Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Quimper”

Page 1 de 1

Quimper Corentin: 12 mn d’arrêt…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, , ,

Amis de la liberté d’expression et de la saucisse de Molène réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 12 décembre 2017, 22è jour de frimaire dédié à la Bruyère. On célèbre la saint Kaourintin (Corentin), patron de la ville de Quimper… Il est un des sept saints fondateurs de la Bretagne et sa statue de granit trône déjà en la fameuse vallée de Carnoët.

Voici ce qu’en disait Albert Le Grand en 1636 dans son blog.

« Saint Corentin, premier Evesque de Cornoüaille, en la Bretagne Armorique, nasquit au même Diocese, environ l’an 375, treize ans avant que le tyran Maxime passast és Gaules, & fut, dés son enfance, instruit par ses parents en la Religion Chrestienne; ayant esté preservé pendant les guerres que le Roy Conan Meriadec fit aux garnisons Romaines, qu’il chassa entierément de Bretagne, il s’adonna tout de bon au service de Dieu; &, pour mieux y vacquer, & faire un perpétuel divorce avec le monde, il se retira en une Corentinsolitude, dans une forest en la Paroisse de Plou-Vodiern, au pied de la montagne de S. Cosme (Plomodiern, au pied du Menez-Hom -NDLR-) où il bastit un petit Hermitage près d’une fontaine, &, tout joignant un petit Oratoire; passant en ce lieu les nuits & les jours en prieres & Oraisons, inconnu & retiré de toute conversation humaine. Pour sa nourriture & sustentation en cette solitude, Dieu faisoit un miracle admirable & continuel; car, encore qu’il se contentast de quelques morceaux de gros pain, qu’il mendioit quelques fois és villages prochains, & quelques herbes & racines sauvages, que la terre produisait d’elle-mesme, sans travail ny industrie humaine, Dieu luy envoya un petit poisson en sa fontaine, lequel, tous les matins, se presentoit au Saint, qui le prenoit & en coupoit une piece pour sa pitance, & le rejetoit dans l’eau, &, tout à l’instant, il se trouvoit tout entier, sans lesion ny blesseure, & ne manquoit, tous les matins, à se présenter à St Corentin, qui faisoit toûjours de mesme.» Pour lire la suite, rendez vous sur: http://fr.wikisource.org/wiki/La_Vie_de_saint_Corentin

Et voilà pourquoi votre sœur est muette… Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

LIBEREZ RAZAN GHAZZAWI…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

Amis de la liberté d’expression et de la saucisse de Molène réunies, bonjour !

Nous sommes le 12 décembre, 22è jour de frimaire dédié à la Bruyère. On célèbre la saint Kaourintin (Corentin), patron de la ville de Quimper…Il est un des septs saints fondateurs de la Bretagne et trône déjà en la fameuse vallée de Carnoët.

Voici ce qu’en disait Albert Le Grand en 1636 dans son blog.

« Saint Corentin, premier Evesque de Cornoüaille, en la Bretagne Armorique, nasquit au même Diocese, environ l’an 375, treize ans avant que le tyran Maxime passast és Gaules, & fut, dés son enfance, instruit par ses parents en la Religion Chrestienne; ayant esté preservé pendant les guerres que le Roy Conan Meriadec fit aux garnisons Romaines, qu’il chassa entierément de Bretagne, il s’adonna tout de bon au service de Dieu; &, pour mieux y vacquer, & faire un perpétuel divorce avec le monde, il se retira en une solitude, dans une forest en la Paroisse de Plou-Vodiern, au pied de la montagne de S. Cosme (Plomodiern, au pied du Menez-Hom) où il bastit un petit Hermitage près d’une fontaine, &, tout joignant un petit Oratoire; passant en ce lieu les nuits & les jours en prieres & Oraisons, inconnu & retiré de toute conversation humaine. Pour sa nourriture & sustentation en cette solitude, Dieu faisoit un miracle admirable & continuel; car, encore qu’il se contentast de quelques morceaux de gros pain, qu’il mendioit quelques fois és villages prochains, & quelques herbes & racines sauvages, que la terre produisait d’elle-mesme, sans travail ny industrie humaine, Dieu luy envoya un petit poisson en sa fontaine, lequel, tous les matins, se presentoit au Saint, qui le prenoit & en coupoit une piece pour sa pitance, & le rejetoit dans l’eau, &, tout à l’instant, il se trouvoit tout entier, sans lesion ny blesseure, & ne manquoit, tous les matins, à se présenter à S. Corentin, qui faisoit toûjours de mesme.» Pour lire la suite, rendez vous sur: http://fr.wikisource.org/wiki/La_Vie_de_saint_Corentin

