Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Libye”

Page 1 de 1

Tempête du désert…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

,

Amis de l’existentialisme et du pâté en croute réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 20 novembre 2017, trentième et dernier jour de brumaire dédié au rouleau, encore nommé brise-motte, et qui est un instrument agricole composée d’un ou plusieurs rouleaux métalliques eux-mêmes composés de disques denticulés indépendants…

Le 20 novembre 1936, mort de Buenaventura DURRUTI, à Madrid. Militant et activiste anarchiste et anarcho-syndicaliste espagnol, combattant anti-franquiste, figure emblématique de l’anarchisme espagnol. A noter que c’est aussi un 20 novembre, en 1975, que s’éteignit (enfin)  à 83 ans, Francisco Franco y Bahamonde après un mois d’agonie et quarante ans de dictature. Aujourd’hui on feint thank's Franced’ignorer les dictatures, surtout quand elles produisent du gaz et du pétrole ou des produits manufacturés à moindre coût. Or, « Proclamer qu’on lutte contre l’islam radical tout en serrant la main au roi d’Arabie saoudite revient à dire que nous luttons contre le nazisme tout en invitant Hitler à notre table. » C’est le juge Trevidic qui le dit. Tous les regards sont tournés vers les sbires de l’Etat Islamiste; marionnettes sinistres créées par ces mêmes producteurs d’or noir et néanmoins wahhabites et, tout se passe comme si, petit à petit, les pions se mettaient en place sur l’immense échiquier international. D’un côté, les blancs, les croisés occidentaux (Russes y compris) porteur du fanion de la démocrassie et des droits de l’homme, plus connu sous le nom de coalition et de l’autre les noirs, les barbares, reconnaissables à leur système pileux hyper développé et à leur férocité aveugle. Titre original de cette super production: «The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order.» d’après un scénario de Samuel Huntington; les décors sont de Roger Harth et cnn-prouve-l-existence-d-un-marche-aux-esclaves-en-libye_1les costumes de Donald Cardwell. Et voici que le piège se referme inexorablement sur ceux qui croyaient que les filles naissaient dans les roses, les gars dans les choux et les démocraties dans les urnes… Ces jours derniers, les réseaux sociaux bruissent de cette info qui fait le buzz et que reprennent les chaînes d’info, toujours en retard d’un coup: marché aux esclaves en Libye ! Qu’ils viennent du Guinéen Alpha Condé, du Nigérien Mahamadou Issoufou, du Sénégalais Macky Sall ou du Malien Ibrahim Boubacar Keïta, les messages de condamnation se multiplient.  Mais au fait, la Libye, c’est-y pas ce pays que les forces de l’Otan ont «libéré» à grands coups de bombes à l’uranium non sans avoir «supprimé» le guide Kadhafi suspecté d’en savoir un peu trop sur les petits arrangements entre les bons et les méchants… Aujourd’hui, le chaos règne à Tripoli et les migrants africains sont vendu comme esclaves. Vive Bush, vive Blair, vive Sarko et que les tempêtes du désert s’abattent sur leurs descendants jusqu’à la dixième génération.

Voilà, je voulais poser ça là avant de partir faire mon marché. Allez, merci de votre visite, portez vous bien et vive la République.

FAUT PAS CHARIA NON PLUS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la démocratie lumineuse et du pied de cochon réunis, bonjour!

Nous sommes le 25 octobre, 4è jour de brumaire dédié à la betterave. Depuis hier, sur la pointe Finistère, ça jette l’eau, comme dit Jean-Yves, et le baromètre est au plus bas. Je crains fort que le moral des démocrates libyens soit lui aussi au plus bas avant peu, si j’en juge par les déclarations du nouveau « chef ».

Le président du CNT, Mustapha Abdel Jalil, a indiqué que « toute loi qui violera la charia sera légalement nulle et non avenue ».

 

 

 

 

 

 

 

Le président du Conseil national de transition (CNT) Mustapha Abdel Jalil a répété, dimanche, à Benghazi, où la « libération » de la Libye a été proclamée, que la législation du pays sera fondée sur la charia (loi islamique). « En tant que pays islamique, nous avons adopté la charia comme loi essentielle et toute loi qui violera la charia sera légalement nulle et non avenue », a indiqué Abdel Jalil devant des dizaines de milliers de personnes réunies pour une cérémonie de proclamation de la « libération » du pays. Faut-il rappeler que ce monsieur est ancien ministre de Kadhafi, et c’est lui en tant que président de la cour d’appel de Tripoli, qui a confirmé par deux fois la peine de mort des infirmières bulgares. Désigné comme président du Conseil national de transition (CNT) le 05 mars 2011, par les conseils dirigeants des villes libyennes tenues par l’opposition. Il déclara alors souhaiter l’instauration d’« un État libre, démocratique, fondé sur des institutions gouvernementales sans caractère ni nature religieux.»

