Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Prevert”

Page 2 de 2

LA COMPLAINTE DE LA BUTTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la liberté d’opinion et du gratin de courgettes réunis, bonjour !

Nous sommes le 16 septembre et c’est la date qui correspond au 30è et dernier jour de fructidor, dédié au panier. C’est aussi le jour anniversaire de la naissance de Mouloudji dont je suis un fan inconditionnel. Je vous propose de le rajouter à notre galerie de portraits, visitable tous les jours d’un simple clic, colonne de droite…

Marcel Mouloudji naît à Paris le 16 septembre 1922. Son père, Kabyle, est originaire d’Algérie. Emigré en France, il exerce le métier de maçon et s’inscrit au Parti communiste. Il épouse une Bretonne catholique très pratiquante, mais qui assez vite sombre dans l’alcoolisme et la folie. Elle sera internée.

La famille Mouloudji vit dans un modeste logis du XIXème arrondissement de Paris. Marcel suit son père aux meetings communistes, parti dont il se sentira proche une partie de sa vie. Enfant plutôt mignon, il décroche à 11 ans un rôle dans un film sur Ménilmontant.

Adolescent, Marcel s’inscrit aux Faucons Rouges, association issue du parti communiste, au sein de laquelle il monte un petit groupe avec son frère. En 1935, il fait la connaissance de Sylvain Atkine, metteur en scène dans le Groupe Octobre, organisation affiliée à la Fédération des théâtres ouvriers de France. C’est là qu’à 13 ans il rencontre déjà de grands noms de la scène dont Jean-Louis Barrault ou Roger Blin.

Plutôt doué, l’adolescent est adopté par le monde du théâtre. Il est même parrainé par l’homme de lettres Marcel Duhamel qui l’initie à la littérature et à la poésie. Celui-ci l’envoie travailler avec Jean-Louis Barrault chez qui Marcel vit quelques temps. Il prend également des cours avec Charles Dullin. En 1936, il joue dans son premier spectacle, « le Tableau des Merveilles » inspiré de l’Espagnol Cervantès et adapté en français par Jacques Prévert. Parallèlement au théâtre, Mouloudji démarre au cinéma.

Via Jacques Prévert, il rencontre Marcel Carné qui lui donne un petit rôle chantant dans « Jenny » en 1936 puis, « les Disparus de Saint-Agil » de Christian-Jaque en 1938 (Eric Von Stroheim, Michel Simon, Aznavour, Reggiani, imaginez la distribution) . A 16 ans, Mouloudji est déjà une vedette de l’écran.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Mouloudji file dans le sud de la France, à Marseille, en zone libre, avec le Groupe Octobre. Il rencontre à cette occasion le chanteur Francis Lemarque (voir mon billet du 20 avril). Assez vite, il retourne à Paris où il effectue un tas de petits boulots en semi-clandestinité. Il chante au Bœuf sur le Toit et surtout, découvre le milieu artistique de Saint-Germain-des-Prés.

Pendant la guerre, en 1943, Mouloudji fait la connaissance de Louise Fouquet, dite Lola, qu’il épouse. Elle sera sa femme et son agent artistique jusqu’en 1969. Dans les cabarets en vogue, il chante Boris Vian ou Jacques Prévert. Certains de ses films sont devenus des classiques dont « Boule de suif » (Christian-Jaque, 1947) ou « Nous sommes tous des assassins » (André Cayatte, 1952).

En 1951, Mouloudji enregistre un tout premier disque avec quelques titres importants tels « Rue de Lappe », « Si tu ‘imagines » et « Barbara ». C’est également à cette époque qu’il monte pour la première fois sur la scène d’un grand music-hall, Bobino. Comme pour de nombreux débutants de l’époque, c’est Jacques Canetti, fameux agent artistique et patron du cabaret les Trois Baudets qui entraîne Mouloudji vers le succès. Il lui fait enregistrer « Comme un p’tit coquelicot » qui obtient un énorme succès et qui marque une étape dans son parcours de chanteur.

