Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Morano”

Page 1 de 1

LA MOBYLETTE BLEUE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

 

Amis de la mobylette Peugeot (la bleue) et de la truite (au bleu) réunies, bonjour !

Nous sommes le 14 avril, 25è jour de germinal, dédié au pigeon. J’aurai pu vous narrer les aventures grandguignolesque de Nadine Morano mais le buzz a déjà fait le tour du Net. Confondre Renault et Renaud, pour un ministre, même fatigué, c’est du plus haut niveau. Après Lefebvre qui confond Zadig et Voltaire, marque de vêtements avec l’oeuvre de notre grand philosophe, Zadig ou la destinée; on atteint des sommets, pourquoi pas Marx et spencer… Je préfère vous remettre en mémoire les aventures de Gérard Lambert puisqu’elles sont survenues dans la nuit du 14 avril 1977 si l’on en croit Renaud, le chanteur pas le collabo.


Et voila, Quelques minutes de bonheur loin du tumulte inepte de nos gouvernants dont la médiocrité crasse s’affiche chaque jour sur nos petis écrans.

Tiens, hier, monsieur Hulot mettait fin à ses vacances (oui je sais elle est facile) pour annoncer sa candidature à la présidentielle. Ca commence à se bousculer au portillon de l’Elysée. Les communistes ont dit oui-mais-non à Mélenchon, les centristes ont dit peut-être à Borloo, les socialistes ont dit Faut voir à…Euh, on ne sait pas, les Raëliens devraient nous sortir un extra-terrestre de leur chapeau, Fillon n’en a cure, Copé ne pipe Meaux, Boutin sonne le tocsin et on voudrait que le cénobite soit serein comme un anachorète;

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

L’AUVERGNAT…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Je m’étais pourtant juré de ne pas y revenir mais…Pas un jour ne passe sans son lot de dérapages plus ou moins nauséabonds. Vous l’avez compris, je parle du grand débat sur l’identité nationale. Le gouvernement et le chef de l’Etat ont ouvert la boite de pandore et rencontrent aujourd’hui toutes les difficultés à controler les diables qui en sortent. Un maire par ici, un conseiller par là bas, une ministre en déplacement, chacun y va de sa petite phrase, vous savez celle que l’on retrouve deux heures plus tard sur Dailymotion et sur Youtube. Ces déclarations populistes aux relents nauséeux nous rappellent les pires moments de notre histoire. Mais bien sur, dès que les « gros » médias sont là, on se rétracte, on se justifie, on dédouane le collègue, on se « plus-républicain-que-moi-y-a-pas ». Des charters pour l’Afghanistan (pays en guerre)? Allons-y ! Une loi pour interdire la burqa? Allons-y ! Interdiction des drapeaux étrangers lors des mariages ? Allon-y ! Alors, on amalgame, on stigmatise, on veut se faire plus royaliste que le roi, plus nationaliste que le FN, plus con que le roi des cons. Souvenez vous de cette histoire: « Quand ils ont arrèté les communistes, je n’ai rien dit, quand ils ont arrèté les Franc-maçons, je n’ai rien dit, quand ils ont arrèté les juifs, je n’ai rien dit… Quand ils sont venus m’arrèter, il n’y avait plus personne pour dire quelque chose. »

Pour Nicolas 1er, pour Hortefeux, pour Besson-le-traitre, pour Morano, être Français cela signifie être blanc, de préférence chrétien, si possible catholique et en option, adhérer à l’UMP. Non, pour ce qui me concerne, je ne suis pas fier de cette France là. Je préfère celle de l’accueil, de l’hospitalité, de l’asile, du respect de l’autre, en d’autres mots, celle que chantait Brassens dans « L’Auvergnat ». Du coup, je lui mets une majuscule à l’auvergnat; Capelo va me rappeler à l’ordre…

Allez, faites très attention, ça glisse. Portez vous bien et, à demain peut-être.