Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Marx”

Page 1 de 1

Jamais trop Proudhon…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, ,

Amis du mariage pour tous et du célibat pour chacun réunis, bonjour ! En ce Vendredi 15 janvier 2016, 26è jour de Nivôse dédié à l’étain; je sacrifie à la tradition en saluant le jour anniversaire de la naissance de Proudhon. En effet, le 15 janvier 1809, naissance de Pierre-Joseph PROUDHON, à Besançon. Penseur, économiste, sociologue et Proudhonrévolutionnaire, considéré par certains comme le « Père de l’anarchisme », même si son œuvre novatrice et variée n’est pas exempte de contradictions (en particulier sur la place des femmes dans la société, qui sera l’un des principaux griefs retenus contre lui). Après avoir travaillé dans l’imprimerie, un de ses premiers ouvrages voit le jour en 1840 : « Qu’est-ce que la propriété? » (vous connaissez la réponse: La propriété c’est le vol !). Ce livre fait immédiatement scandale. Le dernier « Avertissement aux propriétaires » est saisi. Proudhon, poursuivi, sera finalement acquitté.

Pendant l’hiver 1844, il rencontre, à Paris, Bakounine, Marx, etc. Le 15 octobre 1846, est publié : « Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère ». Il y a rupture avec Marx qui fait paraître, le 15 juin 1847 « La misère de la philosophie »; Proudhon y est traité de petit bourgeois, ce qui est amusant car, Fils d’un brasseur et tonnelier, Proudhon est le seul théoricien révolutionnaire du XIXe siècle issu du milieu populaire. Ouvrier typographe, il passe son bac à 29 ans grâce à un prix de l’Académie de Besançon. J’aime bien la photo du duboisdessus, je trouve une ressemblance avec Pierre Dubois notre elfologue breton dont j’insère le portrait ici à gauche. Après la révolution de février 1848, Proudhon est élu, le 4 juin, aux élections complémentaire de l’Assemblée Nationale. Le 31 juillet 1848, il y prononce un violent réquisitoire contre la bourgeoisie. Début 1849, il tente la création d’une « Banque du Peuple », mais à la suite d’articles parus dans « Le Peuple », il est condamné à trois ans de prison. Il y restera jusqu’en juin 1852. « La révolution sociale démontrée par le coup d’État du 2 décembre » sort en juillet 1852. « De la justice dans la révolution et dans l’église », paru en 1858, lui vaut à nouveau 3 ans de prison, mais il se réfugie en Belgique, où il continue à écrire. Il rentre à Paris fin 1862. « Du principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le parti de la révolution » paraît le 14 février 1863 alors que Proudhon est malade. « De la capacité politique des classes ouvrières » ne sortira qu’après sa mort, survenue à Passy le 19 janvier 1865. Théoricien du fédéralisme et du mutualisme, sa pensée aura une profonde influence sur toute l’histoire sociale des XIXè et XXè siècles.

Voilà pour le salut à ce grand bonhomme et comme le disait mon aïeule, qui aurait vendu la sienne pour un calembour à la p’tit’ semaine: « On n’est jamais assez Proudhon ! » Portez vous bien et à demain peut-être.

L’inter…sera le genre humain !

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , , , , , , ,

Amis des seventies et du cresson nantais réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 28 septembre 2015, 7è jour de vendémiaire dédié à la carotte.

Le 28 septembre 1864, des ouvriers de toute l’Europe se réunissent à Londres, à Saint Martin’s Hall, en soutien aux Polonais, victimes en 1863 d’une féroce répression russe. Il s’ensuit la formation de l’Association internationale des travailleurs (AIT), qui sera plus tard connue sous le nom de première Internationale. Les syndicats sont nés Marxquarante ans plus tôt en Angleterre, à la faveur de la révolution industrielle. Ils rassemblent surtout des compagnons qui appartiennent aux métiers traditionnels et possèdent un bon niveau d’instruction : imprimerie, bâtiment, confection etc. C’est un intellectuel allemand, réfugié à Londres depuis l’échec des révolutions de 1848, qui rédige les statuts de l’Association internationale des travailleurs. Il s’appelle Karl Marx. Il a 46 ans et vit à Londres dans des conditions matérielles précaires. En 1864, il est surtout connu des syndicalistes et des socialistes par un opuscule qu’il a publié en 1848 avec son ami Friedrich Engels : Le Manifeste du Parti communiste.