Toujours engagé et militant pacifiste, Mouloudji rencontre quelques soucis de censure lors de la Guerre d’Indochine. L’objet de discussion est la chanson « le Déserteur », manifeste anti-militariste écrit et créé par Boris Vian. Quand Mouloudji l’interprète au Théâtre de l’Œuvre le jour même de la chute de Diên Biên Phu, cela provoque un scandale et il devient la cible des censeurs et des politiques. La chanson est interdite d’antenne. Seule la station Europe1 la diffuse. Cette première censure le poursuivra et par la suite, d’autres titres connaîtront le même sort. Ici à gauche avec Prévert.

Mouloudji crée finalement sa propre marque de disques sous forme d’une coopérative. C’est ainsi qu’il lance en 1965 un jeune Néo-zélandais installé en France, Graeme Allwright. Peu enclin à se fondre dans l’industrie du disque, Mouloudji n’a pas le succès qu’il a connu dans les années 50 avec le cinéma. En 1966, il monte même un salon de coiffure.

Lorsque surviennent les événements de Mai 68, c’est le militant politique qui chante dans les usines comme en 1936. Rester intègre et ne pas sacrifier ses convictions à sa carrière est essentiel pour lui.

A sa façon, Mouloudji lutte contre l’industrie du disque qui ne lui laisse guère de place. Après avoir maintes fois été victime de la censure, il écrit sans se soucier de l’effet produit. Il sait que de toutes façons, il sera peu ou pas diffusé en radio. Dans « Autoportrait » en 70, il évoque son métissage : « Catho par ma mère, musulman par mon père« ; avec sa reprise de « Allons z’enfants » de Vian, il repart en guerre contre les militaires. Toujours présent lors de combats politiques, il participe en 1974 à l’enregistrement d’un album consacré aux chants et poèmes de la Résistance. On l’entend également sur une compilation de chants ouvriers et une autre sur la Commune. Sa lutte se passe aussi sur scène comme lorsqu’il participe à un gala de soutien à la gauche chilienne en 1974.

En 1980, il sort un album « Inconnus Inconnues » et donne d’innombrables concerts à travers le pays mais dont les médias se font rarement l’écho. Fatigué, il consacre plus de temps à l’écriture et à la peinture, ses anciennes amours. Il s’éteint le 14 juin 1994 alors qu’il avait de nombreux projets en route.

Sources:Wiki et les biographies de RFI ainsi que le livre de Gilles Schlesser éd. L’Archipel.

Voila, c’est un peu long mais quand on aime, on ne compte pas! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

EN PLACE POUR LA PHOTO…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

 

Amis de la photo argentique et de la brioche vendéenne réunies, bonjour !

Nos amis républicains, toujours en avance d’une longueur, avaient dédié ce 26 avril, 7è jour de floréal, au muguet.

Ce qui m’amène, sans transition aucune, à ce petit billet. C’est en faisant le tri dans quelques vieux cartons que je suis tombé sur une photo de cet artiste dont je voulais vous dire quelques mots.

 

René Maltête est né le 8 mai 1930 à Lamballe dans les Côtes d’Armor. Il commence à prendre des photos dès l’âge de 16 ans. Un photographe moins célèbre que Doisneau, moins médiatisé que Ronis, moins bobo que Artus Bertrand, moins  « historique » que Capa, assez atypique ! Anarchiste, anti-conformiste, non-violent, anti-militariste, pacifiste, etc. Pas de sécurité sociale, pas de patron, pas de retraite, pas de contraintes. « Militant ardent et inventif, il avait engagé l’humour sous la bannière des causes qu’il défendait, la protection de la planète et la condamnation de la guerre… ses amis complices se souviennent pour longtemps des dépôts solennels de gerbes en l’honneur « des futurs morts des prochaines guerres » en pleine cérémonie officielle avec sous-préfet compassé et fanfare militaire bégayante. » (Anne Certain)

 

Un mode de vie assez difficile à vivre pour les proches… Il travaillait pour l’agence Rapho, comme Robert Doisneau, en temps que « photographe illustrateur », de façon totalement indépendante. Il nous lègue une oeuvre originale, attachante, impertinente et toujours d’une réelle et quelquefois cruelle, ironie.

