Ficelle. Chaque année, à l’heure de la nouvelle récolte, une illustration inédite, réalisée par une bande de joyeux dessinateurs, habille avec humour l’ensemble des bouteilles. Autre chose que le Beaujolais nouveau sauf celui de Marcel Lapierre recommandé par Siné.

Allez, merci encore de vos visites, mais c’est pas tout, faut qu’y va, madame Michu. Portez vous bien et vive la République.

Cornegidouille…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , ,

Amis du trot attelé et de l’immaculée conception réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 08 septembre 2014, 22è jour de Fructidor dédié à la noisette. Mais, le 08 Septembre 2014 est en réalité le Dimanche 1er Absolu 142 NATIVITÉ d’ALFRED JARRY. Et puis tiens, puisqu’on en parle, une pensée pour ce maître en absurdie: Alfred JARRY. Il est né à Laval (Mayenne) le 8 Ubu-Jarryseptembre 1873 et mort à Paris le 1er novembre 1907. Il a fréquenté le lycée de Saint-Brieuc jusqu’en 1888 avant d’émigrer pour Rennes. Il va s’inspirer de son professeur de physique, M. Hébert, pour créer le personnage de UBU, interprété récemment par Eric Cantona (UBU enchaîné mis en scène par l’anglais Dan Jemmet). La vie pourtant ne lui aura guère laissé le temps de produire davantage, il est mort à 37 ans non sans nous avoir légué la pataphysique; «science» qui cherche à théoriser la déconstruction du réel et sa reconstruction dans l’absurde.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Jarry est l’un des inspirateurs des surréalistes et du théâtre contemporain. Si j’en crois Jean-Pierre Bouyxou dans le dernier Sine-Mensuel: « On a l’esprit pataphysique ou on ne l’a pas. C’est inné. Dans Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien, l’ouvrage qui est à la ‘pataphysique ce que leBoris-gidouille-5-1953 nouveau testament est au catholicisme et le catalogue Leroy Merlin au bricolage, Alfred Jarry la définit comme la science des solutions imaginaires…». Le collège de pataphysique a accueillit aussi bien Boris Vian que Marcel Duchamp, Max Ernst, Juan Miro, Dario Fo, ou encore Siné lui même, qui fut intronisé gonfanonier de l’ordre de la Grande Gidouille le 26 merdre 86 (11 juin 1959). C’est dans ce cadre que Boris Vian publia cette fameuse lettre sur la coquille: «retirez le Q de la coquille, vous avez la couille, et ceci constitue précisément une coquille» hilarant, non !

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à demain peut-être.

Davos: le pâté d’alouette…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de la phylogénétique et du pâté en croûte réunis, bonjour ! Nous sommes le samedi 25 janvier 2014, 6è jour de Pluviôse dédié au laurier-tin et non au laurier-thym comme on le rencontre parfois orthographié. On le nomme aussi, Viorne-tin voire lauretin… Du 22 au 25 janvier, les grands de ce monde se retrouvent à Davos, petite station de sports imagesd’hiver du canton des Grisons en Suisse, pour la traditionnelle réunion annuelle du Forum économique mondial. Les semaines précédant le sommet, lobbys et ONG ont coutume de mettre en lumière quelques-uns des problèmes les plus urgents de la planète à grands coups de rapports et de mises en perspectives déroutantes.

