Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “prairial”

Page 1 de 1

Paris s’éveille…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis du matérialisme historique et du cachou Lajaunie réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 20 Mai 2016, premier jour de Prairial dédié à la luzerne. Le mois de prairial était le neuvième mois du cPrairialalendrier républicain français. Il correspondait, à quelques jours près (selon l’année), à la période allant du 20 mai au 18 juin du calendrier grégorien. Il tirait son nom « de la fécondité riante & de la récolte des prairies de mai en juin », selon les termes du rapport présenté à la Convention nationale le 3 brumaire an II (24 octobre 1793) par Fabre d’Églantine, au nom de la « commission chargée de la confection du calendrier ». Quel poète ce Fabre… Et c’est donc le jour de la luzerne, nommée aussi le sainfoin (celui là n’aura pas sa statue à Carnoët) très appréciée par nos amis les bêtes, il parait que c’est plein de protéine et de carotène. Par ailleurs, un ami écolo me demande de préciser que la luzerne déshydratée remplace avantageusement les tourteaux de soja importés et aux origines douteuses (OGM), voila, j’ai fait ma b.a.

Le 20 mai 1968, en France, Le général de Gaulle fustige la « chienlit » , mais la chienlit comptait, en ce jour, plus de six millions de grévistes! Lesla chienlit étudiants des Beaux arts en firent une affiche célèbre. Quarante ans plus tard, mon fiston s’en était inspiré pour illustrer le carton d’invitation à mon pot de départ en retraite… A cette époque, après les usines ce sont les transports publics comme la SNCF et RATP qui ne fonctionnent plus, les magasins sont contraint de fermer leur portes, les poubelles s’amoncellent de façon impressionnante dans les rues, l’essence se fait rare et les gens tentent de retirer leur argent dans les guichets des banques qui ne sont pas encore en grève.

La veille, sur la Croisette, le Festival de Cannes s’est lui-même numérisation chienlit0001sabordé, après les interventions des cinéastes Truffaut, Godard et Lelouch qui proposaient d’occuper le Palais du festival pour y instaurer un forum permanent. Je crois que c’est Thucydide, historien grec, qui disait:  l’histoire est un perpétuel recommencement. A l’époque on cherchait la plage sous les pavés mais c’était pour déboulonner la statue du commandeur, pour renvoyer aux poubelles de l’histoire une vieille droite réactionnaire et conservatrice. Aujourd’hui, les ceusses qui nous gouvernent se disent socialistes (me faites pas rire, j’ai les lèvres gercées). Siné, Reiser, Cabu, Cavanna, Wolinski, Choron, ils ont tous disparu des écrans radar… Ah, madame Michu, qui saura croquer l’infinie vacuité de ce monde où se sont les flics qui manifestent ?

Allez, merci d’être encore là, portez vous bien et à demain peut-être.

Les martyrs de Prairial…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , , ,

Amis des calendes grecques et du far breton (pléonasme) réunis, bonjour !

Nous sommes le dimanche 20 mai 2012 qui correspond au premier jour de Prairial du calendrier républicain. Bon, force est de constater que les dames du calendrier républicain sont plus « gironde » que celles du calendrier Pirelli. En vérité, ce premier Prairial de l’an III restera une date de triste mémoire comme tant d’autres durant cette période agitée. Oyez l’histoire de ceux là que l’histoire désignera comme les derniers Montagnards

Exacerbée par la crise sociale, la famine et le chômage, exaltée par la répression et la persécution menées contre les militants sectionnaires à la suite des journées de germinal an III, une foule de femmes et d’hommes envahit la salle de la Convention le 1er prairial an III (20 mai 1795) et réclame « du pain et la Constitution de l’an I (1793) » jamais appliquée.

