Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “piano”

Page 1 de 1

La chaise et le piano…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

,

Amis des béatitudes et du maquereau vin blanc réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 25 septembre 2020, quatrième jour de Vendémiaire dédié au Colchique. Son nom viendrait de Colchide où résidait Médée la colchique-d-automne-visoflora-18420magicienne. C’est le royaume d’Aetès et de Circée et la destination des argonautes à la recherche de la toison d’or. Cela correspond à quelque chose près à la Géorgie actuelle. Cette plante qui peut s’avérer extrêmement toxique est aussi connue sous le nom de « Safran bâtard ». Apollinaire ne s’y est pas trompé en l’introduisant dans un de ses poèmes paru au début du siècle dernier dans Alcools.

Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant
Lentement s’empoisonnent
Le colchique couleur de cerne et de lilas
Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là
Violâtres comme leur cerne et comme cet automne
Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne

Tout à fait autre chose.

S‘il ne nous avait quitté prématurément le pianiste Glenn Gould aurait eu 88 ans aujourd’hui. Drôle de personnage, Il se penchait très en la chaise et le pianoavant vers son clavier, le visage au niveau des touches. Cela tenait à l’utilisation d’une, seule et unique, chaise pliante dont il avait scié les pieds, et qui était ainsi bien plus basse qu’une banquette de piano. Cette chaise l’accompagnera sa vie durant. Même lorsque celle-ci fut dans un état de délabrement total (la chaise, pas sa vie), il l’emporta partout où il devait jouer; la rafistolant comme il put, pendant près de 30 ans Devenus les symboles de Glenn Gould, la chaise et le piano sont conservés et exposés de manière permanente depuis juin 2012 au Centre national des Arts d’Ottawa. Oyez la fameuse marche turque:

La sonde américaine Voyager 1 lancée il y a 43 ans et qui depuis, a quitté le système solaire, contient un disque sur lequel est enregistrée une fugue de J.S. Bach interprétée par Glenn Gould; les petits hommes verts n’ont qu’à bien se tenir. Si l’on en croit le psychiatre  Peter Ostwald, Glenn Gould aurait été sujet d’une forme d’autisme dénomméeGould statue le syndrome d’Asperger . Plusieurs points étayeraient cette thèse : La disproportion des sens : hypersensibilité de l’ouïe, de la vue et du toucher. Routines vestimentaire, alimentaire et répétition de codes, de rituels tout au long de sa vie.  Par exemple, il trempait toujours ses bras dans l’eau très chaude avant un concert, et refusait l’idée même de se séparer de sa chaise pliante sciée. Il mangeait le même repas (œuf brouillé, pain grillé, salade et biscuit) chaque jour. Au 250 Front Street Ouest – Toronto – devant les locaux de CBC Radio-Canada, où se trouvent aussi le Musée, vous pouvez vous asseoir quelques instants en compagnie de Glenn Gould.

Allez, merci d’avoir consacré un peu de votre temps à consulter ce modeste blogue. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

RIP Marian McPartland…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis du romantisme et du tournedos Rossini réunis, bonjour ! Et bien voilà, je n’ai pas vu le temps passer et nous sommes le vendredi 23 août 2013, 6è jour de fructidor dédié à la tubéreuse. En Italie, on interdisait aux jeunes filles de se promener le soir dans les jardins où poussait la tubéreuse, car elles n’auraient pas su résister aux jeunes gens, eux-mêmes grisés par son parfum érotique. Quel dommage !

Nous apprenons la disparition d’une véritable légende du jazz, Marian McPartland à l’âge de 95 ans et après une carrière de soixante ans.  D’origine anglaise, Marian Mc Partland, qui est aussi connue pour avoir animé pendant trente ans son émission article_Marian_McPartland-1«Piano Jazz» sur une radio populaire américaine, National Public Radio (NPR), est morte mardi soir dans sa maison de Long Island, à New York, a indiqué Concord Music Group. Epouse divorcée puis remariée du musicien Jimmy McPartland, elle a enregistré plus de cinquante albums et a été récompensée par de nombreux prix.

Dans son émission de radio, elle a interviewé pratiquement tous les majors du jazz de l’après Seconde guerre mondiale, selon NPR. Elle a raconté à la radio en 2005 que sa passion pour la musique avait commencé très tôt, quand elle était petite, après avoir entendu sa mère jouer du piano. «A partir de ce moment, je ne me rappelle pas quand je n’ai pas joué du piano, j’en jouais jour et nuit, partout où je me trouvais», a-t-elle dit. «Chez ma tante, au jardin d’enfant, partout où il y avait un piano, j’en jouais», a raconté la pianiste, qui est décédée d’un arrêt cardiaque.

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.