L‘Association Internationale des Travailleurs aligne dans ses plus belles années quelques milliers d’adhérents seulement dans toute l’Europe. Elle est très tôt minée par les rivalités entre Karl Marx, qui prône un socialisme «scientifique», et le courant anarchiste animé par Pierre Joseph Proudhon puis par Michel Bakounine. L’Association ne survit pas marx proudhon bakounineaux tensions nées de la guerre franco-prussienne et de la Commune de Paris, en 1871. Les anarchistes de Bakounine sont expulsés l’année suivante et l’AIT transporte son siège à New York, où elle s’éteint dans l’indifférence. En juillet 1889, six ans après la mort de Marx, à l’initiative de Friedrich Engels, son ami, les socialistes se retrouvent à Paris où ils fondent une deuxième Internationale. De 1919 à 1943, la IIe Internationale est concurrencée par une IIIe Internationale dite communiste (Komintern) et sévèrement contrôlée par Staline. Une IVe Internationale, concurrente des précédentes, fait également son apparition à l’initiative de Trotski, en 1938. Elle sera très en vogue parmi les jeunes contestataires français de Mai 68.

Quand à la IIe Internationale, demeurée fidèle à la démocratie parlementaire, elle survit tant bien que mal sous le nom d’Internationale ouvrière et socialiste, adopté en 1923. Elle est relayée en France par un parti connu sous le nom de SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière), issu de la fusion de différents partis socialistes, dont celui, réformiste, de Jean Jaurès et celui, marxiste, de Jules Guesde. Ses compromissions dans les guerres coloniales, sous l’autorité de Guy Mollet, l’amènent, le 4 mai 1969, à changer son nom Encadré-Troika-Final pour celui de Parti socialiste. Le 11 juin 1971, au congrès d’Épinay-sur-Seine, François Mitterrand en prend la direction avec le titre modeste de premier secrétaire. Aujourd’hui, tout ce petit monde, à force de fréquenter les ors de la République, s’est transformé en social-démocrate pour ne pas dire en social-libéral; engendrant une bourgeoisie d’État Énarquologiste et son catéchisme ultra libéral: Hayek, puis Milton Friedman. Et les pantins qui mettent en œuvre leurs politiques néfastes. Thatcher, Pinochet, Bush, Sarkozy, Merkel… Ainsi que les pseudos et antidémocratiques institutions qui les servent: Banques centrales, Commission, FMI, et maintenant… Hollande et la social démocratie, désormais convertis au social-libéralisme. Réalité de la dette, nécessité de réduire les dépenses publiques, austérité… Tout le cortège d’inepties  imposées par la finance internationale aux États qui n’ont plus de Nation que le souvenir.

Et voilà, c’était une petite piqure de rappel. Portez vous bien et à demain peut-être.

Mignonne, allons voir si la rose…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , , , ,

Amis de l’humanisme et du Picon-bière réunis, bonjour ! Nous sommes le mardi 21 avril 2015 et, par les chaussettes de Rigolus, que les dieux m’tripotent si j’mens, nous serions le  deuxième jour de Floréal dédié au chêne. J’ai pourtant rencontré un fieffé pataphysicien qui m’a affirmé sans honte qu’en vérité nous étions le Lundi 2 Palotin 141 Fête des Écluses. Et quand je vous aurais dit que mes voisins fêtent ce jour la saint Hamon, dont la légende nous dit qu’il s’agit d’un 274161chevalier qui revint de Palestine porteur de la lèpre et que les paroissiens laissèrent sans soins; (Mal leur en pris car les pis des vaches se tarirent aussi sec -si j’ose dire-), enfin si vous consultez le calendrier du facteur vous verrez que c’est la St Anselme et, vous serez en mesure de vous faire une petite idée de la diversité calendaire de notre joyeuse humanité, poil au nez. Tiens, à propos de poésie, saviez vous que Pierre de Ronsard, clerc et aumônier ordinaire du roi François 1er, avait 20 ans quand il rencontra, le 21 avril 1545, à Blois, lors d’un bal, la fille du banquier italien  Salviatti. La belle a 14 ans et se prénomme Cassandre. Le jeune homme se prend d’amour pour elle mais ne peut rien en attendre car il est déjà tonsuré et ne peut se marier. Il lui dédiera le recueil Les Amours de Cassandre (paru en 1552, il en existe une réédition illustrée par Dali) et son ode célèbre :
«Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil
»