À la mi-septembre, le chef des autorités de transition avait déjà affirmé que l’islam serait la principale source de législation dans la nouvelle Libye et avait rejeté toute « idéologie extrémiste ». Dimanche, il a cité en exemple la loi sur le divorce et le mariage qui, sous le régime de Muammar Kadhafi, interdisait la polygamie et autorisait le divorce. « Par exemple, la loi sur le divorce et le mariage (…), cette loi est contraire à la charia et elle n’est plus en vigueur », a indiqué Mustapha Abdel Jalil.

Il a également annoncé l’ouverture de banques islamiques en Libye qui, conformément à la loi islamique, interdisent de toucher des intérêts. « Il y a de bonnes intentions derrière la régulation de la loi sur les banques. Nous cherchons en particulier à établir des banques islamiques qui (…) interdiront l’usure dans l’avenir, selon la tradition islamique », a-t-il indiqué.Sources:AFP.

Bon, et bien voilà une méchante dictature remplacée par une gentille démocratie…Il ne reste plus qu’à espérer que la petite fille qui brandit sa pancarte où il est écrit: «Nous voulons la liberté» pourra y goûter avant de se faire voiler la face…Inch allah !

Allez, en attendant, portez vous bien et à demain peut-être.

 

QUAND L’OTAN INSTALLE AL-QAEDA A TRIPOLI…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

 

Amis de la tectonique des plaques et du filet de cabillaud réunis, bonjour !

Bon, cette fois ci, c’est la rentrée, nous sommes le 02 septembre. Les cartables sont prêts, les trousses bien rangées, la nouvelle maîtresse est gironde, Hollande a encore perdu un kilo, madame dansmacuizine a un nouveau blog tout neuf, et les champignons sont en avance.

Vous connaissez mes doutes sur la croisade de l’OTAN en Libye, même si je me réjouis chaque fois que l’un de ces grandguignols dictatoriaux disparaît de la scène. Et l’irritation qui est la mienne tous les soirs au JT, lorsque l’envoyé spécial chante les louanges des combattants de la liberté, ne cesse de grandir.

J’emprunte donc à pépé Escobar (heu, sans son accord préalable), sur le site legrandsoir.info, cette analyse fort intéressante pour comprendre les enjeux de la situation en Libye.

Vous connaissez ce monsieur ?

Son nom est Abdelhakim Belhaj. Certains au Moyen-orient ont peut-être entendu parler de lui mais en occident et ailleurs son nom est pratiquement inconnu.

Alors voici une séance de rattrapage. Parce que l’histoire de comment un agent d’Al-Qaeda a pu se retrouver haut-commandant militaire à Tripoli va – une fois de plus – briser l’immense champ de miroirs qu’est « la guerre contre le terrorisme » et compromettre sérieusement la propagande patiemment concoctée par l’OTAN sur son « intervention humanitaire » en Libye. La forteresse de Kadhafi, Bab-al-Aziziyah, fut envahie et conquise la semaine dernière principalement par les hommes de Belhaj – qui ont été le fer de lance de la milice des Berbères dans les montagnes du sud-ouest de Tripoli. La milice est connue sous le nom de Brigade Tripoli et elle a été secrètement entraînée pendant deux mois par les Forces Spéciales US.

Abdelhakim Belhaj, alias Abu Abdallah al-Sadek, est un djihadiste libyen. Né en mai 1966, il a fait ses premières armes avec les moudjahidin lors du djihad anti-soviétique en Afghanistan dans les années 80. Il est le fondateur du Groupe islamique combattant en Libye et de facto son émir. Après le 11/9, Belhaj s’est installé au Pakistan et aussi en Irak, où il s’est lié d’amitié avec ni plus ni moins que l’ultra radical AbuMusab al-Zarqawi – tout ceci avant qu’Al-Qaeda en Irak ne prête allégeance à Oussama Ben Laden et Ayman al-Zawahiri et ne renforce radicalement ses actions.

En 2003, Belahj a été finalement arrêté en Malaisie. En 2004, les Américains ont décidé d’en faire cadeau aux services secrets Libyens – jusqu’à sa libération par le régime de Kadhafi en mars 2010, en compagnie de 211 autres « terroristes ».

