Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Ploaré”

Page 1 de 1

En avant la musique…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , , , ,

Amis de la métaphore et du Sèvre et Maine réunis, bonjour ! Nous sommes le vendredi 09 août 2013, autant dire que les jours DownloadedFileraccourcissent, celui ci correspond au 22 de thermidor et était dédié au câprier. C‘est cet arbuste méditerranéen dont les boutons floraux, confits dans le vinaigre, donnent les fameuses câpres. En Crête, les feuilles du câprier commun sont utilisées en salade. Par ailleurs, les racines et l’écorce trouvent leur utilité dans la pharmacopée naturelle. On dit que ses grandes et belles fleurs très odorantes ne vivent qu’une seule journée. Avant de préparer votre tartare soyez vigilant, les vraies câpres sont vendues sous l’appellation « câpres surfines » sinon, il s’agit souvent de boutons de capucine préparés de la même façon mais beaucoup moins chers évidemment.

Tout à fait autre chose.

En Bretagne, le 9 août on fête les Herlé, nom d’un petit saint de seconde catégorie qui a laissé son nom à la commune de Ploaré (plo Erlé) dans le Finistère. C’est d’ailleurs, à ma connaissance, la seuleimages trace que l’on trouve de ce saint. Il semble bien que son culte n’ait jamais dépassé les frontières de cette commune. A tel point qu’il est tout à fait possible que l’origine du nom soit Ploelré, mentionné dès le XIVè. Il existe une terre d’Alré dans le Devonshire et Alré en Somerset et de plus, Auray en breton se dit Alré. Quimperlé par exemple n’a rien à y voir et vient de Kemper (confluent) et Ellé, une des rivières qui traversent la ville. La commune de Ploaré est considérée comme le berceau rural de Douarnenez. C’est ici que s’est éteint l’illustre médecin René-Hyacinthe Laënnec, en son manoir de Kerlouarnec, en août 1826. Les deux paroisses ne forment plus qu’une seule et même commune depuis l’après guerre. Herlé est représenté en diacre portant la dalmatique dans l’église paroissiale, un livre dans une main et la palme du martyre dans l’autre.

Mais, Herlé évoque pour moi l’harmonie municipale qui portait son nom, on disait « la Cipale ». C’est elle qui ouvrait le défilé le jour de la fête des écoles (laïques évidemment). Elle était dirigée par François 67202787_pCuadrat puis par son fils Fernando, famille de réfugiés républicains espagnols qui trouvèrent asile en terre bretonne. J’en ai retrouvé une photo amusante où l’on voit sous le porche de l’église de Ploaré, les retrouvailles d’un républicain espagnol et d’un représentant de la sainte église. Alleluhia !!! Aujourd’hui, la fanfare de Douarnenez  s’est beaucoup délurée et elle se nomme « à bout de souffle »: On la voit ici filmée aux Fanfaronnades de Trentemoult (en Rezé).

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

 

Bon, je vous l’ai déjà dit, l’été je paresse un peu alors que durant le reste de l’année, je fainéante beaucoup. Du coup je m’autorise à remettre en ligne des billets déjà parus et quelque peu modifiés, c’est le cas de celui-ci. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

EN AVANT LA MUSIQUE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

 

Amis de la métaphore et du Sèvre et Maine réunis, bonjour !

Nous sommes le 09 août 2011, autant dire que les jours raccourcissent, celui ci correspond au 22 de thermidor et était dédié au câprier.

C‘est cet arbuste méditerranéen dont les boutons floraux, confits dans le vinaigre, donnent les fameuses câpres. En Crête, les feuilles du câprier commun sont utilisées en salade. Par ailleurs, les racines et l’écorce trouvent leur utilité dans la pharmacopée naturelle. On dit que ses grandes et belles fleurs très odorantes ne vivent qu’une seule journée. Avant de préparer votre tartare soyez vigilant, les vraies câpres sont vendues sous l’appellation « câpres surfines » sinon, il s’agit souvent de boutons de capucine préparés de la même façon mais beaucoup moins chers évidemment.

 

En Bretagne, le 9 août on fête les Herlé, nom d’un petit saint de seconde catégorie qui a laissé son nom à la commune de Ploaré (plo Erlé) dans le Finistère. C’est d’ailleurs, à ma connaissance, la seule trace que l’on trouve de ce saint. Quimperlé par exemple n’a rien à y voir et vient de Kemper (confluent) et Ellé, une des rivières qui traversent la ville. La commune de Ploaré est considérée comme le berceau rural de Douarnenez. Les deux ne forment plus qu’une seule et même commune depuis l’après guerre. Herlé est représenté en diacre portant la dalmatique dans l’église paroissiale, un livre dans une main et la palme du martyre dans l’autre. Mais, Herlé évoque pour moi l’harmonie municipale qui portait son nom, on disait « la Cipale ». Elle était dirigée par François Cuadrat puis par son fils Fernando, famille de réfugiés républicains espagnols qui trouvèrent asile en terre bretonne. J’en ai retrouvé une photo amusante où l’on voit sous le porche de l’église de Ploaré, les retrouvailles d’un républicain espagnol et d’un représentant de la sainte église. Alleluhia !!!

 

Tout à fait autre chose.

Les États-unis ne produisent pas que des va-t-en-guerre et, pendant que Obama prépare une intervention militaire en Somalie, il y a des chercheurs qui méritent qu’on leur prête une oreille attentive :

L’avertissement que la NASA vient d’émettre est très rare. Il y aura une immense tempête dans l’espace comme on en voit une seule fois dans une vie. Quelque part en 2013, le soleil va se réveiller d’un profond sommeil et provoquer des dégâts au moins équivalent à vingt fois ce qu’a produit l’ouragan Katrina d’un point de vue économique. L’agence spatiale américaine averti que cette super tempête solaire va endommager dramatiquement les systèmes de services d’urgence, les équipements hospitaliers, les systèmes bancaires et les dispositifs de contrôle aérien, sans oublier les archives des ordinateurs domestiques. Si les gouvernements ne prennent pas des mesures dans les mois qui viendront, les scientifiques américains annoncent des dégâts irréversibles et la paralysie de l’ensemble de tous les systèmes fonctionnant à partir de l’informatique.
Aveu du Dr Richard Fisher à un journaliste qui l’a interviewé pour le Daily Telegraph : « Nous savons que cela va se produire avec certitude, mais nous ignorons quelles en seront toutes les conséquences ». Le Dr Richard Fisher est directeur de la division héliophysique à la NASA. Il a expliqué que cela s’était déjà produit à une époque où notre monde n’était absolument pas dépendant du télégraphe. A notre époque, c’est différent ! « Le problème aujourd’hui est que toute notre société moderne est totalement dépendante de l’électronique, des téléphones mobiles et des satellites… »

 

Je ne suis pas certain que ce blog soit encore en activité mais, en attendant, portez vous bien et à demain peut-être.