Dans un autre registre, le 21 avril 1841, voit la naissance d’Anselmo LORENZO ASPERILLA, à Tolède (Espagne). Surnommé « Le Grand-père de l’anarchisme », il était né dans une famille modeste, et fut envoyé à onze ans à Madrid, pour travailler chez un oncle fabriquant de cire, activité qu’il quittera pour apprendre le métier de typographe. Sa curiosité intellectuelle le pousse à la découverte des nouvelles idées, en particulier celles de Fourier et de Proudhon. L’autodidacte11a2-anselmolorenzo Anselmo a 27 ans en 1868, quand Giuseppe Fanelli arrive à Madrid, envoyé par Bakounine pour créer une section de l’Internationale en Espagne. (ici à droite, en compagnie de Ferrer) Le 15 janvier 1870, il fait paraître à Madrid le premier numéro du journal « La Solidaridad » qui va populariser les idées anarchistes. Il prend une part importante dans l’organisation, à Barcelone, en juin 1870, du Congrès constitutif de la « Fédération Régionale Espagnole » (F.R.E) des sociétés de résistance ouvrières, où il est délégué de la section de Madrid. En 1871, il se rend à Lisbonne pour assister à la fondation de la section portugaise. à Londres, il constate  les divergences de vues entre marxistes et bakouninistes. Il est reçu chez Marx (qui tentera de le convertir puis de le manipuler).

Rentré en Espagne, Anselmo Lorenzo accueillera en retour l’envoyé de Marx, Paul Lafargue, qu’il introduira dans le milieu ouvrier. Il sera arrêté à plusieurs reprises et le FRE deviendra clandestin. En 1873, il séjourne en France puis se fixe à Barcelone où il intègre la section des typographes de la « F.R.E ». En 1883, il devient membre d’une loge maçonnique et participera à partir de 1885 à la revue « Acratia » puis, de 1887 lorenzo_portrait gaucheà 1893, au journal El Productor. En 1895, il crée la revue « Ciencia Social ». Mais dans la nuit du 28 au 29 juillet 1896 il est arrêté suite à l’attentat de Cambios-Nuevos et emprisonné (avec de nombreux compagnons qui seront torturés puis condamnés à mort) dans la forteresse de Monjuich. Libéré après sept mois d’enfer, banni, il s’exile en France, où il fait la connaissance de Malato, Grave, Faure, et Ferrer. Il rentre en Espagne après l’amnistie et commence une oeuvre d’écrivain et de traducteur, notamment pour les publications de « l’Ecole Moderne ». En 1901 le premier tome de son ouvrage majeur « El proletariado militante » voit le jour, il est dédié à son ami Tárrida del Mármol. Cette même année, il prend part à la fondation de « La Huelga General », mais en 1902 il est emprisonné plusieurs mois suite à la grève des métallurgistes.  En 1906, il traduit le premier tome de « L’Homme et la Terre » de Reclus.
Après le « Semaine tragique » de 1909, il est de nouveau arrêté puis déporté à Teruel malgré son âge et une maladie respiratoire. Il reprend ensuite la direction de »L’Ecole Moderne » et aura la satisfaction de voir la naissance de la CNT, mais de plus en plus malade, il s’éteint à Barcelone le 30 novembre 1914. Sources: Ephéméride anarchiste.

Allez, c’est assez pour aujourd’hui, c’est un peu long, j’aurai pu en faire deux billets mais bon, abondance de biens ne nuit pas, disait qui vous savez; en attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.

Jamais trop Proudhon…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, ,

Amis du mariage pour tous et du célibat pour chacun réunis, bonjour ! En ce mercredi 15 janvier 2014, 26è jour de Nivôse dédié à l’étain; je sacrifie à la tradition en saluant le jour anniversaire de la naissance de Proudhon. En effet, le 15 janvier 1809, naissance de Pierre-Joseph PROUDHON, à 48567768_pBesançon. Penseur, économiste, sociologue et révolutionnaire, considéré par certains comme le « Père de l’anarchisme », même si son œuvre novatrice et variée n’est pas exempte de contradictions (en particulier sur la place des femmes dans la société, qui sera l’un des principaux griefs retenus contre lui). Après avoir travaillé dans l’imprimerie, un de ses premiers ouvrages voit le jour en 1840 : « Qu’est-ce que la propriété? » (vous connaissez la réponse: La propriété c’est le vol !). Ce livre fait immédiatement scandale. Le dernier « Avertissement aux propriétaires » est saisi. Proudhon, poursuivi, sera finalement acquitté.

