Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “René Viviani”

Page 1 de 1

De Viviani à Garibaldi…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , ,

Amis du matérialisme dialectique et de la crêpe suzette réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 02 Juin 2020 et, ce 14è jour de prairial, les républicains avaient décidé d’en faire le jour de l’acacia sur leur square René Vivianicalendrier. Plante, ô combien symbolique, qui illustre la légende d’Hiram, base de toute initiation aux différentes maçonneries. Vous pouvez en admirer un émouvant spécimen si vos pas vous conduisent à Paris dans le 5è jusqu’au square René Viviani, du nom d’un avocat et homme politique français, député socialiste cofondateur en 1904 du journal l’Humanité avec Jean Jaurès. La star incontestée du lieu est cet étrange arbre penché recensé comme le plus vieil arbre connu et identifié de la Capitale. Ce robinier ou faux-acacia aurait été planté en 1601 par Jean Robin arboriste du roi Henri IV.

Tiens, c’est amusant car c’est un 2 juin, en 1743, que vint au monde celui qui allait devenir célèbre sous le pseudonyme de Comte de Cagliostro mais qui s’appelait en vérité Joseph Balsamo. C’était un aventurier qui se prétendait descendant du Comte de St-Germain. Sa carrière fut brisée lors de l’affaire dite du collier de la reine où il se balsamotrouva engagé par le cardinal de Rohan. Il mourut en 1795, incarcéré depuis de longues années par les bons soins de la Sainte Inquisition. C’est lui qui importa en France la Franc-Maçonnerie dite égyptienne, connue aujourd’hui sous le nom de rite de Memphis-Misraïm. C’est sous la Grande Maîtrise de Garibaldi, en 1881, après bien des discussions, que les Rites de Memphis et de Misraïm, qui avaient dans la plupart des pays les mêmes Hauts Dignitaires, fusionnèrent. Cette fusion fut officialisée à Naples en 1899 et prit le nom de « Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm ». Garibaldi fut souvent désigné comme « véritable citoyen du Monde » et défini comme « Chevalier de l’Humanité”. Il était avant tout un « rassembleur » estimé pour sa sincère abnégation, son intégrité et son courage. Il eut un grand rêve : « Les Etats-Unis d’Europe ». Il prônait l’unité entre les hommes et était convaincu de la nécessité de lutter « pour l’Humanité et la Liberté en général ». C’est au cours de la défense de Montévidéo que les troupes italiennes qu’il commande vont endosser les fameuses chemises rouges qui vont tant contribuer à asseoir son mythe.

Adversaire irréductible de l’Église romaine, il réclamait la séparation de l’Église et de l’État. Il voulait introduire l’instruction obligatoire, gratuite et laïque en supprimant les congrégations religieuses ; cependant, garibaldiil refusait l’athéisme, l’indifférence et le « misérable matérialisme »; Victor Hugo écrivit de lui : « Garibaldi, qu’est-ce que Garibaldi ? C’est un homme, rien de plus. Mais un homme dans toute l’acception sublime du mot. Un homme de la liberté, un homme de l’humanité ». Son testament est aussi bref qu’éloquent: » Je lègue : mon amour pour la Liberté et la Vérité; ma haine du mensonge et de la tyrannie « . Bon ben dites moi, c’est une jolie promenade ça, on traine, on s’attarde, on musarde quelque peu. On parlait de l’acacia et on arrive à la création de l’Italie moderne… J’aurai du faire maitre d’école moi.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.