L‘année dernière il était de bon ton que les merdias reprennent en coeur une pseudo dépêche d’agence:  » le revenu annuel des 100 personnes les plus riches pourrait permettre d’éradiquer quatre fois la pauvreté. » Cette année l’ONG Oxfam vient de images-15publier un autre chiffre qui devrait lui aussi vous laisser coi. D’après un rapport sorti le 20 janvier dernier, la richesse combinée des 85 personnes les plus riches du monde est égale à celle de la moitié la moins riche de l’humanité. « Sans une véritable action pour réduire ces inégalités, les privilèges et les désavantages se transmettront de génération en génération, comme sous l’ancien régime. Nous vivrons alors dans un monde où l’égalité des chances ne sera plus qu’un mirage » conclut l’Oxfam. Non mais sans déc…

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Dans son rapport, la confédération d’ONG britannique cite l’Index des Milliardaires de Bloomberg dont la dernière version estime à 240 images11milliards de dollars, le revenu net des 100 personnes les plus riches du monde en 2012. Voici la façon dont SINE en parle dans sa mini zone: «  Le gotha international des enculés de la finance se réunit pour trois jours, à Davos, célèbre station d’enculés, en Suisse. Y participeront, environ 2500 enculés de participants, dont 15OO gros enculés de patrons et 40 enculés de chefs d’État. Le ticket d’entrée est de 16 000 euros, hors frais d’hébergement et de transport, plus une cotisation annuelle de 35 000 euros par enculé. Sachez que les 85 plus enculés de cette planète d’enculés, possèdent autant que les 3 500 000 000 (trois milliards et demi) de pauvres. Quelle bande d’enculés ! Banzaï !  » Allez, on peut quand même en rigoler… Portez vous bien et à demain peut-être.

 

 

Au gui l’an neuf…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la mécanique des fluides et du canard laqué réunis, bonjour ! Nous sommes le mardi 31 décembre 2013, onzième jour de Nivôse dédié au granit. En ce dernier jour de l’année, petit salut en forme d’hommage (à moins que ce ne soit l’inverse) à deux personnages qui, chacun dans leur catégorie m’ont inspiré un certain nombre de billets. L’un est né un 31 décembre en 1928, l’autre est décédé ce même jour en 1877.

D‘abord, le dessinateur SINÉ, né un 31 décembre en 1928 et toujours la rage au ventre. La liste serait trop longue s’il fallait lenrage0001énumérer ses combats: Anticapitaliste – Antisioniste -Anticlérical -Anticolonialiste – Antiraciste… On le retrouve toujours avec la même délectation dans SINE-MENSUEL. Il se trouvera bien un dieu libertaire et paien pour lui accorder encore quelques belles années. Voici un dessin qui date de 68, paru dans « L’enragé », journal qu’il avait créé à l’époque et dont j’ai retrouvé tous les numéros au fond d’un carton.

 

Tout le monde bien sur connait Gustave COURBET. Peintre de génie auteur de  » l’origine du monde »  tableau source de polémiques, de scandales et de censures. Mais qui connaît le Peintre de renom, socialiste révolutionnaire, proudhonien, communard et libertaire. Après l’école chez les curés qui le rendra anticlérical, il poursuit ses études à Paris. Passionné de peinture, il est admis au salon de 1844 et devient le chef de file du « réalisme ». Devenu socialiste en 1848, il ouvre un club social qui s’opposera au clubs jacobins et montagnards « Républicains sans nature propre ». Le 4 septembre 1870, c’est le portrpjpretour de la république. La Commune de Paris proclamée, il en est élu membre et s’occupe de la commission de l’enseignement, puis devient un des responsables de la Fédération des artistes. La destruction de la colonne Vendôme ayant été décrétée, il en réclame l’exécution, ce qui le désignera ensuite comme responsable de sa destruction. Arrêté le 7 juin 1871, il est condamné à six mois de prison, mais la réaction conçoit ensuite le projet de lui faire payer la reconstruction de la colonne. Courbet se réfugie en Suisse, mais ses biens et tableaux sont saisis.
On peut citer parmi ses œuvres, un magnifique portrait de Proudhon entouré de ses filles, ainsi que le tableau « L’origine du monde », qui fait toujours scandale chez les tenants de l’ordre moral. J’aime ces gens qui ont l’élégance de naître ou de disparaître le dernier jour de l’année, quelle classe…

Voici donc que 2013 tire à sa fin et, vaille que vaille nous avons tenu notre pari d’un petit billet quotidien depuis cinq ans. Je vous remercie tous d’y avoir jeter un œil indulgent, je vous souhaite plein de bonnes choses, bloavez mat ha yec’hed mat et je vous dis pour la 1687è fois: portez vous bien et, à demain l’année prochaine peut-être.