 



1951 : Il « Monte » à Paris pour être assistant-réalisateur et se retrouve, en 1952, assistant-metteur-en-scène-stagiaire de Jacques Tati et de Claude Barma. Les temps sont durs, il doit pratiquer plusieurs petits métiers pour subsister.
En 1958, il intègre la célèbre agence Rapho.
En 1960, il réussit à faire publier son livre « Paris des rues et des chansons », muni de textes de Prévert, Vian, Brassens, Trenet, Mac Orlan. D’autres livres suivront.


Photographe vagabond, poète, humoriste, écologiste avant l’heure, René Maltête avait le talent de piéger avec son objectif des situations insolites de notre vie quotidienne. Drôles, poétiques, tendres, les photos de René Maltête ont été publiées dans la presse du monde entier, « Stern », « Life », « Epoca », « Camera », « Asahi Camera », « Punch », et de nombreuses expositions et cartes postales ont contribué à populariser son oeuvre.
René Maltête est mort le 28 novembre 2000.

Je crois que c’est à lui que l’on doit cette fameuse photo de Prévert, ci-dessous…A vérifier !

 



 

 

 

 

 

 

 

voilà pour aujourd’hui, humeur et humour restent les deux mamelles des « cénobites tranquilles ». Avouez qu’en ces temps de décrépitude, cela fait du bien, un petit bain d’irrévérence. En attendant la prochaine livraison, portez vous bien et à demain peut-être.

QUELLE CONNERIE LA GUERRE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis du pacifisme et du gras double réunis, bonjour !

Le dernier jour de janvier n’est que le 12è de pluviôse et est dédié au brocolis dans le calendrier républicain.

C‘est un 31 janvier qui a vu la naissance de Roger MONCLIN en 1903; écrivain libertaire et grand pacifiste. Après de brèves études, il rencontre Victor MERIC qui va l’influencer profondément. Il adhère à la ligue des combattants de la paix dès 1929 et deux ans plus tard il participe à la création de la revue La patrie humaine dont il deviendra administrateur. Il va y travailler pendant de nombreuses années et c’est là qu’il rencontre Robert JOSPIN, le père de Lionel…
Dans ses conférences, ses articles, il n’aura de cesse de stigmatiser le militarisme, les marchands de canons et la « justice » militaire. Dans son ouvrage Les damnés de la guerre, il dénonce les généraux pour leur mépris du soldat et cette justice d’exception que furent les tribunaux militaires notamment pour les fusillés pour l’exemple.

En août 1939 il déserte et se réfugie en Suède où il sera aidé par des militants pacifistes. Il est arrêté en 40 et restera emprisonné jusqu’en 42; de retour en France, il sera à nouveau emprisonné jusqu’en 44. Il est décédé en 1985 dans le Var.
Il est amusant de noter que c’est un 31 janvier en 1929 qu’est publié ce magnifique livre de Erich Maria Remarque A l’ouest rien de nouveau.
Terrible réquisitoire contre la guerre que les nazis s’empresseront de brûler. Cet ouvrage, découvert alors que j’avais une quinzaine d’années, fait partie de ceux qui m’ont convaincu que Prévert avait raison: Quelle connerie la guerre !

Roger Monclin a aussi écrit un joli livre sur Gaston Couté, poète patoisant dont je vous ai parlé ici, c’est paru aux éditions Paris-Bruxelles en 1962.