Tout à fait autre chose.

« Les cénobites tranquilles » s’associent pleinement à l’appel en faveur de la libération de Razan GHAZZAWI avocate et blogueuse Syrienne qui vit à Damas et est une fervente militante des droits de l’homme, blogueuse et utilisatrice quotidienne de twitter, c’est également l’une des rares en Syrie à bloguer sous son vrai nom, elle s’est engagée dans la défense des droits des blogueurs et militants arrêtés par le régime syrien, ainsi que de ceux des homosexuels et des minorités.

Elle est en outre coordinatrice du Centre Syrien d’information et du droit d’expression. Elle a été arrêtée par les autorités Syriennes le 04 décembre à la frontière syro-jordanienne. En route pour Amman, elle devait participer à un atelier sur la liberté de la presse dans le monde arabe quand les services de sécurité l’ont arrêtée et ont saisi son ordinateur.

Puisque nous sommes (pour l’instant) dans un pays où l’on peut bloguer librement profitons en pour relayer cet appel et nous associer à ceux qui risque leur liberté et quelquefois leur vie pour la liberté d’expression.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Extrait du Code Pénal

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

Amis de l’internationale ouvrière et du pâté de lièvre réunis, bonjour !

Nous voici le 15 décembre et, aujourd’hui,
en Bretagne, on va célébrer Santig Du. Celui-ci n’est pas un
saint comme les autres. En effet, ce n’est pas le Vatican mais le
peuple qui en a fait un saint. Vox populi, vox dei !

De son
vrai nom Jean Divoutou
, il est né à St Vougay dans le Léon
(finistère) vers 1279 et mort de la peste à Quimper en 1349. Le
brave homme avait l’habitude d’aller pieds nus et les bretons le
surnommaient
Yann
Diarc’hen
, c’est à dire
Jean sans sabots. Sur ses origines, voici ce qu’en disait Albert le
Grand «
Le
Bien-Heureux Jean, surnommé Discalcéat, ou Deschaux, à cause qu’il
alloit toûjours nuds pieds, nasquit de parens de mediocre fortune,
gens de bien & craignans Dieu, qui faisoient leur residence dans
l’Evesché de Leon, en Basse Bretagne. On dit que sa mere estant
enceinte de luy, desira manger d’une certaine espece d’oyseau qui ne
se trouve pas en ces quartiers, & alloit ce desir tellement
augmentant, qu’elle couroit risque de perdre son fruit ; mais
Dieu la preserva extraordinairement ; car un jour, comme elle
estoit en sa chambre, avec quelques siennes voisines, un oyseau tel
qu’elle desiroit entra dans la chambre & se laissa prendre
aisément, dont elle satisfit son appetit. Elle accoucha de ce benit
enfant, environ l’an de grace 1280 sous le Pontidicat de Nicolas III,
l’Empire de Rodolphe I & le regne de Jean I du nom, Duc de
Bretagne, fils de la Duchesse Alix & de Pierre de Brenne, ou de
Dreux, dit Mauclerc, son mary. Il fut nommé sur les sacrez Fonds,
Jean, &, par humilité, voulut toute sa vie, estre nommé Iannic,
qui est un diminutif breton de Jean, comme qui diroit Petit-Jean »

Il a
consacré
une grande partie de sa vie aux pauvres de Quimper et son
culte est resté vivace jusqu’à il n’y a pas longtemps. Il a laissé
des traces dans l’histoire par ses actions durant le siège de
Quimper par les troupes de Charles de Blois et surtout au cours de
l’épidémie de peste qui frappa la Cornouaille à cette époque. Mon
aïeule, qui savait aussi se montrer pieuse sans être bigote, nous a
mené à plusieurs reprises jusqu’à la cathédrale de Quimper où,
près de ses reliques, existait une petite tablette où des anonymes
venaient y déposer du pain pour les nécessiteux; pratique qui
remonterait au XVè siècle. Aujourd’hui on donne aux restos du coeur
car, force est de constater que la modernité n’a pas supprimé la
pauvreté.