 


I’M UN IMMENSE PROVOCATEUR…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la provocation et du p’tit salé aux lentilles réunis, bonjour !

Depuis un moment je cherchais l’occasion de dire quelques mots à propos de Marc-Edouard NABE, cet immense et talentueux provocateur. sa biographie nous apprend qu’il est né un 27 décembre, donc…
Marc-Édouard Nabe, né sous le nom d’Alain Zannini en 1958 à Marseille, est le fils du musicien de jazz gréco-turco-italien Marcel Zannini. Il grandit dans un quartier populaire de Marseille. En 1969, sa famille s’installe en région parisienne. Peu de temps après, la chanson Tu veux ou tu veux pas apporte le succès à Marcel Zanini (pour son nom de scène, il a supprimé un « n »). Par l’intermédiaire de son père, il côtoie aussi dès sa jeunesse de grands musiciens de jazz, mais également des peintres, SINE et les journalistes et dessinateurs d’Hara-Kiri et de Charlie-Hebdo.

Son premier livre, Au Régal des vermines, est publié en 1985 chez Bernard Barrault. Dans le milieu littéraire français, cette œuvre reçoit un accueil contrasté, c’est le moins qu’on puisse dire. En effet, le livre crée une polémique et, à la suite de l’émission de Bernard Pivot « Apostrophes » à laquelle Nabe avait été invité, Georges-Marc Bennamou s’introduit sur le plateau et assène plusieurs coups de poing au visage de l’écrivain. Vous aurez compris qu’il est victime du fameux procès en sorcellerie réservé à ceux que les Sionistes traitent d’antisémites au motif qu’ils critiquent la politique de l’Etat d’Israël. Procès dont fut victime SINE quelques années plus tard.

Il publie ensuite un nouveau journal La Vérité, pour lequel le terroriste Carlos écrit des éditoriaux depuis sa cellule. Les articles de la Vérité sont repris en volume dans J’enfonce le clou. En 2003, après avoir lancé un appel aux artistes français à le rejoindre, Nabe part à Bagdad pour protester contre la guerre qui commence. À l’issue de ce voyage, il écrit Printemps de feu, qui sera très mal reçu en France par certains critiques, mais salué par d’autres. (Ici à gauche avec son père et Freddy Green.)

Bientôt il annonce son intention de mettre un terme à sa carrière d’écrivain. En septembre 2009, Nabe apparaît aux côtés de Vuillemin dans le documentaire Choron, dernière de Pierre Carles, pour évoquer ses souvenirs sur le personnage ainsi que donner son avis sur le changement de ligne éditoriale de Charlie-hebdo depuis l’arrivée à sa tête de Philippe Val. En janvier 2010 paraît L’Homme qui arrêta d’écrire, le premier livre de Nabe en auto-édition. Vous pouvez retrouver tout ce qu’il faut savoir sur Nabe ICI.

On aime, on n’aime pas mais, de Voltaire à Jean-edern Hallier en passant par Siné ces polémistes de talent m’ont toujours fasciné par leur capacité à mettre les pieds dans le plat du politiquement correct.

Allez, soyez remercié pour avoir consacré un peu de votre précieux temps (si,si…) à visiter les « cénobites tranquilles » qui s’approchent gentiment de leur 500è billet. Portez vous bien et à demain peut-être.

SINE M’ETAIT CONTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis
de la presse libre et du pot-au-feu réunis, bonjour !


En ce
dimanche 19 décembre qui correspond au 29è jour de frimaire, jour
de l’olive, je reviens un moment sur l’affaire SINE.

