Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Retraites”

Page 1 de 1

Votre argent m’intéresse…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis du crétacé supérieur et de la lutte des glaces réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 19 décembre 2019, 29è jour de frimaire dédié à l’olive et c’est la saint Urbain.

Les plus âgés s’en souviennent peut-être. Au début des années 70, la BNP lançait une campagne publicitaire pour le moins iconoclaste: « pour parler franchement, votre argent m’intéresse.» Aujourd’hui, d’autres requins de la phynance glisseraient bien leurs petits petons dans nos bas de laine… Depuis plusieurs jours, des médias curieux, des responsables politiques envieux (de droite comme de gauche) et des internautes sourcilleux, soulignent une proximité entre Emmanuel Macron et BlackRock, plus gros gestionnaire d’actifs au monde, qui rêve votre argent m'intéressede voir instaurer en France un système de retraite par capitalisation. Il semblerait en effet que peu après la prise de ses fonctions, Macron a invité Larry Fink, le Pdg du fonds spéculatif américain BlackRock. Officiellement il s’agissait de parler «climat» la réunion a eu lieu le 10 juillet 2019 en présence des plus grands fonds souverains de la planète, BlackRock, Goldman Sachs, BNP Paribas, HSBC, Natixis, Amundi, State Street et Northern Trust. Et aussitôt, les mauvaises langues d’imaginer que Emmanuel Macron veuille favoriser les privatisations en France. Il est vrai qu’à cet effet, le Président de la République a crée une commission dont l’un des membres n’est autre que le patron de BlackRock France, Jean-François Cirelli. Cet ancien conseiller du président Chirac ne cesse de réclamer un recours accru aux fonds spéculatifs pour l’assurance vieillesse. BlackRock, c’est le mastodonte des fonds de pensions américains, près de 7 000 milliards de dollars d’actifs, soit plus de deux fois le PIB de la France. Voilà ce qu’est BlackRock.

Sauf que BlackRock n’est pas n’importe quel mastodonte. En effet, il s’agit ni plus ni moins que l’une des principales, si ce n’est la plus importante, entreprises de fond de pension américain, qui lorgne de longue date sur le pécule que représente le marché français. BlackRock possède aujourd’hui des participations significatives BlackRockdans 18 des 40 sociétés du CAC40, l’indice des valeurs phares de la Bourse de Paris comme AXA, Sanofi, Safran, la Société Générale, BNP Paribas, Schneider Electric, Michelin, Vivendi, Accor Hotels ou Lafarge Holcim. Il ne s’agit pas d’un groupe de death metal mais du plus gros gestionnaire d’actifs mondial, une firme new-yorkaise qui investit à tout va et à long terme pour pouvoir faire fructifier au mieux l’épargne des retraités américains. Une nouvelle qui ne manque pas d’embarrasser le gouvernement, qui tente par tous les moyens de rassurer l’opinion publique au sujet de la réforme des retraites, balayant tout argument allant dans le sens qu’il s’agirait d’une réforme ouvrant la porte à des complémentaires retraites par capitalisation… Entre l’affaire Delevoye et cette rencontre Macron/BlackRock, cette ligne de défense vient de prendre deux uppercuts consécutifs, et permet aux complotistes de tous poils d’y déceler les réels desseins du gouvernement.

Allez, merci pour la visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

LA RETRAITE AUX FLAMBEAUX…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis des banquets républicains et du
fromage de tête réunis, bonjour !


Nous sommes le lundi 18 octobre, vous
lisez le 406 ème billet posté chez « les cénobites
tranquilles » ce qui tend à prouver que vous êtes encore
devant votre écran d’ordinateur…Est-ce bien raisonnable ?

Nos
aïeux Républicains avaient consacré ce 27è jour de vendémiaire
au piment. Essayez donc d’en mettre un peu dans votre quotidien, de
la fantaisie, de l’impromptu, surprenez vous, osez, sortez des
chemins battus et, comme le dit cette vieille chanson libertaire du
XIXè siècle: Amusons nous, faisons les fous, la vie passera comme
un rêve…


En attendant, me revoici à mon tour,
devant mon écran avec autant d’inspiration qu’une poule devant une
clef à molette. Parler des grèves, des manifs, des retraites, de la
pénurie de gasoil, et entretenir ce sentiment diffus et frustrant
de prêcher dans le désert, de parler à un mur, de pisser dans un
violon, de peigner la girafe bref, de bricoler dans l’incurable.


Le blogueur est comme le pêcheur au
bord de l’eau, il lance sa ligne, ses lignes, et il attend que ça
morde. Il rêve de la pêche miraculeuse, des milliers de lecteurs
qui auront sucombés à la tentation du bon mot, et qui, dans un cri
unanime, à travers mille et un commentaires enthousiastes viendront
l’encourager à poursuivre sa croisade.

Mais le voilà tel le
chevalier de la Mancha guerroyant contre les moulins à vent,
dénonçant l’indicible, fustigeant les nantis, vilipendant les gens
de robe, apostrophant ceux qui nous gouvernent sans jamais connaître
l’écho de ses prouesses.