Voila pour cette fin du mois à ne pas confondre, malgré ce que disait Lacan, avec la fin du moi. J’entends bien vous alimenter encore longtemps de ces petites madeleines qui ressurgissent du passé pour tenter de combler le vide abyssal de notre actualité liberticide.
Allez, merci à vous de vous être donné la peine de lire ce billet jusqu’au bout, portez vous bien, à demain peut-être, et n’oubliez pas: Indignez vous !

LA CHASSE AUX ENFANTS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la chanson réaliste et du kouign amann réunis, bonjour !

En ce dimanche gris de début janvier, 20è jour de nivôse, consacré au van, mais si vous savez ce panier d’osier qui permettait de séparer le bon grain de sa balle, j’ai choisi de parler d’une grande dame et chanteuse aujourd’hui disparue et qui mérite mieux que l’oubli dans lequel l’ont relégué les médias. Marianne OSWALD.

Elle était née en 1901 en Moselle de parents juifs émigrés de Pologne. Marianne Oswald entame sa carrière de chanteuse dans les années 20, dans les cabarets de Berlin. En 1931, du fait de la montée du parti Nazi et de la menace qu’il faisait peser, elle s’exile à Paris,
où elle introduit dans la chanson française des techniques propres à
l’expressionnisme allemand. Elle va interprèter tout à tour Brecht, Kurt Weill mais aussi Cocteau et Prévert. Celui-ci lui écrira une chanson que je vous donne à écouter ici.


En effet, pendant l’été 1934, un fait-divers scandalise Jacques Prévert : une trentaine d’enfants s’étant évadés du bagne de Belle-Île-en-Mer en réponse aux violences des surveillants du réfectoire, l’administration propose une prime de vingt francs pour chaque enfant capturé. Les badauds et les touristes se joignent donc au personnel du bagne pour leur donner la chasse. Prévert réagit en écrivant d’une traite le poème Chasse à l’enfant, mis en musique par Joseph Kosma et enregistré par Marianne Oswald le 20 octobre 1936. Prévert avait aussi l’intention de tirer de l’anecdote un film, mais celui-ci ne verra jamais le jour.

Marianne Oswald s’est ensuite beaucoup investie à la radio et même à la télé. Les moins jeunes se souviendrons de l’émission « Ah, les beaux jeudis ! »
Elle nous a quitté en 1985, voici ce qu’en disait Jean Cocteau:
« Je suppose que c’est cette puissance rouge
d’incendie, de mégot, de torche, de phare, de fanal, qui l’habite, cet
acharnement de braise, cette haleur de gaz d’acétylène, de magnésium et
de lampe à souder, qui forment l’efficacité de cette chanteuse, de cette
mime que bien des esprits repoussent, mais qui s’impose malgré tout.
»

Voila pour aujourd’hui, c’est gentil à vous d’être passé, tiens, pour les nouveaux lecteurs je rappelle que vous pouvez voter pour ce blog (référencement oblige)colonne de droite en haut, portez vous bien et à demain peut-être.

VIVE LA GREVE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,


Le capitalisme selon Jacques Prévert (1933)

Amis de la grève générale, illimitée et insurrectionnelle et du boudin blanc réunis, bonjour !

12 septembre c’est à dire le 26 de fructidor, jour de la bigarade, encore nommée, orange amère. Ce qui est amer ces jours ci c’est la façon dont nos élus en chambre traitent les millions de manifestants qui sont descendu dans les rues.
Je vous post une vidéo que j’ai découvert sur le site lespetitspoissontrouges 
A cette époque là, il se trouvait des intellectuels pour appeler un chat un chat. Il est vrai que Jacques Prévert, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’avait pas sa langue dans sa poche révolver. Je trouve très touchant d’entendre sa voix et sa vision du capitalisme il y a 80 ans déjà…

Si vous pensez que les choses ont changées radicalement, vous êtes dispensé du prochain jour de protestation qui aura lieu le 23 je crois.

Ce blogue du jour sera plus court que d’habitude car mon outil informatique a lui aussi décidé de protester. Résultat, je vide, j’écope, je nettoie, je défragmente, j’éparpille façon puzzle comme disait Blier…

En attendant que tout cela rentre dans l’ordre, portez vous bien et à demain peut-être.

