Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Mac-Mahon”

Page 1 de 1

De Louise Michel à Aristide Briand…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , , , , ,

Amis de la bande dessinée et de la bande à Siné réunies, bonjour ! Nous sommes le mardi 09 décembre 2014, 19è jour de Frimaire dédié à la Sabine (la sabine de bain comme disait l’autre). Je ne pouvais pas laisser passer cette date du 09 décembre sans rappeler ce jour de 1905 où fut adoptée la loi dite de séparation des églises et de l’État. Triste année en même temps qui vit le décès de  Louise MICHEL, Élisée RECLUS, Jules VERNE, José Maria de HEREDIA,
Alphonse ALLAIS.
Elle fut votée le 9 décembre 1905 mais elle était déjà dans l’air du temps. En effet, dès 1871, la Commune  déclare la séparation de l’Église et de l’État. Les classes populaires parisiennes sont en effet assez hostiles au catholicisme, très 500px-Almanach_1905lié au régime impérial et aux conservateurs. Une nouvelle constitution provisoire est rédigée en 1871. Puis Mac Mahon remplace Thiers à la présidence. C’est un légitimiste qui ne fait pas vraiment avancer la cause de la République et reprend des mesures bienveillantes envers l’Église catholique.

En 1875 une nouvelle constitution est rédigée, instaurant la République en douceur. Mac Mahon démissionne en 1879 et est remplacé par Jules Grevy (qui nomme Jules Ferry comme ministre de l’Instruction Publique, et Charles de Freycinet comme président du conseil). Jules Grevy et ses ministres Assiette au Beurre 001appliquent le Concordat cette fois dans le sens d’un plus grand contrôle de l’Église. Freycinet fait dissoudre de nombreuses associations, baisse régulièrement le budget des cultes, fait intervenir l’État pour choisir les évêques, fait soumettre tout nouveau texte à l’approbation de l’État, supprime les aumôneries militaires qui viennent d’être créées, soumet les clercs au service militaire, et retire les clercs (et membres des autres religions) des conseils de l’enseignement public. La loi Naquet autorise le divorce pour cause d’adultère. Les cimetières deviennent des lieux civils, et non plus spécifiquement chrétiens.

Après le renversement de Jules Ferry en 1883, cependant, les choses se tassent, et l’anticléricalisme perd de la vigueur. Rappelons que jusqu’à la révolution de 1789, l’enseignement FMprimaire est pris en charge par l’Église catholique, qui fournit l’instruction à tous les enfants de France… En 1833, la loi Guizot crée les écoles primaires pour les garçons, en maintenant l’enseignement religieux jusqu’ici administré. En 1850, la loi Falloux étend cette éducation aux filles, et maintient la coexistence d’écoles publiques et d’écoles privées ou libres. Cette loi est évidemment controversée, tant par les catholiques qui y voient la naissance d’une instruction laïque, que par les révolutionnaires qui y voient le maintien d’une éducation religieuse.

Mais de nombreux décrets et autres lois viendront la modifier les années suivantes. En 1902, Émile Combes (le petit père Combes) est porté au gouvernement par une poussée radicale au terme d’élections qui se sont faites sur le thèmecariloi pour ou contre le fait d’appliquer la loi de 1901 (sur les associations) avec une vigueur accrue. En effet, l’arrivée au pouvoir d’Émile Combes après les élections de 1902 modifie les données du problème. Car il ne cache pas dès son investiture sa volonté de mener une politique « énergique de laïcité ». N’oublions pas néanmoins, que c’est à un homme beaucoup plus modéré, Aristide BRIAND, que nous devons la rédaction de la loi et son adoption par l’assemblée. Gageons que cet ancrage dans la laïcité ne se verra pas de sitôt remis en cause et que des exceptions comme celles qui persistent en Alsace seront définitivement abolies.

Voila, j’espère n’avoir pas été trop long mais, l’histoire c’est comme la grippe… Il faut une petite piqûre de rappel de temps en temps. Allez, portez vous le mieux du monde et, à demain peut-être. Ah oui, j’oubliais: A bas les calottes…

Que d’eau, que d’eau…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis des activités aquatiques et de l’anisette réunies, bonjour!

