Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Pivot”

Page 1 de 1

I’M UN IMMENSE PROVOCATEUR…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la provocation et du p’tit salé aux lentilles réunis, bonjour !

Depuis un moment je cherchais l’occasion de dire quelques mots à propos de Marc-Edouard NABE, cet immense et talentueux provocateur. sa biographie nous apprend qu’il est né un 27 décembre, donc…
Marc-Édouard Nabe, né sous le nom d’Alain Zannini en 1958 à Marseille, est le fils du musicien de jazz gréco-turco-italien Marcel Zannini. Il grandit dans un quartier populaire de Marseille. En 1969, sa famille s’installe en région parisienne. Peu de temps après, la chanson Tu veux ou tu veux pas apporte le succès à Marcel Zanini (pour son nom de scène, il a supprimé un « n »). Par l’intermédiaire de son père, il côtoie aussi dès sa jeunesse de grands musiciens de jazz, mais également des peintres, SINE et les journalistes et dessinateurs d’Hara-Kiri et de Charlie-Hebdo.

Son premier livre, Au Régal des vermines, est publié en 1985 chez Bernard Barrault. Dans le milieu littéraire français, cette œuvre reçoit un accueil contrasté, c’est le moins qu’on puisse dire. En effet, le livre crée une polémique et, à la suite de l’émission de Bernard Pivot « Apostrophes » à laquelle Nabe avait été invité, Georges-Marc Bennamou s’introduit sur le plateau et assène plusieurs coups de poing au visage de l’écrivain. Vous aurez compris qu’il est victime du fameux procès en sorcellerie réservé à ceux que les Sionistes traitent d’antisémites au motif qu’ils critiquent la politique de l’Etat d’Israël. Procès dont fut victime SINE quelques années plus tard.

Il publie ensuite un nouveau journal La Vérité, pour lequel le terroriste Carlos écrit des éditoriaux depuis sa cellule. Les articles de la Vérité sont repris en volume dans J’enfonce le clou. En 2003, après avoir lancé un appel aux artistes français à le rejoindre, Nabe part à Bagdad pour protester contre la guerre qui commence. À l’issue de ce voyage, il écrit Printemps de feu, qui sera très mal reçu en France par certains critiques, mais salué par d’autres. (Ici à gauche avec son père et Freddy Green.)

Bientôt il annonce son intention de mettre un terme à sa carrière d’écrivain. En septembre 2009, Nabe apparaît aux côtés de Vuillemin dans le documentaire Choron, dernière de Pierre Carles, pour évoquer ses souvenirs sur le personnage ainsi que donner son avis sur le changement de ligne éditoriale de Charlie-hebdo depuis l’arrivée à sa tête de Philippe Val. En janvier 2010 paraît L’Homme qui arrêta d’écrire, le premier livre de Nabe en auto-édition. Vous pouvez retrouver tout ce qu’il faut savoir sur Nabe ICI.

On aime, on n’aime pas mais, de Voltaire à Jean-edern Hallier en passant par Siné ces polémistes de talent m’ont toujours fasciné par leur capacité à mettre les pieds dans le plat du politiquement correct.

Allez, soyez remercié pour avoir consacré un peu de votre précieux temps (si,si…) à visiter les « cénobites tranquilles » qui s’approchent gentiment de leur 500è billet. Portez vous bien et à demain peut-être.