Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Paul Robin”

Page 1 de 1

Skol al louarn…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

, , , ,

Amis de l’école buissonnière* et du thé au jasmin réunis, bonjour !

Nous sommes le mardi 03 avril, 14è jour de germinal dédié au Hêtre et ce matin c’est un peu frisquet.

J’évoque souvent ici les pédagogues qui ont marqué l’histoire de l’éducation de leur empreinte. Ferrer, Freinet, Sébastien Faure mais aussi, Paul Robin, injustement oublié.

*Skol al louarn en breton

Le 3 avril 1837, naissance de Paul ROBIN à Toulon (Var).

Pédagogue anarchiste, il participe à la première internationale en Belgique, avant d’être expulsé de ce pays en 1869. Il se réfugie alors en Suisse où il se lie avec Michel Bakounine. Après 10 années passées à Londres, il prend, en 1880, la direction de l’Orphelinat Prévost à Cempuis (Oise). Il y insuffle toute son énergie et met en pratique une pédagogie libertaire tout à fait originale. Fonctionnant comme un internat, plus de 600 enfants y séjournèrent entre 1880 et 1894. L’enseignement y était basé sur l’observation, le développement du sens artistique de l’enfant et la prise en compte de ses désirs. Education physique, manuelle et intellectuelle ; il existait 19 ateliers différents qui donnaient à chacun une formation complète d’un métier (de la boulangerie à l’imprimerie, en passant par la photographie ou la maçonnerie). Ces ateliers procuraient également à l’école une certaine autonomie financière. La mixité était de règle, les enfants étaient emmenés pour deux mois au bord de la mer, chaque été, etc. Mais les attaques répétées contre cette école libertaire finiront par avoir raison d’elle. Paul Robin est révoqué le 31 août 1894.

Cette éducation, qui veut donner aux enfants des classes défavorisées le moyen d’accéder à l’éducation, se caractérise, outre son athéisme et son internationalisme, par le souci de développer harmonieusement l’individu dans sa globalité, tant sur le plan physique qu’intellectuel ou moral. Un autre aspect très novateur de l’œuvre que Robin accomplit à Cempuis, est la « co-éducation des sexes » qui éduque filles et garçons côte à côte, comme dans les familles naturelles.
Fatigué et usé par la vie, il se suicidera le 1er septembre 1912.
Cempuis aura une grande influence sur deux autres pédagogues libertaires : Francisco Ferrer et Sébastien Faure. Il disait : « La science officielle de l’éducation ne trouve rien de mieux à faire des jeunes adolescents que de les enfermer : les privilégiés au collège, les vulgaires à l’atelier, les parias en prison ». ici à droite, une vue de la fanfare de l’école de Cempuis.
« Laissez l’enfant faire lui-même ses découvertes, attendez ses questions, répondez-y sobrement, avec réserve, pour que son esprit continue ses propres efforts, gardez-vous par-dessus tout de lui imposer des idées toutes faites, banales, transmises par la routine irréfléchie et abrutissante. »

Sources: L’excellent bouquin de Nathalie Bremant ‘Cempuis une expérience d’éducation libertaire à l’époque de Jules Ferry » – C’est aux editions du Monde Libertaire – Le non moins excellent blog « La feuille Charbinoise » mais aussi l’incontournable Ephéméride anarchiste. On croit rêver! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.


 

Le 3 avril 1837, naissance de Paul ROBIN à Toulon (Var). Pédagogue anarchiste injustement oublié. Il participe à la première internationale en Belgique, avant d’être expulsé de ce pays en 1869. Il se réfugie alors en Suisse où il se lie avec Michel Bakounine. Après 10 années passées à Londres, il prend, en 1880, la direction de l’Orphelinat Prévost à Cempuis (Oise). Il y insuffle toute son énergie et met en pratique une pédagogie libertaire tout à fait originale. A Cempuis, Paul Robin va mettre en œuvre un certain nombre de principes qui sont pour lui fondamentaux, notamment celui de l’éducation intégrale ; « Tout enfant a droit de devenir en même temps un travailleur des bras et un travailleur de la tête ». L’école communale a pour objectif de donner une formation générale ; la formation à un métier particulier ne doit intervenir qu’après cette initiation globale. L’apprentissage doit reposer en priorité sur l’observation :« Laissez l’enfant faire lui-même ses découvertes, attendez ses questions, répondez-y sobrement, avec réserve, pour que son esprit continue ses propres efforts, gardez-vous par-dessus tout de lui imposer des idées toutes faites, banales, transmises par la routine irréfléchie et abrutissante ».

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , ,

L’HOMME DU JOUR.

Le 3 avril 1837, naissance de Paul ROBIN à Toulon (Var). Pédagogue anarchiste injustement oublié. Il participe à la première internationale en Belgique, avant d’être expulsé de ce pays en 1869. Il se réfugie alors en Suisse où il se lie avec Michel Bakounine. Après 10 années passées à Londres, il prend, en 1880, la direction de l’Orphelinat Prévost à Cempuis (Oise). Il y insuffle toute son énergie et met en pratique une pédagogie libertaire tout à fait originale. A Cempuis, Paul Robin va mettre en œuvre un certain nombre de principes qui sont pour lui fondamentaux, notamment celui de l’éducation intégrale ; « Tout enfant a droit de devenir en même temps un travailleur des bras et un travailleur de la tête ». L’école communale a pour objectif de donner une formation générale ; la formation à un métier particulier ne doit intervenir qu’après cette initiation globale. L’apprentissage doit reposer en priorité sur l’observation :« Laissez l’enfant faire lui-même ses découvertes, attendez ses questions, répondez-y sobrement, avec réserve, pour que son esprit continue ses propres efforts, gardez-vous par-dessus tout de lui imposer des idées toutes faites, banales, transmises par la routine irréfléchie et abrutissante ».

