Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “point-virgule”

Page 1 de 1

Le Grevisse de la fin…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la mémoire en chantant et de la cotriade réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendre300px-StJudicaeldi 11 octobre 2019, 20è jour de Vendémiaire dédié au pressoir. En Bretagne, on fête (ou pas) les Gwinien qui n’était autre que le frère du roi de Bretagne Judikael, septième siècle. Il était le fils aîné de Judael et régna à la suite de son frère Haeloc; puis il devint moine après avoir renoncé à la couronne.

Mon secrétariat me fait remarquer que de nos jours, le point-virgule n’est plus (ou presque) employé en français. Et pourtant: C’est pour « disséquer les phrases » que le point-virgule devient le roi de la ponctuation moyenne. On en use et on en abuse au XIXe siècle; particulièrement dans les textes officiels. Le point-virgule marque une pause de moyenne durée. Il se place, en principe, entre des propositions indépendantes mais reliées par une même action et faisant partie d’une même idée. Ceci dit, l’emploi du point-virgule se rapproche souvent de celui d’une grevissesimple virgule. Tout est affaire de sensibilité, certains auteurs pensent même que c’est un signe superflu. Que nenni ! Pour ma part, peut-être à cause de mon amour immodéré pour le jazz, j’entends continuer à utiliser ce signe qui apporte du rythme à la phrase. La virgule, outre son emploi scatophile dans les édicules publics, est trop sage; Grabrielle Marquet disait: «la virgule m’est très familière; je l’aime; elle est aux mots; au cœur d’une phrase, comme un écrin…» Le point quand à lui se fait brutal; imaginez un point dans la figure de style! Comme le dit Danielle Sallenave (de l’Académie française) le point donne au récit un ton d’énumération laconique et brutale qui ne convient pas à un propos fait de distance et d’ironie légère; et elle poursuit en disant: «Le point-virgule non seulement convient, mais il est indispensable. Il laisse à la phrase le temps de s’épanouir, il évite de rompre l’unité de la pensée par la multiplication des phrases courtes.» Le point-virgule lui, est plein de créativité, de souplesse, il ouvre une porte sur l’imagination. Jamais Proust n’aurait pu écrire des phrases longues comme des jours sans pain sans l’utilisation du point-virgule. Dans son Traité de la ponctuation française, Jacques Drillon écrit : « Le point-virgule atteste un plaisir de penser. » Epatant, non !

Allez, voila pour l’humeur du jour. Le bonjour vous va, portez vous bien et à bientôt peut-être.