Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “le Crapouillot”

Page 1 de 1

MAQU’BURGER ET CANARD ENCHAINE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis du cinéma parlant et du maqu’burger* réunis, bonjour!

*recette exclusive de madame dansmacuizine.

Nous sommes donc le 06 novembre, c’est vous dire comme les choses vont bon train. C’est le 16è jour de brumaire dédié au Chervis, plante dont les racines sont comestibles, ça fait penser un peu au panais, mais tant qu’à manger des plantes par la racine, je préfère le chervis au pissenlit…

 

Aujourd’hui, une pensée pour Henri JEANSON, journaliste, pamphlétaire, dialoguiste de cinéma et pacifiste libertaire. Faut-il rappeler qu’il était satrape du collège de pataphysique. C’est à lui que l’on doit le fameux dialogue entre Louis Jouvet et Arletty : « Atmosphère… atmosphère ! Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? Puisque c’est ça vas-y tout seul à La Varenne… »

Il est mort le 6 novembre 1970, à Équemauville, près de Honfleur (Calvados), France.
Fils d’un professeur, il naît le 6 mars 1900, à Paris. En 1917, après divers petits métiers, il devient journaliste au journal « La Bataille » organe de la CGT. Remarqué pour sa plume redoutable, il travaille ensuite dans divers journaux le »Journal du peuple », les « Hommes du Jour », le « Canard enchaîné » etc.
Passionné par le théâtre, il écrit de nombreuses pièces, mais c’est comme dialoguiste pour le cinéma qu’il atteint la notoriété avec des films comme « Pépé le Moko » et « Carnet de bal » en 1937, « L’Entrée des artistes » et « Hôtel du Nord » en 1938, etc.


Antimilitariste, ses articles publiés dans le journal « Solidarité Internationale Antifasciste » et sa signature du tract de Louis Lecoin, « Paix immédiate », lui vaudront d’être arrêté le 6 novembre 1939, à Meaux (où il avait pourtant répondu à l’ordre de mobilisation). Le 20 décembre 1939, il est condamné par un tribunal militaire à 5 ans de prison pour « provocation de militaires à la désobeissance ». Mais soutenu par diverses personnalités du cinéma et de la littérature, il est libéré au bout de 5 mois. Durant l’occupation, il tente de faire sortir un journal indépendant « Aujourd’hui », mais début 1941, il est arrêté et emprisonné par les Allemands. Libéré, il restera dans la clandestinité jusqu’à la Libération. Il reprend alors son métier de journaliste (au « Crapouillot », au « Canard enchainé », à « Combat », à « l’Aurore ») et de dialoguiste pour le cinéma « Boule de suif »(1945), etc.


« En ces temps où tout augmente, seule la liberté diminue »

Sources : Ephéméride anarchiste-Wiki-

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

INFO, INTOX, INFOX…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

 

Amis de la vérité toute nue et du poulet basquaise réunis, bonjour !

Nous sommes le mercredi 15 juin, jour des enfants mais aussi, jour de la verveine dans le calendrier républicain. A ce propos, je viens de rajouter aux plantations des jardins de Keramoal une verveine-citronnelle dont j’ai découvert les bienfaits lors d’un excellent repas au restaurant « les oliviers » à Lannilis, Nord-Finistère en Bretagne pour les non-initiés.

Le billet du jour m’est inspiré par une réflexion du style « quand on voit c’qu’on voit et qu’on entend c’qu’on entend, faut pas s’étonner que les gens y pensent c’qui pensent ». Le bourrage de crâne est d’autant plus fréquent de nos jours que entre internet, la télé, la presse écrite, il devient de plus en plus difficile de séparer le vrai du faux, le bon grain de l’ivraie, l’info et l’intox. Tout cela se mélange dans une sorte de brouet lacédémonien que l’on pourrait nommer l’infox.

Déjà en 1937, Victor Serge, nous alertait sur ce phénomène. Né à Bruxelles dans une famille d’exilés anti-tsaristes, rédacteur à l’anarchie, Victor Serge (1890–1947) rejoint la Russie à l’annonce de la révolution. Membre de l’opposition de gauche du parti bolchevique, il connaît la prison puis la relégation en Oural. Expulsé d’URSS après des années d’interventions de militants et d’écrivains, il arrive à Bruxelles en avril 1936. Boycotté en France par la presse du Front populaire, il est invité par La Wallonie, un journal socialiste de Liège, à publier une chronique hebdomadaire. Écrivain sensible et témoin lucide, Victor Serge se fait ici, sans renoncer à ses idéaux d’émancipation, le chroniqueur des contre-révolutions à l’œuvre dans une Europe qui se dirige vers un second conflit mondial.

« Il y a encore une forme du mensonge particulièrement riche parce qu’elle combine toutes les autres en y ajoutant l’information (ne souriez pas…), l’imagination et le grand tirage. Elle s’appelle le bourrage de crâne et dépasse de loin en capacité de nuire tous les autres procédés de truquages et d’escroqueries psychologiques. La chose est vieille comme la presse, le mot, un mot magnifique par sa précision, est né pendant la guerre, à une époque où la presse s’attachait, avec un zèle sans bornes, à « bourrer » de sornettes les crânes des hommes qu’il fallait amener à tuer et se faire tuer pour que les oligarchies capitalistes rivales pussent refaire la carte du monde (de manière à recommencer plus tard…). »

Tunisie, libye, Egypte,Afghanistan,Syrie,DSK,Georges Tron, Bettencourt, de l’affaire Stavisky à celle de Clearstream en passant par le « suicide » du ministre Boulin…Amusez vous à démêler le vrai du faux.

Bon courage, portez vous bien et à demain peut-être.