Non
seulement
parce que j’aime beaucoup ce vieux monsieur indigne mais
aussi, et surtout, parce que une fois de plus, je suis stupéfait du
silence assourdissant des médias. Que n’a t-on entendu lorsque cette
histoire a été lancée par Claude Askolovitch sur l’antenne de
RTL:« un article antisémite dans un journal qui ne l’est
pas, Charlie Hebdo »
  et  qu’il informait l’auditeur que
Philippe Val allait « faire son éditorial pour expliquer
que Siné est une ordure, a dérapé totalement et devrait partir »
.
Le feu avait aussitôt embrasé la plaine médiatique, et les
chasseurs de fantômes antisémites y allèrent tous de leur
commentaire.(dessin sans l’aimable autorisation de LARGE)

BHL,
forcément, qui dans une tribune publiée dans Le Monde,
estimait que « Philippe Val, le directeur de « Charlie
Hebdo », a raison de demander à Siné de s’excuser ou de
démissionner, pour avoir publié une chronique antisémite »
.
Alexandre Adler, évidemment, qui pontifiait dans Le Figaro :
« Il ne devrait pas y avoir le moindre doute sur le
caractère antisémite des propos de l’auteur »
. Ou
encore Laurent Joffrin et… Philippe Val.

Deux ans et demi plus
tard
, le Tribunal de Grande Instance de Paris répond à Philippe
Val, dans un jugement dépourvu de toute ambiguïté : « Il
ne peut être prétendu que les termes de la chronique de Maurice
Sinet sont antisémites, (…) ni que celui-ci a commis une faute en
les écrivant (…). [De plus], Il ne pouvait être demandé à Siné
de signer et faire paraître une lettre d’excuse »
. Une
dépêche AFP a circulé, reprise sur les sites internet de plusieurs
quotidiens et hebdomadaires, sans aucun commentaire. Pas d’article
dans les versions papier. Pas de long développement sur l’affaire,
bien entendu, sur l’antenne de France Inter. Mais peut-être
n’est-ce qu’une question de temps…

Philippe
Val
va-t-il, comme il l’avait exigé de Siné, présenter des
excuses publiques dans Charlie Hebdo ? Ou alors, sur
France Inter, comme lorsqu’il s’était invité à l’antenne
pour justifier les renvois de Stéphane Guillon et Didier Porte ?
BHL va-t-il écrire une tribune enflammée dans laquelle il reconnaît
s’être trompé ? Laurent Joffrin va-t-il consacrer une page
« Rebonds » de Libération à démentir ce qu’il
avait écrit dans ces mêmes pages au moment de « l’affaire » ?
Que vont faire Alexandre Adler, Claude Askolovitch, et tant
d’autres ? Les médias vont-ils, plus d’une semaine après
la publication du jugement rendu contre Charlie Hebdo, se
faire l’écho de cette nouvelle qui clôt une affaire en cours
depuis deux ans et demi, et qui avait fait couler tant d’encre ?

(D’après
une info développée sur Acrimed, lien colonne de droite
)


voilà
pour aujourd’hui, le dimanche aussi, les cénobites se reposent. En
attendant la suite portez vous bien et à demain peut-être.

 

LA MECHE EST DITE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la République républicaine et du calamar à l’armoricaine réunis, bonjour !

LA
MECHE EST DITE…

Je
vous en parlais mercredi dernier, le nouvel hebdo satirique « La
Mèche » ne me semblait pas à hauteur de nos espérances. En
lisant ce matin la chronique de SINE ICI
j’ai eu la confirmation que mon intuition était bonne.

Il
semble bien que la cabane soit déjà sur le chien comme disait mon
aïeule, des dissensions sont apparues très vite: « Jamais
l’expression la mêche a fait long feu n’aura été employée
de façon  plus exacte pour parler du lancement-naufrage du nouvel
hebdo. » nous raconte Siné dans son billet. Et bien tant pis,
il nous reste le Canard en attendant de nouveaux aventuriers…


Circulaire…Y’a
rien à voir !