JOLIE BOITE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,


UN PAQUET DE MADELEINES.

C‘est la rançon de l’age, il arrive un moment où vous avez toujours, surgissant du fond de la mémoire, une madeleine qui vous renvoie un tas d’années en arrière.

Alors que je préparais ce petit billet sur Francis Lemarque, je me suis revu, enfant, collectionnant les « bons points » dans les tablettes de chocolat. Lorsque le compte y était, on renvoyait tout cela à monsieur Poulain ou madame Suchard et, quelques semaines plus tard on recevait une jolie boite en fer blanc qui servait plus tard à ranger le sucre. Dans cette boite, outre le chocolat, il y avait toujours un album de chansons françaises qui permettait d’y coller les photos que l’on trouvait dans les fameuses tablettes. Et voilà ma madeleine, dans chaque album il y avait immanquablement une ou plusieurs chansons de Francis Lemarque. Marjolaine, le p’tit cordonnier, à Paris


S‘il est bien un chanteur français qui symbolise la ville de Paris, c’est certainement Francis Lemarque. Au cours d’une carrière longue et discrète, il a écrit près de quatre cents chansons, dont A Paris, devenue un standard international reprise par des dizaines d’interprètes à travers le monde entier. Et pour commencer, « le petit cordonnier » version japonaise…Amusant, non ?

Francis Lemarque, de son vrai nom Nathan Korb, naît le 25 novembre 1917 dans un petit deux pièces au second étage du 51 de la rue de Lappe à Paris au-dessus du bal des Trois colonnes. Sa mère, Rose, est originaire de Lituanie, tandis que son père, Joseph, tailleur pour dames, est polonais. L’enfant grandit avec son frère Maurice et sa sœur cadette Rachel, dans le quartier de la Bastille, bercé par les bals musettes de la rue de Lappe. Avec son frère il connaît une enfance délurée et joyeuse avant de quitter l’école dès l’âge de onze ans pour travailler en usine. Il gardera tout au long de sa vie un véritable amour pour ce quartier et il fêtera ses soixante-quinze ans au Balajo.

Fasciné par les bals musette depuis son enfance, Nathan et son frère Maurice intègrent après une rencontre en 1934 avec Sylvain Itkine en 1934 le groupe Mars que ce dernier a créé dans l’esprit du Groupe Octobre, affilié à la Fédération des Théâtres ouvriers de France. Il a alors dix-sept ans. Sur les conseils de Louis Aragon, les deux frères créent un duo, « Les frères Marc » qui profitera des événements du Front populaire pour se produire dans les usines et se faire connaître. Ils rencontrent Jacques Prévert, et Joseph Kosma qui est un temps leur pianiste.

En 1940 il passe en zone libre et s’installe à Marseille. C’est là qu’il rencontre Jacques Canetti, qui deviendra par la suite son agent artistique. Il fait quelques tournées en Afrique du Nord dont une semaine de récitals avec le guitariste gitan Django Reinhardt. Sa mère déportée en 1943 meurt à Auschwitz. Il rejoint le maquis puis s’engage dans le régiment du douzième Dragon.

Après la guerre, Lemarque chante dans des cabarets de Saint-Germain-des-Prés. L’année 1946 sera décisive : il rencontre Ginny Richès qui deviendra son épouse, et il voit pour la première fois Yves Montand sur une scène parisienne. Il fait sa connaissance par l’intermédiaire de Jacques Prévert. Montand, séduit par ses compositions, choisit immédiatement des titres : Je vais à pied, Ma douce vallée, Bal petit bal…Leur collaboration durera de longues années pendant lesquelles Francis Lemarque lui écrira près de trente chansons. Il compose la musique du film Playtime de Jacques Tati, sorti en 1967.

