Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Potemkine”

Page 1 de 1

Les escaliers d’Odessa…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, ,

Amis du septième art et de la sole meunière réunis, bonjour ! Nous voicPicasso-bleue-blue-period-buveuse-dabsinthe-150x150i le Samedi 27 juin 2020, hé oui, que le temps passe vite. C’est le 9è jour de messidor dédié à l’absinthe; la fée verte dont le consommateur a souvent été représenté; ici à droite par Picasso lui même durant sa période bleue. et c’est le moment ou jamais de souhaiter un bon anniversaire à Stéphanie, éminente collègue de la blogosphère qui atteint l’âge canonique de…Naan, j’déconne! Sinon, vous pouvez toujours célébrer les Fernand ou encore Maelvon qui fut évêque d’Aleth (Saint-Malo) mais, bon, il y a prescription.

Le 27 juin 1905, une mutinerie éclate à bord du Potemkine, le principal cuirassé de la flotte de guerre russe. Il devait son nom à un dignitaire potemkinetrès proche de la grande Catherine qui finit sa carrière comme généralissime des armées russes. C’est lui qui inventa les villages en carton, pour satisfaire la Tsarine au cours de son fameux voyage dans le midi de l’Empire (1787). Tout le long du Dniepr, pays aride et inhabité, des villas et des jardins furent installés afin de charmer les yeux de l’auguste visiteuse. Des masses populaires furent amenées des coins les plus éloignés de l’empire, des troupes furent échelonnées le long de la route avec mission d’acclamer la souveraine et d’exprimer l’enthousiasme des peuples nouvellement conquis.

Mais revenons à notre cuirassé. Le drame survient à Odessa, sur la mer Noire. Un marin est tué par un officier pour s’être plaint de la viande avariée. Aussitôt, l’équipage se soulève à l’instigation d’un meneur révolutionnaire, Afanasy Matiouchenko. Tandis que huit officiers rejoignent les mutins, le commandant et plusieurs autres officiers sont tués et jetés la mer. C’est que, depuis la défaite de Tsushima, un mois plus tôt, face à la flotte japonaise, les officiers de la marine tsariste ont le plus grand mal à se faire respecter par leurs hommes. Les marins du Potemkinles-escalierse s’emparent du navire et hissent les drapeaux rouge et noir de la révolution. Deux autres navires se joignent à la sédition. Le surlendemain, l’insurrection s’étend au port d’Odessa et à d’autres ports de l’Empire. L’état de siège est déclaré et la répression fera plusieurs centaines de morts. Après une longue errance dans la mer Noire, la plupart des mutins finiront par obtenir l’asile politique en Roumanie, dans le port de Constantza. La mutinerie s’inscrit dans la série de troubles sociaux, politiques et militaires, qui empoisonnent le régime tsariste en cette année 1905. Sa célébrité vient surtout du film qu’en tirera le réalisateur soviétique Serge Eisenstein en 1925 : «Le cuirassé Potemkine». Chacun se souvient de la scène du landau qui dévale les marches du fameux escalier d’Odessa, un travelling de six minutes. Cette scène mythique a été reprise aussi bien par Brian de Palma dans les incorruptibles que par Terry Gilliam dans Brazil.

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

L’ILLUSIONNISTE…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

,

Amis de la marche à pied et du bœuf Stroganov réunis, bonjour !

Nous sommes le samedi 04 février, 16è jour de pluviôse, dénommé « jour du buis » dans le calendrier républicain.

Chacun se souvient du Potemkine, le principal cuirassé de la flotte de guerre russe. Il devait son nom à un dignitaire russe très proche de la grande Catherine qui finit sa carrière comme généralissime des armées russes. C’est lui qui inventa les villages en carton, pour satisfaire la Tsarine au cours de son fameux voyage dans le midi de l’Empire (1787). Tout le long du Dniepr, pays aride et inhabité, des villas et des jardins furent installés afin de charmer les yeux de l’auguste visiteuse. Des masses populaires furent amenées des coins les plus éloignés de l’empire, des troupes furent échelonnées le long de la route avec mission d’acclamer la souveraine et d’exprimer l’enthousiasme des peuples nouvellement conquis.Aujourd’hui, chez nous, quand Nicolas 1er se déplace, c’est un peu la même chose…Il n’y a que des gens qui l’applaudissent et qui ne sont pas plus grand que lui.

Si l’on en croit Europe N°1, le cortège présidentiel, en visite à Mennecy sur un chantier, aurait une fois encore, organisé le décor en faisant venir des « figurants » : « Les ouvriers et les faux ouvriers auraient été même priés de faire semblant de travailler devant la presse. Une consigne donnée, alors qu’à cause de la température glaciale ce jour, il leur était pourtant interdit de travailler. Aucun n’aurait dû se rendre sur le chantier. D’ailleurs, dès la fin de la visite, tous les ouvriers sont rentrés chez eux. » La grande Catherine, le p’tit Sarko, deux aspects d’une même et pitoyable farce, celle du pouvoir.