Même
la commission de Bruxelles, après le parlement, en fait une question
politique. Il s’agit bien évidemment de la circulaire du 5 août,
signée par le directeur de cabinet de Hortefeux, qui désigne les
Roms comme expulsables prioritaires. Ceci est bien entendu contraire
à nos valeurs Républicaines mais aussi contraire aux traités de
l’Union qui interdisent les expulsions collectives et bien davantage
encore au motif d’une appartenance ethnique. Voilà donc nos
ministres pris la main dans le pot de confiture et obligé de jouer
les Tartuffes devant le monde effaré. Mais, la chasse aux voix
d’extrème droite reste ouverte, le chemin jusqu’à 2012 est encore
long et nos pieds nickelés n’ont pas fini de nous étonner.

SABRA & CHATILA…

Samedi dernier j’évoquais le souvenir d’Allende et du coup d’Etat de Pinochet; Annie, fidèle lectrice de ce blog, nous faisait remarquer qu’un docu avait été diffusé sur ARTE…J’aurais aimé trouver quelque chose dans les médias pour que chacun se souvienne du massacre perpétré par les milices chrétiennes du Liban, sous le regard pudiquement détourné de l’armée israélienne, dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila les 16 et 17 septembre 1982. Trente ans plus tard, les Palestiniens sont toujours contraints de vivre dans une prison à ciel ouvert sur une terre illégalement occupée par une puissance étrangère. Les ronds de jambes actuels entre Nethanayou, Abbas et Hilary Clinton, je le crains, ne changerons rien aux souffrances des gazaouis.

Voila pour cette petite revue, merci encore de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

LECON DE CHOSES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , ,


Amis
de la liberté d’opinion et du caille-lait réunis, bonjour !


oui, car nous sommes le 12 juin et donc, le 24 de prairial, journée
du caille-lait, drôle de plante de la famille des rubiacées
(appelée aussi gaillet) qui doit son nom au fait qu’elle possède
une enzyme qui fait cailler le lait. Voici une très belle
photographie d’un papillon encore appelé Sphynx du caille-lait. On
dirait une leçon de choses.

Enfant,
je fréquentais l’école communale de garçons, rue Victor Hugo à
Douarnenez. C’est d’ailleurs la seule école que j’ai réussi à
fréquenter vraiment. Le maître d’école faisait tous les mercredis
après-midi « leçon de choses ». Car à cette époque
là, le mercredi c’était le jeudi, vous suivez…

Donc,
lorsque le temps le permettait, la leçon de choses se déroulait en
extérieur et, avec trois bouts de ficelle le maître nous faisait
découvrir les lois de la nature. c’était une double leçon tendant
à faire apprendre à la fois une chose et un mot, un fait et son
expression, un phénomène et le terme qui le désigne, et par
extension toute une classe de phénomènes et toute une classe de
mots qui les expriment.

Petits veinards que vous êtes, je vous glisse un dessin de Flavien, intitulé « leçon de choses », paru dans Siné Hebdo du 19 Août 2009 (Etienne, encore en train de rêver ?). A  ce propos, petite digression, notre ami Bob (SINE) y va pas très bien et a du se faire hospitaliser à nouveau. Ses rubriques hebdomadaires, Siné sème sa zone sur le Net, sont toujours accessibles depuis le lien colonne de droite. Dépêchez vous d’en profiter, je crains fort pour les prochaines…

Revenons à nos leçons, tout
cela c’était longtemps, longtemps, avant la télé, l’internet,
l’Ipod, l’Ipad, l’aïoli…Mais, tous ceux qui ont connu dans leur
vie d’écolier l’expérimentation des vases communicants, l’examen
attentif des nervures d’une feuille de chêne ou l’observation de la
flamme qui s’éteint lorsqu’elle est privée d’oxygène s’en
souviennent sans doute avec une certaine nostalgie. Ce sont ces
« leçons de choses », emblématiques de l’école
primaire républicaine, qui manquent peut-être aujourd’hui aux
programmes de  l’éducation nationale.