Lemarque a été censuré dans les années 1950 avec sa chanson Quand un soldat. Sa carrière sera celle d’un auteur et d’un chanteur profondément attaché au Paris populaire et à la chanson française. Il s’éteint brutalement le 20 avril 2002 (il est alors dans sa quatre-vingt cinquième année) dans sa maison de la Varenne Saint Hilaire et il repose à côté d’Yves Montand dans le cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Allez, c’est pas tout mais j’ai mon lait qu’est su’l'feu…Portez vous bien et à demain peut-être.


ROBOTS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Regardez bien cette drole de bête, elle n’a pas été conçue pour le prochain opus de la guerre des étoiles mais pour l’armée américaine qui l’expérimenterait actuellement en afghanistan.Il a été conçu par la société Boston Dynamics « dédiée à la façon dont les choses se meuvent ». C’est une machine qui fonctionne à l’essence. Mais si elle fait un bruit de tondeuse à gazon, la comparaison s’arrête là : c’est un robot bourré d’informatique et de capteurs, qui encaisse sans trébucher les bosses et les creux.

Selon Boston Dynamics, cité par le site de FoxNews, il peut marcher à plus de 6 km/h, ou alors tout doucement, grimper des pentes à 35 degrés, coucher, inspecter les environs. Il peut transporter « 140 kilos d’équipements ». Y compris, j’imagine, des armes. Un soldat idéal : pas besoin de le nourrir ou de prévoir des temps de repos. Et s’il tue un jour, ce sera froidement.

JACQUES PREVERT.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

JACQUES PREVERT.

Ni dieu ni maître. Mieux d’être.

Rêve + évolution = Révolution.


Le grand, l’hénaurme, le gigantissime, Jacques PREVERT est né le 4 février 1900 à Neuilly. Poète, surréaliste, scénariste et dialoguiste de talent. Il fut avant tout un libertaire qui s’en prit à toutes les valeurs de la société bourgeoise, pourfendant, dans ses textes, le militarisme, le cléricalisme, et la morale hypocrite, mais glorifiant l’esprit de révolte et le culte de la liberté. En 1916, employé dans un grand magasin, il en sera « remercié » pour indiscipline. Il participe ensuite au mouvement surréaliste mais refuse d’adhérer au Parti Communiste et se moquera d’André Breton dans le texte « Mort d’un monsieur ». En 1931, il publie le poème corrosif « Tentative de description d’un dîner de tête à Paris-France ». Membre du groupe Octobre (théâtre ouvrier) il écrit « la bataille de Fontenay », qui sera joué à Moscou. Il est l’auteur de nombreux scénarios pour le cinéma : « L’affaire est dans le sac », « Les enfants du Paradis », (considéré comme l’un des chefs-d’œuvre du cinéma), etc. En 1946, « Paroles » recueil de poèmes est publié, et rencontre un énorme succès, puis « Histoires », consacrent le poète anticonformiste, qui touche les gens par sa simplicité, et la tragi-comédie de ses textes tendres et virulents.

Voici ce qu’en disait Maurice JOYEUX (billet du 29 janvier) à sa mort:

« Prévert qui fut la tendresse, mais une tendresse lucide, nous a quittés !
La critique, y compris celle qui faisait la moue devant son œuvre a beaucoup parlé de lui.
Prévert était un poète libertaire au sens large du mot, son influence sur la génération de l’immédiat après-guerre fut considérable. C’est son souffle qui en partie poussa la jeunesse universitaire sur les barricades du Boulevard St Michel.
L’histoire, cette vieille catin qui une fois qu’ils sont morts aime les poètes qui refusent de marcher dans les clous , poussera Jacques Prévert vers ces sentiers verdoyants que cet ancêtre des écologistes aimait tant.
»

Pour ma part, j’ai fait partie de ces ados qui se baladaient avec « Paroles » en collection poche dans la besace, souvent accompagné d’un opus de Mallarmé ou d’Appolinaire. Un de ces courts textes préfèrés est celui-ci:

« Notre père qui êtes aux cieux, restez y ! Et nous, nous resterons sur terre qui est parfois si jolie. »

Derniere minute qui n’a rien à voir.

