Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Nelson Mandela”

Page 1 de 1

Asimbonanga…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de la musique baroque et du Rockabilly réunis,     bonjour ! Nous sommes le vendredi 20 décembre 2013, 30è et dernier jour de frimaire dédié à la pelle ce qui devrait mettre un terme définitif à la polémique qui voudrait que ce soit le 18 juin.

Depuis lundi, le poing de Nelson Mandela se lève sur un bout de mur, à côté de la porte de l’Arrière-Garde à Brest (un des accès à l’arsenal en fond de Penfeld). L’oeuvre de Pakone, un graffeur professionnel brestois. « Quand j’ai appris la nouvelle de la mort de Mandela, j’ai eu les larmes aux yeux, comme si j’avais appris le décès d’un proche. J’avais le cœur lourd, il fallait que je le décharge », explique Yann Métivier, graffeur professionnel de 39 ans plus connu sous son pseudonyme : Pakone dans Le Télégramme.
By-Pakone-in-Brest-France-A-tribute-to-Nelson-Mandela-1-600x600

La photo est de Mathieu Le Gall.

« J’avais déjà repéré le mur avec mon binôme, Wen2. Il était parfait pour cet hommage  : ni trop petit ni trop grand, car l’homme alliait grandeur et humilité », poursuit l’artiste. Quelques heures plus tard, le poing de Madiba se dressait sur ce bout de mur « qui correspondait parfaitement à l’idée : il reste debout alors que tout est détruit autour de lui ». Pakone n’aura pas hésité longtemps pour le choix de la phrase qu’il voulait inscrire au pied de son œuvre : « Il est temps pour la nouvelle génération de poursuivre la lutte contre les injustices sociales et pour les droits de l’humanité. C’est entre vos mains ».
« Je voulais cette phrase-là car cet homme a montré l’exemple. Comme il le dit, c’est à nous tous de nous impliquer pour perpétuer cet idéal ».
Le résultat est saisissant, d’autant qu’il a été réalisé sans travaux préparatoires, à partir d’un simple cliché que l’artiste a reproduit à la bombe sur ce mur de 4 x 5 mètres. Allez, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.