Non vraiment, je le dis à tous ceux
qui descendent dans la rue pour protester contre cette réforme, la
retraite n’est pas un long fleuve tranquille, ni une sinécure si
vous avez choisi d’abreuver quotidiennement les sillons du web. S’il vous faut chaque jour, sur le métier remettre votre ouvrage. Ah, revienne le temps béni des cadences infernales, des heures sup’,et des journées qui finissaient à pas d’heure…


Allez, je plaisante bien sûr, mais
quand je vous aurais remercié pour votre visite, j’aurai presque mis
un point final à ce billet et dès lors, je pourrais écrire: Portez
vous bien et à demain peut-être.

SI CA CONTINUE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la France qui manifeste et du roti de porc au lait réunis, bonjour !

Ce 24 de vendémiaire est le jour de l’amaryllis, magnifique fleur qui a donné son donné son nom à un bistro Rennais des plus sympas.

L‘économie est en crise, le trou de la sécu est abyssal, les caisses de retraites sont vides, bref, c’est la chienlit.

Combien
de fois faudra t-il vous le répéter: IL N’Y A PAS D’ARGENT…

La
preuve, Bernard Arnaud, ami de Sarko 1er, accueille dans son empire
(LVMH) deux pauvresses nécessiteuses: Bernadette Chirac, dite
« soeur Marie-des-pièces-jaunes »  au  Conseil
d’Administration comme ambassadrice du luxe en échange d’un jeton de
présence de 65 000  euros, et Florence Woerth, femme du sinistre du
travail et ex-gérante de la fortune Bettencourt au conseil de
surveillance de Hermès (400 000 euros/an).

Par
ailleurs, le Conseil des prélèvements obligatoires, annexe de la
Cour des comptes, vient de publier un rapport qui établit que les
entreprises françaises bénéficient d’exonérations fiscales et
sociales à la fois « trop nombreuses, peu efficaces et
terriblement coûteuses ». Pas moins de 172 milliards d’euros.
Il existe exactement 384 mesures d’allègement des charges,
d’exemptions de cotisations, de réductions d’impôts, etc. La crise,
Mme Michu, la crise !

Qu’à cela ne tienne, il va falloir travailler plus et plus longtemps, les « sages » qui nous gouvernent continuent de ne rien voir, rien entendre et poursuivent mordicus leur politique honteuse.

Comme disait mon aïeule, qui n’en ratait pas une: Si ça continue…Il va falloir que cela cesse !

Préparez vos pataugas, prochaine manif samedi. En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.



V’LA LA JEUNE GARDE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de l’unité syndicale et de l’omelette norvégienne réunies, bonjour !

Ce n’est pas le genre de la maison mais, une fois n’est pas coutume, disait mon aïeule qui avait de la ressource…
Voici donc que « les cénobites tranquilles » relaie cet appel pour que la blogosphère ne se contente pas d’assister béatement aux mouvements sociaux qui, tel un cailloux dans la chaussure de Nicolas 1er, sont en train de l’empêcher de réformer en rond. Et puisque vous êtes gourmands du genre, retrouvez en fin de billet, une vidéo de « la jeune garde » de Montehus, 1920 quand même.

Erwandekeramoal relaie
Stef et son blog Une
autre vie
et soutient l’appel à la blogosphère
politique pour une mobilisation contre la fumeuse réforme des
retraites élaborée par le sinistre des affaires (si peu sociales)
Woerth…

« Pour soutenir les
journées de grèves, de manifestations du 12 et 16 Octobre et les
grèves reconductibles.

Les jeunes, lycéens
et étudiants manifestent partout en France. Pour les salariés, la
mobilisation s’élargit en grève reconductible aux secteurs des
transports, SNCF, RATP, Routiers, Dockers et personnels portuaires,
aux secteurs de l’énergie 140 entreprises dont EDF-GDF, aux
personnels des secteurs de la pétrochimie, des raffineries TOTAL,
secteurs de la métallurgie, de plus en plus de secteurs publics, de
l’industrie, de La Poste et France Telecom, d’Air France, des
magistrats et personnels de justice, la liste s’allonge de jours en
jours.

Messieurs, Dames de
la blogosphère, il est temps de sortir l’arsenal numérique, le
billet qui fait mouche, ceci est un appel au militant de l’internet
qui sommeille en vous.

Ne sentez vous pas
qu’il se passe quelques chose ? Ce gouvernement va se rendre compte
qu’il ne faut pas sous estimer l’indignation, qu’il provoque.

L‘arrogance de
Nicolas Sarkozy, le fait qu’il tourne le dos aux français, provoque
les organisations syndicales pourtant très responsables jusque là.

Et ce ne sont pas
les quelques amendements attendus de l’Élysée, du Sénat ou de M.Woerth qui changent la donne.

C‘est
la base qui impose à ses confédérations des grèves reconductibles
qu’aucun ne prévoyait se généraliser à ce point ; nous ne pouvons
rester à l’écart de ce mouvement.

Nous devons relayer
et soutenir toutes les initiatives qui vont permettre de sauvegarder
le droit à la retraite à 60 ans.

Pour y arriver, il
faut augmenter le rapport de force.

