Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “phormium”

Page 1 de 1

LE BLUES DU DENTISTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de l’orthodontie et du clou de girofle réunis, bonjour !

Nous voici dimanche, sous le soleil de juin, et je suis cloué hors du lit par une rage de dents à vous cogner la tête contre les murs. Je n’envisage même pas de sortir, c’est une vraie rage dedans… Inutile de vous dire que je hais les dentistes et tous leurs instruments de torture.
A chaque fois que l’occasion m’a été donnée d’en rencontrer un, je croyais reconnaître en lui la réincarnation de Mengelé. Déjà tout jeune, je m’étais enfui d’un cabinet après avoir salement savaté le tortionnaire. De retour à la maison, je portais encore la bavette autour du cou. Depuis ce traumatisme primal, je les fuis comme la peste et le choléra réunis. Résultat des courses, mon système masticatoire crie grâce et une petite voix intérieure me rappelle qu’en la matière, la procrastination est forcément la mauvaise solution.
L‘overdose de paracétamol n’étant sûrement pas plus recommandable, je me tourne vers le pur malt, si possible 18 ans d’âge. Bon, évidemment c’est un peu hors de prix pour un petit retraité mais, il y a des choix douloureux qu’il faut assumer, n’est-il pas ? C’est donc dans la douleur que j’accouche de ce 292è billet alors que hier soir, dans l’indifférence générale, le 5 000è visiteur a franchi les portes des « cénobites tranquilles » me laissant gros-jean comme devant et groggy comme johnny. Pas même une petite boite de chocolat à lui offrir, un souvenir, un petit rien, une médaille, un certificat que sais-je…


Mes pensées vont vers toi, visiteur (teuse) inconnu(e) qui a bravé les multiples obstacles de la navigation sur internet pour échouer in fine sur cet ilot de résistance, d’humeur et d’humour qu’est votre blog favori.

Tout à fait autre chose.

Le mystère de la fleur exotique dont je vous parlais hier est désormais résolu. En vérité, il s’agit d’un Phormium, ça ne s’invente pas, et voici la bête telle qu’elle se présente à nos yeux ébahis.

Ah que la nature est belle, comment peut-on laisser une bande de pétroliers, semenciers et autres bachibouzouks la mettre en péril pour quelques dollars de plus… En tous cas, si je garde une dent, ce sera contre ces gens là.

Allez, avec votre permission, je vais m’arrêter là. Portez vous vous mieux que moi et à demain peut-être.