Pendant l’hiver 1844, il rencontre, à Paris, Bakounine, Marx, etc. Le 15 octobre 1846, est publié : « Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère ». Il y a rupture avec Marx qui fait paraître, le 15 juin 1847 « La misère de la philosophie »; Proudhon y est traité de petit bourgeois. J’aime bien la photo du dessus, je trouve une ressemblance avec Pierre Dubois notre elfologue breton dont images7j’insère le portrait ici à gauche. Après la révolution de février 1848, Proudhon est élu, le 4 juin, aux élections complémentaire de l’Assemblée Nationale. Le 31 juillet 1848, il y prononce un violent réquisitoire contre la bourgeoisie. Début 1849, il tente la création d’une « Banque du Peuple », mais à la suite d’articles parus dans « Le Peuple », il est condamné à trois ans de prison. Il y restera jusqu’en juin 1852. « La révolution sociale démontrée par le coup d’État du 2 décembre » sort en juillet 1852. « De la justice dans la révolution et dans l’église », paru en 1858, lui vaut à nouveau 3 ans de prison, mais il se réfugie en Belgique, où il continue à écrire.

Il rentre à Paris fin 1862. « Du principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le parti de la révolution » paraît le 14 février 1863 alors que Proudhon est malade. « De la capacité politique des classes ouvrières » ne sortira qu’après sa mort, survenue à Passy le 19 janvier 1865. Théoricien du fédéralisme et du mutualisme, sa pensée aura une profonde influence sur toute l’histoire sociale des XIXè et XXè siècles.

Voilà pour le salut à ce grand bonhomme et comme le disait un de mes amis anarchistes et néanmoins amateur de calembours à la p’tit’ semaine: « On n’est jamais assez Proudhon ! » Portez vous bien et à demain peut-être.

On n’est jamais trop Proudhon…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

, , ,

Amis du mariage pour tous et du célibat pour chacun réunis, bonjour !

En ce mardi 15 janvier 2013, 26è jour de Nivôse dédié à l’Etain; Je ne pouvais pas ne pas saluer l’anniversaire de la naissance de Proudhon.

Le 15 janvier 1809, naissance de Pierre-Joseph PROUDHON, à Besançon. Penseur, économiste, sociologue et révolutionnaire, considéré par certains comme le « Père de l’anarchisme », même si son oeuvre novatrice et variée n’est pas exempte de 48567768_pcontradictions (en particulier sur la place des femmes dans la société, qui sera l’un des principaux griefs retenus contre lui). Après avoir travaillé dans l’imprimerie, un de ses premiers ouvrages voit le jour en 1840 : « Qu’est-ce que la propriété? » (vous connaissez la réponse: La propriété c’est le vol !). Ce livre fait immédiatement scandale. Le dernier « Avertissement aux propriétaires » est saisi. Proudhon, poursuivi, sera finalement acquitté.

Pendant l’hiver 1844, il rencontre, à Paris, Bakounine, Marx, etc. Le 15 octobre 1846, est publié : « Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère ». Il y a rupture avec Marx qui fait paraître, le 15 juin 1847 « La misère de la philosophie »; Proudhon y est traité de petit bourgeois. J’aime bien cette photo, je trouve une ressemblance avec Pierre Dubois notre elfologue breton dont j’insère le portrait plus bas.

Après la révolution de février 1848, Proudhon est élu, le 4 juin, aux élections complémentaire de l’Assemblée Nationale. Le 31 juillet 1848, il y prononce un violent réquisitoire contre la bourgeoisie. Début 1849, il tente la création d’une « Banque du Peuple », mais à la suite d’articles parus dans « Le Peuple », il est condamné à trois ans de prison. Il y restera jusqu’en juin 1852. « La révolution sociale démontrée par le coup d’Etat du 2 décembre » sort en juillet 1852. « De la justice dans la révolution et dans imagesl’église », paru en 1858, lui vaut à nouveau 3 ans de prison, mais il se réfugie en Belgique, où il continue à écrire.