Fonctionnant comme un internat, plus de 600 enfants y séjournèrent entre 1880 et 1894. L’enseignement y était basé sur l’observation, le développement du sens artistique de l’enfant et la prise en compte de ses désirs. Education physique, manuelle et intellectuelle ; il existait 19 ateliers différents qui donnaient à chacun une formation complète d’un métier (de la boulangerie à l’imprimerie, en passant par la photographie ou la maçonnerie). Ces ateliers procuraient également à l’école une certaine autonomie financière. La mixité était de règle, les enfants étaient emmenés pour deux mois au bord de la mer, chaque été, etc. Mais les attaques répétées contre cette école libertaire finiront par avoir raison d’elle. Paul Robin est révoqué le 31 août 1894. Il prend alors une part très active au combat néo-malthusien, que rejoindra un temps Eugène Humbert.
Fatigué et usé par la vie, il se suicidera le 1er septembre 1912.
Cempuis aura une grande influence sur deux autres pédagogues libertaires : Francisco Ferrer et Sébastien Faure, on peut supposer que Célestin Freinet y a été sensible.

Sources:L’excellent bouquin de Nathalie BREMANT « Cempuis, une expérience d’éducation libertaire à l’époque de Jules Ferry » c’est aux éditions du Monde libertaire.Le blog « La feuille Charbinoise » et, l’éphéméride anarchiste.

Vive le Sauvignon.
Pour les amateurs, un blog à suivre:
Miss Glouglou. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les Pinots, muscadelles et autres Merlots. Je l’ai rajouté à la liste des liens, colonne de droite, là où vous pouvez voter pour ce blog, si le coeur vous en dit…

Bravo Annie qui a reconnu le muscaris bleu sur la photo.

Puisque c’est bientôt la « Tro bro Léon« , fameuse course cycliste que les amateurs appellent le Paris-Roubaix Breton, un mot sur Lannilis. Découverte du restaurant « Les oliviers »: Lui il vient du Sud (Montpellier) et est aux fourneaux, elle, est pure léonarde et règne sur la salle. Cuisine simple et raffinée à base de produits frais. Par exemple une sole pêchée la veille par un marin de Portsall et accompagnée de légumes anciens dont le restaurant s’est fait une spécialité. On y trouve aussi bien de la vitelotte que du rutabaga, des purple haze (fameuse carottes violettes ici en photo) et des panais bien sûr. En entrée, un foie gras fumé maison ou des filets de cailles aux asperges sur un croustillant… A découvrir sur: lesoliviers-restaurant.over-blog.com Bien entendu, j’entends déja les commentaires: » D’accord mais, il faut déja une bonne raison pour aller à Lannilis… » Et bien justement, profitez du Tro bro Léon et découvrez les ribinous du côté de l’aber Benoist; après cela, vous n’êtes plus très loin de Keramoal.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.


NELLY ROUSSEL.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Autant vous le dire tout de suite, on s’est régalé avec le « baeckoffe » d’autant qu’il était précédé d’un Gewurztraminer vendange tardive et accompagné d’un Pinot noir, tous deux de chez Ziegler à Orschwihr. Tiens, à propos de Ziegler, avec l’ami Paul on a évoqué la figure de Jean ZIEGLER, membre du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Jean Ziegler, dans son livre « La haine de l’Occident », un saisissant réquisitoire contre « l’ordre meurtrier de l’Occident », contre son arrogance et son déni de justice à l’égard des pays du Sud, c’est à dire des trois quarts de la population mondiale. Il montre que la mémoire collective des peuples affamés, pillés, assassinés, est une force historique qui peut changer le monde. « Après un enfouissement des traumatismes par les sociétés qui ont subi un choc…nous vivons le temps du retour à la mémoire. Les peuples, brusquement, se souviennent des humiliations, des horreurs subies dans le passé. Ils ont décidé de demander des comptes à l’Occident ». Et c’est une bonne chose, explique Jean Ziegler. C’est paru chez Albin Michel, il y a déjà quelques mois mais, au moment où on va prendre acte de l’échec de Copenhague, il n’est pas trop tard.

 

NELLY ROUSSEL.

Allez tiens, histoire de respecter la parité, en mémoire d’une militante pour l’égalité des sexes avant l’heure.

Le 18 décembre 1922, mort de Nelly ROUSSEL, née le 5 janvier 1878.
Qui se souvient de cette femme, Libre penseuse, anarchiste, féministe.
Elle fut la compagne du sculpteur Henri Godet. Elle milita avec Paul Robin à la diffusion des idées néo-malthusiennes, contre l’idéologie nataliste du pouvoir et la loi de 1920 qui réprimait la contraception et sa propagande. Oratrice de talent, elle donnait des conférences, à travers la France, exaltant la maternité consciente, pourfendant le machisme des hommes (militants compris). Elle réclamait l’indépendance complète pour les femmes, fondée sur de nouveaux rapports entre les sexes.
Parmi ses écrits: « Paroles de combat et d’espoir » (1919)
« Quelques lances rompues pour vos libertés »
« Trois conférences », etc
.

Depuis ce matin, les averses de pluie et de neige se succèdent. Il va bien pourtant falloir se décider à mettre le nez dehors. Allez, portez vous bien et, à demain peut-être.