Tiens, voila du Boutin.

Madame Christine vient de s’apercevoir, un peu tardivement, que l’indécence de ses salaires par temps de crise, cela faisait un peu désordre pour la bonne chrétienne qu’elle veut être. Elle renonce donc aux 9500 euros mensuels que lui octroyait le contribuable français pour mener à bien une mission consistant à mesurer les conséquences sociales de la mondialisation (?!).

Il y a une conséquence qu’elle mesure déjà c’est qu’il faut arrêter de prendre les enfants du bon dieu pour des connards sauvages (Audiard me pardonne ce mauvais jeu de mots). Les bonnes âmes pourraient croire que la moralisation des moeurs politico-financières est en cours et que: « Plus jamais ça !« . Certains vous diront que l’histoire est en marche, qu’il y aura dorénavant un avant et un après « le cas Boutin » et que le syndrome du chargé de mission va faire jurisprudence. Je n’en crois bien sûr pas un mot et, votre blog préféré vous tiendra informé du prochain missionnaire à se faire harponner. En tous cas, un grand merci au Canard enchainé sans qui cette affaire abracadabrantesque ne serait jamais sorti du tiroir des « combinaziones » et autres arrangements entre petits ennemis.

C‘était, mes très chers frères, la leçon de choses de ce samedi. En attendant la prochaine et après avoir accompli votre devoir électoral (colonne de droite, en bas) vous pourrez éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale. Portez vous bien et, à demain peut-être.

LE DERNIER POUR LA ROUTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,


Bon
et bien voilà, c’est fait. Fin de l’aventure pour SINE-HEBDO et
puisqu’il est encore temps, chacun a voulu témoigner dans ce
dernier numéro… Delépine, Bedos, Siné, les lecteurs,
l’équipe, les fidèles : ils sont tous là… en mots et en
dessin. En colère ou en rire jaune… Les derniers coups de gueule,
peaux de banane, éclats de rire, et quelques larmes refoulées.

« La
parenthèse de Siné Hebdo se ferme, parenthèse enchantée »
dit Isabelle Alonso, alors que Denis Robert évoque la « Dernière
tournée ». Puig Rosado dessine un joyeux enterrement. On a
raconté à Berth la réaction de Philippe Val à France-Inter !
« Faisons tout tout péter pour tout tout recommencer ! »
suggère Noël Godin. Julie Le Bolzer et Lindingre, déjà au Pôle
Emploi !

Allez,
disons-le, toute l’équipe est assez fière de cette aventure mais
comme le dit Olivier Marbot « les boules à King-Kong »!

On
les aura ! A plus ! Ciao ! Salut ! See you !
Bon vent ! Ne lâchez rien ! Arrivederci ! A la
revoyure ! No pasaran ! Bonne bourre ! Ca va péter !
On vous aime !  Vous nous manquerez !

Siné
craignant qu’un arrêt brutal puisse être dangereux va semer
sa zone sur le web,

mercredi prochain.

Les
parisiens peuvent acheter les journaux et rencontrer l’équipe de
Siné Hebdo, le 1er mai sur le parcours de la manifestation….
(Précisions sur le site de SINE-HEBDO à partir de mercredi).

En
attendant, l’équipe n’en finit pas de se retrouver pour un
dernier verre…

Le
6 mai à 20 h 00, rendez-vous devant le Fouquet’s avec Christophe
Alévêque.

En
octobre, le film sur Siné de Stéphane Mercurio avec en toile de
fond l’aventure du journal, sortira en salles sous le titre de
« Mourir ? Plutot crever ! »

Et nous, pôvres lecteurs,
qu’est-ce qu’on fait de nos mercredis orphelins ?