Il rentre à Paris fin 1862. « Du principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le parti de la révolution » paraît le 14 février 1863 alors que Proudhon est malade. « De la capacité politique des classes ouvrières » ne sortira qu’après sa mort, survenue à Passy le 19 janvier 1865. Théoricien du fédéralisme et du mutualisme, sa pensée aura une profonde influence sur toute l’histoire sociale des XIXè et XXè siècles.

Voilà pour le salut à ce grand bonhomme et comme le disait un de mes amis anarchistes et néanmoins amateur de calembours à la p’tite semaine: « On n’est jamais assez proudhon ! »

Portez vous bien et à demain peut-être.

UNE HISTOIRE DE BARBUS…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , ,

Amis athées, libre-penseurs et autres mécréants, bonjour!

Nous sommes le vendredi 23 mars, troisième jour de germinal dédié à l’asperge…

Bon, puisque personne ne me le demande, je vais vous donner mon avis, sinon il se peut bien que je sois le seul blogueur de la planète à n’en point parler. Or donc, le coupable présumé de la tuerie de Toulouse et Montauban vient d’avaler son bulletin de naissance et est actuellement en train de batifoler dans les jardins d’Allah avec les 70 vierges que lui a promis le mollah Omar. Après moultes palabres, les hommes du RAID ont fini par mettre un terme à son itinéraire meurtrier. Il s’agit d’un fou dément comme disait mon aïeule, quand bien même quelques commentateurs trouveront dans ses propos quelques traces apparentées aux courants Salafiste, Djihadiste ou autres idéologies de mort et de haine. Tous les qualificatifs ont été utilisés et les chaînes d’info en continu ont épuisé leur dictionnaire des synonymes… Atroce, innommable, fétide, ignoble, ignominieux, immonde, indicible, infect, inqualifiable, sordide, répugnant, infâme, nauséabond… Certes mais, je persiste à penser que cet acte isolé relève davantage de la psychiatrie que de l’idéologie. Que ce malade mental ait trouvé quelques prédicateurs barbus dans les montagnes d’Afghanistan pour utiliser son délire ne peut en aucun cas justifier les thèses de Samuel Huntington sur le choc des civilisations. Que des déséquilibrés enfourchent le dada islamiste et se mettent à tirer sur tout ce qui bouge n’autorise ni Le Pen ni Guéant à agiter l’étendard de la guerre sainte pour la défense d’une Europe blanche et chrétienne. Il me revient en mémoire la déclaration du maire d’Oslo après la tuerie perpétrée par Anders Breivik un autre furieux : « Nous allons punir le coupable. La punition, ce sera plus de générosité, plus de tolérance, plus de démocratie

Amis républicains, il nous faut raison garder! Ne nous laissons pas emberlificoter par les diatribes nauséeuses de ceux qui, au nom d’une réélection improbable, distillent la haine de l’autre auprès des couches dites populaires. Ce sont ces classes laborieuses qui ont permis au siècle des lumières d’exister et d’éclairer le monde. Ils ont fait 1789, abolit l’esclavage, initié la Commune de Paris, le front populaire, la résistance au nazisme… Ils ont détrôné des rois et des tsars, des empereurs et des dictateurs, ce n’est pas pour endosser aujourd’hui le blanc manteau des croisés. Un autre vieux barbu a écrit en 1864 à propos des luttes du peuple «  Les prolétaires n’ont rien à y perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !« . Car c’est bien de cela qu’il s’agit, les possédants ont, eux, tout à gagner, à nous faire prendre l’Helvétie pour une lanterne, la burqua pour une arme de destruction massive, et le Coran pour un manuel du petit terroriste. Pendant ce temps, ils vaquent à leurs funestes occupations qui consistent précisément à nous saigner à blanc.

Bon, je m’arrête là car cela commence à ressembler à du Mélenchon. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

LA COMMUNE N’EST PAS MORTE…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , ,

Amis de la phylogénétique et du pâté en croûte réunis, bonjour !
Nous sommes le 25 janvier, 6è jour de pluviôse dédié au laurier-tin et non au laurier-thym comme on le rencontre parfois orthographié. On le nomme aussi, Viorne-tin voire lauretin…

Allez tiens, portrait d’un communard.