Sources de l’illustration :Bedrich Fritta, Les magasins de Theresienstadt (le village Potemkine). Plume, pinceau et encre de Chine sur papier.

Un jour il faudra que je vous fasse le portrait de cet illustrateur, mort à Auschwitz en novembre 1944 après trois ans de détention à Theresienstadt, où mourut sa femme Hensi. Ce camp « modèle » comprenait un département de dessin (Zeichnenstube) que Fritta anima, un orchestre et autres activités culturelles. Un film de propagande y fut tourné, idyllique, afin de tromper les inspecteurs de la Croix Rouge qui se laissèrent berner bien facilement. Les électeurs se laisseront ils abuser une nouvelle fois par cette politique en trompe l’oeil; j’aimerai dire que non…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

AU HASARD DES 05 MAI…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , ,


Quelques
05 mai au hasard.


05-05-1789
: Ouverture des États généraux dans la salle des Menus Plaisirs à
Versailles, ce sont les premiers depuis ceux réunis en 1614 par
Marie de Médicis, régente du royaume. Vous connaissez la suite
jusqu’au fameux 14  juillet…On en parle encore !


05-05-1818
: Naissance de Karl Marx. Le bébé joufflu allait devenir un vieux
barbu dont les analyses allaient transformer la façon de voir le
monde.


05-05-1821
: Mort de Napoléon Ier, âgé de cinquante et un ans. A 5 heures 49,
au moment précis où tonne le canon de la garnison anglaise de
Sainte-Hélène, Napoléon Ier rend  »
à
Dieu le plus puissant souffle de vie qui jamais anima l’argile
humaine
« , selon
Chateaubriand. Il fallait toujours qu’il en rajoute…C’est ça en
fait, le romantisme.

05-05-1926
: Première projection en Allemagne du film « 
Le
Cuirassé Potemkine
« 
d’Eisenstein. Et la poussette qui dévale l’escalier…Mille fois
imité, jamais égalé. C’est le seul point commun avec la Suze
!


05-05-1936
: Victoire du Front populaire aux élections. Ah, les congés payés,
les bains de mer, le départ en tandem, la semaine de quarante
heures. Et « ils » voudraient nous reprendre tout ça
!


05-05-1949
: Création du Conseil de l’Europe. Voici ce que déclarait Robert
Schuman le 5 mai à Londres: «
Aujourd’hui,
nous jetons les fondations d’une coopération spirituelle et
politique, de laquelle naîtra l’esprit européen, principe d’une
vaste et durable union supranationale. »
Pas
mal, hein !

05-05-1955
: La RFA devient un État souverain. Le monde acceptait le mur de la
honte comme aujourd’hui il accepte celui de Gaza…L’histoire bégaie.


05-05-1981
: Mort en prison du militant indépendantiste irlandais Bobby Sands, après 66
jours de grève de la faim. Voir mon billet du 1er mars.


05-05-1988
: Les otages français du Liban sont libérés. Marcel Carton, Marcel
Fontaine et Jean-Paul Kaufmann arrivent à l’aéroport de
Villacoublay. Après trois ans de captivité, ils rentrent à la
maison accueillis par un corse: Charles Pasqua (tiens !)

05-05-1992
: Furiani, Bastia. Une tribune s’écroule lors d’un match de
football. Un premier bilan fait état de 8 morts et de 100 blessés
graves. Pour une fois ce ne sont pas les encagoulés qui sont
responsables.


05-05-2010
:

…………………………….

Et puis, le 5 mai c’est aussi la St Judith. On dit que la sainte Judith voit pinson au nid ! Alors bonne fête, elle se reconnaîtra.

Il y a quelques jours, je vous parlais de Jean Vigo. Et bien, le prix qui porte son nom vient d’être décerné à la jeune réalisatrice finistérienne Katell Quillévéré pour « Un poison violent » avec Lio et Michel Galabru. Le film sera présent en compétition à Cannes dans la quinzaine des réalisateurs. De prestigieux ainés ont inscrits leur nom au palmarès de ce prix: Pialat, Godard…C’est en règle générale un gage de qualité et d’indépendance d’esprit. Sortie prévue au mois d’aout.

Pour ma part, je ne vais pas attendre le mois d’aout pour sortir car, comme disait mon aïeule: « il faut qu’je fait les commissions ». Allez, c’est vraiment gentil à vous de consacrer quelques minutes de votre précieux temps à ce détour par « les cénobites tranquilles ». Cette semaine et grâce à vous nous allons franchir la barre des 4000 visiteurs; merci encore de votre fidélité et de votre indulgence à l’égard de l’auteur. Portez vous bien et à demain peut-être.