Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Mama Béa”

Page 1 de 1

Les anarchistes vont ils au ciel…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , ,

Amis des paradis artificiels et de la sardine à l’huile réunis, bonjour !

Nous sommes le jeudi 13 septembre 2012 qui correspond au 27 de fructidor du calendrier républicain et, c’est pas pour me vanter, mais c’est le jour de la verge d’or ! On dit que LINNÉ, père de la terminologie binomiale latine, donna à la verge d’or le nom scientifique de Solidago (littéralement, « je rends entier », « je consolide ») en raison de sa réputation à favoriser la guérison des plaies. Considérée dans la tradition européenne comme stimulante, sudorifique, tonique, carminative, apéritive et pectorale, on a utilisé la verge d’or pour les rhumes, les affections pulmonaires, les nausées et les douleurs causées par les « vents ».

 

En ces temps de disette, de crise, de chômage pour beaucoup et de goinfrerie pour un petit nombre, on a vraiment envie de ressusciter les vieux slogans. Mais ou sont les pamphlétaires d’antan ? Qui saura prendre la plume, le micro, la caméra pour crier dans le désert médiatique qui nous environne: Ça suffit, basta!

Je repense à un homme comme Octave MIRBEAU, pourfendeur des injustices, grand écrivain et sulfureux polémiste. Lisez ou relisez « l’abbé Jules » et encore, « le journal d’une femme de chambre » et bien sur, ses correspondances. Juste une citation qui donne le ton: »N’acceptez pas l’aumône, repoussez la charité, et prenez, prenez, car tout vous appartient!« . Décoiffant non?

A suivre: Les anarchistes de Ferré, version de Mama Bea.

 

 

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

 

 

Oui je sais, les anars ont mauvaise presse. Et pourtant, comme disait Léo FERRE: » y’en a pas un sur cent et pourtant ils existent… » Et, ils n’ont pas dit que des fadaises, ils en ont écrites aussi. De ces textes au vitriol qui appellent un chat un chat, un capitaliste un brigand, un curé un dealer (l’opium du peuple). Ils ont souvent payé un lourd tribut à leur drapeau noir, pendant la guerre d’Espagne notamment, aujourd’hui, on ne les entend plus guère; lassés des faux prophètes, des promesses qui n’engagent que ceux qui y croix (ceci est un jeu de mot et non une fôte d’ortografe – NDLR pour Capelo)

Bon, c’est pas tout ça, j’ai mon lait qu’est sur le feu, il faut que je reprenne mes activités domestiques. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.