Les grèves
reconductibles vont provoquer des AG (assemblée générale)
quasiment tous les jours, et c’est pour cela qu’il faut que ces
salariés n’aient pas le sentiment d’être abandonnés après la
journée du 12. Il faut soutenir toutes les actions qui vont
permettre in fine le recul du gouvernement. »

Bon ben voila, j’ai fait ma b.a., il n’y a plus qu’à attendre le résultat des courses. En attendant la grève générale, illimitée et insurrectionnelle, portez vous bien et à demain peut-être.


UN HOMME EST MORT…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

 

UN HOMME EST MORT…

Nous sommes le 17 avril 1950, les ouvriers dockers et ceux de la reconstruction de Brest ont décidé de manifester pour une augmentation de salaire.

Soudain, des coups de feu éclatent, les forces de l’ordre viennent de faire usage de leurs armes. Il y aura une quarantaine de blessés et un homme ne se relèvera pas, il est mort d’une balle en pleine tête. Il s’appelait Édouard MAZE.

A la demande de la CGT, le cinéaste René Vautier qui venait de terminer « Afrique 5O » un brûlot dénonçant la politique coloniale, est appelé pour réaliser un documentaire sur l’évènement. Le film sera projeté 88 fois dans les rues de Brest, la 89è lui est fatale. Il ne reste pas trace du film.

Des auteurs de BD aux éditions Futuropolis (Kris et Davodeau. « Lulu femme nue ») ont repris l’histoire sous le titre « Un homme est mort » qui est tiré d’un poème de Eluard en hommage à Gabriel Péri:

Un homme est mort qui n’avait pour défense
Que ses bras ouverts à la vie
Un homme est mort qui n’avait d’autre route
Que celle où l’on hait les fusils
Un homme est mort qui continue la lutte
Contre la mort contre l’oubli.

Les Goristes, groupe de chanteurs brestois en on fait une chanson. Aujourd’hui, 60 ans après les faits qui avaient entrainé la démission de l’abbé Pierre de son mandat de député du MRP, les archives s’ouvrent enfin et la responsabilité des forces de l’ordre ne fait plus aucun doute. Pierre Cauzien, figure du militantisme ouvrier local, s’est éteint dernièrement à l’age de 86 ans, blessé lors de la manifestation, il avait perdu une jambe.Son souhait le plus cher était de « tenir » jusqu’à l’ouverture au public des archives nationales…Aujourd’hui, bourgeoisie et patronat n’ont plus besoin de faire tirer sur la foule pour expédier le prolo ad patrès, on va le faire bosser jusqu’à ses 62, 65, 70 balais.


SONNEZ LA RETRAITE !

Et voilà, c’est reparti comme en 14 ou plutôt, devrais-je dire, comme en 2005. A l’époque, les experts, les docteurs de la loi et de la foi, les spécialistes de la généralité, les hérauts du catastrophisme, inoculaient via les médias interposés la grande peur style « fin du monde » si par malheur le NON l’emportait lors du référendum sur le traité portant sur la constitution européenne.

Aujourd’hui, ils ont repris leur bâton de pèlerin à propos de la réforme du système des retraites. La meute s’est reformée et la voici en route pour distribuer la pensée unique. Il n’y a pas d’alternative, entend t-on par ici…C’est la seule solution, nous bassine t-on par là…Comment faire autrement, gémis un troisième…Et comme de bien entendu, il s’agit de faire entrer dans la caboche décervelée du cotisant moyen qu’il ne sera pas possible d’échapper à:

  • Retour aux 39h

  • Allongement de la durée de cotisation

  • Augmentation du taux de cotisation

  • Diminution du montant des pensions

  • Retardement de l’age légal de départ à la retraite

  • Glissement de la répartition vers la capitalisation

Jamais, à moins d’être insomniaque et de regarder Arte à 3h du matin vous ne voyez posée la question fondamentale de la répartition des richesses produites. D’ici à quelques décennies, il s’agit de trouver, d’après les données du rapport du COR (conseil d’orientation des retraites), 3% de cette richesse produite ce qui, reconnaissez le, n’est pas grand chose au regard des 10% qui ont été transféré des mains du travail aux poches du capital au cours des trente dernières années. Et je ne parle pas des 75 milliards de niches fiscales (bouclier fiscal…) et les 40 milliards de niches sociales et exonérations en tous genres qui couvriraient sans aucun doute les déficit cumulés de la retraite et de la sécu.

Mon gars va encore me dire que je fais une fixette sur cette histoire de retraite mais, sans jouer les Nostradamus, je vous prédis un vrai bras de fer social dans les mois qui viennent car, même chez les moins conscientisés de ceux que l’on appelait autrefois « la classe ouvrière »…Trop, c’est trop ! Travaillez, prenez de la peine, disait le laboureur à ses enfants, c’est le fond de pension qui manque le moins ajouterait-il aujourd’hui.

Allez, passez une bonne fin de semaine, pour ma part, je vais taquiner le goujon en surveillant du coin de l’oeil l’évolution du nuage Islandais qui, au contraire de celui de Tchernobyl, n’a pas l’air décidé à s’arrêter aux frontrières. Portez vous bien et à demain peut-être.