Puis en 2007, Zawahiri, le numéro 2 d’Al-Qaeda à l’époque, annonça officiellement la fusion entre la GICL et Al-Qaeda du Maghreb Islamique (AQMI). Depuis, GICL et AQMI sont la même organisation et Balhaj était et est le chef (émir). Venons-en à février 2011, Belahj, en homme libre, décide de retourner à ses activités djihadistes et d’engager ses hommes dans le soulèvement planifié de la Cyrénaïque. Ce n’est pas un hasard si tous les hauts commandants militaires des rebelles sont du GICL/AQMI, de Balhaj à Tripoli à un certain Ismael as-Salabi à Benghazi en passant par Abdelhakim al-Assadi à Derna, sans oublier un membre important, Ali Salabi, qui siège au cœur du CNT. (Bon, l’image de BHL c’est un peu sournois de ma part mais j’ai pas pu résister) C’est Salabi qui a négocié avec Saif al-Islam Kadhafi la « fin » du djihad du GICL/AQMI, leur garantissant ainsi un nouvel avenir radieux sous l’étiquette de « combattants de la liberté. Kadhafi est peut-être une relique dictatoriale du passé, mais on ne monopolise pas le pouvoir pendant 40 ans pour rien et sans que ses services de renseignement n’apprennent deux ou trois choses.

Depuis le début, Kadhafi a dit que l’opération était appuyée de l’étranger et par Al-Qaeda ; il avait raison sans doute. Il a aussi dit que l’opération était un prélude à une occupation étrangère dont l’objectif était de privatiser et prendre le contrôle des ressources naturelles de la Libye. Il se pourrait qu’il ait – une fois de plus – raison. Dix ans après le 11/9, il n’est pas difficile d’imaginer un certain crâne jeté au fond de l’océan sourire de toutes ses dents.

Voilà, à vous de vous faire votre propre jugement. Portez vous bien et à demain peut-être.

LE PIEGE ABSCON…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

 

Amis de la quadrature du cercle et des mightys réunis, bonjour !

En ce 25 mai 2011, sixième jour de prairial, nous célébrons la mélisse. Si vous trouvez l’actualité particulièrement indigeste, je vous recommande expressément la tisane de mélisse. Mon aïeule, pour qui l’herboristerie n’avait aucun secret, faisait bouillir deux branches de mélisse dans un litre d’eau et laissait infuser. Pour ma part, j’avoue que ma préférence va plutôt à un vieux whisky d’Ecosse. Cela me remet en mémoire le fameux pangramme de Georges Perec : Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume. C’est une phrase qui permet d’utiliser toutes les lettres de l’alphabet, l’exercice est amusant, et par ailleurs, c’est un alexandrin.

 

Les brigades du tigre.

La France a donc décidé d’envoyer ses fameux hélicoptères de combat, Tigre, en Libye. Mais rassurez vous, nous ne sommes pas en guerre ! Non, il s’agit toujours d’appliquer « exactement la résolution 1973 de l’ONU » qui autorise l’usage de la force pour protéger les populations civiles (défense de rire). La même résolution qui exclu la présence de troupes au sol… Vous remarquerez tout de même qu’on se rapproche de plus en plus du sol libyen. Inutile de vous dire que les officiers de liaison (forces spéciales) sont depuis longtemps à l’oeuvre auprès des rebelles.

Tiens, voici l’article 35 de la constitution de notre vieux pays comme disait l’autre :

 

« La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement. Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger, au plus tard trois jours après le début de l’intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote. Lorsque la durée de l’intervention excède quatre mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l’autorisation du Parlement. Il peut demander à l’Assemblée nationale de décider en dernier ressort. Si le Parlement n’est pas en session à l’expiration du délai de quatre mois, il se prononce à l’ouverture de la session suivante. »

Je ne suis pas sûr que cela fasse avancer le schmilblick de la démocratie dans le monde… mais, ainsi que le pressentais Pierre DAC, c’est complexe :« Le Schmilblick des frères Fauderche est, il convient de le souligner, rigoureusement intégral, c’est-à-dire qu’il peut à la fois servir de Schmilblick d’intérieur, grâce à la taille réduite de ses gorgomoches, et de Schmilblick de campagne grâce à sa mostoblase et à ses deux glotosifres qui lui permettent ainsi d’urnapouiller les istioplocks même par les plus basses températures. Haut les coeurs et chapeaux bas devant cette géniale invention qui, demain ou après-demain au plus tard, fera germer le blé fécond du ciment victorieux qui ouvrira à deux battants la porte cochère d’un avenir meilleur dans le péristyle d’un monde nouveau…  »

Or donc, si parfois la géostratégie de la politique française vous échappe quelque peu et vous apparaît comme un piège abscon, n’en faites pas une maladie, une tisane de mélisse et ça ira beaucoup mieux ;

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.