Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “nucléaire”

Page 1 de 1

Le coup de la panne…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

,

Amis du thermolactyl et du bar de ligne réunis, bonjour !

Nous sommes le mercredi 07 novembre 2012, 17è jour de Brumaire dédié au cresson.

Et voila, c’est reparti ! Tous les ans, à l’approche de l’hiver, ils nous refont le coup de la panne. Enfin, celle qui devrait immanquablement se produire vu que la bretagne est largement déficitaire en électricité. Le lobby nucléo-électrique ne désarme pas. Ils mettent tout en oeuvre pour nous refiler une de leurs foutues centrale du 1er, 2ème, ou 3ème type. Nous pensions, pauvres de nous, qu’ils avaient compris la leçon après avoir du plier bagage dans le cap sizun. Mais, la rapacité n’a pas de mémoire. Dans le film « des pierres contre des fusils » on voit comment la résistance à Plogoff les a amené à reculer (comme ils reculeront à Notre-Dame-des-Landes) malgré tous les moyens mis en oeuvre.

J‘ai souvenir d’avoir trainé du côté du Loc’h, d’Esquibien, de Goulien et même d’avoir participé à un immense concert, donné en plein air dans le cadre de la baie des trépassés (baez an anaon), c’était en mai 1980, avec notamment un jeune chanteur plein d’énergie qui s’appelait J. Higelin. La nuit était tombé, les deux versants de la baie étaient occupés par des milliers de personnes et chacune d’allumer un briquet; c’était magique. Comme si tous les korriganed de Bretagne et d’ailleurs s’étaient donné rendez vous dans ce lieu mythique où le Treizour (le passeur) vient chercher l’âme des défunts, pour crier ensemble: Nann, trugarez ! C’était dans les années soixante dix, les seventies comme on dit de nos jours, et déja la grande peur du noir était utilisée. (La photo est de Georges Tane) Vous allez voir ce que vous allez voir… D’ailleurs vous n’y verrez plus rien… Cet hiver, il va faire très froid, plus de chauffage, plus d’eau chaude, plus de télé. Vous imaginez ça, vous ? Obligé de se passer de Laurent Delacouette Delahousse, de Calvi, de Denisot et tous ces saltimbanques pendant des jours et des jours… Chacun se rappelait le plasticage du pylône de télévision dans les monts d’Arrée et les veillées retrouvées, la lecture réhabilitée et, quelques mois plus tard, c’est la démographie qui était à son tour dynamitée. Je ne sais plus qui a dit que l’histoire est un éternel recommencement mais ça commence bigrement à y sessembler.

Voila, c’était l’humeur du jour, sous un ciel d’averses. Rappelle toi Barbara: Il pleuvait ce jour là sur Brest… Et bien mon vieux Prévert… Il pleut toujours ! Allez, portez vous bien et, à demain… Peut-être.

 

Pour l’instant, tout va bien…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis du soleil levant et du thé Gyokuro réunis, bonjour !

Nous sommes le mardi 28 août 2012, soit le 11 de Fructidor de notre calendrier préféré, jour dédié à la pastèque. C’est pas pour vous empêcher de dormir sur vos deux oreilles mais je reste à l’affût des nouvelles en provenance du Japon.

Une histoire de piscine.

C’est une petite piscine – et un désastre planétaire en puissance. Un cube en béton de onze mètres de profondeur, rempli d’eau et bourré de combustibles nucléaires usagés : 264 tonnes de barres très radioactives ! Depuis un an et demi, ce bassin dit de « désactivation » repose à trente mètres du sol sur le bâtiment ébranlé du réacteur numéro 4 de la centrale de Fukushima-Daiichi. Il n’est plus protégé ni par un toit solide ni par des murs, mais par une simple bâche de plastique blanche.
Ce scénario d’apocalypse obsède la plupart des chercheurs.
Les risques d’une telle situation sont incommensurables. Si, à la suite d’un typhon (dont la saison commence fin août) ou d’un nouveau tremblement de terre, la piscine venait à se vider ou à s’écrouler, la catastrophe qui en résulterait serait probablement sans précédent dans l’histoire de l’humanité. La mise à l’air libre de ces 264 tonnes de combustibles nucléaires pourrait dégager dans l’atmosphère dix fois plus de radioactivité que l’accident de Tchernobyl, si ce n’est davantage. Ce serait, disent certains, la fin du Japon moderne et, en tout cas, une calamité pour l’ensemble de l’hémisphère Nord qui deviendrait gravement et durablement contaminé.

Justement tiens:

Un séisme de magnitude 5,1 a eu lieu dimanche (26 août) à proximité de la centrale nucléaire accidentée Fukushima-1. Aucun blessé ni dégât n’a été signalé, l’alerte au tsunami n’ a pas été déclenchée. L’épicentre se trouvait dans le Pacifique au large de la préfecture de Fukushima à une profondeur de 90 km.
Les secousses ont été ressenties par les haitants de 14 préfectures japonaises sur 47, à Tokyo compris. La société énergétique TEPCO, opérateur de la centrale de Fukushima, a annoncé que le séisme n’a pas eu d’impact sur les travaux en cours; la bâche en plastique a tenu le coup… Bon, bien, c’est rassurant ! Sources:

Et encore ceci:

Un typhon parmi les plus puissants observés dans la région depuis des décennies s’est abattu dimanche sur l’archipel japonais d’Okinawa (sud) où tous les transports étaient paralysés. Le typhon Bolaven, situé à 90 kilomètres à l’est du chef-lieu d’Okinawa, Naha, se déplaçait à la vitesse de 15 km/h avec des vents soufflant jusqu’à 250 km/h en rafales, a indiqué l’agence météorologique nippone. Mais à part ça, madame la marquise…

Allez, faites vos provisions d’iode, portez vous bien et à demain peut-être.