Tiens, hier j’évoquais les frasques de notre ministre de l’intérieur et sa façon si particulière de considérer les actes de justice. Et bien, j’ai trouvé ça:

 

Extrait
du Code Pénal

Article
434-25


En
vigueur depuis le 1 Janvier 2002
Modifié par Ordonnance
n°2000-916 du 19 septembre 2000 – art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000
en vigueur le 1er janvier 2002

Le
fait de chercher à jeter le discrédit, publiquement par actes,
paroles, écrits ou images de toute nature, sur un acte ou une
décision juridictionnelle, dans des conditions de nature à porter
atteinte à l’autorité de la justice ou à son indépendance est
puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende.

Ca devrait lui plaire…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.


PIPOLERIES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Les
pipoleries de madame Michu.


Connaissez
vous Denis Olivennes
? C’est le patron du Nouvel Obs, un hebdomadaire
qui aurait pu être de gauche. Enfin, c’était le patron car il tire
sa révérence pour rallier l’écurie Lagardère. Il sera le patron
de « Europe 1 », de « Paris Match » et du
« Journal du dimanche ». C’est qu’en 2012 y’a des
élections madame Michu.

Fort à parier qu’il aura tout de même plus
de liberté pour vanter les oeuvres de sa compagne, la belle Inès de
la fressange.


Une
autre patronne
qui est embourbée dans une histoire croquignolesque
c’est la reine Christine. Elle dirige « la voix de la France », l’AEF: audio visuel extérieur Français (RFI-France 24) et se trouve mêlée
à une histoire d’espionnage des cadres de la société digne des
Pieds Nickelés. Déjà que certains se posaient la question du conflit
d’intérets sachant que son compagnon, Bernard Kouchner, avait
résidence au quay d’Orsay… Au fait, le prestataire de services qui a mis en oeuvre le
procédé de piratage des ordinateurs, un certain Thibault de Robert
a longtemps travaillé pour la société BK Conseil, celle
de…Bernard Kouchner. Hé oui, madame Michu, on vit une drôle
d’époque !


Tout
à fait autre chose.

Le 12
décembre, on célèbre (ou pas) Sant Kaourintin. Il fait partie de
la bande des sept saints fondateurs de la Bretagne (version catho).
Si l’on en croit Albert Le Grand, il serait né de ce côté ci de la
Manche et aurait installé très tôt son ermitage non loin de
Plomodiern au pied du Menez-Hom (Finistère). C’est lui qui a inventé
la banque alimentaire car il avait un poisson dont il mangeait chaque
jour un morceau qui repoussait illico.

C’est ainsi qu’il put nourrir
le roi Gradlon et sa cour par ces temps de disette. Pour le
remercier, le roi le fit nommer évêque de Quimper qui depuis se
fait appeler Quimper-Corentin. Quimper, en breton Kemper, qui, chacun le sait signifie confluent, et désigne le lieu où deux rivières se rencontrent avant de rejoindre la mer. Ici l’Odet et le Steir. Mais vous avez en Côtes d’Armor, Quemper-Guézennec où se rejoignent le Trieux et le Leff. D’autres noms de communes sont bâtis sur le même modèle comme Quimperlé, Quemperven… Voila pour la petite histoire.


Bon,
c’est pas tout ça, on cause, on cause mais je dois préparer mon pot
au feu. Je ne veux pas oublier de vous remercier pour votre visite
aux « cénobites tranquilles » qui est comme
l’épicerie-quincaillerie-dépôt de pain de tante Fine, ouvert tous
les jours. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.