Hippolyte Prosper Olivier Lissagaray, né le 24 novembre 1838 à Toulouse et mort le 25 janvier 1901 à Paris, est un animateur littéraire, journaliste républicain socialiste indépendant et conférencier littéraire français.
Il est surtout réputé pour l’enquête qu’il a menée sur l’histoire de la Commune de 1871,  édité en 1876, et immédiatement interdit en France, événement auquel il a participé. On dira de lui qu’il fut le dernier combattant de la Commune. Il recueille ainsi des témoignages auprès de tous les survivants en exil, à Londres, en Suisse. C’est Eléanor MARX, la fille cadette de Karl, éprise de lui lors de son exil à Londres, de 1871 à 1880, qui va ainsi traduire l’histoire de la Commune en anglais.
Socialiste, républicain ; un « en-dehors » qui ne s’engagera ni pour l’Internationale, ni pour aucun autre parti, bien que ses sympathies aillent des Blanquistes anticléricaux, aux anarchistes.
Il est né en 1838, dans une famille basque. Après un voyage en Amérique, il s’installe à Paris en 1860, fondant une sorte d’Université Populaire. Il s’engage contre l’Empire et publie, en 1868, à Auch, le journal « l’Avenir ». Engagement qui lui vaudra de nombreuses condamnations.
A la chute de l’Empire, il est nommé par Gambetta, commissaire de la guerre, à Toulouse. Le 18 mars 1871, il participe à la Commune de Paris, et combat sur les barricades lors de la « semaine sanglante ». Il écrira « Huit journées de mai derrière les barricades », publié fin 1871 à Bruxelles où il trouve refuge, avant de s’exiler en Angleterre. Ce livre au titre prémonitoire a été réédité en 1968.
A l’amnistie de 1880, il rentre à Paris où il continue son combat en créant le journal « La bataille ». Un combat ponctué de condamnations et de duels. Il  sera également « Candidat aux élections législatives de 1885 et 1893 et à plusieurs élections partielles, non pour obtenir un siège, mais pour exprimer ses idées » ; ça vous rappelle quelqu’un ?

1901, suite à une laryngite, le « mousquetaire de la Sociale » meurt à l’âge de 63 ans et sera incinéré au Père-Lachaise  en présence de deux mille personnes.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.
 

C’EST R’PARTI POUR UN AN…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis
des utopies souriantes et du maquereau vin blanc réunis, bonjour !


A tout
seigneur, tout honneur, débutons l’année en ayant une pensée pour
Louis Auguste Blanqui dit « l’enfermé » à cause
des nombreuses années de sa vie passées en prison (près de 37
ans). Il était né en 1805 dans les Alpes-Maritimes et mourut à
Paris en 1881, un 1er janvier. Toute sa vie fut consacrée à
l’émancipation de l’homme, et de la femme, contre toutes les
discriminations, pour le suffrage universel (un homme-une voix)
contre le travail des enfants… On dit que ses obsèques furent
suivies par cent mille personnes qui écoutèrent Louise Michel lui
rendre un dernier hommage. Il est enterré au Père-Lachaise.

Début
mars 1871
, il est arrêté une fois encore et emmené à Morlaix. Là
il sera enfermé au château du taureau. C’est le début de la
Commune de Paris et plus tard, Karl Marx dira de lui que ce fut le
chef qui manquât à cette insurrection. Thiers refusa toujours de
céder à la demande des communards d’échanger tous les otages
détenus par la Commune contre le seul Blanqui. Il déclara que
rendre Blanqui à Paris équivalait à le renforcer d’un corps
d’armée.  Pourtant Blanqui n’était pas marxiste, loin s’en faut, il
ne croit pas au rôle prépondérant de la classe ouvrière ni au
mouvement des masses. Pour les blanquistes, le renversement de
l’ordre bourgeois et la révolution sont des fins qui se suffisent à
elles-mêmes, du moins dans un premier temps. A la fin de sa vie il
développa des thèses plus métaphysiques, notamment dans son
ouvrage
l’éternité par
les astres
en 1872.
Carbonaro
depuis 1824, au sein de cette
organisation secrète en lutte contre la restauration monarchique,
Auguste Blanqui est mêlé à toutes les conspirations républicaines
de son époque. Dès lors se succédèrent pour lui complots, coups
de force manqués et emprisonnements. Il fut aussi membre de la
société des amis du peuple. En 1879, il est élu député de
Bordeaux mais son élection est invalidée. Un an après, il fonde le
journal « ni Dieu ni maître ».