Nous sommes le lundi 30 avril, onzième jour de Floréal dédié à la Rhubarbe. Vous ne m’en voudrez pas de plagier Mac Mahon qui s’était exclamé devant une inondation de la Garonne: que d’eau, que d’eau…Les mauvaises langues assurent que le Préfet du coin lui aurait répondu: et encore, monsieur le Président, vous ne voyez que le dessus… C’était une belle époque, celle-là où les propos d’un Président de la République faisaient sourire dans les chaumières. Aujourd’hui les discours du Matamore élyséen ne font plus rire personne.

Les parisiens, toujours empressés à l’idée de moquer la petite bruine qui rafraichit de temps en temps notre chère Bretagne et plus particulièrement le Finistère, la ramène beaucoup moins quand ils offrent aux visiteurs deux jours de déluge sans discontinuer…Tout ceci pour vous dire que la ballade parisienne fut particulièrement arrosée et qu’il n’était guère aisé de slalomer sur les trottoirs de la capitale  entre les parapluies des étudiantes nipponnes et des familia transalpines…Comme disait un fameux procureur du tribunal des flagrants délires (Luis Rego):les chiffres sont accablants, il y a de plus en plus d’étrangers dans le monde…

Allez, retour vers le calme de l’ermitage, portez vous bien et à demain peut-être.

LE BARBIER DE NOUZON…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la quadrature du cercle et de la purée-andouille réunies, bonjour!

Tiens, nous sommes le sept septembre, 21è jour de fructidor dédié à l’églantier. Bonne occasion pour dire quelques mots à propos d’un anar du temps passé…

 

Oyez braves gens l’histoire de François MALICET, barbier-perruquier en la bonne ville de Nouzon dans les Ardennes. En vérité, un drôle de figaro assassiné le 7 septembre 1927…

François Malicet avait été arrêté et condamné à 25f d’amende pour avoir participé le 14 octobre 1877, lors des élections suivant le coup de force de Mac-Mahon, à une réunion dans un cabaret de Nouzon où avait été crié « Vive les rouges, à bas les blancs, Vive la Commune ».

Dès sa formation en septembre 1892, il adhérait au groupe anarchiste Les Deshérités dont l’un des animateurs était Emile Roger et rencontrait cette même année Fortuné Henry venu faire une conférence et dont il deviendra l’ami. Dans une lettre datée du 21 novembre 1893, Fortuné Henry, emprisonné à Clairvaux, écrivait à Nicolas Thomassin : « Une poignée de main à Malicet le figaro de Nouzon ».

Le 1er janvier 1894 il s’était opposé aux policiers voulant perquisitionner chez lui, les traitant d’assassins et de voleurs, leur criant « Foutez-moi le camp ou je vous brûle la gueule », les menaçant de leur jeter un baquet d’eau et concluant par un magistral « Je vous emmerde », ce qui lui valut d’être condamné le 3 janvier à 8 jours de prison. Un drôle de paroissien, non ?

Lorque Fortuné Henry avait fondé en 1903 la colonie L’Essai dans la forêt d’Aiglemont, il avait mis en commun une grosse partie de son avoir au bénéfice de la Colonie qu’il fréquenta régulièrement jusqu’en 1909. Lors d’une de ces visites, et alors qu’il jouait aux cartes et qu’il avait cru voir le compagnon André Mounier tricher, il s’était fâché et avait jeté ses cartes en disant « Quand on vole, même aux cartes, on n’est qu’un faux frère. On n’est pas un véritable libertaire. Adieu vous ne me reverrez plus ». A droite, une carte postale représentant la colonie libertaire d’Aiglemont.

 


Malicet portait une cravate noire striée de vert, les deux couleurs de ses idées politiques. Chaque année il confectionnait un calendrier bordé également de vert et noir et annoté de la devise de son cru « Et du boyau du dernier prêtre, serrons le cou du dernier flic ». Farceur il s’amusa pendant des années à jouer les revenants pour épouvanter sa vieille bigotte de sœur. Il hébergeait et nourrissait gratuitement un locataire que le dimanche 7 septembre 1927, il surprit s’introduisant dans la maison par derrière ; le locataire armé d’une hachette se jeta sur Malicet et le frappa. Quand les gendarmes apparurent, Malicet leur ordonna de sortir de chez lui et mourut dans la nuit sans avoir dénoncé son assassin. A droite, le portrait de Fortuné Henry. Sources : le dictionnaire des militants anarchistes.

En voilà un qui ne déparerait pas parmi les amis de SINE qui fait paraître aujourd’hui le premier numéro de SINE-MENSUEL. A 82 ans, le vieux Bob n’en finit pas de nous épater.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.