Allez, règle numéro 1, ne pas se laisser aller à la nostalgie. Il en viendra d’autres, l’impertinence n’a pas dit son dernier mot, la résistance à la pensée unique a besoin de supports et, tout ne passera pas par internet. Je vous fiche mon billet que très bientôt nous verrons les kiosques décorés d’un nouveau bandeau. Depuis « l’assiette au beurre » et « le père peinard », jusqu’à « hara-Kiri » et « Charlie », il s’est toujours trouvé quelques inconscients courageux pour se lancer dans l’aventure de la presse satirique. Voila, portez vous bien et, je vous rassure, « les cénobites tranquilles », ça continue ! A demain peut-être.


BLOAVEZ MAT HA YEC’HED MAT…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Comme promis, voici la chanson de Akmal SHAIKH, exécuté par le pouvoir chinois. Il semblerait que le pauvre garçon, dans sa douce folie, se soit fait abuser par des maffieux et se soit trouvé en possession de drogue. Les chinois en ont profité pour règler leurs comptes avec la couronne britannique et lui ont fait connaître les méfaits d’une over dose.

Bon anniversaire à SINE.

Né un 31 décembre en 1928 et toujours la rage au ventre. La liste serait trop longue s’il fallait énumérer ses combats: Anticapitaliste – Antisioniste -Anticlérical -Anticolonialiste – Antiraciste… On le retrouve tous les mercredis dans SINE-HEBDO et toujours avec la même délectation. Il se trouvera bien un dieu libertaire et paien pour lui accorder encore quelques belles années. Voici un dessin qui date de 68, paru dans « L’enragé », journal qu’il avait créé à l’époque et dont j’ai retrouvé tous les numéros au fond d’un carton.

Lui, il est mort un 31 décembre: GUSTAVE COURBET.

Tout le monde bien sur connait Gustave COURBET. Peintre de génie auteur de  » l’origine du monde »  tableau source de polémiques, de scandales et de censures. Mais qui connaît le Peintre de renom, socialiste révolutionnaire, proudhonien, communard et libertaire.
Après l’école chez les curés qui le rendra anticlérical, il poursuit ses études à Paris. Passionné de peinture, il est admis au Salon de 1844 et devient le chef de file du « réalisme ». Devenu socialiste en 1848, il ouvre un club social qui s’opposera au clubs jacobins et montagnards
« Républicains sans nature propre »
. Le 4 septembre 1870, c’est le retour de la république.
La Commune de Paris proclamée, il en est élu membre et s’occupe de la commission de l’enseignement, puis devient un des responsables de la Fédération des artistes. La destruction de la colonne Vendôme ayant été décrétée, il en réclame l’exécution, ce qui le désignera ensuite comme responsable de sa destruction. Arrêté le 7 juin 1871, il est condamné à six mois de prison, mais la réaction conçoit ensuite le projet de lui faire payer la reconstruction de la colonne. Courbet se réfugie en Suisse, mais ses biens et tableaux sont saisis.
On peut citer parmi ses oeuvres, un magnifique portrait de Proudhon entouré de ses filles, ainsi que le tableau « L’origine du monde », qui fait toujours scandale chez les tenants de l’ordre moral.
« Je me suis constamment occupé de la question sociale et des philosophies qui s’y rattachent, marchant dans ma voie parallèlement à mon camarade Proudhon. (…) J’ai lutté contre toutes les formes de gouvernement autoritaire et de droit divin, voulant que l’homme se gouverne lui-même selon ses besoins, à son profit direct et suivant sa conception propre ».

J‘admire ces gens qui ont l’élégance d’attendre le dernier jour de l’année pour tirer leur révérence, quelle classe !

Voici donc que 2009 tire à sa fin et, vaille que vaille, nous aurons réussi notre pari d’un petit billet quotidien. Je vous remercie tous d’y avoir jeter un oeil indulgent, je vous souhaite plein de bonnes choses, bloavez mat ha yec’hed mat, et je vous dis: A l’année prochaine, peut-être.