Ah quelle belle idée que celle de l’anarchisme ! A-t-elle disparue ? Peut-être pas…



Je ne résiste pas au plaisir de débuter l’année en revoyant cette courte vidéo revigorante.
Allez portez vous bien, le meilleur « rince-cochon » après vos excès c’est le maquereau au vin blanc. Portez vous bien et à demain peut-être.

AU HASARD DES 05 MAI…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , ,


Quelques
05 mai au hasard.


05-05-1789
: Ouverture des États généraux dans la salle des Menus Plaisirs à
Versailles, ce sont les premiers depuis ceux réunis en 1614 par
Marie de Médicis, régente du royaume. Vous connaissez la suite
jusqu’au fameux 14  juillet…On en parle encore !


05-05-1818
: Naissance de Karl Marx. Le bébé joufflu allait devenir un vieux
barbu dont les analyses allaient transformer la façon de voir le
monde.


05-05-1821
: Mort de Napoléon Ier, âgé de cinquante et un ans. A 5 heures 49,
au moment précis où tonne le canon de la garnison anglaise de
Sainte-Hélène, Napoléon Ier rend  »
à
Dieu le plus puissant souffle de vie qui jamais anima l’argile
humaine
« , selon
Chateaubriand. Il fallait toujours qu’il en rajoute…C’est ça en
fait, le romantisme.

05-05-1926
: Première projection en Allemagne du film « 
Le
Cuirassé Potemkine
« 
d’Eisenstein. Et la poussette qui dévale l’escalier…Mille fois
imité, jamais égalé. C’est le seul point commun avec la Suze
!


05-05-1936
: Victoire du Front populaire aux élections. Ah, les congés payés,
les bains de mer, le départ en tandem, la semaine de quarante
heures. Et « ils » voudraient nous reprendre tout ça
!


05-05-1949
: Création du Conseil de l’Europe. Voici ce que déclarait Robert
Schuman le 5 mai à Londres: «
Aujourd’hui,
nous jetons les fondations d’une coopération spirituelle et
politique, de laquelle naîtra l’esprit européen, principe d’une
vaste et durable union supranationale. »
Pas
mal, hein !

05-05-1955
: La RFA devient un État souverain. Le monde acceptait le mur de la
honte comme aujourd’hui il accepte celui de Gaza…L’histoire bégaie.


05-05-1981
: Mort en prison du militant indépendantiste irlandais Bobby Sands, après 66
jours de grève de la faim. Voir mon billet du 1er mars.


05-05-1988
: Les otages français du Liban sont libérés. Marcel Carton, Marcel
Fontaine et Jean-Paul Kaufmann arrivent à l’aéroport de
Villacoublay. Après trois ans de captivité, ils rentrent à la
maison accueillis par un corse: Charles Pasqua (tiens !)

05-05-1992
: Furiani, Bastia. Une tribune s’écroule lors d’un match de
football. Un premier bilan fait état de 8 morts et de 100 blessés
graves. Pour une fois ce ne sont pas les encagoulés qui sont
responsables.


05-05-2010
:

…………………………….

Et puis, le 5 mai c’est aussi la St Judith. On dit que la sainte Judith voit pinson au nid ! Alors bonne fête, elle se reconnaîtra.

Il y a quelques jours, je vous parlais de Jean Vigo. Et bien, le prix qui porte son nom vient d’être décerné à la jeune réalisatrice finistérienne Katell Quillévéré pour « Un poison violent » avec Lio et Michel Galabru. Le film sera présent en compétition à Cannes dans la quinzaine des réalisateurs. De prestigieux ainés ont inscrits leur nom au palmarès de ce prix: Pialat, Godard…C’est en règle générale un gage de qualité et d’indépendance d’esprit. Sortie prévue au mois d’aout.

Pour ma part, je ne vais pas attendre le mois d’aout pour sortir car, comme disait mon aïeule: « il faut qu’je fait les commissions ». Allez, c’est vraiment gentil à vous de consacrer quelques minutes de votre précieux temps à ce détour par « les cénobites tranquilles ». Cette semaine et grâce à vous nous allons franchir la barre des 4000 visiteurs; merci encore de votre fidélité et de votre indulgence à l’égard de l’auteur. Portez vous bien et à demain peut-être.