Quelques députés de la « Crête », la minorité montagnarde, appuient et organisent les revendications des insurgés. Mais Boissy d’Anglas alors président de la Convention résiste passivement aux injonctions et refuse de signer les décrets que les députés montagnards lui présentent. Finalement, la Convention est délivrée dans la nuit par la garde nationale, et les insurgés se retirent sur des promesses qui ne seront jamais tenues. Quelques jours plus tard la répression judiciaire se met en place, et six des députés montagnards ayant participé à l’insurrection sont arrêtés, expédiés au château du Taureau en baie de Morlaix (photo de gauche) et finalement condamnés à mort. Ces derniers se poignardent au sortir du tribunal : Romme, Goujon et Duquesnoy tombent morts, Bourbotte, Duroy et Soubrany seront achevés par la guillotine. Ce sont les « martyrs de prairial » ici représentés par Ronot presque un siècle plus tard (1882). Alors, le mois prochain, au moment de choisir vos députés, rappelez vous de ce mois de prairial de l’an III.

En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.

 

CRAZY BLUES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

 

Amis de l’ampélosophisme* et du Pessac-Léognan réunis, bonjour !

Puisque aussi bien nous sommes le 26 mai et que ce jour était le 7è de prairial, autant vous le dire tout de suite, il était dédié au fromental encore nommé, l’avoine élevée. Avez vous remarqué comme les dames du temps jadis étaient autrement plus girondes que les échalas qui défilent pour nos grands couturiers ? Celle-ci tient d’une main la faux et de l’autre la colombe…Tout un programme, non !

*L’ampélosophisme est considéré par certains comme un humanisme de bistro et se déclare libertaire, utopique, indépendant des autres courants de pensée philosophiques politiques ou religieux. Il existe un site qui lui est consacré mais je ne suis pas sûr qu’il soit encore en activité.

Et puisque vous êtes les meilleurs lecteurs qu’un blogue n’ai jamais eu, voici pour vous une véritable pépite dénichée sous les plis de la toile (c’est joli ça), le premier disque de blues de l’histoire, gravé en 1920.

 

C‘est Mamie SMITH qui est la chanteuse, elle est née le 26 mai 1883 à Cincinnati, et décèdera en septembre 1946 à Harlem. Très populaire à Harlem dès 1914, elle est engagée par Perry Bradford qui réussi à convaincre la compagnie Okeh de l’enregistrer. Crazy blues, c’est le titre du morceau, obtient un succès considérable dès sa parution. On dit que le disque s’est vendu à 75000 exemplaires la première semaine. Dès lors Mamie entreprend une fructueuse carrière jusqu’en 1931.

Elle défraie bien un peu la chronique par ses liaisons avec avec de grands jazzmen, ce qui ne l’empêche pas d’interpréter une série de films musicaux au début du parlant. Par la suite, drogue et alcool venant elle sombre dans la misère et l’oubli. Ah, la vie est dure madame Michu.

 

Tout à fait autre chose.

J‘ai une pensée émue pour les salariés des Ponts et Chaussées (ça ne doit plus se nommer comme cela) à qui l’on demande de monter les panneaux indiquant la présence des radars puis de les démonter pour finalement les remonter quelques jours plus tard. Cela ressemble à s’y méprendre à un sketche de Raymond Devos. Il faut avouer que la valse hésitation du gouvernement aurait de quoi faire sourire si cela n’en était affligeant. Faire du populisme une politique d’Etat n’est pas chose facile. Il faut bien se garder de fâcher les cabarétiers et leur TVA, ne pas caresser à rebrousse poils les chasseurs, faire les yeux doux aux paysans pollueurs, flatter les constructeurs de bagnoles, rassurer les électeurs du front national, choyer le lobby nucléaire, chouchouter les marchands d’armes sans oublier de ménager les cathos, bichonner les pétroliers, dorloter la maréchaussée, câliner le joueur de loto, et gâter le supporteur du PSG…

Dernière minute.

Après de longues recherches, les cénobites sont enfin en mesure d’en apporter la preuve: Oui, DSK est amateur de pipe !


Allez, portez vous bien et à demain peut-être.