Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “réchauffement climatique”

Page 1 de 1

Tout va très bien madame la banquise…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis du crétacé supérieur et de la lutte des glaces réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 19 décembre 2017, 29è jour de frimaire dédié à l’olive. Le 19 décembre 1915 à vu mourir Aloïs Alzheimer; il est très connu mais je ne me souviens plus pourquoi, j’ai la mémoire qui flanche…

Puisque on vous dit que ça s’réchauffe.

Au dehors, un rouge-gorge ventru et une élégante mésange se disputent l’accès à un petit peu de graisse déposée là pour leur permettre d’affronter les rigueurs hivernales. Maître Jeannot, lapin autochtone, reste à couvert sous les feuillages de la haie, le merle à l'ermitagebec jaune sautille dans la gelée matutinale, laissant derrière lui l’empreinte de son passage. Une vraie carte postale quoi ! A l’extérieur de l’ermitage, dans le reste du monde, la grande comédie continue. De sommet en sommet, d’assemblée générale en assemblée générale et de réunion extraordinaire en séminaire de la dernière chance, on a fini par se mettre d’accord sur le fait qu’on n’était pas d’accord. Je ne résiste pas au plaisir de faire appel, une fois encore à ce cher vieux Victor Hugo: « Un jour, espérons-le, le globe sera civilisé. Tous les points de la demeure humaine seront éclairés, et alors sera accompli le magnifique rêve de l’intelligence : avoir pour patrie le Monde et pour nation l’Humanité. » C’est tiré des Burgraves et ça date de 1843… Plus de 170 ans plus tard, on a guère avancé de ce point de vue.

Mais à part ça, Madame la banquise, tout va très bien, tout va très bien…Je suis surpris qu’il ne se soit pas trouvé un humoriste pour nous la faire, celle là. Il est vrai que n’est pas Ventura qui veut ! Allez, vous pouvez éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale. Pour ma part, c’est ce que je vais faire. Portez vous bien et à demain, peut-être.

La houille du cénobite…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR, Non classé

,

Amis de la bio diversité et des pâtes carbonara réunies, bonjour ! Nous sommes le dimanche 22 décembre 2013, deuxième jour de Nivose dédié à la houille. Vous voyez comme vous êtes, dès que le titre du billet se fait évocateur, le nombre de visiteurs augmente très sensiblement… Alors, supercherie, ou marketing ? Le débat est ouvert mais force est de constater que beaucoup s’intéressent davantage aux fesses qu’aux faits, à la température de Carla qu’à celle du globe. Mais, je persiste et je signe et pour rester dans la métaphore cinématographique initiée par certains de vos commentaires et reprendre une phrase fameuse de Lino Ventura, je vous avoue que les atermoiements de nos dirigeants commencent très sérieusement à me les briser menu.

Les 195 pays de la Convention des Nations Unies sur le climat sont finalement parvenus à un accord à Varsovie le mois dernier. Les tractations ont été extrêmement dures pour trouver un équilibre entre les exigences des pays en  imagesdéveloppement dont la priorité a été de mettre les pays industrialisés face aux engagements pris en 2009 à Copenhague, et la nécessité d’aller de l’avant en adoptant une feuille de route jusqu’en décembre 2015, date à laquelle un accord mondial engageant pour la première fois tous les pays doit être signé. Il entrera en vigueur en 2020. Sans vouloir vous raser avec une fastidieuse litanie des sommets depuis Rio jusqu’à Varsovie en passant par Cancun et Kyoto et après le fiasco de Copenhague, rendez-vous à Paris en 2015.

Et pendant que le pôle fond, l’écolo se morfond. Pendant que le roi Arthus Bertrand poursuit sa quête du Graal, Boorlo se désespère de trouver encore des glaçons pour sa solution hydro-alcoolique. Obama ne dit mot et Hulot le pense tout bas. Les Indiens n’en veulent point, les Chinois, pas plus qu’ça, le Brésil est sur le grill et les libéraux rêvent d’une gouvernance mondiale pour remplacer l’ONU. Le temps est venu disent-ils de remplacer le « machin » comme disait le florian-roulies-copenhague-dessinGénéral par un « bidule » comme le croit Gudule. Et pendant ce temps là, le gulf stream a mauvaise mine, el Nino a un coup de chaud et la terre Adélie aura bientôt des airs de Ténéré. Je vous échange deux paquets d’Arielle Dombasle contre un paquet de mer à la pointe du Raz que les conclusions de Paris (2015) seront étrangement ressemblantes à celles de Copenhague (2009), de Rio (1992) et de Varsovie. (photo extraite du site; Les mots ont un sens) Tant que nous n’aurons pas intégré l’idée que ce n’est pas l’humanité mais son avatar, le capitalisme, qui est l’ennemi public n° 1, toutes ces conférences seront cautères sur jambes de bois et pipi dans le violon. L’écologie est au capitalisme ce que le doryphore est à la pomme de terre, il y a incompatibilité génétique; et Monsanto n’y changera rien. La révolution environnementale que le XXIème siècle attend, exige que l’on se débarrasse de ces goinfres affamés de profit qui se fichent de la planète comme de leur première Rollex. Avis aux amateurs.

Et voila pour aujourd’hui, rien de tel qu’un petit coup de gueule pour vous redonner le moral. Allez, ne désespérez pas, portez vous bien et, à demain peut-être.