Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “pain au pavot”

Page 1 de 1

Les pisseurs de glyphosate…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR, Non classé

, ,

Amis de la divine comédie et de la poule-au-pot réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 05 mars 2019, 15è jour de ventôse dédié à la chèvre.

Dans un communiqué publié vendredi, les autorités sanitaires recommandent de ne pas trop consommer de pain aux graines de pavot, susceptibles de contenir des taux élevés de morphine. Les personnes à risque comme les femmes enceintes ou les enfants sont particulièrement concernées. Les autorités sanitaires ont été informées par le Centre Antipoison de Paris que des personnes ayant consommé des pains aux graines e101468f2355063d98d1d8353911074c-attention-aux-graines-de-pavot-dans-le-pain-qui-peuvent-contenir-trop-de-morphine-previent-la-dgccrfde pavot présentaient « des taux anormalement élevés d’alcaloïdes (morphine et codéine) dans leurs urines ».
A coté de cela, 2,52 nanogrammes de glyphosate par millilitre, c’est ce que contiennent les urines de Youn Ar Guen, membre des Faucheurs volontaires, habitant à Riec-sur-Belon, dans le Finistère; sans que cela n’émeuve outre mesure les mêmes autorités. En Bretagne, le collectif chargé de la campagne glyphosate se dénomme les Pisseurs involontaires de glyphosate, les PIG, acronyme évocateur dans une région à la forte production porcine. Et pourtant, l’Assemblée Nationale s’est prononcée contre l’interdiction du glyphosate lors de l’examen du projet de loi sur l’agriculture et glyphosate biol’alimentation. Les amendements visant à interdire l’herbicide pour 2021 ont été retoqués par les députés de la droite et du centre. Etonnant, non ! l’ancienne ministre Delphine Batho avait déclaré à la tribune de l’Assemblée que l’Uipp (Monsanto, Bayer, etc) avait eu accès ces dernières semaines à son amendement d’interdiction du glyphosate « plus de 90 heures » avant les députés, dans le cadre du projet de loi sur l’agriculture. Vous y croyez vous ? Une fuite confirmée par l’ancien président de la chambre basse en personne, François de Rugy. Toutefois, ce dernier a fait savoir que l’enquête interne destinée à découvrir l’origine de cette fuite « n’avait pas permis de déterminer » d’où elle provenait. Re-étonnant, non !

Bon, ben voila, je pose ça là. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.