Vous vous souvenez du sieur Proglio, EDF-VEOLIA. Et bien c’était promis juré, il ne toucherait pas de double salaire. Seulement voilà, puisqu’il n’est plus désormais salarié mais retraité de Véolia…Il va percevoir une « pension » de 1 million d’euros par an ! Ça vous la coupe hein ! Résultat des courses, il aura donc bien un revenu de 2 millions d’euros par an. Soit, à la louche, 150 fois le Salaire minimum. Ça vous la recoupe non ?

Exercice de style.

Oh, je sais bien ce que vous pensez, lecteurs assidus et néanmoins sans complaisance. La critique est aisée mais l’art est difficile ! A force de vilipender sans vergogne les curés, les patrons, les flics, le CAC 40, les militaires, la critique risque fort de se transformer en criticature. Il faut savoir jusqu’où ne pas aller trop loin. Comme le disait LAO TSEU dans son infinie sagesse: « Si tu marches trop loin à l’Est…C’est l’Ouest ! ». Rien que sur cette dernière citation, le philosophe du dimanche pourrait en faire dix pages. A l’instar des Bouvard et Pécuchet se targuant de savoir un peu de tout sur pas grand chose, je suis de ceux qui ne savent rien sur le grand tout… Aussi, chaque petit billet que je me plais à vous poster, réclame une longue et douloureuse préparation, d’infinies recherches dans les méandres d’internet au risque de se perdre tel Icare sans son fil d’Ariane dans le labyrinthe que ce psychopathe de Dédale avait si brillamment conçu. Vous me voyez ci, errer de page en page, de site en site, à la recherche du diamant vert qui viendra le lendemain orner les colonnes des « Cénobites tranquilles ». Pour votre bon plaisir, oui monsieur, oui madame, je poursuis inlassablement ma quête du Graal. Lancelot de l’entrelacs, Perceval sans retour, Gauvin nouveau, chaque jour me voit à la tache pour alimenter la chronique. Las, la retraite n’est plus ce qu’elle était, levé à matines, couché à complies, l’ermitage de Keramoal ressemble de plus en plus à celui des trappistes, sans la bière éponyme (j’avais envie de le placer celui la).

Allez, poursuivez en paix votre visite de ce blog quotidien et néanmoins journalier, ite, missa est ! Portez vous bien et à demain peut-être.

IL PLEUT SUR BREST…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Aussi étrange que cela puisse paraître, il pleut sur Brest ! Alors pourquoi ne pas en profiter pour écouter une fois encore cette magnifique interprétation de Reggiani du texte de Prévert et pour se redire: « Quelle connerie la guerre ! »

Une autre connerie, c’est la mort. Mano SOLO vient de tirer sa révérence à 46 ans. Il avait la colère de sa mère, Isabelle Monin, fondatrice du magazine « La gueule ouverte » et l’impertinence de son père, le dessinateur Cabu. A propos de sa maladie, il disait dans son dernier album: « J’ai pitié de tous ceux qui ont pitié de moi ». Sur son site www.manosolo.net, sa disparition était ainsi annoncée: « Il ne viendra plus nous invectiver. Il ne viendra plus nous donner tout ce qu’il avait: Son talent, sa force, son élan, sa générosité. »

Bon ben c’est pas gai tout cela dites moi ! Pourtant la journée avait bien commencée, avec l’ami Thierry nous avons sorti deux superbes brochets de leur élément, pour immédiatement les y remettre… Petite virée pêche histoire de s’oxygéner et aussi parceque le soleil nous invitait à sortir. C’est au retour sur Brest que les choses se sont gatées, le soleil tombait en morceau et, ça j’tait l’eau !

Allez, tout cela va s’arranger, portez vous bien et à demain peut-être.