Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Saint Houarneau”

Page 1 de 1

La muse et le blogueur…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , , ,

Amis de la félicité et des nuits de Chine réunies, bonjour ! Nous sommes le mardi 17 juin 2014, et malgré mes recommandations, vous êtes encore devant votre ordinateur. C’est le 29è jour de prairial dédié à la pivoine, plante magique s’il en est (comme celle-ci à droite, réalisée par Yun Xhouping – XVIIè). Son nom vient du grec Paiôn qui était un dieu guérisseur. On lui doit le prompt rétablissement de Hadès et Arèspivoine de leurs blessures de guerre. Hyppocrate la prescrivait comme remède pour bon nombre de maux de femmes « Remède qui attire les règles et qui les fixe. Ayez trois ou quatre graines de pivoine, noires ou rouges : pilez-les dans du vin et faites boire. ». Et Théophraste d’ajouter:  « Cette plante, doit être arrachée la nuit car si on l’arrache de jour, et que l’on est vu par un pivert en train de cueillir le fruit, on risque de perdre les yeux, et si on coupe la racine, on risque la procidence de l’anus ». Une procidence de l’anus ! Non mais, vous imaginez cela, madame Michu ? C’est le genre de truc qu’il ne faut souhaiter à personne même à son pire ennemi. Quoique…

Il y a des jours comme ceux là où les muses qui inspirent les blogueurs s’en retournent dans les montagnes de l’Hélicon laissant ceux-ci aussi désemparés qu’une poule devant une clé à molette… Rien à glander today au club des métaphores disait Léo Ferré. Polymnie ou Clio, Euterpe ou Thalie; elles ont déserté les jardins de Keramoal musesincommodées par un Noroit agressif qui balaye la région. Je ne suis pas certain qu’elles aient fait le bon choix. La Grèce, par les temps qui courent, ne me parait pas être précisément l’Eden auquel elles sont en droit d’aspirer. Vous allez me dire qu’elles auraient pu opter pour la Costa-Brava mais là encore elles eussent été confrontées à la désespérance. Il leur restait le choix entre le camping des flots bleus à Palavas et un mobilhome à Carantec équipé de la wi-fi pour  assister les cénobites tranquilles dans leurs aventures blogosphériques… Du coup, je me suis mis à rêver d’une muse détachée des contingences de l’Olympe et rejoignant mon modeste ermitage… A bicyclette. Et si point ne vient l’inspiration, alors,Dieu me damne !

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Si la Grèce avait ses dieux guérisseurs, la Bretagne avait ses Saints, à l’instar de Hervé, Houarneau en breton, que l’on fête aujourd’hui. Il est le patron des bardes bretons (espèce en voie de disparition) et à laissé Houarneauson nom à la commune de Lanhouarneau dans le Finistère. Il est invoqué pour les maladies des yeux, la guérison des peurs, des angoisses et de la dépression nerveuse, pour repousser les démons et protéger les chevaux. En Bretagne, saint Hervé a aussi la réputation de faire cesser les coassements des grenouilles. Sauf celles dites de bénitier qui vont le pas pressé porter l’andouille à leur curé comme chantait Glenmor, barde s’il en fut.  En revanche, je n’ai rien trouvé concernant la procidence de l’anus…

Allez, je vais m’arrêter là, vous pouvez éteindre votre ordinateur et vous consacrer à une activité normale. Portez vous bien et à demain peut-être.